PARLEMENT du CANADA

Accueil de la section
Format imprimable
 
Publications - 12 mars 2004 (Précédent - Suivant)
 

37e LÉGISLATURE, 3e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 025

TABLE DES MATIÈRES

Le vendredi 12 mars 2004




0955
V Initiatives ministérielles
V     Le Code criminel
V         M. Gurmant Grewal (Surrey-Centre, PCC)

1010

1015

1020

1025
V         Le Président
V         M. Rick Casson (Lethbridge, PCC)

1030
V         M. Gurmant Grewal
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         M. Gurmant Grewal

1035
V         M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PCC)

1040

1045

1050

1055
V         Le vice-président
V DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS
V     Le Mois de sensibilisation à l'épilepsie
V         L'hon. Shawn Murphy (Hillsborough, Lib.)

1100
V     La péréquation
V         Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC)
V     Angel Hair For Kids
V         M. Julian Reed (Halton, Lib.)
V     Le Mois du rein
V         M. Jeannot Castonguay (Madawaska—Restigouche, Lib.)
V     Les femmes parlementaires
V         L'hon. Eleni Bakopanos (Ahuntsic, Lib.)
V     La Commission canadienne du blé
V         M. Leon Benoit (Lakeland, PCC)

1105
V     L'assurance-emploi
V         M. Dominic LeBlanc (Beauséjour—Petitcodiac, Lib.)
V     Les femmes de Ciudad Juarez
V         Mme Monique Guay (Laurentides, BQ)
V     La fonction publique
V         M. Eugène Bellemare (Ottawa—Orléans, Lib.)
V     Les élections fédérales
V         M. Jim Gouk (Kootenay—Boundary—Okanagan, PCC)
V     Le bois d'oeuvre
V         L'hon. Scott Brison (Kings—Hants, Lib.)
V         Le Président
V     La violence à l'égard des femmes
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)

1110
V         Le Président
V     Le logement social
V         M. Stéphane Bergeron (Verchères—Les-Patriotes, BQ)
V     La Semaine internationale de la femme
V         M. Marcel Proulx (Hull—Aylmer, Lib.)
V     La justice
V         M. Rick Casson (Lethbridge, PCC)
V     Le centre communautaire de Vancouver-Sud
V         Mme Sophia Leung (Vancouver Kingsway, Lib.)
V     Les îles Turks et Caicos
V         M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, PCC)

1115
V QUESTIONS ORALES
V     Le programme de commandites
V         M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)

1120
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         Mme Caroline St-Hilaire (Longueuil, BQ)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         Mme Caroline St-Hilaire (Longueuil, BQ)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     L'Office d'investissement du régime de pensions du Canada
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)

1125
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)
V         Le Président
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Le programme de commandites
V         M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Leon Benoit (Lakeland, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Leon Benoit (Lakeland, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)

1130
V         Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ)
V         L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ)
V         L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Le Président
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     La défense nationale
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC)
V         L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC)
V         Le Président

1135
V         Mme Cheryl Gallant
V         L'hon. David Pratt (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC)
V         L'hon. David Pratt (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC)
V         Le Président
V         M. Jay Hill
V         L'hon. David Pratt (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     Les travaux publics et les services gouvernementaux
V         M. Dominic LeBlanc (Beauséjour—Petitcodiac, Lib.)
V         L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V     Les prestations pour enfants
V         Mme Wendy Lill (Dartmouth, NPD)

1140
V         L'hon. John McCallum (ministre des Anciens Combattants, Lib.)
V     L'éducation postsecondaire
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Le programme de commandites
V         M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     La justice
V         M. Chuck Cadman (Surrey-Nord, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. Chuck Cadman (Surrey-Nord, PCC)

1145
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V     L'industrie du transport aérien
V         M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ)
V         L'hon. Gurbax Malhi (secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ)
V         L'hon. Gurbax Malhi (secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie, Lib.)
V     Les affaires étrangères
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC)
V         L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC)
V         L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V     L'agriculture
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)

1150
V         L'hon. Mark Eyking (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire), Lib.)
V     Les ressources naturelles
V         M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PCC)
V         L'hon. R. John Efford (ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V     Les pêches
V         Mme Suzanne Tremblay (Rimouski—Neigette-et-la Mitis, BQ)
V         L'hon. Geoff Regan (ministre des Pêches et des Océans, Lib.)
V     L'agriculture
V         L'hon. David Kilgour (Edmonton-Sud-Est, Lib.)
V         L'hon. Mark Eyking (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire), Lib.)
V     Le programme de commandites
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC)
V         L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)

1155
V     La santé
V         M. Gurmant Grewal (Surrey-Centre, PCC)
V         L'hon. Geoff Regan (ministre des Pêches et des Océans, Lib.)
V     Taiwan
V         M. Stéphane Bergeron (Verchères—Les-Patriotes, BQ)
V         L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V     La fiscalité
V         M. Pat Martin (Winnipeg-Centre, NPD)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     La santé
V         M. Gurmant Grewal (Surrey-Centre, PCC)
V         L'hon. Geoff Regan (ministre des Pêches et des Océans, Lib.)

1200
V     Le Canadien National
V         Mme Monique Guay (Laurentides, BQ)
V         L'hon. Judy Sgro (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V     L'Agence de promotion économique du Canada atlantique
V         M. Greg Thompson (Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest, PCC)
V         L'hon. Joe McGuire (ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique, Lib.)
V         Le Président
V AFFAIRES COURANTES
V     La défense nationale
V         L'hon. David Pratt (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     La Loi sur le Parlement du Canada
V         L'hon. Jacques Saada (leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique, Lib.)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi
V         Le Président
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC)

1205
V         Le Président
V         L'hon. Jacques Saada (leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique, Lib.)
V         Le très hon. Joe Clark
V         L'hon. Jacques Saada
V         Le Président
V     Les comités de la Chambre
V         Procédure et affaires de la Chambre
V         M. Marcel Proulx (Hull—Aylmer, Lib.)
V         Affaires autochtones, développement du Grand Nord et ressources naturelles
V         M. Rick Laliberte (Rivière Churchill, Lib.)

1210
V         Procédure et affaires de la Chambre
V         M. Marcel Proulx (Hull—Aylmer, Lib.)
V         Le Président
V         Adoption de la motion
V     Pétitions
V         L'étiquetage des boissons alcoolisées
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)
V         Le mariage
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         La Loi de l'impôt sur le revenu
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         La pornographie juvénile
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V     Questions au Feuilleton
V         L'hon. Scott Brison (secrétaire parlementaire du premier ministre (Canada-États-Unis), Lib.)
V         Le Président
V Initiatives ministérielles
V     La Loi sur le Parlement du Canada
V         L'hon. Jacques Saada (leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique, Lib.)

1215
V         M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PCC)
V         M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ)
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)

1220
V         Le Président
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC)
V         Le Président
V         Deuxième lecture du projet de loi; étude en comité; rapport; agrément; troisième lecture et adoption
V     Le Code criminel
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)

1225

1230

1235

1240
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         M. Vic Toews

1245
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         Le vice-président
V Affaires courantes
V     Les comités de la Chambre
V         Comptes publics
V         Mme Marlene Jennings (Notre-Dame-de-Grâce—Lachine, Lib.)

1250
V         Le vice-président
V Initiatives ministérielles
V     Le Code criminel
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)

1255
V         Le vice-président
V         M. Maurice Vellacott

1300

1305
V         M. Jim Gouk (Kootenay—Boundary—Okanagan, PCC)
V         M. Maurice Vellacott
V         M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, PCC)

1310
V         M. Maurice Vellacott
V         M. Leon Benoit (Lakeland, PCC)

1315

1320

1325

1330
V         Le vice-président
V INITIATIVES PARLEMENTAIRES
V      Loi sur les termes laitiers
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)

1335

1340

1345
V         M. Larry McCormick (Hastings—Frontenac—Lennox and Addington, Lib.)
V         M. Maurice Vellacott
V         Le vice-président
V         L'hon. Mark Eyking (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire), Lib.)

1350

1355
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)

1400

1405
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)

1410

1415
V         Mme Wendy Lill (Dartmouth, NPD)

1420
V         Mme Marlene Catterall (Ottawa-Ouest—Nepean, Lib.)

1425
V         Le vice-président






CANADA

Débats de la Chambre des communes


VOLUME 139 
NUMÉRO 025 
3e SESSION 
37e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le vendredi 12 mars 2004

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 10 heures.


Prière



+Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

  +(0955)  

[Traduction]

+Le Code criminel

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 9 mars de la motion: Que le projet de loi C-12, Loi modifiant le Code criminel (protection des enfants et d'autres personnes vulnérables) et la Loi sur la preuve au Canada soit lu pour la troisième fois et adopté, ainsi que de l'amendement.

+

    M. Gurmant Grewal (Surrey-Centre, PCC): Monsieur le Président, je suis heureux de participer aujourd'hui, au nom des électeurs de Surrey-Centre, au débat sur le projet de loi C-12, Loi modifiant le Code criminel (protection des enfants et d'autres personnes vulnérables) et la Loi sur la preuve au Canada.

    Contrairement à ce qu'a dit le ministre de la Justice hier, l'opposition officielle se soucie de protéger les enfants contre les prédateurs sexuels. Et c'est précisément pourquoi nous nous opposons fermement au projet de loi C-12. Nous voulons une mesure législative qui effraie les individus pervers qui exploitent d'innocents enfants.

    Malheureusement, le projet de loi C-12 échoue sur ce plan. Cette mesure législative a reçu l'appui de nul autre que John Robin Sharpe, celui-là même qui a été trouvé coupable de possession de 400 images d'enfants qui, selon les procureurs, étaient exploités sexuellement.

    En mars 2002, la Cour suprême a maintenu la condamnation de Sharpe relativement à la possession de ces images. Mais il a finalement été acquitté des accusations qui pesaient contre lui relativement à ses écrits, précisément parce qu'on a jugé que ses histoires avaient une valeur artistique. Pour M. Sharpe, ce projet de loi est tellement mal conçu qu'il peut lui-même l'utiliser à son avantage devant les tribunaux.

    Pour citer l'adepte de pornographie juvénile le plus connu du pays, «Ce qu'il y a d'intéressant au sujet des lois relatives à l'exploitation sexuelle des enfants, c'est qu'elles peuvent fournir involontairement certains moyens de défense.» M. Sharpe soutient que la proposition du fédéral est une réaction de panique au fait qu'il a réussi avec succès, à deux reprises, à contester la loi actuelle devant les tribunaux. Il écrit également: «Je pense bien qu'avec un bon avocat et un juge strict qui base ses jugements sur les textes de loi [...] moi et mes récits serions encore une fois acquittés en vertu des mesures proposées.»

    La faille de ce projet de loi, c'est le moyen de défense fondé sur le bien public qu'il propose. M. Sharpe n'est pas le seul à prétendre que la proposition est trop vague pour résister aux contestations judiciaires. Beaucoup de juristes pensent la même chose. Les juges qui interprètent et appliquent la loi ne tiennent pas compte des discours raffinés qui sont prononcés à la Chambre. Ils se contentent d'interpréter le libellé des lois que nous adoptons ici.

    Que signifie vraiment le bien public? Le gouvernement n'a pas réussi à définir clairement ce terme. Qu'arrivera-t-il si, comme le laisse entrevoir M. Sharpe, un juge estime que c'est dans l'intérêt du bien public de permettre la possession de pornographie juvénile pour empêcher des pédophiles reconnus de récidiver? Cela est certes possible.

    Si le Parlement adopte ce projet de loi, une personne pourra être reconnue coupable d'une infraction de pornographie juvénile lorsque le matériel ou l'acte en question ne servira pas le bien public ou que le risque de préjudice l'emporterait sur le bien public. Depuis l'affaire Sharpe, les conservateurs ont demandé avec insistance au gouvernement fédéral d'éliminer le moyen de défense fondé sur la valeur artistique, mais remplacer ce dernier par un moyen de défense basé sur le bien public n'est pas la solution. Nous devons éliminer tous les moyens de défense qui justifient la possession criminelle de pornographie juvénile.

  +-(1010)  

    Les libéraux devraient revoir leurs priorités. Ils ont présenté plusieurs projets de loi, mais aucun d'entre eux ne protège les enfants contre la pornographie juvénile. Depuis des années, je demande qu'on mette fin à l'exploitation sexuelle des enfants, mais il est évident que les libéraux n'ont pas la volonté politique de régler ce problème pour notre société.

    En fait, durant le mandat du gouvernement libéral, les valeurs familiales ont perdu du terrain. On peut parler de n'importe quelle question touchant les valeurs familiales. On constate que ces valeurs se sont affaiblies sous les libéraux, qu'il s'agisse de la définition du mariage, de la protection des enfants contre la pornographie juvénile, de la hausse de l'âge du consentement, des lois sur la fiscalité s'adressant aux familles monoparentales ou des organismes d'application de la loi auxquels on ne donne pas suffisamment de ressources et de lois rigoureuses.

    Sur tous les fronts, le gouvernement libéral a laissé tomber les familles. Il oublie toujours que plus les familles seront solides, plus les communautés le seront et plus notre magnifique nation le sera aussi. L'assise de notre merveilleux pays est la famille et non le système d'aide sociale. Nous devons fortifier les familles. Nous devons protéger les enfants et les autres personnes vulnérables.

    Les Canadiens veulent des lois musclées. Voilà une mesure que nous pouvons prendre à la Chambre. On pourrait au moins rédiger des lois assez sévères pour que les coupables aient droit à autre chose qu'une simple réprimande ou un système pénal à portes tournantes. Cela ne peut plus durer. Pourquoi les libéraux ne peuvent-ils voir que nous voulons des moyens de dissuasion et non des encouragements à l'égard du comportement criminel?

    Le projet de loi C-12, dont nous discutons aujourd'hui, augmentera les peines maximales pour les infractions préjudiciables aux enfants. Soit, mais cela ne suffit pas. Combien de fois le gouvernement a-t-il présenté des projets de loi qui augmentaient les peines maximales? À quoi cela sert-il si les tribunaux n'appliquent même pas toute la puissance des lois déjà en vigueur? Augmenter les peines ne sert à rien si les tribunaux ne les imposent pas.

    L'expérience nous a appris que, lorsqu'on hausse la durée des peines maximales, les modalités de mise en application ne suivent pas. Que faut-il? Des peines minimales obligatoires. Nous devons instaurer un système où les peines correspondent vraiment à la gravité des crimes. Nous devons éliminer les peines avec sursis dans le cas des prédateurs d'enfants. Nous devons fixer des peines minimales obligatoires afin que les juges puissent véritablement les imposer.

    Le projet de loi C-12 crée une nouvelle catégorie d'exploitation sexuelle qui protège les jeunes âgés de 14 à 18 ans. Les tribunaux ne tiendraient pas seulement compte du consentement, mais tâcheraient surtout de savoir s'il s'agit d'une relation d'exploitation en se fondant sur la différence d'âge, le contrôle exercé et d'autres circonstances. Encore une fois, cela n'est pas suffisant. La loi interdit déjà à toute personne qui est en situation d'autorité ou de confiance vis-à-vis d'un jeune, ou à toute personne à l'égard de laquelle celui-ci est en situation de dépendance, d'entretenir des liens sexuels avec lui. La loi prévoit déjà ces situations. Il n'est pas clair que l'ajout de cette catégorie de personnes accordera une protection juridique aux jeunes enfants.

  +-(1015)  

    Ce que les libéraux auraient dû faire, c'est d'augmenter l'âge du consentement à une activité sexuelle. Le projet de loi comporte une grave lacune: il omet d'augmenter l'âge du consentement à une activité sexuelle entre un enfant et un adulte. Je ne comprends pas pourquoi il faudrait permettre à un adulte d'avoir une activité sexuelle avec des enfants. Le gouvernement devrait faire passer l'âge du consentement de 14 ans, tel qu'il est actuellement établi à l'article 150.1 du Code criminel, à 16 ans au moins, sinon à 18 ans.

    À Surrey, nous connaissons trop bien le problème de la prostitution. Des études démontrent qu'entre 70 et 80 p. 100 des prostitués canadiens commencent à s'adonner à cette activité alors qu'ils sont encore des enfants. À cet âge particulièrement, le recrutement aux fins du commerce sexuel au Canada vise les jeunes filles et garçons, et tout particulièrement celles et ceux qui ont actuellement l'âge du consentement, c'est-à-dire 14 ans. Selon la Children of the Street Society, la majorité des parents qui appellent la police pour demander de l'aide ont des enfants âgés de 14 ans recrutés par des souteneurs de l'industrie du sexe.

    Je pose la question aux libéraux: croient-ils qu'un homme d'une cinquantaine d'années devrait pouvoir s'en prendre à des fugueurs de 14 ans pour avoir des relations sexuelles avec eux, leur refiler une maladie transmissible sexuellement, ou même les engrosser? Que répondront les libéraux lorsqu'ils feront du porte-à-porte lors de la prochaine campagne électorale? J'aimerais bien entendre l'opinion des ministériels qui n'ont pas la volonté politique de protéger nos enfants contres les prédateurs sexuels.

    Les conclusions de dizaines d'études montrent les effets de contacts sexuels entre un adulte et un enfant. Il y a un risque énorme de dépression clinique, de suicide, de syndrome de stress post-traumatique, de promiscuité extrême et de prostitution. Il est extrêmement important de ne pas confondre la maturité physique et psychologique. L'« âge de la majorité » est une expression que les avocats utilisent pour protéger le délinquant et pour décrire le moment dans la vie d'une personne à partir duquel, du point de vue juridique, elle n'est plus considérée comme un enfant. Sur le plan légal, le moment où un enfant devient un adulte est fondamentalement arbitraire.

    Comment se fait-il que notre société estime que nos jeunes sont mal préparés à conduire un véhicule, à consommer de l'alcool, voire à voter, à se marier ou à abandonner leurs études et même à visionner des films violents, alors qu'elle considère qu'ils sont parfaitement prêts à décider eux-mêmes avec qui ils devraient avoir des rapports sexuels? Ce fléau social est pitoyable. C'est absolument insensé.

    Si nous haussions l'âge du consentement à des relations sexuelles, nous serions vraiment plus au diapason des autres sociétés occidentales. Nous savons qu'au Danemark, en France et en Suède, l'âge du consentement à des rapports sexuels est fixé à 15 ans. En Australie, en Finlande, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Israël, en Nouvelle Zélande, en Norvège et même au Royaume-Uni, l'âge du consentement à des rapports sexuels est de 16 ans. Au Canada, nous maintenons cet âge à 14 ans. Le moment est venu pour les libéraux d'empêcher les adultes d'avoir des relations sexuelles avec des jeunes de moins de 16 ans. Pour notre société, il n'est pas bon de fixer cet âge à 14 ans.

    

  +-(1020)  

    La nécessité de protéger des enfants innocents et vulnérables contre des proxénètes et d'autres prédateurs sexuels est une question des plus prioritaires. Elle ne devrait pas être reléguée au second plan des priorités du gouvernement. Combien de Canadiens savent qu'un enfant de 14 ans peut s'engager dans une relation conjugale avec une personne de 50 ans? Il n'y a rien que les parents puissent faire, du moins légalement, pour mettre un terme à une telle relation d'exploitation. Les personnes de 14 et 15 ans n'ont pas suffisamment de maturité mentale et émotionnelle pour surmonter les effets psychologiques de la participation à des activités sexuelles avec des personnes plus âgées.

    Un sondage réalisé l'été dernier a révélé que 80 p. 100 des Canadiens, soit huit personnes sur dix, estiment que l'âge du consentement à des activités sexuelles devrait être porté à 16 ans. Alors, pourquoi l'âge du consentement est-il toujours fixé à 14 ans?

    Je sais que le gouvernement libéral dirige le pays à coup de sondages. Il s'est fié sur les sondages pour donner une définition du mariage et il se fie maintenant sur eux pour décider du moment où déclencher des élections, mais pourquoi ne tient-il pas compte de ce sondage, où 80 p. 100 des Canadiens exigent de ce gouvernement libéral faible et arrogant qu'il porte de 14 ans à au moins 16 ans l'âge du consentement à des activités sexuelles? Pourquoi privons-nous les parents de la possibilité de protéger leurs enfants contre l'exploitation sexuelle? Il s'agit là d'une question très importante, dont on ne saurait faire abstraction.

    J'ai parlé des peines minimales obligatoires. Elles compte parmi les causes de l'inefficacité du système de justice pénale. Prenons la culture de la marijuana comme exemple. Selon une étude faite par la police en Colombie-Britannique il faut, en moyenne, sept condamnations avant qu'une personne fasse de la prison pour culture de cannabis. Dans l'État voisin, l'État de Washington, une première condamnation est automatiquement accompagnée d'une peine de trois mois de prison. Inutile de le dire, en Colombie-Britannique, et particulièrement dans ma circonscription, nous avons un nombre considérablement plus élevé d'entreprises de culture de marijuana qu'au sud de la frontière.

    Or, que fait le gouvernement? Il présente un projet de loi qui augmenterait les peines maximales pour les entreprises les plus importantes. Et les peines minimales alors? C'est de peines minimales dont les Canadiens ont besoin. Elles envoient aux éléments criminels de la société le message que nous sommes déterminés à prévenir la criminalité, que ce soit la pornographie juvénile, les drogues ou tout autre crime violent.

    Il est très important que nous étudions ces problèmes sérieusement. J'ai parlé de Surrey. Nous savons que, l'an dernier, une enquête d'envergure menée par la GRC, dont le nom de code était Opération boule-de-neige, a suivi plus de 2 000 Canadiens, dont plus de 406 en Colombie-Britannique, soupçonnés de posséder et de distribuer des images sexuellement explicites d'enfants. Sur les 406 personnes identifiées en Colombie-Britannique, 23 habitaient à Surrey.

    Un survol rapide des journaux locaux de Surrey révèle de nombreux cas d'adultes exploitant sexuellement des enfants. Par exemple, un certain Stephen Smith, âgé de 32 ans, a été l'objet de deux chefs d'accusation d'agression sexuelle et de deux chefs d'accusation d'exploitation sexuelle à l'égard de deux mineurs qu'il avait rencontrés sur Internet. Dale Nault, âgé de 34 ans, également de Surrey, a été l'objet de trois chefs d'accusation d'agression sexuelle contre un garçon de 14 ans qu'il avait rencontré sur Internet et d'un chef d'accusation de possession de pornographie juvénile.

    Dans tous ces cas, le gouvernement n'a pas protégé les enfants en question. Je sais que je suis presque à court de temps, mais j'aimerais dire que si les libéraux étaient vraiment déterminés à protéger nos enfants et à rendre nos rues plus sûres pour tous les Canadiens, ils renforceraient nos lois en prévoyant des peines maximales et en voyant à ce que les contrevenants purgent effectivement les peines auxquelles ils ont été condamnés. Ils donneraient aux forces de police les ressources dont elles ont besoin pour combattre la criminalité au lieu de jeter l'argent par les fenêtres en créant un registre des armes à feu inutile.

  +-(1025)  

    Au lieu d'enregistrer les délinquants sexuels, le gouvernement gaspille des milliards de dollars à enregistrer les armes à feu des citoyens respectueux des lois. Il nous faut un registre global des délinquants sexuels, des peines plus sévères contre les pédophiles, l'élimination de toutes les échappatoires contenues dans la législation sur la pornographie juvénile, une rationalisation des démarches administratives en vue de faciliter la condamnation des délinquant sexuels et l'interdiction de tout contact sexuel entre adulte et enfant.

    En conclusion, je propose:

    Que l'amendement soit modifié en ajoutant: «et que le comité fasse rapport au plus tard le 5 avril 2004.»

+-

    Le Président: L'amendement est recevable.

+-

    M. Rick Casson (Lethbridge, PCC): Monsieur le Président, mon collègue a parlé un peu d'un fait qui me trouble profondément, en l'occurrence que des pédophiles et des agresseurs d'enfants affirment appuyer certains éléments de cette mesure législative. Un gouvernement responsable devrait prendre bonne note de cela, trouver les articles de la mesure législative susceptibles de servir les intérêts de ces salauds et faire les amendements qui s'imposent avant son adoption.

    À maintes et maintes reprises, nous avons fait des suggestions au gouvernement pour lui permettre d'améliorer cette mesure législative, pour la rendre plus ferme et pour vraiment faire savoir que, si des délinquants s'en prennent à nos enfants, il le paieront très cher. Malheureusement, la mesure législative actuelle n'envoie pas ce message.

    J'aimerais que mon collègue commente le fait que les prédateurs sexuels qui s'attaquent à nos enfants appuient vraisemblablement certaines parties de la mesure législative. D'après lui, que faut-il faire pour resserrer la mesure législative?

  +-(1030)  

+-

    M. Gurmant Grewal: Monsieur le Président, comme je l'ai indiqué dans mon intervention, cette remarque a été faite à la Chambre des communes hier durant la période des questions, étonnamment par un député libéral, qui a dit que John Robin Sharpe est favorable à ce projet de loi. Quelle honte qu'un député libéral rapporte qu'un pédophile notoire de notre pays endosse ce projet de loi. Cela indique on ne peut plus clairement que le projet de loi favorise les pédophiles et non pas les victimes et ne protège pas nos enfants.

    Où sont les mesures visant à protéger nos enfants? Il n'y en a absolument aucune. La cause sous-jacente en est le manque de volonté politique de la part du gouvernement à protéger nos enfants des pédophiles.

    Ce projet de loi compte de nombreuses échappatoires. Auparavant, la défense fondée sur la valeur artistique pouvait être invoquée et à présent le gouvernement inscrirait dans son projet de loi la défense fondée sur le bien public. Quelle est la valeur de la défense fondée sur le bien public si nos enfants ne sont pas protégés contre les pédophiles, la pornographie juvénile et l'exploitation sexuelle? À quel point la défense fondée sur le bien public est-elle bonne? Je n'arrive pas à comprendre pourquoi le gouvernement libéral laisse cheminer ce projet de loi dans cette version.

    J'observe le nouveau premier ministre depuis qu'il a pris les rênes du pouvoir après avoir donné des coups de couteau et s'être livré à des manipulations en coulisses pendant de nombreuses années; il n'a mis de l'avant aucune mesure législative de son propre cru. Il recycle les projets de loi du gouvernement libéral précédent.

    Il a raté l'occasion d'apporter à ce projet de loi les amendements proposés par les députés réfléchis de l'Opposition officielle. À de nombreuses reprises, nous avons soulevé ces points à la Chambre en vue de raffermir ce projet de loi et de donner du sens à ses dispositions, mais le gouvernement nous a ignorés. Le premier ministre choisit lui aussi de nous ignorer. Il a raté cette occasion. Les échappatoires du projet de loi vont demeurer et des gens comme John Robin Sharpe continueront à endosser des projets de loi proposés par le gouvernement libéral faible et arrogant.

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, le député a-t-il pris connaissance, que ce soit par les médias ou d'autres sources, d'une escalade dans ce secteur dans sa région?

    À titre de député, nous voulons représenter et défendre pour le bien commun de nos commettants, les intérêts des gens qui nous entourent. Le député siège à la Chambre depuis près de sept ans maintenant. J'aimerais savoir s'il est d'avis qu'il y a eu escalade dans ce domaine. Cette mesure législative est-elle devenue plus nécessaire maintenant, avec les modifications proposées par le Parti conservateur du Canada?

+-

    M. Gurmant Grewal: Monsieur le Président, il est parfaitement exact que les crimes haineux de ce genre ont augmenté dans nos collectivités.

    Dans la ville de Surrey, il y a eu beaucoup d'enlèvements d'enfants. Il existe des cas célèbres où les enfants ont même été tués. Je ne veux pas nommer ces enfants par respect pour la vie privée des familles. Il va sans dire qu'une telle expérience est extrêmement douloureuse.

    On considère malheureusement la ville de Surrey comme la capitale nord-américaine des vols de voitures. Les introductions par effraction et la violence liée au gangstérisme, à la drogue et au crime organisé y ont connu une augmentation.

    L'une des causes fondamentales de cette situation tient au fait que le gouvernement n'a pas fourni suffisamment de ressources aux organismes d'application de la loi. Aujourd'hui, il y a 4 200 agents de la GRC de moins qui patrouillent dans les rues et sur les autoroutes que lorsque les libéraux sont arrivés au pouvoir en 1993. De plus, l'an dernier, l'Association canadienne des policiers a déclaré que la GRC avait besoin d'un apport immédiat de 250 millions de dollars.

    Compte tenu de la moyenne canadienne par habitant, la Colombie Britannique aurait besoin de 691 agents de police supplémentaires. À Surrey, il y a un agent de police pour 893 habitants. Or, à Vancouver, il y a un policier pour 400. Si l'on tient compte de la moyenne par habitant, nous n'avons que la moitié des policiers dont nous avons besoin.

    Il y a 75 postes vacants au sein de la GRC dans la seule ville de Surrey, postes restés vacants depuis très longtemps. À quoi cela tient-il? Cela s'explique notamment par le fait que le gouvernement libéral n'accorde pas suffisamment de ressources à nos organismes d'application de la loi.

    En plus d'avoir moins de policiers, Surrey est la ville où le nombre de dossiers par policier est le plus élevé. À Surrey, les agents de la GRC s'occupent chacun de 126 dossiers en moyenne. Nous savons ce qui arrive lorsque la GRC est privée de ressources, d'agents et de véhicules de patrouille. Il va de soi que le délai de réponse après un appel au 911 est plus long. Évidemment, il n'y a pas assez de policiers dans les rues. Et la criminalité augmente.

    Nous devons prendre des mesures. J'ai demandé à maintes reprises au gouvernement libéral faible et arrogant de faire quelque chose pour corriger cette situation. Mais les libéraux n'ont rien fait. Avec le projet de loi C-12, ils avaient une autre chance de renforcer la loi pour protéger nos enfants, et ils ne l'ont pas saisie.

  +-(1035)  

[Français]

+-

    M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PCC): Monsieur le Président, c'est un plaisir pour moi de prendre la parole en cette Chambre et de participer à ce débat très important au sujet du projet de loi C-12.

[Traduction]

    Le projet de loi fait le tour d'une question extrêmement importante, qu'il vise d'ailleurs à corriger, à savoir la prolifération et la possession de matériel de pornographie juvénile au Canada. Malheureusement, j'ai le sentiment profond, comme beaucoup d'autres, notamment l'intervenant précédent, qu'on a raté la belle occasion offerte par le projet de loi C-12.

    Le projet de loi vise à protéger les enfants au Canada, mais il ne le fait pas. À l'analyse, il se révèle comme étant une mesure complexe et lourde qui ne facilitera pas la poursuite des contrevenants sexuels et, dans nombre de cas, des prédateurs sexuels qui commettent le pire crime de violence à l'égard des enfants dans notre communauté: l'exploitation sexuelle, qui équivaut dans bien des cas, pour les victimes, à une condamnation à une vie de tourments et de séquelles physiques complexes dont elles ne se remettront jamais.

    On ne saurait sous-estimer la responsabilité, l'obligation, qui incombe aux députés du Parlement car ils ont le pouvoir de changer les choses. Nous avions une occasion en or de prendre des mesures correctives à l'égard de ce fléau qui sévit dans nos rues, dans de petits villages et de petites villes ainsi que dans des domiciles aux quatre coins du pays.

    La controverse qu'a suscitée un aspect de la pornographie juvénile dans la cause désormais célèbre de John Robin Sharpe, cause entendue ultimement par la Cour suprême du Canada, ainsi que la difficulté entourant la définition de la valeur artistique que l'interprétation des juges n'a pas résolue ouvrent la voie à une interprétation large et dangereuse du type de pornographie juvénile qu'une personne peut avoir en sa possession. La décision de la cour laisse la porte ouverte à des personnes comme John Robin Sharpe pour la prolifération de matériel de pornographie juvénile.

    Il y a une importante distinction à faire entre le type de moyen de défense qui constitue une exception, si on veut, à la possession de certains types de matériel. Je précise ma pensée. Les tribunaux ont invoqué essentiellement trois exceptions, dont la valeur artistique, que je ne reconnais pas personnellement et que nombre de députés du Parti conservateur ne reconnaissent pas non plus. Ils ont invoqué aussi le motif de défense axée sur un but éducatif, scientifique ou médical. Il s'agit de toute évidence de représentations anatomiques, de vidéos éducatifs qui dépeignent un enfant d'une certaine façon.

    Tous ces moyens de défense reliés à la notion de valeur artistique ont été, fondamentalement, ramenés par les tribunaux à un seul moyen de défense, soit celui du bien public. Cette interprétation large est là où réside le danger. À la suite de cette décision, l'ancien ministre de la Justice est venu devant le comité de la justice et fondamentalement, il a reconnu que la définition large du bien public allait donner la possibilité à une personne de posséder de la pornographie juvénile. Il a déclaré, et je cite son témoignage au comité de la justice:

    La valeur artistique existe toujours au sens où une oeuvre d'art devra satisfaire au critère du nouveau moyen de défense fondé sur le bien public et franchir les deux étapes. Il faut toujours d'abord se demander si elle sert le bien public.

    C'est peut-être le premier critère, mais cette seconde catégorie plus large de la valeur artistique pourrait permettre à un individu de posséder de la pornographie juvénile, de s'y adonner ou de la distribuer. Une définition prévoyant une tolérance zéro est nécessaire. Personne ne devrait sous aucun prétexte être encouragé ou autorisé à posséder de la pornographie juvénile, un point c'est tout. Pourtant, le projet de loi ouvre toute grande cette possibilité. C'est la réponse libérale à l'affaire John Robin Sharpe.

    Je crains qu'à la suite de l'affaiblissement de la définition, des jeunes Canadiens soient encore en danger. Il n'y a aucune excuse pour ne pas complètement supprimer la latitude que la Cour suprême a laissée.

  +-(1040)  

    Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'autres éléments du projet de loi qui essaient au moins d'aller plus loin pour protéger la vie et la sécurité des enfants, et j'en parlerai dans un instant. La question fondamentale dans le cadre de ce débat doit tourner autour des torts qui pourraient être causés à ceux qui sont les plus vulnérables, surtout nos enfants.

    Par ailleurs, nous devons réfléchir au rôle des tribunaux dans élaboration de la politique, ce qui va en l'encontre de la suprématie du Parlement. Nous devons montrer comment cette nouvelle loi va éliminer la pornographie juvénile dans le contexte du moyen de défense fondé sur la valeur artistique. Le projet de loi C-12 n'y parvient pas car il ne va pas assez loin. Il ne donne pas une protection à toute épreuve qui devrait exister lorsqu'il s'agit de protéger les enfants.

    Ce qu'on invoque souvent dans des cas comme celui-ci, c'est que si nous apportions des modifications tendant à empêcher toute interprétation plus large, il pourrait y avoir une contestation aux termes de la Constitution. Eh bien, il est certain que dans un cas comme celui-ci, il y aura des contestations aux termes de la Constitution. Si nous sommes victimes de la constipation constitutionnelle dont souffre constamment le gouvernement, nous laisserons beaucoup de gens vulnérables. Dans le cas d'une question aussi fondamentale que la protection des enfants, c'est inacceptable.

    Le gouvernement déçoit les Canadiens en ne mettant pas un frein aux interprétations telles que la valeur artistique de la pornographie juvénile. Cela pose un danger inhérent pour la société lorsque nous ne reconnaissons pas les effets nocifs de la pornographie juvénile à un niveau très fondamental.

    La Charte des droits et libertés assure bel et bien la protection de la liberté de pensée et d'expression, et une interprétation de bon sens doit certainement s'en suivre, mais ce qui constitue une limite raisonnable occupe une place centrale dans le débat, ce qu'on appelle le critère de l'arrêt Oakes qui s'applique lorsque se présente un conflit entre des droits constitutionnels protégés par la Charte.

    Les moyens de défense actuels en matière de pornographie sont exposés dans le projet de loi C-12. La valeur artistique est regroupée avec des fins éducatives, scientifiques ou médicales. Cela est trompeur et inacceptable. Ces moyens se réduisent à la définition du bien public. J'ai déjà mentionné que le ministre de la Justice a lui-même reconnu que le bien public est un concept qui peut être interprété de plusieurs façons.

    Dans l'affaire R. c. Sharpe, la Cour suprême a également envisagé brièvement le moyen de défense fondé sur le bien public. La cour a interprété le bien public comme étant «nécessaire ou favorable [...] à l'activité scientifique, littéraire ou artistique ou à d'autres sujets d'intérêt général.»

    Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire? Quels sont les intérêts généraux d'une personne tellement malade qu'elle veuille placer des enfants dans un contexte sexuel?

    La cour a ajouté:

    On pourrait soutenir que la possession de matériel qui favorise l'épanouissement expressif ou psychologique ou qui renforce l'identité sexuelle d'une personne d'une façon non préjudiciable pour autrui sert le bien public.

    La pornographie infantile est explicitement préjudiciable aux enfants. Sa production, le fait de placer les enfants dans un contexte sexuel est préjudiciable aux enfants, nuit à la société et déchire le tissu social.

    La cour a ajouté:

    Dans certains cas, cela pourrait éliminer certaines des applications les plus problématiques du par. 163.1(4). Par exemple, cela pourrait parfois empêcher que la disposition s'applique à des oeuvres visuelles créées et conservées en privé par une seule personne, ou à des enregistrements privés que font des adolescents de leurs activités sexuelles légales. Il se pourrait néanmoins que le moyen de défense fondé sur le bien public ne dissipe pas toutes les préoccupations concernant la portée de la disposition. En l'absence d'une preuve que le bien public est servi dans un cas donné, quelqu'un pourrait effectivement être déclaré coupable de possession de matériel qui fait directement intervenir la valeur d'épanouissement personnel et ne présente que peu ou pas de risques de préjudice pour les enfants. Par conséquent, bien qu'il soit possible que le moyen de défense fondé sur le bien public empêche dans certains cas des applications inquiétantes de la loi, il ne le fera pas dans tous les cas.

  +-(1045)  

    Cet aveu du tribunal fait ressortir le problème auquel on s'expose en laissant la porte ne fût-ce que légèrement entrouverte.

    Nous devons nous exprimer clairement et fermement. Nous devons réclamer l'élimination de tous les moyens de défense qui justifieraient la possession criminelle de pornographie juvénile et une loi qui criminaliserait la possession de pornographie juvénile. Bien entendu, il ne serait pas question de possession criminelle s'il s'agit de représentants du système de justice qui doivent avoir ce matériel pour intenter des poursuites, faire des recherches ou étudier les effets de l'exposition à la pornographie juvénile. La définition judiciaire de matériel éducatif et scientifique s'applique.

    Toutefois, je souligne de nouveau que le ministre, dans le projet de loi, laisse place à l'interprétation judiciaire, ce qui concerne directement l'essentiel du travail qui est le nôtre.

    Avant toute chose, le projet de loi devrait viser à protéger les enfants contre toutes les formes d'exploitation, toutes les formes de pornographie juvénile, toutes les formes d'exploitation sexuelle qui, dans bien des cas documentés, scientifiques, anecdotiques, etc., donnent lieu à d'autres mauvais traitements. Nous devrions agir avec promptitude et de façon non équivoque pour éradiquer ce fléau.

    Des définitions du bien public qui sont aussi vagues que la jurisprudence qui en découle et qui sont, cette fois-ci, consacrées par le projet de loi, ne laisseraient pas aux tribunaux une objectivité suffisante pour décider de ce qui est pornographique ou non.

    Je soutiendrais mordicus, puisque j'ai travaillé devant de nombreux tribunaux, que le bon sens l'emporterait et que les juges, si on les laissait se prononcer sur ce qui constitue de la pornographie juvénile, constateraient toujours, après avoir vu tout l'éventail, que la pornographie juvénile est facile à discerner et que les motifs de son utilisation sont la seule défense possible. Tolérer la définition de mérite artistique dans le projet de loi, ce serait laisser un élément très dangereux dans l'interprétation.

    En guise de question oratoire, je demanderais au ministre pourquoi il veut maintenir cette interprétation. Pourquoi le ministre et le gouvernement ont-ils attendu si longtemps? Pourquoi a-t-il fallu que nous attendions, dans ce cas, que le tribunal se prononce?

    Je sais qu'une légion d'avocats utiliseront ce mode de défense, et je sais qu'il s'implantera de nouveau dans le système judiciaire. Si le projet de loi est adopté, il est très probable que, à cause de l'erreur que je signale, il sera soumis de nouveau au Parlement. Dans ce cas, pourquoi ne pas faire les choses correctement du premier coup? N'est-ce pas notre objectif, arriver à l'efficacité et à la simplification des mesures législatives et faire les choses correctement dès le début?

    Comme le disait mon collègue, le député de Lakeland, ce ne semble pas être la façon de fonctionner du gouvernement. Il attend toujours de voir ce que décideront les tribunaux, ce qu'indiqueront les sondages d'opinions, se préoccupant d'abord et avant tout de l'aspect politique des choses. Ce n'est pas ainsi qu'un gouvernement devrait agir, surtout dans un dossier aussi fondamental que la protection des enfants.

    Voilà une occasion où le gouvernement devrait faire preuve de fermeté, de leadership et de vision au sujet d'une question qui revêt une importance fondamentale pour notre société, soit la protection des plus vulnérables de nos concitoyens, les enfants.

    Nous pourrions aisément modifier cette mesure législative défectueuse en supprimant l'échappatoire que constitue la valeur artistique. Le député de Surrey-Centre a livré ce matin à la Chambre des communes un discours complet et bien documenté. Il a parlé de la nécessité de donner des ressources à la police, d'aider certains services sociaux, pour qu'ils puissent non seulement intervenir après les actes de violence et d'exploitation sexuelle, mais aider à les prévenir. Mon collègue a cité des chiffres atterrants montrant que certaines communautés n'ont pas suffisamment de ressources pour permettre à la police de faire son travail.

    

  +-(1050)  

    Le fait que la police n'appuie pas ce projet de loi est également révélateur. Les forces policières canadiennes estiment que le projet de loi laisse à désirer, pour les mêmes raisons que celles évoquées par moi-même et le député de Surrey. La police a bien reconnu, comme d'autres, les lacunes de ce projet de loi.

    Les groupes de défense des enfants ont eux aussi dénoncé les lacunes du projet de loi, faisant valoir qu'il n'assurerait pas de protection accrue et ne faciliterait pas les poursuites dans ces cas.

    Ce projet de loi devrait obliger les contrevenants à rendre des comptes et permettre de prendre les mesures voulues pour les y amener lorsque des atrocités semblables sont perpétrées, mais il devrait surtout avoir un effet dissuasif, être un modèle et contraindre les gens à rendre compte de leurs actes. L'imposition de peines obligatoires maximales ou de peines maximales plus lourdes n'y fera rien, parce que les juges ne seront pas tenus de les imposer.

    Le fait de prévoir des peines maximales plus lourdes peut impressionner, mais rien dans le projet de loi n'oblige un juge à les imposer. Par ailleurs, l'imposition de peines minimales obligatoires aurait l'effet escompté. Quiconque serait reconnu coupable aurait une peine minimale à purger.

    J'estime que l'incarcération et les mesures dissuasives sont nécessaires dans le cas des personnes qui exploitent sexuellement des enfants. La protection publique devrait être l'objet premier et fondamental du projet de loi.

    Je pense que nous pourrions obtenir l'unanimité à la Chambre, en ce qui concerne la protection des enfants, si nous reconnaissions qu'il est de notre responsabilité de prendre toutes les mesures voulues pour mieux protéger la société. C'est pourquoi je trouve renversant que ce projet de loi maintienne l'échappatoire de la valeur artistique.

    Si on sortait de notre bulle, de l'univers politique dans lequel nous vivons, et qu'on allait parler avec le Canadien moyen, on se rendrait compte probablement qu'il est étonné lui aussi qu'on ait raté une occasion de protéger nos enfants. Pourquoi le gouvernement libéral n'a-t-il pas réussi à protéger tous les enfants? Pourquoi n'a-t-il pas proposé un projet de loi plus tranchant et plus efficace? Je suis incapable de répondre à cette question et elle est, à mon avis, très troublante.

    L'interprétation de ce qui constitue la pornographie juvénile est un sujet qui donne du fil à retordre aux tribunaux. Des oeuvres d'une nature qui exploite des enfants vont à l'encontre des fondements moraux et acceptables d'une société juste. On ne peut pas nier la corrélation directe qui existe entre les machinations et les fascinations de certains individus démentiels pouvant faire subir des dommages aux enfants et ce qui se produit ou est perpétré en réalité. Pourquoi courir un tel risque lorsque la volonté populaire est d'interdire complètement tout matériel qui cadre avec cette définition?

    Dans sa décision en première instance de l'affaire Sharpe, le juge Shaw a élargi l'interprétation de l'exemption en vigueur ou de la défense fondée sur la valeur artistique. Même si la Cour suprême du Canada a dû se débattre avec cette question, elle n'a pas resserré suffisamment la définition.

    Il semble que les avocats du ministre ont évalué les droits de l'individu et les droits de l'enfant, mais d'après moi, ces droits s'opposent et on devrait certainement pencher en faveur de l'enfant. Nous nous trouvons encore une fois face à une fort médiocre tentative pour remédier à un problème que les Canadiens considèrent très grave. Le gouvernement n'est cependant pas prêt à agir dans ce dossier.

    En ne se montrant pas disposé à assurer la protection des droits des enfants et par extension de leur famille, j'estime que le gouvernement aurait à tout le moins pu profiter de l'occasion pour prévoir dans le budget qui s'en vient des mesures pour appuyer les familles et les services policiers et sociaux. En un mot, le gouvernement pourrait certainement augmenter les paiements de transfert et corriger le déséquilibre fiscal.

    Le Parti conservateur a toujours appuyé et continuera d'appuyer les lois qui protègent les enfants, les services de police et les défenseurs des intérêts des enfants qui sont constamment mis à contribution et qui doivent composer tant bien que mal avec une insuffisance de ressources et un nombre écrasant et, malheureusement, croissant de cas d'abus mettant en cause des enfants.

  +-(1055)  

    Quelle tristesse de constater, aujourd'hui, que l'occasion de prendre une mesure législative si fondamentale et si impérative, semble nous glisser entre les doigts. Je demande, théoriquement, pourquoi le gouvernement présente une mesure législative lacunaire à l'égard d'une question aussi fondamentale. Pourquoi ne pas faire les choses comme il faut dès le départ? Corrigeons les lacunes de ce projet de loi parce que, dans son état actuel, nous ne pouvons l'appuyer.

+-

    Le vice-président: Lorsque la Chambre reprendra le débat, nous en serons rendu à la période des questions et commentaires au député de Pictou—Antigonish—Guysborough. Entre-temps, nous passons aux déclarations de députés.


+-DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

*   *   *

[Traduction]

+-Le Mois de sensibilisation à l'épilepsie

+-

    L'hon. Shawn Murphy (Hillsborough, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais informer la Chambre et tous les Canadiens que mars est le Mois de sensibilisation à l'épilepsie.

    L'épilepsie compte parmi les troubles neurologiques les plus courants au Canada, touchant quelque 300 000 personnes, soit environ 1 p. 100 de la population. Tous les jours, au Canada, une moyenne de 38 personnes apprennent qu'elles souffrent d'épilepsie. Des gens de tous âges sont touchés, les très jeunes et les aînés notamment. Un certain nombre de facteurs connus peuvent causer l'épilepsie, mais, dans certains cas, on ne peut déterminer de cause particulière.

    Heureusement, l'épilepsie peut se soigner par des médicaments, la chirurgie et un régime alimentaire approprié. Cependant, elle peut quand même avoir des effets néfastes sur la vie des personnes qui en sont atteintes, surtout si elles sont constamment victimes de discrimination, de l'insensibilité et de l'incompréhension des gens de leur entourage au sujet de cette maladie et de ses conséquences.

    L'une des principales préoccupations des personnes atteintes d'épilepsie, c'est le manque de sensibilisation publique. C'est pourquoi je tiens à féliciter tant Épilepsie Canada que l'Alliance canadienne de l'épilepsie. Leur mission consiste à améliorer la qualité de vie des personnes souffrant d'épilepsie par des programmes de sensibilisation publique et la recherche médicale dans cet important domaine.

    Je les remercie, leurs nombreux bénévoles et eux, de leur dévouement. Je leur souhaite aussi de réussir encore à avoir un effet déterminant sur la vie des personnes atteintes d'épilepsie.

*   *   *

  +-(1100)  

+-La péréquation

+-

    Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC): Monsieur le Président, la formule utilisée pour calculer les paiements de péréquation n'est ni juste ni équitable pour la population de la Saskatchewan. Les électeurs de ma circonscription sont en colère. Les recettes que la province tire de l'énergie ont été récupérées à hauteur de plus de 100 p. 100. Il y a quelque chose qui cloche.

    Ma province, qui souffre déjà des effets économiques de la décroissance démographique et de la crise agricole, verra maintenant ses paiements de péréquation diminuer de façon appréciable. Le ministre des Finances a déclaré que le programme de péréquation ne pourrait remédier à tous les maux financiers dont souffre la Saskatchewan. C'est vrai. Nous avons connu une décennie d'expériences socialistes ratées au niveau provincial. Il n'empêche que la Saskatchewan devrait obtenir ce qui lui revient.

    La formule complexe qui sert à justifier cette récupération fiscale déséquilibrée sera maintenant réévaluée. C'est le temps de la modifier pour qu'elle soit équitable pour toutes les provinces.

*   *   *

+-Angel Hair For Kids

+-

    M. Julian Reed (Halton, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais raconter à la Chambre et à tous les Canadiens l'histoire d'une jeune fille très spéciale de ma circonscription. Megan Leonard, qui habite ma ville natale, Norval, est âgée de six ans et elle a le coeur sur la main.

    L'an dernier, en regardant une émission sur des enfants atteints de cancer, elle a appris qu'on pouvait utiliser des cheveux humains pour fabriquer des perruques. Elle s'est donc fait allonger les cheveux et, vendredi dernier, elle s'est rendue au salon de coiffure pour les faire couper. Elle arbore maintenant une jolie coupe courte.

    J'aimerais que Megan sache que peu importe la beauté de ses cheveux, celle de son coeur est encore plus remarquable. Je tiens à féliciter Megan, qui est âgée de six ans seulement, de contribuer à rendre le monde meilleur.

*   *   *

[Français]

+-Le Mois du rein

+-

    M. Jeannot Castonguay (Madawaska—Restigouche, Lib.): Monsieur le Président, j'ai le plaisir d'informer la Chambre et tous les Canadiens et Canadiennes que le mois de mars est le Mois du rein.

    De nombreuses maladies du rein peuvent frapper n'importe qui à n'importe quel âge. On estime qu'environ 1,9 million de Canadiens souffrent de maladies rénales chroniques, et que plus de 3 000 d'entre eux en meurent chaque année. La plupart de ces personnes ne savent même pas qu'elles sont atteintes, car elles ne ressentent aucun symptôme.

    Au cours des 10 dernières années, la recherche médicale a permis d'augmenter à plus de 85 p. 100 le taux de réussite des transplantations de rein. Toutefois, la demande de greffes d'organe est bien plus élevée que la réserve disponible. Le taux de don d'organes au Canada n'est que de 40 p. 100. Nous pouvons tous aider en n'oubliant pas de remplir notre carte de don d'organes.

    Sensibiliser et encourager activement le public au don d'organes fait partie intégrante de la mission de la Fondation canadienne du rein. J'aimerais féliciter la fondation, ses bénévoles et ses commanditaires pour l'aide et les services précieux qu'ils fournissent. J'espère que le Mois du rein sensibilisera les gens au don d'organes et à d'autres questions liées aux maladies du rein.

    Signez votre carte de don d'organes aujourd'hui!

*   *   *

+-Les femmes parlementaires

+-

    L'hon. Eleni Bakopanos (Ahuntsic, Lib.): Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à trois jeunes femmes canadiennes qui encouragent les femmes à participer au monde politique.

    Bien que le nombre de femmes qui se trouvent dans les institutions politiques canadiennes ait augmenté au cours des 20 dernières années, elles demeurent minoritaires. En examinant le nombre de femmes parlementaires dans le monde, on constate que le Canada dispose d'une longueur d'avance par rapport à la plupart des autres pays, quant à la représentation des femmes. D'après une liste mondiale de 181 pays, le Canada occupe la 37e place au monde et compte ainsi 21 p. 100 de femmes parlementaires à la Chambre des communes.

[Traduction]

    Les femmes apportent une dynamique différente au processus d'élaboration des politiques et il faudrait les encourager à embrasser une carrière politique, à tous les paliers de gouvernement.

    Trois jeunes femmes remarquables ont entrepris une merveilleuse initiative intitulée «Young Women Vote 2004: The 20,000 Project». L'objectif consiste à faire signer à 20 000 femmes, âgées de 18 à 30 ans, une pétition dans laquelle elles s'engagent à voter aux élections fédérales. Il s'agit d'une initiative locale, sans but partisan.

    Je tiens à féliciter Chi Nguyen, Crystal Graber et Chloe Rowbotham de leur initiative.

*   *   *

+-La Commission canadienne du blé

+-

    M. Leon Benoit (Lakeland, PCC): Monsieur le Président, j'ai toujours cru que la Commission canadienne du blé était constituée de spécialistes en marketing qui s'acquittaient adéquatement de leur mandat de mise en marché du blé et de l'orge des agriculteurs de l'ouest du pays. Je n'en suis plus aussi certain. La commission est peut-être en faute, mais d'une façon ou d'une autre, nos agriculteurs ont perdu beaucoup d'argent dans cette aventure.

    Hier, Adrian Measner a admis devant le Comité de l'agriculture de la Chambre des communes que, bien qu'un prix net de plus de 7 $ le boisseau à la ferme était disponible à l'automne de 2002 pour les agriculteurs, ceux-ci n'ont en fait reçu qu'environ 4 $ le boisseau. Il est déplorable en effet que ces 3 $ le boisseau aient été laissés sur la table, perdus pour les agriculteurs, au moment où ceux-ci n'avaient pas le moyen de perdre cet argent.

    Il est vraiment temps de laisser les agriculteurs eux-mêmes décider s'ils passent ou non par la commission du blé pour la mise en marché. Dans une démocratie moderne, c'est un droit reconnu, un droit dont tous peuvent se prévaloir à l'exception des céréaliers de l'ouest canadien. C'est le temps de changer cela.

*   *   *

  +-(1105)  

[Français]

+-L'assurance-emploi

+-

    M. Dominic LeBlanc (Beauséjour—Petitcodiac, Lib.): Monsieur le Président, dans ma circonscription, des milliers de personnes gagnent leur vie en travaillant dans des industries saisonnières. Que ce soit la pêche, le tourisme, la construction, l'agriculture ou le secteur forestier, ces industries contribuent énormément à l'économie de ma province et de notre pays.

    Malheureusement, le système actuel d'assurance-emploi ne reconnaît pas les variations associées aux heures de travail hebdomadaires. Dans le secteur de la transformation du poisson, un produit périssable dont l'accès aux ressources est aussi imprévisible, les petites semaines de travail peuvent réduire les bénéfices d'assurance-emploi pour des gens qui ont besoin de ce revenu.

    Je suis très content que le nouveau ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences soit intéressé à étudier nos suggestions pour corriger les injustices du système actuel et je remercie aussi le premier ministre pour son engagement dans ce dossier si important de ma circonscription.

*   *   *

+-Les femmes de Ciudad Juarez

+-

    Mme Monique Guay (Laurentides, BQ): Monsieur le Président, à Ciudad Juarez au Mexique, depuis 1993, des jeunes femmes de milieu modeste sont enlevées, agressées sexuellement, torturées et assassinées. Jusqu'à maintenant, on a retrouvé plus de 350 cadavres et 500 autres femmes manquent toujours à l'appel. Après 10 ans, ces crimes demeurent toujours impunis alors que les disparitions et les meurtres continuent.

    Le Bloc québécois se joint aux membres du Comité québécois de solidarité avec les femmes de Ciudad Juarez, aux groupes de femmes et aux autres groupes de la société civile afin de dénoncer le machisme et la banalisation de la violence envers les femmes de Ciudad Juarez, l'incompétence et la corruption des autorités policières locales, de même que les nombreuses irrégularités dans le processus judiciaire et les pénibles conditions de vie et de travail des femmes, notamment dans le maquiladora mexicain.

    À l'occasion de la Semaine internationale de la femme, nous avons une pensée bien spéciale pour nos soeurs de Ciudad Juarez.

*   *   *

[Traduction]

+-La fonction publique

+-

    M. Eugène Bellemare (Ottawa—Orléans, Lib.): Monsieur le Président, je félicite les milliers de fonctionnaires fédéraux de carrière pour leur engagement et leur dévouement dans la fonction publique.

    Nous comptons sur nos fonctionnaires pour s'occuper des services, de la sécurité, de la protection, de la justice, de l'inspection des aliments et des médicaments, des passeports, des chèques de pension et de la recherche sur la santé, pour ne nommer que quelques-unes de ces responsabilités.

    Les fonctionnaires sont des gens dotés d'une solide formation. Ils sont consciencieux et ils se dévouent au service des Canadiens dans des domaines touchant de multiples aspects de leur vie. Chaque fois que le système fait défaut au sein d'une organisation aussi énorme, nous oublions souvent ces fonctionnaires qui remettent le système en marche et qui s'assurent que les services sont fournis comme il se doit aux Canadiens.

    Je remercie tous les fonctionnaires fédéraux d'avoir choisi de faire carrière dans la fonction publique fédérale, ainsi que de leur dévouement et de leur professionnalisme.

*   *   *

+-Les élections fédérales

+-

    M. Jim Gouk (Kootenay—Boundary—Okanagan, PCC): Monsieur le Président, comme un bon nombre de mes collègues, je viens de passer par un long processus de nomination visant à désigner un représentant du Parti conservateur du Canada aux prochaines élections.

    Je tiens à remercier ceux et celles qui m'ont appuyé et à féliciter mon adversaire pour la campagne qu'il a menée de main de maître.

    Venons-en maintenant aux adversaires des autres partis. Je connais le candidat choisi par les libéraux. Sa tâche est taillée sur mesure, car il part avec un sérieux handicap. Il fait campagne pour les libéraux, avec tout ce que cela comporte. Il devra expliquer pourquoi il fait campagne pour un parti qui a tant agi à l'encontre des valeurs qui sont chères à mes électeurs. Il devra aussi expliquer les raisons de son appui à un parti qui a répandu la culture de corruption non seulement dans le parti mais, à vrai dire, dans la presque totalité de la bureaucratie fédérale.

    Les prochaines élections vont finalement déloger les libéraux qui ont l'arrogance de croire qu'ils ont le droit de gouverner le pays. La gouvernance n'est pas un droit, mais quelque chose qui se gagne. La seule chose que les libéraux ont gagné, c'est le mépris de la population envers leur culture de corruption.

    J'invite tous nos membres à aller voter le 20 mars et à garder à l'esprit que nous n'allons pas élire seulement un nouveau chef. Nous allons élire le prochain premier ministre du Canada.

*   *   *

+-Le bois d'oeuvre

+-

    L'hon. Scott Brison (Kings—Hants, Lib.): Monsieur le Président, l'industrie du bois d'oeuvre des Maritimes est unique au Canada. Soixante-quinze pour cent de notre production de bois d'oeuvre provient de terres privées et il n'y a pas d'allégations de subventions de la part des États-Unis à l'égard de nos produits. Il n'y a absolument rien qui justifie de prévoir des restrictions commerciales sur le bois d'oeuvre des Maritimes dans tout marché conclu avec les États-Unis.

    Le ministre du Commerce international est récemment venu dans ma circonscription, Kings--Hants, pour rencontrer des producteurs locaux de bois d'oeuvre. J'aimerais profiter de l'occasion pour remercier le président de la Elmsdale Lumber Company, Robin Wilber, d'avoir permis la tenue de cette importante discussion.

    Après la rencontre, M. Wilber a dit à un journaliste du Weekly Press:

    C'était presque une première dans cette région. Une telle représentation fédérale sur place ici à East Hants est loin d'être chose courante et nous avons obtenu tout ce que nous voulions, c'est-à-dire l'assurance que le ministre appuie notre position.

    Le ministre du Commerce international a écouté les producteurs de bois d'oeuvre des Maritimes, il a compris leurs besoins et s'est dit prêt à défendre leurs intérêts, et aucune entente ne menant clairement au libre-échange pour chacune des provinces canadiennes ne sera acceptable...

+-

    Le Président: La députée de Winnipeg-Centre-Nord a la parole.

*   *   *

+-La violence à l'égard des femmes

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD): Monsieur le Président, les immigrantes et les femmes des minorités visibles qui sont victimes de violence familiale sont condamnées à souffrir en silence et le gouvernement ne se soucie toujours pas de leur sort.

    Cette semaine, une autre étude menée par le Conseil canadien de développement social a souligné la nécessité de créer des services préventifs adaptés aux réalités culturelles pour les immigrantes et les femmes de minorités visibles victimes de violence, reprenant ainsi les critiques formulées par les Nations Unies à l'égard du peu de leadership démontré par le gouvernement fédéral dans ce secteur.

    Au lieu de pouvoir compter sur un programme global mené par le gouvernement fédéral et leur offrant de l'aide dans leur propre langue, ces femmes doivent se contenter de services disparates qui n'existent même pas dans bon nombre de collectivités. Ces femmes abandonnées doivent s'en remettre aux défenseurs des femmes et des immigrants en difficulté qui essaient tant bien que mal de remplir ce vide en tentant de mettre sur pied des services d'aide.

    Dans la circonscription de Winnipeg-Centre-Nord que je représente, les collectivités phillipine et laotienne travaillent de concert avec la Mount Carmel Clinic pour répondre aux besoins de leurs membres et elles se penchent de façon très compatissante sur la grave question de la violence familiale.

    Il est consternant de voir que cette responsabilité relève toujours des victimes elles-mêmes et des organismes communautaires déjà surchargés. Nous exhortons le gouvernement...

  +-(1110)  

+-

    Le Président: Le député de Verchères—Les-Patriotes a la parole.

*   *   *

[Français]

+-Le logement social

+-

    M. Stéphane Bergeron (Verchères—Les-Patriotes, BQ): Monsieur le Président, la Société canadienne d'hypothèques et de logement considère qu'un ménage fait face à des besoins impérieux de logement dès qu'il débourse 30 p. 100 et plus de ses revenus en frais de logement, chauffage et électricité.

    Au Canada, on estime que plus de 800 000 ménages, dont près de 220 000 au Québec, allouent plus de la moitié de leurs revenus au logement, ce qui les oblige à couper dans leurs dépenses essentielles comme l'alimentation, les vêtements et les médicaments.

    Actuellement, les logements abordables et sociaux sont rares. Il y a peu de disponibilité dans les résidences pour personnes âgées à revenu modeste, et les familles monoparentales sont celles qui vivent les plus importants problèmes de logement.

    Le Bloc québécois demande au premier ministre de démontrer que, pour lui, le logement social est une priorité, en injectant immédiatement près de 2 milliards de dollars par année, somme qui équivaut au rattrapage que le gouvernement fédéral doit assumer à la suite de son désengagement des 10 dernières années dans ce secteur.

*   *   *

+-La Semaine internationale de la femme

+-

    M. Marcel Proulx (Hull—Aylmer, Lib.): Monsieur le Président, du 7 au 13 mars, nous célébrons la Semaine internationale de la femme. Je voudrais profiter de l'occasion pour rendre hommage à toutes les femmes qui nous entourent afin de reconnaître le rôle qu'elles ont joué dans nos vies à titre de mentors.

    Le thème retenu cette année, «C'est elle qui m'inspire», met en valeur leur rôle comme modèles. Ces femmes ont grandement contribué à faire de nous ce que nous sommes aujourd'hui. Les médias nous ont parlé des Julie Payette et Louise Arbour, qui sont des modèles dont les réalisations représentent une grande fierté.

    Cependant, il ne faudrait pas oublier les femmes qui nous inspirent et qui nous guident quotidiennement. De nombreuses Canadiennes ont réalisé de grandes choses dans leur communauté, leur pays et dans le monde, et ce, dans une foule de domaines.

    On leur témoigne parfois peu de reconnaissance pour leurs efforts, mais elles n'en sont pas moins des exemples remarquables de ténacité qui pourront inciter les jeunes à poursuivre leurs rêves malgré les obstacles et les difficultés se dressant sur leur route.

    Disons un franc merci à toutes les Canadiennes qui nous inspirent et nous accompagnent quotidiennement.

*   *   *

[Traduction]

+-La justice

+-

    M. Rick Casson (Lethbridge, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement libéral usé recycle une mesure législative de Jean Chrétien et affirme haut et fort qu'il s'agit d'une loi visant à protéger les enfants.

    Ce n'est pas l'objet du projet de loi C-12. Même le pédophile le plus connu au Canada se réjouit de cette mesure législative. Pourquoi le gouvernement ne donne-t-il pas plus de mordant au projet de loi pour protéger réellement nos enfants? Pourquoi ne pas supprimer l'échappatoire qui permet une défense fondée sur le bien public? Il ne doit y avoir aucun moyen de défense pour les agresseurs d'enfants et les pornographes.

    Pourquoi ne pas faire passer l'âge du consentement de 14 à 16 ans et s'aligner ainsi sur le reste du monde occidental? Pourquoi ne pas augmenter les peines minimales pour les personnes reconnues coupables de s'être attaquées à des enfants? Les peines maximales plus sévères, rarement imposées, ne sont pas dissuasives.

    Les agresseurs d'enfants, les pédophiles et les dépravés qui s'attaquent à nos enfants appuient le projet de loi. À mon avis, il est évident qu'il faudra un gouvernement conservateur pour mettre en place des mesures législatives envoyant un message clair: ne touchez pas à nos enfants.

*   *   *

+-Le centre communautaire de Vancouver-Sud

+-

    Mme Sophia Leung (Vancouver Kingsway, Lib.): Monsieur le Président, j'ai assisté à l'ouverture du centre communautaire de Vancouver-Sud. Le centre nouvellement rénové est le résultat des efforts conjoints de la collectivité, des entreprises et des gouvernements dans le cadre du programme d'infrastructure Canada — Colombie-Britannique.

    Le nouveau centre offrira des services de garde d'enfants, de la formation à l'emploi et des cours de langue, un lieu de rassemblement pour les aînés et de nouveaux locaux à bureaux.

    Bravo au centre communautaire de Vancouver-Sud; à Chris Friesen, président du conseil d'administration, et aux membres de ce conseil; à Karen Larcombe, directrice administrative; et aux nombreux bénévoles qui ont travaillé fort pour apporter des changements positifs à notre communauté.

*   *   *

+-Les îles Turks et Caicos

+-

    M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, PCC): Monsieur le Président, depuis la confédération de trois provinces en 1867, le Canada est passé aujourd'hui à dix provinces et trois territoires. Une nouvelle possibilité audacieuse de confédération est maintenant proposée et elle devrait être explorée.

    Les îles Turks et Caicos, qui se trouvent aux portes de tout le marché des Caraïbes et de l'Amérique du Sud, offrent une relation officielle avec le Canada. Un statut de province à part entière pour les îles Turks et Caicos augmenterait l'influence économique, politique et commerciale du Canada dans les Caraïbes.

    Comme 11e province du Canada, les îles Turks et Caicos bénéficieraient grandement du renforcement de leur influence dans les Caraïbes en qualité de grande entité commerçante et de port de transbordement des biens et services canadiens.

    Les îles Turks et Caicos, partenaires de la confédération du Canada dans le nouveau millénaire, deviendraient un modèle canadien de stabilité et de prospérité régionales. Ceux qui partagent l'audace et la vision de nos pères de la Confédération considèrent que le moment d'agir est venu.


+-QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

*   *   *

  +-(1115)  

[Traduction]

+-Le programme de commandites

+-

    M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PCC): Monsieur le Président, ma question au premier ministre suppléant est très directe. Peut-il nous dire si, en sa capacité de ministre, il s'attend à ce que son personnel agisse indépendamment ou sur ses instructions?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je m'attends à ce que, en tout temps, mon personnel se conduise avec professionnalisme et conformément à ses devoirs et obligations et à toutes les lois canadiennes pertinentes.

+-

    M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PCC): Monsieur le Président, le ministre a clairement contourné la question.

    Les deux conseillers les plus fidèles du premier ministre, travaillant sous ses ordres dans son cabinet, sont intervenus dans la passation de contrats de publicité, comme cela a été clairement démontré hier au comité. Leurs actions étaient celles de leur ministre.

    Pourquoi le premier ministre est-il intervenu en 1995 et pourquoi refuse-t-il en 2004 d'assumer la responsabilité de ses actions?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je crains fort que le député ne mélange plusieurs choses.

    Premièrement, en ce qui concerne la note de service émise par Mme O'Leary, il est très clair qu'elle y prône une plus grande concurrence et non l'inverse. Cette note de service fait également état d'un lien avec la firme connue sous le nom d'Everest, lien qui en fait avait été établi par le gouvernement conservateur qui nous a précédés.

+-

    M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PCC): Encore une supercherie, monsieur le Président.

    J'aimerais citer les propos tenus hier au Comité des comptes publics par Allan Cutler, témoignant devant celui-ci--c'est une parfaite description du gouvernement libéral. Il a dit:

    L'éthique et l'intégrité semblent être des considérations mineures en ce qui concerne les contrats de publicité.

    Et il a ajouté:

...On me demandait de préparer et d'émettre des contrats dans des circonstances que je trouvais douteuses, voire irrégulières.

    Pourquoi le gouvernement rejette-t-il la responsabilité sur les bureaucrates alors que c'était le premier ministre lui-même, en tant que ministre des Finances, qui donnait les ordres?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, pour commencer, j'admire le courage de M. Cutler et je lui souhaite bonne chance dans ses témoignages. C'est exactement ce qu'a demandé le premier ministre: que, dans les circonstances actuelles, les gens viennent faire la lumière sur ce qui s'est passé auparavant.

    Il n'y a rien jusqu'à présent dans le témoignage de M. Cutler qui touche directement le premier ministre ou l'ex-ministre des Finances.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, le premier ministre affirme tout ignorer du scandale des contrats de publicité. Pourtant, ce que nous avons entendu, hier, montre bien que lui et ses plus proches conseillers ont joué un rôle dans l'attribution des contrats, au sujet desquels la vérificatrice générale a déclaré que toutes les règles avaient été violées. Elle a même pointé du doigt Groupe Everest.

    Le moment n'est-il pas venu pour le premier ministre d'admettre qu'il donne ou a donné des instructions à son personnel relativement à l'attribution de ces contrats?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je rappelle une fois de plus que c'est le gouvernement conservateur qui, le premier, a attribué des contrats à la firme qui figure sous le nom de Groupe Everest, avant l'automne 1993.

    Nous avons hérité de la situation, et le ministre des Finances et son cabinet ont pris des dispositions dès qu'ils l'ont pu pour mener l'affaire à terme et modifier l'entente.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, la question se pose alors de savoir pourquoi c'est le cabinet du ministre des Finances, l'actuel premier ministre, qui a donné des directives et choisi l'agence de publicité Groupe Everest. Le personnel d'un ministre ne peut pas agir de sa propre initiative; il suit les ordres.

    Comment le premier ministre peut-il persister à affirmer qu'il ignorait tout de l'argent qui allait remplir les poches des libéraux, alors que ses deux plus fidèles conseillers, Littler et O'Leary, ont laissé partout leurs empreintes dans ce scandale?

  +-(1120)  

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, une fois de plus le député voit tout à l'envers. Il regarde par le mauvais bout de la lorgnette.

    La note de service dont il est ici question a été envoyée par le ministère à M. Littler, et non pas l'inverse.

[Français]

+-

    Mme Caroline St-Hilaire (Longueuil, BQ): Monsieur le Président, selon Allan Cutler, qui a eu le courage de dénoncer l'inacceptable, c'est en novembre 1994, grâce à une bénédiction politique, que toutes les règles d'attribution de contrats ont sauté et que les fonds publics ont commencé à être détournés au profit des amis du régime libéral.

    Comme le scandale des commandites est né en novembre 1994, soit deux mois après l'élection du Parti québécois, et qu'on est déjà en pleine dynamique référendaire, est-ce que les gens ne sont pas en droit de savoir à quoi a servi exactement le Fonds de l'unité nationale caché dans le budget du premier ministre?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, en ce qui concerne la réserve à laquelle fait allusion la députée, elle s'inscrivait à cette époque dans le cadre financier du gouvernement. Le premier ministre actuel n'a mis en oeuvre aucune activité en utilisant cette enveloppe. Il a invité le greffier du Conseil privé à étudier cette enveloppe de financement et à émettre des recommandations sur la meilleure utilisation qui pourrait en être faite.

[Français]

+-

    Mme Caroline St-Hilaire (Longueuil, BQ): Monsieur le Président, le premier ministre a reconnu l'existence du Fonds de l'unité nationale dans son propre budget. Le quotidien La Presse nous apprend aujourd'hui que ce fonds caché disposait d'une enveloppe de 40 millions de dollars pour 2002-2003 seulement. Avant, on ne le sait pas.

    Pour qu'on ait une vue d'ensemble, est-ce que le premier ministre ou le ministre des Finances peut nous dire combien d'argent, à titre de ministre des Finances, il a alloué au Fonds de l'unité nationale depuis 1993?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai dit, le premier ministre actuel n'a fait aucun usage de cette réserve particulière. Il a demandé au président du Conseil privé d'étudier la question et de présenter des recommandations sur le meilleur usage qui pourrait être fait de cette réserve dans l'avenir.

[Français]

+-

    M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ): Monsieur le Président, ce qu'on veut savoir, c'est combien a été utilisé depuis 1993. Le fonds secret de l'unité nationale existait bel et bien et bénéficiait d'un budget caché de 40 millions de dollars. À titre de ministre des Finances responsable de l'élaboration des budgets, il est impossible qu'il n'ait pas été au courant.

    Le premier ministre peut-il, en conséquence, nous confirmer que depuis son premier budget, il a donné son autorisation pour financer un fonds secret dont l'existence a été sciemment cachée à la population?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai indiqué, le premier ministre, lorsqu'il est devenu premier ministre, ne s'est servi de cette réserve à aucune fin particulière. Il a cherché à recueillir des conseils professionnels pertinents auprès de la fonction publique, en l'espèce auprès du président du Conseil privé, afin de déterminer comment il conviendrait d'en faire le meilleur usage dans l'avenir.

[Français]

+-

    M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ): Monsieur le Président, pour l'information du ministre des Finances, je voudrais lui apprendre que le premier ministre a été ministre des Finances pendant 9 ans.

    Budget après budget, c'est-à-dire pendant neuf ans, soit neuf budgets, le premier ministre a reconduit des sommes importantes vers des fonds secrets, se rendant ainsi complice de son prédécesseur, Jean Chrétien.

    Comment le ministre des Finances peut-il prétendre que la venue de son gouvernement et d'un nouveau premier ministre constitue un changement par rapport aux années Chrétien, quand son action au ministère des Finances prouve qu'il était impliqué jusqu'au cou?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai déjà mentionné, le premier ministre n'a fait aucun usage de ce fonds et a fait appel à la fonction publique pour recevoir des conseils sur l'utilisation qui pourrait en être faite.

*   *   *

+-L'Office d'investissement du régime de pensions du Canada

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD): Monsieur le Président, directement du milieu des affaires, voici un autre vieil ami du premier ministre, Purdy Crawford, qui s'apprête à se servir dans l'assiette au beurre des libéraux. M. Crawford a siégé, en compagnie du premier ministre, au conseil d'administration d'Imasco et a versé 5 000 $ à la campagne à la direction menée par le premier ministre.

    C'est à se demander quel genre de don il faut faire pour être nommé à l'autre endroit.

    M. Crawford vient tout juste d'être embauché par l'Office d'investissement du RPC pour agir, imaginez, à titre de conseiller en matière de conflit d'intérêts et d'éthique. Est-ce pour protéger les dénonciateurs ou un de ses bons amis? Dur à dire. Pourquoi le gouvernement ne comprend-il pas qu'il doit cesser de nommer ses amis à des postes de conseiller en éthique et d'accorder des traitements de faveur?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je me demande si la députée tient vraiment à dénigrer cet homme qui était candidat au titre de PDG de l'année au Canada il y a à peine deux ans.

  +-(1125)  

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD): Monsieur le Président, quand le gouvernement cessera-t-il de nommer ses petits copains conservateurs aux agences et commissions libérales?

    De plus en plus, les Canadiens exigent que leurs fonds de pension servent à des investissements éthiques n'ayant rien à voir avec le fléau que propagent les producteurs de tabac. M. Crawford oeuvre auprès de la société productrice de tabac Imasco depuis le début des années 1970. Il a siégé au conseil d'administration, en compagnie du premier ministre, et a même occupé le poste de PDG et président.

    Comment peut-on s'attendre à des conseils éthiques et impartiaux de la part d'un ardent défenseur des investissements dans les sociétés productrices de tabac et de la commercialisation des produits du tabac? L'Office d'investissement du RPC va-t-il...

+-

    Le Président: Le ministre des Finances a la parole.

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, il existe, bien sûr, des lignes directrices régissant ce genre d'investissement.

    Si la députée tient à critiquer nos nominations, elle pourrait dénigrer l'un de nos conseillers en affaires municipales, qui se trouve à être M. Harcourt, ou encore l'un de nos ex-conseillers en matière de santé, et je peux parler naturellement de M. Romanow.

    De toute évidence, le gouvernement cherche à obtenir les meilleurs conseils possibles, même s'il doit, à cette fin, se tourner parfois vers des néo-démocrates.

*   *   *

+-Le programme de commandites

+-

    M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, PCC): Monsieur le Président, au cours des dix dernières années, les fonctionnaires se sont succédé et les ministres des Travaux publics se sont succédé, mais une personne est demeurée à la barre. Il s'agit de l'actuel premier ministre. Il dirigeait le ministère des Finances avec une main de fer à l'époque où ces faux contrats ont été octroyés. Il siégeait au Conseil du Trésor alors même que son propre ministère dérogeait aux règles. Comment les Canadiens peuvent-ils croire qu'il n'était pas au courant?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Encore une fois, monsieur le Président, le député fonde son argumentation sur un salmigondis d'informations et il en tire des conclusions erronées. La note de service de Mme O'Leary préconisait clairement une concurrence accrue et non le contraire. La firme que le député et son parti blâment tant, Groupe Everest, avait initialement reçu un contrat du Parti conservateur et non pas du Parti libéral.

+-

    M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, PCC): Monsieur le Président, ils ont été là pendant dix ans et ont conservé la firme de publicité délinquante. Certains changements s'imposaient et les libéraux ne les ont pas faits.

    Durant les dix dernières années de mauvaise gestion des libéraux, un fil conducteur a toujours relié les scandales, la corruption et le gaspillage et ce fil conducteur est l'actuel premier ministre. Ce salmigondis de preuves auquel le ministre des Finances fait allusion pointe directement vers le premier ministre et les données s'accumulent. Quelle sera l'excuse du jour maintenant que l'explication fournie par le premier ministre, c'est-à-dire qu'il ne savait rien, ne fait plus le poids?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je signale que la carrière du premier ministre en politique est bien connue des Canadiens. Ceux-ci sont très satisfaits de son travail. Il obtient l'appui d'une vaste majorité de Canadiens, au point même où des sondeurs ont demandé à des membres du Parti conservateur qui serait le plus en mesure de diriger le pays et ils ont répondu que ce serait le premier ministre actuel.

+-

    M. Leon Benoit (Lakeland, PCC): Monsieur le Président, nous en apprenons chaque jour davantage sur la carrière du premier ministre. Il a déclaré n'avoir rien su du scandale des publicités avant 2002. La vérité, c'est qu'en 1995, le Conseil du Trésor, dont il était le vice-président, en passant, lui a demandé de cesser d'enfreindre les règles en matière d'attribution de contrats.

    Des mois plus tard, son personnel enfreignait toujours les règles. Le personnel d'un cabinet ministériel ne peut tout simplement pas prendre d'initiatives. Il obéit à des ordres. Pourquoi le premier ministre a-t-il continué à enfreindre les règles et à accorder des contrats à ses amis politiques?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je présume que le député fait allusion à certains commentaires attribués à M. Guité. Je ferai remarquer au député que le ministère des Finances avait mis en doute le bien-fondé de ces allégations en 1995 et continue de le faire.

+-

    M. Leon Benoit (Lakeland, PCC): Monsieur le Président, le fait est que le fil conducteur de tout ce fouillis politique et de toute cette corruption, c'est l'actuel premier ministre. Le Conseil du Trésor, dont il était le président, lui a dit en 1995 de cesser d'enfreindre les règles.

    Pourquoi le premier ministre a-t-il ignoré ces demandes du Conseil du Trésor et a-t-il continué à enfreindre les règles et à accorder des contrats à ses amis politiques?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, un ensemble de règles avaient été mises en place au début des années 1990 relativement aux procédures d'octroi de contrats; elles se rapportaient notamment, si le député est familier avec ces détails, à l'ancienne annexe Q du Règlement sur les marchés de l'État.

    Au cours de mon enquête sur ces questions, je me suis rendu compte que les procédures adoptées méritaient d'être renforcées. En fait, c'est ce qui s'est produit au cours des années 2002 et 2003 lors de la révision de ces règles. Auparavant, tous les éléments dont je dispose me portent à croire que le ministre des Finances a respecté toutes les obligations qui lui étaient faites.

  +-(1130)  

[Français]

+-

    Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ): Monsieur le Président, au nom de l'unité nationale, Jean Chrétien était prêt à tout, même à frauder et à détourner des fonds publics. Dans l'opération des drapeaux, on apprend que la méthode Chuck Guité était aussi appliquée. On apprend également qu'une fabricante de drapeaux, aussi présidente du Parti libéral fédéral en Colombie-Britannique, a avisé les députés fédéraux de la province qu'il y avait violation des règles.

    Qui peut nier, de l'autre côté de la Chambre, que des députés de la Colombie-Britannique n'ont rien fait, même s'ils savaient?

[Traduction]

+-

    L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, l'opération des drapeaux à laquelle la députée fait allusion a été lancée par le gouvernement à une période où l'unité nationale soulevait de nombreuses questions.

    Cela étant dit, le gouvernement examine les dossiers et, comme dans le cas de tous les autres contrats de publicité, des enquêtes sont en cours pour que ceux qui auraient commis des malversations rendent des comptes. Si des fonds ont été versés contrairement aux règles, ils seront rendus aux contribuables du Canada.

[Français]

+-

    Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ): Monsieur le Président, Mme Braverman a téléphoné personnellement au premier ministre qui était ministre des Finances à l'époque, pour l'informer de la situation. Ce dernier a choisi encore une fois de s'en laver les mains, en prétextant que l'opération des drapeaux, c'était l'affaire de la ministre du Patrimoine de l'époque.

    Le premier ministre peut-il nier qu'il n'a, lui aussi, rien fait?

[Traduction]

+-

    L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, cette question concerne la publicité. Nous faisons plusieurs démarches pour examiner tous les aspects du rapport de la vérificatrice générale qui portent sur les commandites, les contrats de publicité ou les sondages d'opinion publique. Le Comité des comptes publics étudie ces questions.

    Les députés de l'opposition ne peuvent pas gagner sur les deux tableaux. Lorsqu'un comité des Communes fait du bon travail, ils s'en prennent au comité, majoritairement libéral, mais, chaque fois qu'il trouve d'autres informations, ils tentent de s'en attribuer le mérite. Le gouvernement est ouvert avec les comités, avec la population canadienne...

+-

    Le Président: Le député d'Argenteuil—Papineau—Mirabel a la parole.

[Français]

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, le premier ministre a fait un appel solennel à celles et ceux qui savaient quelque chose sur le scandale des commandites, leur demandant de sortir et de parler publiquement. Pourtant, quand des militants libéraux lui écrivent ou lui téléphonent pour dénoncer des pratiques douteuses, il ne fait rien.

    Comment le premier ministre peut-il penser qu'on va le prendre au sérieux quand il invite celles et ceux qui savent à parler, quand lui-même, lorsqu'il a été interpellé, n'a rien fait et a préféré s'en laver les mains?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, loin de s'en laver les mains, le premier ministre a lancé le processus le plus complet jamais entamé pour que cette affaire soit entièrement tirée au clair, que tous les faits soient connus, que toutes les pistes soient suivies jusqu'au bout et que les mesures appropriées soient prises. Le premier ministre a fait preuve de beaucoup d'ouverture, de transparence et de détermination pour faire la lumière sur cette question, et les Canadiens le reconnaissent.

[Français]

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, le ministre des Finances n'est pas crédible. Est-ce que le premier ministre n'aurait pas mieux fait d'imiter le fonctionnaire Cutler et, au lieu de se laver les mains comme il l'a fait, de démontrer du courage et de la transparence, et de dénoncer le scandale des commandites, plutôt que de le cautionner par son silence?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, sans vouloir commenter les détails, je dirai que, bien sûr, le gouvernement félicite M. Cutler de son courage.

*   *   *

+-La défense nationale

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC): Monsieur le Président, la Loi sur la gestion des finances publiques limite le pouvoir d'autorisation de dépenses des fonctionnaires du ministère de la Défense nationale. Toute demande d'attribution supérieure à 250 000 $ doit être soumise à Travaux publics. Comment un fonctionnaire aurait-il pu autoriser des dépenses de 160 millions de dollars?

+-

    L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, de toute évidence, l'employé dont il est question n'avait pas le pouvoir de signer des contrats non autorisés en vertu du contrat principal intervenu avec Hewlett-Packard. S'il y a eu des actes criminels, la GRC le constatera puisqu'une enquête est en cours. L'employé mis en cause dans cette affaire a été congédié. Pour l'instant, les enquêtes et les vérifications se poursuivent.

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC): Monsieur le Président, seul le ministre...

    Des voix: Oh, oh!

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît. Je ne sais pas si la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke est en mesure d'entendre la réponse. Je peux moi-même à peine l'entendre et je crois que les députés qui chahutent ne peuvent pas l'entendre.

    Si nous avons des réponses différentes de tous les côtés de la Chambre, nous allons changer le Règlement. Néanmoins, pour l'instant, le Règlement prévoit qu'une seule personne à la fois pose une question et qu'une seule personne y répond. Le ministre avait la parole et c'est maintenant la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke qui l'a. Il serait fort apprécié d'avoir un peu d'ordre.

  +-(1135)  

+-

    Mme Cheryl Gallant: Monsieur le Président, seul le ministre peut approuver une dépense de cette importance. Le ministre a-t-il éliminé l'échappatoire qui a permis à une seule personne d'approuver des dépenses de 160 millions de dollars de fonds publics?

+-

    L'hon. David Pratt (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je pense que la députée ne comprend pas qu'il ne s'agissait pas d'un seul marché de 160 millions de dollars, mais d'une série de petits marchés. Il faut également se rappeler qu'une vérification judiciaire est en cours et que la GRC examine également cette affaire. De plus, d'autres mesures disciplinaires pourraient être prises.

+-

    M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC): Monsieur le Président, hier, le gouvernement a déclaré que le vol représentant une pratique criminelle très sophistiquée et que cela expliquait pourquoi les libéraux ne s'en étaient pas aperçus pendant des années.

    Lorsqu'il s'agit de protéger les deniers publics, il semble que le premier ministre soit si incompétent, qu'il fait passer l'inspecteur Clouseau pour Sherlock Holmes. Pourquoi personne ne s'est-il inquiété de voir un employé du ministère de la Défense nationale, Paul Champagne, vivre dans un manoir, avec un gymnase, une piscine intérieure et un court de tennis, sur l'allée des milliardaires? Quelqu'un a-t-il pensé à lui demander comment il pouvait se permettre tout cela avec son salaire de directeur?

+-

    L'hon. David Pratt (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je le répète, une vérification judiciaire est en cours. La GRC examine cette affaire. Bon nombre de détails seront rendus publics en ce qui concerne les mesures prises à la suite de tout cela. Je m'attends à ce que cette question aboutisse devant les tribunaux. À ce moment-là, beaucoup de renseignements seront présentés.

    Cependant, j'en reviens au fait que nous ne pouvons sauter aux conclusions relativement à l'aboutissement de cette affaire. Laissons le processus suivre son cours.

+-

    M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC): Eh bien, merci, inspecteur Clouseau, Paul Champagne était directeur...

    Des voix: Oh, oh!

+-

    Le Président: Je pense que le député voulait s'adresser à la présidence. Je ne vois pas l'inspecteur dans la salle. Je suis persuadé que le député voudra adresser ses observations à la présidence. J'espère qu'il ne laissait pas entendre que je suis l'inspecteur Clouseau.

+-

    M. Jay Hill: Merci, inspecteur Président.

    Paul Champagne était un directeur au ministère de la Défense nationale et il occupait donc un poste de cadre intermédiaire. Il est incompréhensible, et je dirais même incroyable pour un gouvernement libéral incompétent qu'un bureaucrate puisse à lui seul approuver des dépenses de 160 millions de dollars de deniers publics.

    Pourquoi n'a-t-on pas pris le temps de faire enquête pour savoir si Paul Champagne avait gagné à la loterie ou réalisé des gains importants à la bourse, comme il l'a prétendu? Est-ce parce que tant de libéraux se partageaient l'assiette au beurre qu'ils n'ont pas remarqué que Paul Champagne s'était taillé une part de choix?

+-

    L'hon. David Pratt (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, le député est peut-être prêt à sauter à toutes sortes de conclusions ici, mais un travail plutôt sérieux est effectué à ce sujet, malgré les blagues du député. J'exhorte le député, ainsi que l'opposition dans son ensemble, à attendre les résultats. Cette question va être réglée.

    En ce qui concerne la position du gouvernement, nous sommes persuadés que la conclusion de toute cette affaire va en fin de compte appuyer notre version des faits.

*   *   *

+-Les travaux publics et les services gouvernementaux

+-

    M. Dominic LeBlanc (Beauséjour—Petitcodiac, Lib.): Monsieur le Président, la Direction des pensions de retraite de TPSGC est située à Shediac, au Nouveau-Brunswick. Depuis plus de 20 ans, ses fonctionnaires vaillants et dévoués gèrent les prestations de retraite de la fonction publique.

    Depuis quelques semaines, ces employés de l'État exemplaires s'inquiètent d'une éventuelle privatisation, d'une possibilité de sous-traitance ou de partenariats entre les secteurs public et privé.

    Quelles garanties le ministre peut-il nous donner quant à l'avenir de la Direction des pensions de retraite et à sa modernisation?

+-

    L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, je remercie le député de cette excellente question. Je voudrais aussi remercier les employés de la Direction des pensions de retraite de Shediac de leur travail soutenu et laborieux pour assurer le bon fonctionnement du régime de pensions.

    Je puis dire au député qu'il n'y a aucun projet de privatisation ou de sous-traitance en ce qui concerne ces travailleurs dévoués de Shediac. Bien au contraire, la Direction des pensions de retraite fait face à d'excellentes perspectives de formation dans le cadre de la modernisation de la fonction publique.

*   *   *

+-Les prestations pour enfants

+-

    Mme Wendy Lill (Dartmouth, NPD): Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre du Développement social. C'est en Nouvelle-Écosse qu'on trouve le moins de places en garderie subventionnées au Canada. Deux garderies sans but lucratif ont fermé leurs portes à Halifax et à Dartmouth le mois dernier, laissant une centaine de familles faire des pieds et des mains pour avoir une place en garderie. La situation en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec n'est guère mieux.

    Il n'y a aucune obligation de rendre compte en ce qui concerne les sommes que le gouvernement fédéral a transférées aux provinces. À Halifax et à Dartmouth, les garderies subventionnées obtiendront une augmentation de seulement 11 $ par mois par place, au lieu des 11 $ par jour dont elles ont besoin.

    Voici ce que les familles veulent savoir aujourd'hui. Quand le gouvernement s'engagera-t-il à avoir un programme national de garderies et quand appliquera-t-il des normes nationales pour aider les familles dans le besoin?

  +-(1140)  

+-

    L'hon. John McCallum (ministre des Anciens Combattants, Lib.): Monsieur le Président, il appartient au gouvernement de la Nouvelle-Écosse, comme aux autorités de toutes les provinces et de tous les territoires, de décider quels investissements ils font dans les soins de santé. Je crois savoir que les représentants de la Nouvelle-Écosse sont disposés à rencontrer les exploitants de garderies afin de discuter de leurs préoccupations.

    La Nouvelle-Écosse reçoit actuellement 15 millions de dollars par année pour le développement de la petite enfance et 25 millions de dollars pour l'apprentissage précoce en garderie. Je crois savoir que la ministre s'entretiendra bientôt de cette question avec ses vis-à-vis de la Nouvelle-Écosse.

*   *   *

+-L'éducation postsecondaire

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, sous les gouvernements conservateurs précédents et le gouvernement libéral actuel, les droits de scolarité au niveau postsecondaire dans notre pays ont plus que triplé, ce qui a eu pour effet que les étudiants et leur famille sont de plus en plus endettés.

    Ma question, qui s'adresse au ministre des Finances, est très claire. Le prochain budget accordera-t-il une aide appréciable aux étudiants et à leur famille ou le gouvernement continuera-t-il de malmener nos étudiants?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, j'ai eu l'occasion de parcourir le pays au mois de janvier et j'ai consulté les Canadiens au sujet de leurs attentes prébudgétaires. Je puis dire au député qu'à toutes les tables rondes, les Canadiens ont désigné l'éducation comme étant une grande priorité et une grande préoccupation pour eux. Ils ont en outre souligné que la question clé était l'accès. Je ne puis en dire plus, mais la réponse se trouve quelque part par là.

*   *   *

+-Le programme de commandites

+-

    M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, PCC): Monsieur le Président, le premier ministre affirme qu'il n'était pas au courant de la combine des contrats de publicité. C'est le bon vieux moyen de défense fondé sur l'ignorance. Il semble qu'il était le seul à ne pas être au courant. Les fonctionnaires du Conseil du Trésor étaient au courant, les fonctionnaires du Conseil privé étaient au courant et il est évident que ses amis libéraux qui pataugeaient dans l'assiette au beurre étaient au courant. Nous savons maintenant que ses hauts fonctionnaires les plus dignes de confiance étaient au courant, et ils n'agissent pas de leur propre chef. Peut-être ne voulait-il pas savoir? Le premier ministre fait des affirmations à l'encontre du bon sens.

    Quand réalisera-t-il que le public canadien n'est pas dupe?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, tout ce que le premier ministre a dit et fait, tant dans ses fonctions de premier ministre que dans ses fonctions antérieures, témoigne de sa droiture et de son honnêteté. Il faut être malveillant pour insinuer le contraire.

+-

    M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, PCC): Monsieur le Président, la liste des dossiers que le premier ministre affirme ne pas connaître s'allonge de jour en jour. Le scandale d'un milliard de dollars au ministère de DRHC: «Je n'étais pas au courant.» Le gaspillage d'un milliard de dollars pour le registre des armes à feu: «Qui, moi?» Et maintenant, la combine des contrats de publicité, un scandale de 100 millions de dollars, et les contrats du ministère de la Défense nationale, un autre scandale de 160 millions de dollars. Un scandale n'attend pas l'autre.

    Des milliards de dollars ont été gaspillés sous ses yeux, si bien qu'une question s'impose: comment le premier ministre peut-il faire croire aux Canadiens qu'il est possible d'en savoir si peu sur autant de choses?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, le député me rappelle un adage qu'on enseigne à l'école de droit. Quand on ne maîtrise pas bien le droit et qu'on ne connaît pas bien les faits, il ne reste qu'à taper du poing sur la table. On tape beaucoup du poing sur la table ici.

    Pour ce qui est des documents dont les députés d'en face parlent, la note de service de Mme O'Leary préconisait davantage, pas moins, de concurrence. Quant à M. Littler, la note de service lui était adressée, ce n'est pas lui qui l'a envoyée. Les députés mêlent tout et déforment les faits.

*   *   *

+-La justice

+-

    M. Chuck Cadman (Surrey-Nord, PCC): Monsieur le Président, dans la livraison d'aujourd'hui du Vancouver Province, on dit:

    À notre avis, il est temps que les politiciens adoptent le projet de loi du député de Surrey-Nord pour que les courses de rue soient une circonstance aggravante dans la détermination de la peine.

    Les médias et la population veulent que le Parlement adopte le projet de loi C-338. La Chambre a manifesté son appui au projet de loi en le renvoyant au Comité de la justice, mais nous savons tous que le temps presse. Il faut décourager cette conduite criminelle irresponsable.

    Le ministre fera-t-il preuve d'un peu de leadership en appuyant le projet de loi C-338 pour qu'il entre en vigueur avant le déclenchement des élections?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, la question a été renvoyée au comité, comme le député l'a dit, et le comité l'étudie actuellement.

+-

    M. Chuck Cadman (Surrey-Nord, PCC): Monsieur le Président, cette semaine, à Surrey, un adolescent de 18 ans dont le permis de conduire avait déjà été suspendu à deux reprises a perdu la maîtrise de son véhicule pendant qu'il roulait à 140 kilomètres à l'heure. Il a percuté un abri-bus, blessant Sarjeet Dhillon, 71 ans. Tout porte à croire qu'il s'agit là, encore une fois, des conséquences tragiques des courses de rue. Avec l'arrivée du printemps, les courses de rue seront plus fréquentes, et ceux qui blesseront ou tueront des gens ne se verront imposer rien de plus qu'une peine de détention à domicile.

    Le projet de loi C-338 envoie aux tribunaux le message qu'ils doivent prendre ces crimes plus au sérieux. Le ministre pourrait adopter le projet de loi en une journée. Pourquoi refuse-t-il de l'appuyer?

  +-(1145)  

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, parce que je respecte le processus démocratique et l'examen de projets de loi par des comités parlementaires. Le projet de loi a été renvoyé à un comité.

*   *   *

[Français]

+-L'industrie du transport aérien

+-

    M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ): Monsieur le Président, Air Canada s'apprête à annuler l'achat de 15 biréacteurs régionaux de Bombardier, au profit d'Embraer.

    Est-ce que le gouvernement peut nous assurer que la ministre de l'Industrie interviendra auprès d'Air Canada afin que son choix maximise les retombées pour l'industrie aéronautique québécoise?

[Traduction]

+-

    L'hon. Gurbax Malhi (secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, Air Canada a indiqué qu'il se pourrait qu'elle modifie sa stratégie à l'égard de l'achat d'avions régionaux de Bombardier. Le gouvernement reconnaît l'importance de cet achat pour Bombardier et pour le secteur aérospatial canadien.

    Nous continuons d'étudier la demande d'un soutien au financement des ventes. Toute décision qui sera prise tiendra compte des priorités du gouvernement du Canada, dans le plus grand respect des deniers publics.

[Français]

+-

    M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ): Monsieur le Président, le gouvernement peut-il nous assurer qu'il agira rapidement et ne laissera à Air Canada aucun prétexte pour acheter ailleurs? Va-t-il laisser Embraer se péter les bretelles parce qu'elle a doublé Bombardier même chez Air Canada?

[Traduction]

+-

    L'hon. Gurbax Malhi (secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai indiqué plus tôt, nous continuons d'étudier la demande de soutien du financement des ventes. Toute décision qui sera prise tiendra compte de toutes les priorités du gouvernement du Canada, dans le plus grand respect des deniers publics.

*   *   *

+-Les affaires étrangères

+-

    M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement continue d'accroître son déficit démocratique. Taiwan n'a pas été admise comme pays membre de l'Organisation mondiale de la santé parce que la Chine s'est opposée à son adhésion.

    Le printemps dernier, le Parlement a adopté une motion de l'opposition demandant au Canada d'appuyer l'admission de Taiwan à titre d'observateur à l'Organisation mondiale de la santé.

    Pourquoi le gouvernement refuse-t-il d'appuyer la demande de Taiwan devant l'Organisation mondiale de la santé?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, puisque nous en avons discuté à maintes reprises, la Chambre sait sans doute que, pour devenir membre de l'Organisation mondiale de la santé, il faut obtenir l'appui de tous les membres de l'OMS.

    Comme bien d'autres pays, nous avons fait savoir au gouvernement taiwanais que nous l'appuierions par d'autres moyens dans tout dossier se rapportant à l'Organisation mondiale de la santé. Nous informons le gouvernement de Taiwan et nous collaborons avec lui. Nous reconnaissons son intérêt légitime à l'égard de ces questions. Nous voulons travailler de concert avec ce gouvernement, mais nous ne pouvons contrôler nous-mêmes tout ce qui se produit au sein des organisations internationales.

+-

    M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC): Monsieur le Président, le ministre nous sert le même mantra anti-Taiwan qu'il a utilisé il y a neuf mois à la Chambre et qui, à cette date, n'avait même pas convaincu les membres de son propre caucus, puisqu'ils ont voté pour la motion de l'opposition proposant qu'on appuie la demande de statut d'observateur de Taiwan.

    Le déficit démocratique ne se résorbe pas. Comment le gouvernement peut-il justifier une position qui fait fi de la volonté formelle du Parlement?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, il arrive parfois que la volonté formelle des politiciens se heurte à une dure réalité qu'ils ne peuvent pas changer. C'est le cas dans ce dossier.

    Nous ne pouvons pas, à nous seuls, changer les règles de l'OMS. Il est totalement inexact de dire que nous sommes contre Taiwan. En fait, la Chambre, les députés et nous tous désirons travailler de concert avec le gouvernement et le peuple taiwanais pour veiller à ce qu'ils obtiennent la meilleure aide possible de la part de l'organisation de la santé.

    Nous agissons en ce sens et nous empruntons les voies internationales qui s'offrent à nous. Nous appuyons leur capacité et leur volonté d'obtenir les meilleures informations possibles de l'organisation de la santé. Nous continuerons de le faire.

*   *   *

[Français]

+-L'agriculture

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire.

    Il y a maintenant un an que notre pays a été frappé par la maladie de la vache folle. Un de mes commettants m'a récemment dit qu'il avait envoyé 13 vaches à l'abattoir pour un revenu de 882 $, par rapport à un montant de 10 000 $ qu'il aurait eu il y a un an, et qu'il avait obtenu, dans un cas très tragique, un chèque de 2,01 $ pour 2 animaux.

    Qu'est-ce que le gouvernement est prêt à faire pour aider les agriculteurs de ma circonscription et d'ailleurs?

  +-(1150)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Mark Eyking (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire), Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais remercier le député de Glengarry—Prescott—Russell d'avoir posé cette importante question. Étant un ardent défenseur de l'industrie laitière à la Chambre, il connaît les répercussions de l'ESB sur les éleveurs et leurs familles.

    Nous suivons plusieurs approches. L'une consiste à faire rouvrir la frontière; une autre, à mettre en oeuvre des programmes d'aide financière, dont un programme concernant les vaches de réforme qui est doté de 120 millions de dollars. De plus, nous avons récemment supprimé l'exigence d'abattage prévue dans ce programme afin que les éleveurs puissent toucher plus d'argent, et ce, plus rapidement.

*   *   *

+-Les ressources naturelles

+-

    M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PCC): Monsieur le Président, il y a un consensus de plus en plus ferme au sujet du manque d'équité dans la manière dont le gouvernement fédéral traite les provinces en ce qui concerne l'exploitation des ressources.

    Le ministre des Ressources naturelles a fait allusion au fait que le gouvernement appliquerait l'accord de l'Atlantique dans l'esprit où il a été conclu, c'est-à-dire dans le but d'accorder un accès privilégié à la province de Terre-Neuve-et-Labrador.

    Est-ce effectivement la politique du gouvernement, et, dans l'affirmative, la vice-première ministre pourrait-elle confirmer que cela se fera avant le déclenchement des élections?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, dans une conversation qu'il a eue avec le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador il y a quelques mois, le premier ministre a indiqué que ces questions devaient être examinées et réexaminées avec soin.

    Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador peut être rassuré; ça se fera.

+-

    M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PCC): Monsieur le Président, cette incertitude n'a rien pour favoriser la croissance économique. S'il s'agissait de l'ancienne devise allemande, le mark stagnerait.

    Quand le ministre des Ressources naturelles va-t-il respecter ses engagements? Quand va-t-il arrêter d'esquiver la question et quand va-t-il joindre le geste à la parole?

+-

    L'hon. R. John Efford (ministre des Ressources naturelles, Lib.): Monsieur le Président, depuis presque 20 que je suis en politique, je n'ai jamais esquivé une question et le député d'en face le sait pertinemment.

    Comme vient de le dire le ministre des Finances, nous étudions le dossier. Nous avons eu des discussions avec le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador et nous n'accepterons pas que le député d'en face nous impose un calendrier.

*   *   *

[Français]

+-Les pêches

+-

    Mme Suzanne Tremblay (Rimouski—Neigette-et-la Mitis, BQ): Monsieur le Président, les gouvernements du Québec et du Nouveau-Brunswick ont signé une entente de collaboration visant à élaborer une stratégie commune pour éviter une crise du crabe, comme ce fut le cas l'an dernier. Cette crise avait touché 3 000 travailleurs du Canada, dont 1 000 en Gaspésie. Ces deux gouvernements font plus que leur part dans ce dossier.

    Compte tenu que la pêche au crabe approche à grands pas, le ministre des Pêches va-t-il prendre ses responsabilités en déposant très rapidement son plan de pêche au crabe des neiges?

+-

    L'hon. Geoff Regan (ministre des Pêches et des Océans, Lib.): Monsieur le Président, le ministère est en train de considérer toutes les méthodes de gestion des pêches, y inclus le crabe. Le plan sera annoncé en temps et lieu.

*   *   *

[Traduction]

+-L'agriculture

+-

    L'hon. David Kilgour (Edmonton-Sud-Est, Lib.): Monsieur le Président, ma question s'adresse au secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire.

    Hier, j'ai parlé à des représentants d'entreprises de conditionnement de la viande aux États-Unis qui m'ont informé devoir bientôt licencier 100 de leurs employés parce qu'il est impossible d'obtenir du bétail sur pied en provenance du Canada.

    La subsistance de milliers de familles, de part et d'autre de la frontière, repose sur la réouverture de cette dernière. Le secrétaire parlementaire peut-il donner certains encouragements aux Canadiens à cet égard?

+-

    L'hon. Mark Eyking (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire), Lib.): Monsieur le Président, d'entrée de jeu, je remercie le député d'Edmonton-Sud-Est de sa question.

    J'ai eu le plaisir de rencontrer certains agriculteurs de sa circonscription le mois dernier et, à cette occasion, ils m'ont fait part de leurs préoccupations. Ils veulent entre autres la réouverture de la frontière. Le premier ministre et le gouvernement s'emploient activement à cette tâche.

    Je profite également de l'occasion pour féliciter les députés de ce côté-ci de la Chambre et d'en face qui se rendront à Washington, la semaine prochaine, pour discuter avec les autorités américaines de la réouverture de la frontière. Il serait avantageux pour nos deux pays que la frontière soit enfin réouverte.

*   *   *

+-Le programme de commandites

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC): Monsieur le Président, ma question s'adresse au suppléant du premier ministre.

    Michel Vennat et André Ouellet ont été suspendus de leurs fonctions de président de société d'État. Ils ont eu jusqu'au 1er mars pour s'expliquer. Je crois savoir qu'ils ont rencontré le président du Conseil du Trésor. Sauf erreur, M.  Ouellet comparaîtra devant le comité pour témoigner.

    J'ai deux questions à poser. Tout d'abord, Michel Vennat va-t-il témoigner au Parlement? Deuxièmement, à quelle date une décision sera-t-elle prise et saurons-nous si les suspensions seront suivies d'un congédiement?

+-

    L'hon. Stephen Owen (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, je vais prendre note de la question et répondre la semaine prochaine.

    Une enquête est en cours, et l'étude des faits se poursuit. Nous allons mener à bien les enquêtes en cours et fournir l'information, mais nous allons aussi prendre des mesures dès qu'il conviendra de le faire.

*   *   *

  +-(1155)  

+-La santé

+-

    M. Gurmant Grewal (Surrey-Centre, PCC): Monsieur le Président, on a appris que, en 1981, la Société canadienne de la Croix-Rouge et Santé Canada étaient au courant de tests qui auraient permis d'éviter la transmission de l'hépatite C par transfusion sanguine.

    Ils ont préféré ne rien faire. Résultat, des milliers d'innocents, y compris l'un de mes électeurs, Allan Blumenfeld, ont contracté cette maladie.

    Pourquoi le premier ministre n'a-t-il pas fait ce qui s'imposait et n'a-t-il pas revu les indemnisations des personnes infectées avant 1986?

+-

    L'hon. Geoff Regan (ministre des Pêches et des Océans, Lib.): Monsieur le Président, le gouvernement est très sensible à la situation des malades atteints de l'hépatite C. Il a débloqué 525 millions de dollars pour les personnes infectées avant 1986 et après 1990.

    Cet engagement, avec la collaboration des gouvernements provinciaux et territoriaux, aidera à éviter aux malades des dépenses personnelles spéciales.

*   *   *

[Français]

+-Taiwan

+-

    M. Stéphane Bergeron (Verchères—Les-Patriotes, BQ): Monsieur le Président, il y a près d'un an, la Chambre des communes adoptait une motion visant à appuyer l'admission de Taiwan à titre d'observateur à l'Organisation mondiale de la santé. Cette motion revêtait à cette époque un caractère d'urgence, compte tenu que le SRAS venait de frapper durement la région de l'Asie-Pacifique.

    Après presque une année entière, alors que c'est maintenant la grippe aviaire qui fait des ravages dans cette même région du globe, pourquoi le ministre des Affaires étrangères refuse-t-il toujours d'intervenir auprès des États membres de l'OMS afin de faciliter l'octroi du statut d'observateur à Taiwan au sein de cette organisation, quitte à en changer les statuts en conséquence?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, la réponse est la même que celle donnée à la question précédente. Le député sait très bien que ce sont exactement les statuts de l'organisation qui poseront problème. Pour changer les statuts d'une organisation internationale, cela prend toute la communauté internationale.

    Au Canada, au lieu de faire cela—parce que nous sommes intervenus en faveur de Taiwan—, ce que nous faisons, c'est que nous travaillons avec le gouvernement de Taiwan pour qu'il ait toutes les informations nécessaires pour faire face à ces menaces à la santé de sa population. C'est ce que nous faisons.

    C'est une solution pratique à ce problème, et non pas une solution idéologique, comme celle que le député de l'opposition voudrait que nous adoptions.

*   *   *

[Traduction]

+-La fiscalité

+-

    M. Pat Martin (Winnipeg-Centre, NPD): Monsieur le Président, une autre période des impôts est en cours et le gouvernement refuse toujours de supprimer l'échappatoire fiscale scandaleuse permettant aux entreprises de déduire les amendes de leur revenu. Ne se rend-il pas compte du fait que cela est fondamentalement erroné? Le Parti libéral a-t-il perdu la capacité de distinguer le bien du mal? Cette situation constitue une insulte à la sensibilité de tout Canadien qui réfléchit.

    Ma question s'adresse au ministre des Finances. En vertu de quel raisonnement tordu continue-t-il d'accorder des faveurs fiscales à ceux qui violent la loi?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, les députés savent que ce n'est pas la première fois que monsieur soulève cette question. Dans les réponses que je lui ai données précédemment, j'ai indiqué que je prendrais cette question comme une recommandation, dans le cadre de mes consultations avec les Canadiens.

    Manifestement, s'il y a quelque chose à dire à ce sujet, ce sera forcément mardi, dans onze jours.

*   *   *

+-La santé

+-

    M. Gurmant Grewal (Surrey-Centre, PCC): Monsieur le Président, lorsque le gouvernement a décidé d'indemniser seulement les victimes infectées entre 1986 et 1990, il a prétendu qu'il était impossible d'empêcher les infections antérieures et que rien n'aurait pu être fait pour protéger les transfusés avant 1986. Nous savons maintenant que cette parodie aurait pu être empêchée et qu'un test existait. Pourtant, le gouvernement refuse encore de rendre justice.

    Pourquoi le premier ministre n'a-t-il pas fait preuve de compassion envers ceux qui souffrent et ceux qui sont mourants?

+-

    L'hon. Geoff Regan (ministre des Pêches et des Océans, Lib.): Monsieur le Président, au nom du ministre de la Santé, je souligne que le gouvernement a fait preuve d'une grande compassion à l'égard de ceux qui souffrent de l'hépatite C. En effet, comme je l'ai dit plus tôt, il a engagé 525 millions de dollars pour les personnes qui ont été contaminées par cette grave maladie.

    En collaboration avec les provinces et les territoires, le gouvernement contribuera à faire ce qu'il faut pour que ces victimes n'aient rien à débourser. Le gouvernement compatit vivement avec ceux qui sont concernés.

*   *   *

  +-(1200)  

[Français]

+-Le Canadien National

+-

    Mme Monique Guay (Laurentides, BQ): Monsieur le Président, les employés du CN sont maintenant en grève depuis une vingtaine de jours et, selon le syndicat, l'employeur a embauché des «scabs» venus des États-Unis pour maintenir ses opérations.

    La ministre du Travail peut-elle s'engager à faire cesser immédiatement cette situation inacceptable et peut-elle nous dire quelles solutions elle entend mettre de l'avant pour y parvenir?

[Traduction]

+-

    L'hon. Judy Sgro (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, je remercie le député de sa question. Notre politique est très claire. Nous n'accordons pas de permis de travail à des briseurs de grèves illégaux.

*   *   *

+-L'Agence de promotion économique du Canada atlantique

+-

    M. Greg Thompson (Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest, PCC): Monsieur le Président, la présidente de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique, ou APECA, a entrepris une tournée de promotion d'un document du Parti libéral intitulé «The Rising Tide». De toute évidence, elle dépasse les limites de ses compétences à titre de présidente de l'APECA. Elle devrait faire preuve de neutralité et appuyer les députés de tous les partis du Parlement.

    Le ministre est-il intervenu auprès de la présidente pour lui demander de ne plus agir de la sorte et de s'excuser auprès de tous les partis de la Chambre et de tous les Canadiens? Elle dépasse clairement les limites.

+-

    L'hon. Joe McGuire (ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique, Lib.): Monsieur le Président, la sous-ministre responsable de l'APECA ne faisait que son travail. Elle parle des politiques du gouvernement. La mise en oeuvre des politiques de l'APECA relève de son mandat et du mien. Elle ne fait simplement que ce que je lui ai demandé de faire.

+-

    Le Président: Cela met fin à la période des questions. J'aimerais faire remarquer aux députés que, pour la première fois cette semaine, on a réussi à entendre aujourd'hui six questions de plus. Est-ce parce que les députés étaient relativement tranquilles? Il est vrai que les questions et les réponses étaient très courtes, et je vous en félicite.


+-AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

*   *   *

[Traduction]

+-La défense nationale

+-

    L'hon. David Pratt (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, conformément à l'article 109 du Règlement de la Chambre des communes et au nom du gouvernement du Canada, j'ai le plaisir de déposer, dans les deux langues officielles, deux copies de la réponse du gouvernement aux recommandations faites dans le 23e rapport du comité permanent portant sur le chapitre 7 du rapport de la vérificatrice générale du Canada paru en avril 2003: La défense nationale--La gérance environnementale des sites d'entraînement et d'essai militaires.

*   *   *

[Français]

+-La Loi sur le Parlement du Canada

+-

    L'hon. Jacques Saada (leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique, Lib.) demande à présenter le projet de loi C-24, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

+-

    Le Président: Quand ce projet de loi sera-t-il lu pour une deuxième fois?

[Traduction]

    Conformément à l'ordre adopté le jeudi 11 mars 2004, plus tard aujourd'hui.

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC): Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je n'ai pas l'intention d'empêcher la présentation de ce projet de loi à la Chambre des communes, mais je me demande par quel processus le consentement a été donné à l'adoption du projet de loi en première lecture.

    Est-ce par suite de consultations tenues auprès des leaders à la Chambre? Si c'est le cas, pourquoi les députés membres de partis non reconnus à la Chambre n'ont-ils pas été consultés?

  +-(1205)  

+-

    Le Président: La première lecture des projets de loi ne requiert le consentement de personne. Je suppose que le député parle de la motion de deuxième lecture du projet de loi, qui doit être présentée plus tard aujourd'hui en vertu de l'ordre spécial adopté hier, ce que le député a sans doute lu dans les Journaux d'hier.

    Toutefois, quelqu'un pourrait peut-être répondre à la question relative aux députés qui ont été consultés. À l'instar du député, j'apprends ces choses-là quand elles sont présentées à la Chambre.

[Français]

+-

    L'hon. Jacques Saada (leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique, Lib.): Monsieur le Président, il y a un processus tout à fait normal. Il y a des réunions qui se tiennent toutes les semaines avec tous les chefs de partis reconnus en cette Chambre. Il y a eu une entente entre les chefs de partis. L'entente doit se traduire par un accord donné à la Chambre. J'ai demandé cet accord pour la motion qui prévoit effectivement le télescopage de l'ensemble des processus relatifs à ce projet de loi.

    Je ne peux quand même pas, comme vous le savez, me prononcer sur la présence ou l'absence de députés en cette Chambre, mais tous ceux qui étaient présents ici pouvaient s'y opposer s'ils le souhaitaient.

[Traduction]

+-

    Le très hon. Joe Clark: Monsieur le Président, j'accepte vos commentaires relatifs à ces questions de procédure et je vous en remercie. J'aurais dû soulever la question à un autre moment.

    Toutefois, je crois que cette question est pertinente. Une mesure a été prise et j'aimerais à tout le moins que la Chambre se rende compte de ce que cela implique. Une mesure a été prise, présumément avec l'accord de tous les députés de la Chambre, mais elle ne faisait suite qu'à une consultation auprès des divers leaders qui sont autorisés à parler au nom des députés qui appartiennent aux partis reconnus comme parti officiel à la Chambre et ayant un leader à la Chambre.

    Il n'y a eu aucune consultation dans le cadre de ce processus qui, si je ne m'abuse, exigeait le consentement unanime de la Chambre. Bon nombre de députés qui n'appartiennent pas à un parti reconnu à la Chambre, dont moi-même, n'ont pas été consultés.

    Je m'attends à ce qu'on me dise que je soulève cette question portant sur le projet de loi à l'étude avec une journée de retard et j'accepte cela. Toutefois, il y a une question de principe portant sur les droits des députés dont il faut tenir compte, particulièrement pour ceux d'entre nous qui sommes considérés comme indépendants. J'aimerais qu'on me garantisse qu'on se penchera sur cette question.

    Je suis un député dûment élu. Il y a d'autres députés qui sont dans la même situation que moi et qui ne peuvent compter sur aucun leader pour parler en leur nom. Il ne peut y avoir consentement unanime sans que nous donnions le nôtre. Aussi, il faudra trouver un moyen de voir à ce que cette réalité soit prise en compte.

[Français]

+-

    L'hon. Jacques Saada: Monsieur le Président, les rencontres qui se tiennent entre les leaders des partis en Chambre n'ont aucune valeur exécutoire. La seule valeur exécutoire des ententes qui s'y prennent, c'est celle que nous confère la Chambre, autrement dit, celle que la motion confère en cette Chambre. Et en cette Chambre, tous les députés, tous les parlementaires ont le droit d'intervenir.

    Hier, la motion a été présentée à la Chambre et tous les parlementaires présents à la Chambre pouvaient intervenir.

    De vouloir faire le débat en rétroaction me paraît un mécanisme relativement douteux. Je ne vois pas ce qu'il y a à corriger.

[Traduction]

+-

    Le Président: Je ne vois pas non plus me semble-t-il. J'estime que nous avons fait tout ce que nous avons pu.

    La motion a reçu l'appui unanime de la Chambre hier. Si le député ou tout autre député avait eu alors des objections au sujet de cette motion, le consentement, cela va de soi, aurait pu être refusé. Cela n'a pas été le cas. La motion a été adoptée et nous devons maintenant la respecter.

    J'invite le député à s'entretenir avec le leader du gouvernement à la Chambre des communes au moment où cela lui conviendra pour poursuivre cette discussion, mais, en ce qui concerne la Chambre des communes, j'estime que nous devons suivre l'Ordre du jour.

*   *   *

[Français]

+-Les comités de la Chambre

+Procédure et affaires de la Chambre

+-

    M. Marcel Proulx (Hull—Aylmer, Lib.): Monsieur le Président, je déposerai deux rapports. Premièrement, j'ai l'honneur de présenter le neuvième rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, au sujet de la liste des membres associés de quelques comités de la Chambre.

    Si la Chambre donne son consentement, j'ai l'intention de proposer l'adoption du neuvième rapport plus tard aujourd'hui.

    Deuxièmement, j'ai l'honneur de présenter le dixième rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, au sujet de son ordre de renvoi du mercredi 18 février 2004, relatif au projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi électorale du Canada et la Loi de l'impôt sur le revenu.

    Le comité a étudié le projet de loi C-3 et en fait rapport avec des amendements.

*   *   *

[Traduction]

+-Affaires autochtones, développement du Grand Nord et ressources naturelles

+-

    M. Rick Laliberte (Rivière Churchill, Lib.): [Note de la rédaction: le député s'exprime en cri]

    [Traduction]

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter le premier rapport du Comité des affaires autochtones, du développement du Grand Nord et des ressources naturelles, conformément à l'ordre de renvoi du jeudi 12 février 2004 relatif au projet de loi C-11, Loi portant mise en vigueur de l'Accord d'autonomie gouvernementale de la première nation de West Bank.

    Le comité a étudié le projet de loi C-11 et en fait rapport avec propositions d'amendement.

*   *   *

  +-(1210)  

[Français]

+-Procédure et affaires de la Chambre

+-

    M. Marcel Proulx (Hull—Aylmer, Lib.): Monsieur le Président, si la Chambre donne son consentement, je propose:

Que le neuvième rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, présenté à la Chambre plus tôt aujourd'hui, soit adopté.

[Traduction]

+-

[Français]

    Le Président: Le Président: La Chambre a entendu l'énoncé de la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

*   *   *

[Traduction]

+-Pétitions

+-L'étiquetage des boissons alcoolisées

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD): Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter cinq pétitions.

    Les Canadiens se préoccupent beaucoup du manque d'action du gouvernement maintenant qu'un projet de loi d'initiative parlementaire a été adopté presque à l'unanimité à la Chambre, celui-ci visant à exiger que des étiquettes d'avertissement soient apposées sur tous les contenants de boissons alcoolisées. Les signataires sont stupéfaits et préoccupés que, au moment où nous avons besoin de telles étiquettes d'avertissement, le gouvernement ait choisi de ne pas agir. Ils prient le Parlement de rappeler au gouvernement ses obligations et de faire ce qu'exigent les intérêts supérieurs de l'ensemble des Canadiens.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, j'ai ici toute une pile de pétitions. Les pétitionnaires demandent au Parlement de reconnaître dans la législation fédérale la définition traditionnelle du mariage comme étant l'union d'un homme et d'une femme, à l'exclusion de toute autre forme d'union.

    Les pétitionnaires sont originaires de différentes régions du Canada et leurs signatures s'ajoutent aux dizaines de milliers d'autres qui ont déjà été déposées à la Chambre au sujet du mariage, l'assise la plus fondamentale de notre société.

*   *   *

+-La Loi de l'impôt sur le revenu

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, j'ai deux autres pétitions que je voudrais, avec votre permission, présenter maintenant.

    Dans la première pétition, des Canadiens veulent attirer l'attention sur une faille de la Loi de l'impôt sur le revenu qui permet aux entreprises du Canada de déduire de l'impôt sur le revenu des sociétés des amendes et des peines qui leur sont infligées parce qu'elles ont enfreint des dispositions législatives sur l'environnement, la protection des consommateurs, la sécurité en milieu de travail et ainsi de suite.

    Ils prient le Parlement d'adopter immédiatement une loi modifiant la Loi de l'impôt sur le revenu afin d'interdire aux entreprises de déduire toute amende ou peine de leur impôt sur le revenu des sociétés. Les pétitionnaires refusent que ces amendes ne soient qu'un coût d'exploitation.

*   *   *

+-La pornographie juvénile

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, j'ai aussi une pétition concernant la pornographie juvénile. Les pétitionnaires signalent à la Chambre que la très nette majorité des Canadiens condamne la création et l'utilisation de pornographie juvénile et que les tribunaux n'ont pas mis en application la loi actuelle en la matière, de façon à clairement faire savoir qu'une telle exploitation des enfants sera vivement réprimée.

    Les pétitionnaires demandent donc au Parlement de protéger les enfants en prenant toutes les dispositions nécessaires pour interdire tout matériel qui encourage ou glorifie la pédophilie ou les activités sadomasochistes mettant en cause des enfants.

*   *   *

+-Questions au Feuilleton

+-

    L'hon. Scott Brison (secrétaire parlementaire du premier ministre (Canada-États-Unis), Lib.): Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.

+-

    Le Président: D'accord?

    Des voix: D'accord.


+-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Français]

+-La Loi sur le Parlement du Canada

+-

    L'hon. Jacques Saada (leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique, Lib.) propose: Que le projet de loi C-24, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.

    --Monsieur le Président, j'ai l'honneur de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-24, qui vise à modifier la Loi sur le Parlement du Canada de manière à permettre aux parlementaires retraités âgés de 50 à 55 ans de bénéficier du Régime de soins de santé de la fonction publique, du Régime de services dentaires pour les pensionnés et du Régime d'assurance pour les cadres de gestion de la fonction publique offerts par le Conseil du Trésor. Les modalités seraient les mêmes que dans le cas des fonctionnaires pensionnés âgés de 50 à 55 ans.

    Ce projet de loi signifie donc que tous les parlementaires ayant droit à pension pourront se prévaloir des protections des régimes d'assurance-maladie à partir de 50 ans, exactement au même titre que les fonctionnaires.

    Pour bénéficier de cette couverture, il faudrait que les parlementaires admissibles versent les cotisations correspondantes, comme le font les autres parlementaires et fonctionnaires à la retraite qui touchent une pension.

    Cette mesure vient donc combler une lacune importante pour les parlementaires âgés de 50 à 55 ans qui n'ont pas encore droit à pension.

[Traduction]

    La deuxième partie du projet de loi porte sur l’allocation d’invalidité pour les parlementaires de plus de 65 ans, qui a été établie en 2001 pour fournir, en vertu des mêmes critères, une couverture comparable à celle des parlementaires de moins de 65 ans. Depuis lors, il a été porté à l'attention du gouvernement que l'admissibilité aux régimes collectifs d'assurance-santé pour les parlementaires qui touchent une allocation d'invalidité n'est pas claire. Le projet de loi clarifie la situation.

    Le projet de loi entrera en vigueur avec effet rétroactif au 1er janvier 2001, à l'instar d'autres modifications visant les parlementaires.

    Je conclus en remerciant chaleureusement mes collègues de tous les partis à la Chambre de l'appui qu'ils ont accordé à cette mesure législative qui, selon moi, repose sur des valeurs humaines profondes et incontournables.

  +-(1215)  

+-

    M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PCC): Monsieur le Président, j'aimerais dire quelques mots au sujet du projet de loi C-24, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada. Comme le leader du gouvernement à la Chambre l'a mentionné, cette mesure législative porte les prestations des parlementaires à la retraite au même niveau que celles des parlementaires en service, à l'instar de ce qui se fait dans la fonction publique.

    Très souvent, les gens s'imaginent que les politiciens élus reçoivent des prestations supérieures à celles des citoyens ordinaires. À titre de parlementaires, nous ne devrions pas recevoir plus que les autres, mais nous ne devrions certainement pas recevoir moins. Parfois, ce n'est que lorsqu'un besoin se fait sentir, dans un cas particulier, qu'on constate qu'il y a des anomalies dans nos mesures législatives. Je suis ravi d'appuyer ce projet de loi qui assurera la protection des citoyens, en l'occurrence des parlementaires retraités, exactement comme cela se fait pour les fonctionnaires ayant entre 50 et 55 ans, lorsque le besoin se manifeste.

    Voilà le genre de mesure législative dont nous devrions toujours prendre la peine de vérifier la pertinence et l'actualité, pour que les représentants élus, tout autant que les fonctionnaires, puissent se prévaloir de ces avantages sociaux, lorsqu'ils en ont besoin. Or, c'est précisément l'objet de cette mesure législative et nous sommes fort heureux de l'appuyer.

[Français]

+-

    M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ): Monsieur le Président, c'est assez exceptionnel, mais vous verrez aujourd'hui notre communion d'esprit pour des raisons humanitaires, comme l'a indiqué le leader du gouvernement à la Chambre, au sujet du projet de loi C-24, Loi modifiant la Loi sur le Parlement.

    Je suis heureux aujourd'hui de voir ce vaste consensus qui existe à la Chambre, tout en étant un peu triste de devoir faire un amendement comme celui-là au régime d'assurance-maladie pour les parlementaires retraités.

    Le projet de loi vise tout simplement à reconnaître une situation. Vous savez, parfois, lorsqu'un projet de loi ou un règlement est établi, on dit que dans certaines situations, cela peut passer entre deux dossiers de chaise.

    Le projet de loi qu'on décide de façon consensuelle d'adopter vise justement à corriger ce genre de situation où un parlementaire, qui aurait droit à une pension mais qui serait âgé de moins de 55 ans, soit entre 50 et 55 ans, se verrait privé de son droit de bénéficier d'un régime d'assurance-maladie et d'assurance dentaire adéquats s'il décide de payer sa part de cotisations. Donc, on ne demande pas la lune, mais on demande tout simplement de reconnaître une situation qui peut être à l'occasion difficile.

    C'est pour cette raison qu'il est tout à fait normal pour nous, du Bloc québécois, comme mes collègues conservateurs et libéraux l'ont dit, de rendre le régime semblable à celui qui peut s'appliquer pour les fonctionnaires âgés entre 50 et 55 ans, qui sont à leur retraite et qui décident de payer leurs cotisations au niveau de l'assurance-maladie et donc d'en retirer les avantages.

    Je ne m'exprimerai pas plus longtemps pour donner mon accord, comme mes prédécesseurs l'ont fait, sur le projet de loi C-24. Je crois que de cette façon, on peut améliorer un peu la situation et la condition de certains parlementaires, de certaines personnes de cette Chambre. Je suis heureux, au nom du Bloc québécois, de donner mon appui à la modification et au projet de loi C-24.

[Traduction]

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD): Monsieur le Président, au nom de tous mes collègues du Nouveau Parti démocratique, je suis très heureuse d'appuyer le projet de loi C-24, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada.

    Je tiens à souligner l'esprit de coopération grâce auquel ce projet de loi a pu être présenté à la Chambre aujourd'hui. Tous les députés de tous les partis ont travaillé de concert pour combler une grave lacune dans une de nos lois.

    Le projet de loi C-24 corrige cette lacune. À l'heure actuelle, un député qui a occupé son poste pendant six ans ou moins, qui n'a pas encore 55 ans et qui doit quitter la Chambre ou décider de ne pas se représenter comme candidat pour des raisons de santé, n'est pas admissible au régime de soins de santé alors qu'il le serait s'il avait atteint 55 ans.

    Nous corrigeons donc un oubli, une omission non intentionnelle dans la loi actuelle. Il serait juste de dire que personne ici ne croit qu'il puisse s'agir d'autre chose que d'un oubli. Je ne peux imaginer que les rédacteurs de la loi ont sciemment voulu pénaliser les députés malades qui sont incapables de continuer à travailler à la Chambre des communes; dans l'état actuel des choses, ils ne peuvent plus participer au régime de soins de santé au moment même où ils en ont le plus besoin.

    Voilà une lacune qu'il fallait combler. Je suis heureuse de voir que c'est ce que nous nous apprêtons à faire aujourd'hui.

  +-(1220)  

+-

    Le Président: Le Règlement prévoit qu'un seul représentant de chaque parti prendra la parole à la Chambre. Le député demande-t-il le consentement unanime de la Chambre pour s'adresser à ses collègues?

    Le très hon. Joe Clark: Très brièvement, monsieur le Président.

    Le Président: La Chambre accorde-t-elle son consentement pour que le très honorable député de Calgary-Centre prenne la parole?

    Des voix: D'accord.

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC): Monsieur le Président, j'appuie sans réserve ce projet de loi. Je pense qu'il serait anormal que les députés n'aient pas accès aux mêmes privilèges dont jouissent d'autres fonctionnaires.

    Je prends la parole pour remercier le leader adjoint du gouvernement de m'avoir renseigné à propos du projet de loi au sujet duquel je n'ai pas été consulté avant sa présentation à la Chambre. J'espère que cette forme de courtoisie deviendra une pratique de la Chambre relativement à des députés comme moi.

    Je constate en outre que lorsque le projet de loi initial a été présenté à la Chambre, on nous avait dit de façon catégorique qu'aucune modification ne lui serait apportée. Je me demande si l'ex-leader du gouvernement, qui est présent à la Chambre, pourrait confirmer que ce n'est plus le cas. Je ne m'y oppose pas. Je le constate et j'appuie certainement cette mesure.

+-

    Le Président: Conformément à l'ordre adopté le jeudi 11 mars, le projet de loi C-23, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada, est lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité; rapport est fait du projet de loi, qui est lu pour la troisième fois et adopté.

    (Le projet de loi est lu pour la deuxième fois et étudié en comité; rapport est fait du projet de loi, qui est lu pour la troisième fois et adopté.)

*   *   *

+-Le Code criminel

    La Chambre reprend l'étude de la motion: Que le projet de loi C-12, Loi modifiant le Code criminel (protection des enfants et d'autres personnes vulnérables) et la Loi sur la preuve au Canada, soit lu pour la troisième fois et adopté, et de l'amendement et du sous-amendement.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, c'est pour moi un privilège que de parler du projet de loi C-12, que le ministre fédéral de la Justice a recyclé et qui ne contribuerait en rien à offrir aux enfants la protection dont ils ont besoin.

    Au comité, nous avons entendu beaucoup de témoignages au sujet du projet de loi. Nous avons entendu des policiers de première ligne et des groupes de défense des enfants comme Beyond Borders. Le gouvernement a tout simplement fait fi des nombreux témoignages de ces groupes de défense et de ces policiers, qui ont répété maintes fois que le projet de loi C-12 ne permettrait pas de protéger les enfants.

    En rétablissant ce qu'on a appelé une mesure législative en faveur des pédophiles, et en ne songeant absolument pas aux vrais besoins des enfants, le premier ministre poursuit tout simplement le legs d'indifférence laissé par le premier ministre précédent.

    Le projet de loi ne traite pas des problèmes fondamentaux liés à la protection des enfants dont notre système de justice pénale devrait se charger. Il ne supprime pas tous les moyens de défense contre la possession criminelle de pornographie juvénile. Il n'augmente pas l'âge du consentement à des relations sexuelles entre adultes et enfants, âge qui se situe à 14 ans, l'un des seuils les plus bas en Occident.

    Une des dispositions du Code criminel permet à un adulte d'avoir des relations sexuelles avec un enfant de seulement 12 ans si cet adulte pensait que l'enfant avait 14 ans. Bien que cela puisse paraître scandaleux, c'est exactement ce qui s'est passé récemment en Saskatchewan, où un juge a acquitté deux hommes dans la vingtaine qui avaient eu des relations sexuelles avec une adolescente autochtone qui avait fait une fugue. Ils ont été acquittés parce qu'ils pensaient qu'elle avait 14 ans.

    Le projet de loi ne prévoit aucune peine obligatoire en cas d'agression sexuelle contre des enfants, contrairement à ce qui s'est fait dans d'autres pays, notamment au Royaume-Uni et aux États-Unis.

    En outre, le projet de loi ne simplifie pas le droit de la preuve applicable aux déclarations de culpabilité visant des délinquants sexuels.

    Le Canada devient un refuge mondial pour les prédateurs d'enfants, en raison de ces lacunes évidentes dans la politique des libéraux. En fait, tout le projet de loi est truffé de dispositions vagues, qui ne permettent pas d'assurer avec certitude la protection dont les enfants ont besoin. Cela réjouira donc sans doute un prédateur d'enfants notoire comme John Robin Sharpe, qui appuie le projet de loi, car il estime que ce projet de loi favorisera la compréhension des relations sexuelles entre un adulte et un enfant. Il est évident qu'un prédateur d'enfants fait l'éloge du projet de loi, mais tous les policiers de première ligne, tous les organismes de protection des enfants et tous les témoins qui ont comparu devant le Comité de la justice ont dénoncé le projet de loi, à l'exception du ministre.

    Permettez-moi de traiter de certaines des préoccupations qui ont été soulevées.

    Le premier sujet de préoccupation dont il faut discuter, ce qui a été fait par certains de mes collègues, concerne la controverse entourant le moyen de défense fondé sur la valeur artistique. Cette controverse découle de la réaction au procès du prédateur d'enfants mentionné plus tôt, John Robin Sharpe.

    La Cour suprême du Canada, dans l'arrêt R. c. Sharpe, affirme que la valeur artistique doit être interprétée aussi largement que possible. Cela ouvre véritablement la porte aux abus en ce qui concerne l'application de ce projet de loi. Essentiellement, cela signifie que quelqu'un peut faire comparaître un témoin qui dit qu'il y a au moins une certaine valeur artistique dans ces écrits dégradants, et c'est suffisant pour qu'un juge songe à l'acquittement.

  +-(1225)  

    Cette interprétation du droit par la Cour suprême du Canada a contribué à orienter la décision du juge qui a acquitté M. Sharpe de deux accusations de possession de matériel pornographique juvénile dans le but d'en faire la distribution, puisque l'oeuvre, renfermant des écrits violents mettant en scène des enfants vulnérables, avait une valeur artistique.

    C'est vraiment remarquable que nous refusions d'accepter le moyen de défense fondé sur la valeur artistique lorsqu'il s'agit des femmes dans notre société et de l'exploitation des minorités raciales alors que, lorsqu'il s'agit de la minorité la plus vulnérable de toute, nos enfants, les tribunaux sont plus qu'enclins à protéger le droit à la valeur artistique et à miner la protection que les enfants méritent. Il faut éliminer ce moyen de défense, c'est plus qu'évident. Il n'est simplement pas nécessaire.

    Le Parti conservateur a demandé au gouvernement fédéral d'éliminer ce moyen de défense. Le gouvernement a répondu, certes, mais sa réponse est pitoyable pour ce qui est de la protection des enfants.

    Le moyen de défense prévu dans l'ancien projet de loi a été ramené à un seul, lequel est fondé sur le bien public. Même si l'ancien ministre de la Justice a tenté de faire accepter le projet de loi en disant que le moyen de défense fondé sur le mérite artistique avait été éliminé, il a avoué au Comité de la justice que ce moyen de défense subsistait à l'intérieur de celui plus général fondé sur le bien public.

    Voilà qui est typique de l'approche que l'ancien ministre de la Justice adoptait, et il semble que son successeur est en train de l'imiter. Si l'opinion s'indigne suffisamment, ils apportent des changements. Toutefois, ce ne sont pas des changements qui répondent vraiment aux préoccupations soulevées, mais qui maquillent l'intention initiale tout en la maintenant.

    Qu'a dit l'ancien ministre de la Justice lorsqu'il a décrit ce nouveau moyen de défense fondé sur le bien public? Il a avoué, pour reprendre textuellement ses propos:

    La valeur artistique existe toujours au sens où une oeuvre d'art devra satisfaire au critère du nouveau moyen de défense fondé sur le bien public et franchir les deux étapes. Il faut toujours d'abord se demander si elle sert le bien public.

    Il est évident que le moyen de défense fondé sur le mérite artistique subsiste.

    Dans l'affaire Sharpe, la Cour suprême du Canada a tenu compte de cette déclaration. Elle a brièvement considéré le moyen de défense fondé sur le bien public. Elle a constaté que cette notion avait été interprétée comme «nécessaire ou favorable à l'activité scientifique, littéraire ou artistique ou à d'autres sujets d'intérêt général». Voilà comment la Cour suprême du Canada a interprété cette notion.

    La Cour suprême a ajouté:

    On pourrait soutenir que la possession de matériel qui favorisel'épanouissement expressif ou psychologique ou qui renforce l'identité sexuelled'une personne d'une façon non préjudiciable pour autrui sert le bien public. Dans certains cas, cela pourrait éliminer certaines des applications les plusproblématiques du par. 163.1(4). Par exemple, cela pourrait parfois empêcherque la disposition s'applique à des oeuvres visuelles créées et conservées enprivé par une seule personne...

  +-(1230)  

    Cette déclaration de la part de la Cour suprême du Canada a soulevé toute une controverse. Une des choses que la cour n'a pas comprises, semble-t-il, c'était que ce type de pornographie juvénile écrite est utilisé pour amener les enfants à penser que ces types de relations sexuels avec des adultes sont acceptables. Il est très difficile alors d'éliminer ce type d'information ou de pornographie juvénile. Ces créateurs de pornographie prétendent ensuite qu'ils n'écrivaient cela que pour eux-mêmes.

    J'ai entendu une histoire intéressante au sujet de certains des documents que M. John Robin Sharpe avait en sa possession; ils auraient porté une mention disant que ce matériel pouvait être illégal au Canada. C'est une chose curieuse à mettre sur ses propres écrits destinés à son usage personnel. Si M. Sharpe pensait que ce serait illégal, c'est une chose, mais pourquoi aurait-il dû placer cette mention sur le dessus du document lui-même? L'allusion est claire. Il distribue ce matériel afin d'aider d'autres prédateurs d'enfants.

    En essayant de créer ce type d'exception sous prétexte de protéger la liberté d'expression, la cour permet que des enfants puissent être victimes d'abus.

    Le Parti conservateur demande l'élimination de tous les moyens de défense justifiant la possession criminelle de pornographie juvénile. Nos vis-à-vis disent que cela signifie que nous devons rendre illégale cette possession dans tous les contextes. Ce n'est pas exact. C'est malveillant. Manifestement, aux fins de la poursuite, par exemple, il ne serait pas illégal pour la police ou les procureurs de posséder de la pornographie juvénile et il en irait de même des chercheurs qui étudient les effets de l'exposition à la pornographie juvénile.

    Cependant, il doit y avoir des limites claires quant à ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas.

    Nous avons été confrontés à un problème semblable il y a quelques années, alors que tout indiquait que des policiers menaient des activités illégales pour faire avancer leur enquête criminelle.

    La Cour suprême du Canada a déclaré que rien ne permettait à des policiers de mener ces activités illégales, qu'il n'y avait aucune protection dans la common law, dans les lois ou autrement. La Chambre s'est attaquée à ce problème en adoptant une mesure législative qui établit exactement dans quelles circonstances des policiers peuvent violer la loi pour faire enquête sur une autre accusation. On a bien délimité cela dans la loi.

    Lorsque les députés d'en face disent que le fait d'interdire toute pornographie juvénile et d'en criminaliser la possession ne fonctionnera jamais parce que l'on interdirait ainsi son utilisation légitime par la police ou les procureurs chargés de procéder à des poursuites judiciaires, c'est tout simplement absurde.

  +-(1235)  

    On doit repenser ce projet de loi, afin qu'il tienne compte de ce que je considère comme une lacune essentielle de la loi, lacune qu'il serait cependant possible de combler en remaniant au mieux le texte. J'ajouterais à cet égard que les défenseurs des libertés civiles, qui ont indiqué qu'ils avaient également des réserves au sujet du moyen de défense fondé sur le bien public qu'il juge tout simplement trop vague et trop général. On voit donc que ceux qui cherchent à protéger les enfants se préoccupent de ce projet de loi et que les défenseurs des libertés civiles, soucieux de défendre certaines productions artistiques, s'inquiètent également du fait que l'expression utilisée dans ce projet de loi n'établisse pas de critères précis.

    J'aimerais dire un mot sur l'âge du consentement. Ce projet de loi, franchement, n'aborde pas efficacement cette question. Au lieu de prohiber toute exploitation des enfants par des adultes, en quelque lieu que ce soit--par exemple dans d'autres pays--et pour tout enfant de moins de 16 ans, cette mesure législative demande au tribunal d'examiner au cas par cas si l'enfant a subi des dommages. Cette façon de marcher sur la pointe des pieds à propos d'un comportement criminel est répréhensible. Le Parti conservateur n'appuiera pas une mesure législative aussi vague.

    Encore une fois, les commentaires formulés par John Robin Sharpe, prédateur notoire d'enfants, louangeant cette mesure législative favorable aux pédophiles, donnent davantage de poids à la préoccupation de l'opposition au sujet du projet de loi. Les libéraux, au lieu de relever l'âge de manière à indiquer simplement et clairement qu'il ne doit y avoir aucun contact sexuel entre adulte et enfant, adoptent cette norme vague.

    Par contre, j'admets qu'il n'entre pas dans le rôle du Parlement de se mêler de certaines questions de politique sociale, par exemple des relations sexuelles entre enfants. Le Parti conservateur ne cherche pas à réglementer le comportement sexuel des enfants entre eux s'ils ont moins de 16 ans. Ce qui nous préoccupe, c'est l'exploitation des enfants par des adultes. Nous admettons qu'il faille adopter un âge limite d'exemption afin de ne pas criminaliser des activités consenties; mais nous tenons à interdire le genre d'activité dont John Robin Sharpe a récemment été reconnu coupable.

    Pour ce qui est de l'âge de consentement, 80 p. 100 des Canadiens interrogés affirment vouloir porter l'âge de consentement à au moins 16 ans. Le gouvernement, lui, a plutôt jugé que certaines considérations culturelles nous empêchaient d'adopter cet âge au Canada. À de multiples reprises, nous avons demandé quelle considération culturelle dans notre pays autorisait l'exploitation sexuelle des enfants par des adultes. Les libéraux n'en ont rien dit. Le gouvernement a essayé de s'appuyer sur un certain camouflage culturel, ce qui n'a fait qu'insulter les Canadiens de toutes les cultures. Si quelque chose montre que des cultures au Canada acceptent l'exploitation des enfants par des adultes, pourquoi le gouvernement n'en fait-il pas état au lieu de dénigrer chacune des cultures de notre pays?

    

  +-(1240)  

    La ligne de pensée retenue par les libéraux dans ce projet de loi et consistant à instaurer des catégories dans les relations d'exploitation est tout simplement compliquée et, en fait, rend très difficile la mise en preuve en vue d'une poursuite. Nous avons déjà une disposition interdisant à une personne en position d'autorité d'exploiter une personne âgée de 14 à 18 ans. Les libéraux ont tout simplement tenté de reformuler ces mêmes critères. Voilà mon bref commentaire pour le moment. Je suis heureux d'avoir pu le faire.

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, je voudrais demander au député de réfléchir à la région du pays dont il vient, la région de Winnipeg, au Manitoba. A-t-il, en particulier, observé une augmentation de la pornographie juvénile et ainsi de suite dans cette région? Les préoccupations se sont-elles aggravées ces dernières années, depuis qu'il occupe une fonction publique? Le député acceptera-t-il de réfléchir à certaines des observations de la police de Toronto auxquelles il a fait allusion et à ses inquiétudes en ce qui concerne le relèvement de l'âge du consentement? Peut-il confirmer que ce serait son souhait exprès à elle aussi?

+-

    M. Vic Toews: Monsieur le Président, à la lumière de mes entretiens avec elle, je crois comprendre que la police de Toronto, à l'instar d'autres forces policières d'un bout à l'autre du pays, est en faveur du relèvement de cet âge du consentement sexuel pour le porter à 16 ans, en ce qui concerne les relations sexuelles entre un enfant et un adulte.

    S'agissant de la pornographie proprement dite et de la pornographie juvénile en particulier, les policiers sont très inquiets. En effet, ils sont dépassés. En cette ère de la technologie et des ordinateurs, il peut y avoir des milliers, et même des centaines de milliers, d'images sur un ordinateur donné, ce qu'il fait qu'il est très difficile d'intenter des poursuites dans ces cas, et que c'est très lourd et très onéreux. Nous avons assisté ici à un exposé de la police de Toronto il y a environ un an, où elle a dit craindre que la législation et les approches suivies par le gouvernement n'endiguent pas cette vague de pornographie juvénile.

    Au lieu d'emprunter les mêmes sentiers battus du passé, pourquoi ce gouvernement ne présente-t-il pas un projet de loi qui réponde aux inquiétudes des policiers de première ligne, qui réponde aux inquiétudes des organismes de défense des enfants et qui, effectivement, réponde à la préoccupation que la loi en vigueur ou ce projet de loi même ne protègent pas les enfants?

  +-(1245)  

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, j'apprécie les observations de mon estimé collègue qui vient de parler. Il a été procureur général dans cette province et il a travaillé pendant un certain temps dans le domaine juridique, de sorte qu'il a beaucoup discuté et dialogué avec les autorités et avec les représentants de la justice qui relevaient de son autorité et de sa surveillance dans la province du Manitoba, et il sert notre Parti conservateur à merveille comme porte-parole principal sur ces questions.

    Des personnes de toutes catégories ont tenu à exprimer leur point de vue sur le projet de loi C-12 dont nous sommes saisis. Certaines personnes sont indignées devant les défauts du projet de loi. Toute cette controverse au sujet du moyen de défense fondé sur la valeur artistique a commencé, à vrai dire, depuis un certain temps en réaction à l'affaire John Robin Sharpe, un pornographe juvénile célèbre.

    Le projet de loi prétend apporter des modifications au Code criminel afin de protéger les enfants contre l'exploitation sexuelle, les mauvais traitements et l'abandon. Nous estimons qu'il n'a pas fait comme il faut et qu'il n'a pas fait assez. Par conséquent, nous, députés du Parti conservateur, avons des objections sur le projet de loi ministériel dont nous sommes saisis aujourd'hui.

    Dans l'affaire Sharpe, la Cour suprême du Canada a statué que la valeur artistique devrait pouvoir être interprétée aussi largement que possible. Cela nous préoccupe. Nous n'avons pas d'autres directives du Parlement, le plus haut tribunal du pays, en quelque sorte, si bien que la décision de la Cour suprême dans l'affaire John Robin Sharpe nous laisse une très grande latitude. Cette interprétation a aidé la cour à formuler la décision qui a permis l'acquittement de John Robin Sharpe, qui faisait l'objet de deux chefs d'accusation pour possession de matériel pornographique dans l'intention de distribuer ce matériel.

    La cour a jugé que ce matériel, dont des écrits violents portant sur des enfants vulnérables, avait une certaine valeur artistique. Depuis ce jugement, les députés de ce côté-ci de la Chambre, surtout les conservateurs, pressent le gouvernement fédéral de supprimer la défense fondée sur la valeur artistique.

    En vertu de ce projet de loi légèrement modifié, le projet de loi C-12, les défenses susceptibles d'être invoquées dans les affaires de pornographie juvénile, soit la valeur artistique ainsi que le but éducatif, scientifique ou médical, ont fait place à un moyen de défense unique fondé sur l'intérêt public. Or, cela ne résout pas le problème car la définition de l'intérêt public est très vaste et un peu floue.

    Bien qu'il ait tenté de nous faire adhérer au projet de loi et de nous convaincre que la défense fondée sur la valeur artistique a été supprimée, ce qui est vrai au plan de la forme, l'ancien ministre de la Justice, le député d'Outremont, a reconnu devant le Comité de la justice que la défense fondée sur l'intérêt public englobait la défense fondée sur la valeur artistique. Voilà le problème. Comme le ministre l'a dit au Comité de la justice, la valeur artistique existe toujours au sens où une oeuvre d'art devra satisfaire au critère du nouveau moyen de défense fondé sur le bien public et franchir les deux étapes. Il reste qu'il faut encore se demander si elle sert le bien public. Ces propos figurent au compte rendu des délibérations du comité du 25 septembre 2003.

    Dans l'affaire Sharpe, la Cour suprême du Canada a aussi brièvement...

+-

    Le vice-président: Je suis désolé d'interrompre le député, mais il y a un point que la Chambre souhaite peut-être aborder, ou le contraire. J'aimerais donner à la députée de Notre-Dame-de-Grâce—Lachine l'occasion d'intervenir.


+-Affaires courantes

[Affaires courantes]

*   *   *

[Traduction]

+-Les comités de la Chambre

-Comptes publics

+-

    Mme Marlene Jennings (Notre-Dame-de-Grâce—Lachine, Lib.): Monsieur le Président, je demande l'indulgence du député et je m'excuse de l'interrompre.

    Je demande le consentement unanime de la Chambre afin de présenter le deuxième rapport du Comité permanent des comptes publics sur la protection des témoins qui comparaissent devant le comité, dans le cadre de son étude du chapitre 3, «Le Programme de commandites», du chapitre 4, «Les activités de publicité», et du chapitre 5, «La gestion de la recherche sur l'opinion publique» du rapport de novembre 2003 de la vérificatrice générale du Canada.

  +-(1250)  

+-

    Le vice-président: Est-ce d'accord?

    Des voix: D'accord.


+-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

+-Le Code criminel

    La Chambre reprend l'étude de la motion: Que le projet de loi C-12, Loi modifiant le Code criminel (protection des enfants et d'autres personnes vulnérables) et la Loi sur la preuve au Canada, soit lu pour la troisième fois et adopté, ainsi que de l'amendement et du sous-amendement.

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, comme je le disais, la Cour suprême du Canada s'est penchée, dans l'affaire Sharpe, sur la question de la défense du bien public. Elle a statué que le «bien public» pouvait être considéré comme ce qui est nécessaire ou favorable à l'activité scientifique, littéraire ou artistique ou à d'autres sujets d'intérêt général. Cette définition est passablement vague et même un peu étrange sur certains points.

    Je fais ici référence au cas, qui a choqué l'opinion publique canadienne, où le Conseil des arts du Canada a récemment décerné un prix à un certain Istvan Kantor. Or, cet individu a été mis à l'amende pour vandalisme à cause de son soi-disant art. On a jeté l'argent par les fenêtres. Cet homme a récemment reçu un prix de la gouverneure générale. Les Canadiens étaient probablement d'avis que, compte tenu de son casier judiciaire, cet individu aurait dû payer une amende encore plus lourde pour ses horribles actes de vandalisme, mais on l'a plutôt récompensé.

    On assiste parfois à un renversement des valeurs dans la société, en récompensant des actes qui ne sont pas particulièrement louables. Il existe un courant de pensée qui voit de la grandeur dans ces choses et les considère comme nécessaires ou favorables à l'activité scientifique, littéraire ou artistique ou à d'autres sujets d'intérêt général. Le problème vient en partie de là.

    On a dit qu'on pourrait soutenir que la possession de matériel qui favorise l'épanouissement expressif ou psychologique ou qui renforce l'identité sexuelle d'une personne d'une façon non préjudiciable pour autrui sert le bien public. Or, il est évident que, dans le cas de Robin Sharpe, ce matériel n'agit pas uniquement sur son imagination et ne représente pas que des machinations de l'esprit, mais qu'il régit en quelque sorte sa vie.

    Robin Sharpe a de nouveau été trouvé coupable. Il a eu des relations sexuelles avec un mineur il y a bon nombre d'années et il a été reconnu coupable. Il est évident qu'il ne s'agit pas là d'une question qui ne touche que cette personne et qui n'est préjudiciable pour personne, mais bien d'une situation qui peut causer du tort à d'autres personnes.

    Le Parti conservateur tient à préciser très clairement que rien ne devrait pouvoir justifier la possession criminelle de pornographie juvénile. Bien sûr, la possession criminelle de pornographie juvénile ne s'applique pas à ceux qui, dans le système judiciaire, ont besoin d'en posséder aux fins des poursuites judiciaires ou aux chercheurs qui étudient les effets de l'exposition à la pornographie juvénile.

    Je vous prie de croire qu'il est parfois horrifiant d'entendre ce que les policiers ont à dire à ce sujet. Bon nombre d'entre eux doivent faire des recherches là-dessus et présenter des faits dans le cadre de poursuites. Il est émotivement très difficile pour eux de revoir tout ce matériel et de devoir présenter le tout et pas seulement des échantillons. Je crois comprendre que les policiers qui ont pris connaissance de tout ce matériel horrible sont presque traumatisés par les actes de violence et de brutalité auxquels les enfants sont soumis dans ces images devant servir aux poursuites.

    Nous n'avons rien contre les braves policiers des services de police du pays. Ces derniers préféreraient certainement ne pas avoir à revoir une telle quantité de matériel dans le cadre des poursuites contre des individus de ce genre. Il est très pénible pour les policiers de revoir tout cela, ces braves policiers qui défendent les intérêts et le bien commun de notre grand pays.

    En ce qui concerne l'âge du consentement, 80 p. 100 des Canadiens interrogés ont dit souhaiter que cet âge soit haussé à au moins 16 ans. Il y a à peine deux ans, les ministres provinciaux ont adopté à l'unanimité une résolution invitant le gouvernement fédéral à hausser l'âge du consentement à au moins 16 ans. Il semble exister une volonté en ce sens, du moins de la part des provinces. Nous nous demandons s'il existe une volonté de la part du gouvernement fédéral, mais de toute évidence, il n'y en a pas. Celui-ci ne semble tout simplement pas comprendre l'urgence de la situation. Même si les provinces exercent des pressions et réclament unanimement une modification, le gouvernement n'a encore rien fait.

    Dans la plupart des démocraties occidentales, l'âge du consentement minimum est de 17 ans. Nous estimons que ce n'est pas trop demander dans notre monde moderne. Grâce à la technologie, la nouvelle circulera et se répandra très rapidement. Nous croyons que, dans l'intérêt public et pour protéger nos jeunes, il faudrait hausser l'âge du consentement.

  +-(1255)  

    En réponse à la question que je lui ai posée, un député a dit que les policiers de partout au Canada, les chefs de police et les policiers sur le terrain souhaitent qu'on hausse l'âge du consentement parce que cela leur faciliterait la tâche. Ils pourraient ainsi porter des accusations beaucoup plus facilement au lieu de se heurter à tous les obstacles qu'ils doivent surmonter pour que des poursuites soient intentées relativement à ces infractions ignobles.

    Même l'ex-ministre de la Justice, Anne McLellan, a déclaré que l'idée de hausser l'âge du consentement était quelque chose que le gouvernement...

+-

    Le vice-président: Le député connaît fort bien l'usage qui a cours à la Chambre en ce qui concerne l'identité d'une autre personne. Je l'inviterais simplement à ne pas perdre cela de vue.

+-

    M. Maurice Vellacott: Mes excuses, monsieur le Président. Je vais citer l'ex-ministre de la Justice, originaire d'Edmonton, en Alberta, et je pense que les gens sauront de qui je parle.

    Elle a déclaré que le gouvernement devrait relever l'âge du consentement. Parlant de porter l'âge du consentement de 14 à 16 ans, voici ce qu'elle a dit en octobre 2001:

    Ces consultations seront terminées d'ici le 31 décembre de cette année. Je pense que nous verrons se dégager un consensus pour porter l'âge du consentement de 14 à 16 ans.

    C'était effectivement le cas. Les provinces étaient unanimes dans leur volonté d'aller de l'avant. Puis elle a ajouté ce qui suit, sa manière à elle d'esquiver la question, de la contourner, de ne pas avoir à s'en occuper. Elle a dit ceci--une manière intéressante de s'en sortir:

    Comme toujours, les choses semblent simples à première vue, mais ne le sont pas tellement en réalité. Cela nécessite l'apport de pas mal de changements au code. Nous allons devoir examiner tous les articles où l'âge est mentionné. Quoi qu'il en soit, cette question est inscrite au programme.

    Eh bien, mettons-la donc au programme. Mettons la proposition de l'avant. Faisons-le au lieu de patiner autour de la question comme elle l'a fait. Qui veut la fin prend les moyens. C'est vrai qu'il y a des complications, mais si on a réellement la conviction et le désir d'aller de l'avant dans ce dossier des plus essentiels, on y arrivera. Nous pouvons le faire avancer. Qui veut la fin prend les moyens et on pourrait y arriver très rapidement.

    L'une des principales objections que nous avons au projet de loi C-12 est qu'il ne relève pas l'âge pour un enfant de consentir à des contacts sexuels avec un adulte, ce qui donne lieu à des relations d'exploitation. En fait, il y a une catégorie dont l'objet est de protéger les jeunes entre 14 et 18 ans. Quand un juge doit déterminer si une personne entretient une relation d'exploitation avec un jeune, il est tenu de prendre en considération la différence d'âge entre l'accusé et le jeune, l'évolution de la relation ainsi que le degré de contrôle ou d'influence que détient l'accusé sur le jeune.

    Au fond, il y a ici beaucoup trop de latitude. Les dispositions n'assurent pas aux enfants la protection dont ils ont besoin. Elles ne donnent pas d'assurance, elles ne donnent pas à la police l'outil dont elle a besoin dans notre pays. La loi doit avoir plus de mordant pour que la police puisse agir rapidement dans les poursuites au lieu qu'elles s'éternisent et que les prévenus se défilent en tirant parti de ces moyens de défense.

    Dans l'état actuel des choses, le projet de loi ne dissuadera personne. Il ne fera que prolonger les procès et les litiges.

    Avant la présentation du projet de loi, il était déjà interdit à toute personne en situation d'autorité ou de confiance vis-à-vis d'une personne de 14 à 18 ans, ou à toute personne à l'égard de laquelle l'adolescent est en situation de dépendance, d'entretenir des liens sexuels avec cet adolescent. Il n'y a donc rien de neuf dans le projet de loi. Il est difficile de voir comment le fait d'ajouter toute personne «qui est dans une relation où elle exploite l'adolescent» contribuera à protéger les adolescents. Nous ne sommes pas convaincus que l'ajout de cette petite expression par le projet de loi C-12 soit une amélioration.

    Dans l'affaire Sharpe, deux exceptions sont prévues pour la pornographie juvénile: les documents, comme un journal et des dessins, créés privément et conservés pour un usage personnel; et les enregistrements visuels d'une personne, par la personne même, se livrant à des actes sexuels légitimes, là encore conservés pour un usage personnel.

    La deuxième exception risque d'exposer des jeunes de 14 à 18 ans à l'exploitation par les pornographes, puisqu'ils se livreraient à des actes licites, mais il y a là un risque inacceptable, puisque le gouvernement n'interdit pas toute relation sexuelle entre adulte et enfant. Seul le relèvement de l'âge légal pour consentir protégera vraiment les jeunes au moyen du Code criminel.

    Nous ne préconisons pas une criminalisation des adolescents, comme dans d'autres États où l'âge de consentement est plus raisonnable. Mais dans ces États, comme le Royaume-Uni, l'Australie et la plupart des États américains, une disposition d'exception en matière d'âge s'appliquerait pour éviter que les adolescents ne soient criminalisés.

  +-(1300)  

    Le projet de loi C-12 augmente la peine maximale pour les infractions perpétrées à l'égard des enfants, y compris les infractions sexuelles, l'omission de fournir les choses nécessaires à l'existence des enfants ou l'abandon de ceux-ci. C'est bien dans la mesure où cet énoncé existe, mais cela ne change rien si les tribunaux n'imposent pas les peines prévues.

    L'expérience nous a appris que l'augmentation des peines maximales ne se traduit pas par l'application de peines plus longues. C'est vérifiable dans tout le pays. On a beau hausser la peine maximale mais, s'il n'existe pas de peine minimale, cela ne contribue pas à augmenter le nombre de poursuites réussies ni à modifier les habitudes en matière d'imposition de peine. Il faut donc imposer des peines obligatoires et des peines réelles, éliminer les libérations d'office et s'abstenir d'imposer des peines avec sursis aux les prédateurs sexuels.

    Comme d'autres l'ont déclaré ici aujourd'hui, nous sommes tous soumis aux effets de la technologie moderne. Nous faisons partie de la vague technologique et de ses progrès, mais c'est aussi ce qui crée ici une partie des difficultés. Le problème, c'est que la technologie est plus avancée que les mesures législatives. L'utilisation de la preuve dans les cas de pornographie juvénile est teintée d'archaïsme. Nous devons vraiment corriger ces lacunes. Le projet de loi n'a pas réussi à le faire. Des modifications s'imposent afin de régler de façon efficiente et efficace les cas de pornographie juvénile, de manière à ce que nous puissions finalement éradiquer complètement ce fléau, si possible.

    Ce projet de loi crée une nouvelle infraction, en l'occurrence le voyeurisme et la distribution de matériel voyeuriste. Voilà une mesure positive et nous reconnaissons le mérite lorsque cela s'impose. Le projet de loi prévoit que c'est une infraction d'observer ou de filmer une personne qui s'attend normalement à être en toute intimité lorsqu'elle se trouve dans un endroit où elle est nue ou se livre à une activité sexuelle.

    Dernièrement, il y a eu un cas à Saskatoon au palais des expositions. Je crois que des mesures disciplinaires ont été prises contre la personne incriminée, en l'occurrence un agent de la paix. Pour toute excuse, cet homme a, entre autres, déclaré qu'il prenait certains médicaments. Il se servait d'une caméra pour faire du voyeurisme dans les toilettes, au palais des expositions à Saskatoon. Compte tenu des progrès de la technologie, nous devons avoir des lois. Il faut donc se féliciter de l'élaboration de cette mesure législative qui s'avère une initiative positive.

    Cependant, le Parti conservateur du Canada croit que le projet de loi ne va pas assez loin à l'égard de la protection des enfants canadiens. Voilà ce que les députés d'un peu partout au Canada ont purement et simplement constaté lorsqu'ils ont rencontré des groupes de protection des jeunes et des enfants. Par surcroît, nos entretiens avec les représentants des forces policières révèlent que cette mesure législative laisse à désirer. Elle est inadéquate et ne servira pas les fins pour lesquelles elle a été conçue, ce qui est fort regrettable pour les enfants du Canada.

    Ce projet de loi ne donnera pas aux enfants la protection juridique accrue qui s'impose et que nous leur devons à titre de citoyens du Canada. Les enfants sont l'avenir de notre pays et nous ne pouvons permettre qu'ils soient menacés. Il faut mettre en place des lois efficaces et fermes. Ce projet de loi ne fera tout simplement pas l'affaire.

    C'est en exprimant ces regrets que je conclus mon intervention. Le projet de loi C-12 nécessite des amendements substantiels. Le Parti conservateur du Canada espère qu'il sera éventuellement possible d'apporter les amendements qui s'imposent.

    

  +-(1305)  

+-

    M. Jim Gouk (Kootenay—Boundary—Okanagan, PCC): Monsieur le Président, en écoutant mon collègue, je n'ai pu faire autrement que noter l'attitude paradoxale du gouvernement, qui ne fera rien pour hausser l'âge de consentement pour une décision de vie aussi importante pour une adolescente de 14 ans, alors qu'en même temps, il reconnaît certains problèmes inhérents qui touchent les jeunes gens. Il leur dit qu'ils n'ont pas le droit de fumer une cigarette avant d'avoir 16 ans, mais qu'ils peuvent avoir des relations sexuelles à 14 ans. Ils peuvent conduire une automobile à 16 ans. Ils doivent toutefois attendre jusque-là et même plus longtemps car, dans certaines provinces, il y a un système progressif qui leur impose encore une certaine surveillance lorsqu'ils commencent à conduire à cet âge.

    Dans sa grande sagesse, le gouvernement affirme qu'à cet âge il n'est pas capable, par manque de maturité, de choisir la personne qui le représentera au gouvernement. Comme ce sont des gens assez âgés et apparemment assez matures qui ont élu un gouvernement libéral, ce serait peut-être le temps de permettre aux gens plus jeunes de prendre ce genre de décisions.

    Le gouvernement affirme que les gens doivent avoir 18 ans pour prendre une décision éclairée sur leurs représentants au gouvernement. Lorsque nous adoptions des lois dans ce pays, nous prenons des décisions qui ont probablement davantage d'impact sur les jeunes gens au seuil de l'âge adulte qu'ils n'en ont sur nous qui prenons ces décisions.

    Je me demande si le député pourrait expliquer comment il se fait que le gouvernement reconnaît ou du moins prétend qu'un enfant n'est pas assez mature pour choisir la personne qui va adopter des lois qui le concerneront jusqu'à ce qu'il atteigne 18 ans, alors que le même enfant peut prendre, à 14 ans, des décisions aussi importantes pour sa vie que celles qui concernent la sexualité.

+-

    M. Maurice Vellacott: Monsieur le Président, il est à la fois étrange et ironique que l'on accorde aux gens des privilèges d'adulte à un âge beaucoup plus jeune, relativement aux choses dont parlait mon collègue. Cela pose assurément un problème. Un peu partout au Canada, des individus ont utilisé ce fait comme excuse pour agresser des jeunes, profiter d'eux et les exploiter sexuellement. Ils s'en défendent en affirmant qu'ils croyaient que ces personnes étaient âgées d'au moins 14 ans.

    Je rappelle ce cas survenu à Tisdale, dans ma province, impliquant une jeune autochtone qui n'était pas âgée de 14 ans. En fait, elle était de deux ans plus jeune. Les individus qui l'ont agressée sexuellement ont dit qu'ils croyaient qu'elle était âgée de 14 ans. Si l'âge du consentement était haussé à 16 ans, les individus qui s'en prennent à une fille âgée d'une douzaine d'années ne pourraient plus invoquer cette excuse. Elle ne tiendrait plus.

    L'âge du consentement doit être haussé, afin de faciliter la tâche aux forces policières du pays et empêcher les gens d'utiliser l'âge comme excuse et comme moyen de défense. Cette défense n'aurait plus aucun poids devant les tribunaux. La possibilité de s'en prévaloir doit être supprimée.

+-

    M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, PCC): Monsieur le Président, je remercie le député de son excellent discours et des efforts qu'il déploie depuis des années en faveur des causes éthiques et sociales. Je voudrais continuer en posant à mon autre collègue des questions qui s'inscrivent dans la même veine.

    Depuis plusieurs années, mon parti a demandé à de nombreuses reprises aux libéraux de hausser l'âge du consentement de 14 à 16 ans. Pendant la période des questions, un des députés d'en face a expliqué que, pour des raisons culturelles, la chose ne serait pas possible.

    Je signale une autre contradiction dans la position des libéraux à cet égard; elle concerne les droits de l'enfant depuis longtemps reconnus par les Nations Unies. Le gouvernement a approuvé l'article 1 de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, qui définit un enfant comme une personne âgée de moins de 18 ans.

    Compte tenu de toutes ces contradictions et des normes internationales, mon collègue pourrait peut-être me dire quelle est la définition d'un enfant? Pourquoi, selon lui, les libéraux hésitent-ils à hausser l'âge du consentement de 14 à 16 ans, ce qui serait apparemment indiqué et conforme à la position de la plupart des instances internationales? Le député pourrait-il nous éclairer à ce sujet?

  +-(1310)  

+-

    M. Maurice Vellacott: Monsieur le Président, je trouve la situation très paradoxale, compte tenu du fait que des instances internationales comme le Royaume-Uni, et la plupart des États américains ainsi que d'autres démocraties modernes, ont fixé l'âge du consentement à 16 ans, et dans certains cas à 17 ans.

    Je trouve à la fois cruel et paradoxal de ne pas hausser l'âge du consentement. C'est de l'hypocrisie. Nous devons faire mieux que cela. Je ne sais pas exactement pourquoi le Canada doit être le premier à s'engager sur une mauvaise pente en maintenant un âge de consentement plus bas pendant que l'on voit d'autres pays mener l'offensive contre ces choses violentes, révoltantes et haineuses qui blessent les plus vulnérables d'entre nous.

    Je remercie le député d'Edmonton-Centre-Est d'avoir posé une question qui attire l'attention sur l'hypocrisie du gouvernement libéral. Il faut prendre les mesures qui s'imposent. Malheureusement, le gouvernement libéral n'est pas disposé à le faire.

+-

    M. Leon Benoit (Lakeland, PCC): Monsieur le Président, je suis heureux de participer à ce débat. Bon nombre de mes collègues ont abordé des questions précises. Je ferai de même, mais j'aimerais dans un premier temps aborder le sujet de façon générale.

    Je suis ici depuis dix ans, et depuis dix ans on tente de s'attaquer à cette question. J'ai été élu en 1993, et très peu de temps après mon arrivée à la Chambre, on a soulevé bon nombre des questions qu'on pose encore aujourd'hui. Au sein des comités et à la Chambre des communes, on a demandé pourquoi le gouvernement ne prenait pas plus rapidement des mesures pour veiller à protéger nos enfants contre les prédateurs sexuels? Quelle autre question pourrait être plus importante pour un gouvernement que de protéger les enfants?

    Je suis ici depuis dix ans. Je pose des questions et mes collègues posent des questions. Nous avons défendu notre position sur la protection des enfants contre les prédateurs sexuels et rien n'a été fait. La mesure dont nous débattons aujourd'hui, le projet de loi C-12, ne changera rien de concret dans les faits lorsqu'elle sera mise en application. Je demande donc au gouvernement pourquoi il a fallu attendre dix ans et pourquoi, même après dix ans, aucune mesure n'a encore été prise dans un dossier aussi important.

    Je ne m'attends pas à recevoir une réponse, mais les Canadiens méritent une réponse à cette question. Ils s'interrogent encore à ce sujet. Outre certains grands dossiers de premier plan, celui de la protection des enfants est l'un de ceux qui sont le plus souvent portés à mon attention, et les gens s'intéressent surtout à la hausse de l'âge du consentement. Cependant, la protection de nos enfants contre les prédateurs sexuels comporte aussi d'autres aspects.

    Si la chose est à ce point importante pour mes lecteurs, j'aurais du mal à croire qu'elle ne l'est pas pour les électeurs de tous les députés d'en face. En fait, ils entendent les mêmes propos que moi; ils l'ont dit de diverses manières. L'âge du consentement aux activités sexuelles les préoccupe aussi. Ils s'intéressent aussi aux autres volets de la question, comme la valeur artistique dont nous avons tous débattu à la Chambre.

    Par conséquent, puisque cette préoccupation est si répandue, y compris du côté ministériel, pourquoi n'avons-nous pas encore pris les mesures appropriées après dix ans? Le gouvernement invoquera la même excuse que le ministre des Travaux publics a utilisée hier, durant la période des questions, lorsqu'il nous a dit que son gouvernement n'était pas responsable puisqu'il n'était au pouvoir que depuis le 12 décembre.

    Il a vraiment répondu cela à une question. Nous discutions de l'incidence, sur la réputation du gouvernement, de tous les scandales, comme celui de la publicité et celui des commandites, et du problème du ministère de la Défense que mon collègue de Prince George a mis au jour récemment en expliquant comment ce ministère avait versé 160 millions de dollars pour rien. Voilà peut-être le pire genre de corruption, et le gouvernement n'a rien vu pendant des années. Ces choses sont pourtant rapportées, et nous attirons régulièrement l'attention sur des cas de ce genre.

    Qu'a dit le ministre des Travaux publics hier? Il a dit que son gouvernement n'a été constitué que le 12 décembre, cherchant par là à se démarquer lui-même et à dégager la responsabilité du premier ministre, du Cabinet, de tous les députés ministériels. Les députés libéraux cherchent à se déresponsabiliser; or ils faisaient partie du gouvernement au cours des 10 dernières années. Si j'étais à leur place, moi aussi, très franchement, je chercherais à me distancer.

    La corruption est une chose, mais nous ne débattons pas de corruption aujourd'hui. Nous ne parlons pas du scandale des commandites ou dans tout secteur ayant connu la corruption.

    Nous parlons d'un sujet tout aussi important, cependant, et c'est de protéger nos enfants contre les prédateurs sexuels. Si un aussi grand nombre de députés sont d'accord avec cet objectif, comme je sais qu'ils le sont, et s'ils souhaitent que leur gouvernement aille dans cette voie aussi, pourquoi ont-ils été si inefficaces? Après tout, ils font partie du gouvernement ou, à tout le moins, ils sont censés influencer le gouvernement à l'intérieur de leur caucus et à d'autres occasions.

  +-(1315)  

    À mes yeux, cela n'est pas dû au fait qu'ils ne soient pas de bonnes personnes. Je sais que la plupart des députés, quel que soit leur parti, font de leur mieux pour représenter leurs circonscriptions. Ils le font, nous le faisons tous. Nous y mettons même beaucoup de coeur. Selon moi, les députés libéraux ne sont pas différents. J'ai suffisamment discuté avec eux pour savoir qu'ils veulent représenter leurs électeurs.

    Pourquoi alors, sur des questions critiques comme celle-ci, ne peuvent-ils faire valoir le point de vue de leurs électeurs? Pourquoi ne les autorise-t-on pas à le faire? Pourquoi ont-ils eu si peu de succès sur cette question des plus urgentes qui est de protéger nos enfants?

    La réponse, c'est finalement le manque de démocratie de la procédure à la Chambre des communes, au gouvernement et dans notre système politique. C'est ce que j'ai soulevé abondamment au cours des 16 dernières années, depuis la fondation du Parti réformiste du Canada.

    L'une des principales raisons de la fondation de ce parti en 1987 a été celle de la réforme de la démocratie. Ce parti visait à mettre en place diverses réformes de notre démocratie qui auraient permis à chaque député de chaque parti d'avoir une influence réelle à la Chambre des communes. Les députés auraient été en mesure de vraiment représenter le point de vue de leurs électeurs à la Chambre.

    Pourquoi après 16 ans et pourquoi le gouvernement, qui est au pouvoir depuis plus de 10 ans, n'a-t-il rien fait à cet égard? C'est à cause du projet de loi C-12, dont nous sommes saisis aujourd'hui, et qu'arrivera-t-il à toutes les autres mesures que nous étudierons à la Chambre et qui dépendront de la question de savoir s'il y aura un système démocratique ou non?

    Avons-nous établi un système démocratique qui fonctionne vraiment? Le gouvernement a eu 10 ans pour établir un tel système, mais il a empiré les choses au lieu de les améliorer. Je crois vraiment que le fonctionnement de la Chambre est moins démocratique maintenant qu'il ne l'était il y a 10 ans, quand je suis arrivé.

    Si des changements démocratiques avaient été apportés, j'estime que les députés libéraux, qui comprennent l'importance de cette question, à l'instar de mes collègues et des membres des autres partis, auraient forcé le gouvernement à adopter une loi traitant des questions qu'on trouve dans le projet de loi C-12.

    En définitive, nous devrions avoir un système où tous les habitants seraient vraiment représentés par leur député au Parlement. Après tout, leur député devrait relever d'eux et non du Cabinet et du premier ministre. Ce n'est pas comme cela que devrait fonctionner le Parlement.

    Malheureusement, c'est comme cela qu'il fonctionne. C'est un bien triste constat sur les 10 années du gouvernement libéral. On peut remonter encore plus loin. Je m'en tiens à ces 10 années parce que ce sont celles que je connais le mieux.

    Je sais quel combat mes collègues et moi, ainsi que des députés des autres partis, y compris le parti ministériel, avons livré pour les changements démocratiques. Grâce à ces changements, les questions comme la protection des enfants seraient traitées comme le grand public le veut.

    Nous sommes tous élus par nos électeurs qui veulent que nous travaillions dans leur intérêt et que nous les représentions. Nous apprenons toutes sortes de choses des sondages d'opinions et autres études et bon nombre d'entre nous en faisons part dans notre bulletin parlementaire. Nous proposons sur une question comme la protection des enfants ou l'âge du consentement, et je l'ai d'ailleurs fait moi-même, comme bon nombre de mes collègues d'ailleurs. Sur cette question, nous exposons des renseignements pour et contre.

    Il arrive parfois que nous invitions une personne qui ne partage pas notre opinion à présenter son point de vue dans notre bulletin parlementaire. Nous présentons notre opinion parce que nos responsabilités de représentation nous demandent d'agir comme chef de file au niveau local. Une partie de notre responsabilité de leadership vise à essayer de persuader les gens de partager notre point de vue. Nous tentons d'être persuasifs. Puis nous laissons à nos électeurs le soin de se faire une idée. Nous leur laissons le soin de dire clairement, par leur vote, ce qu'ils pensent de ces très importantes questions.

  +-(1320)  

    Tous les sondages effectués vont dans le sens du large appui de la population à l'égard du rehaussement de l'âge du consentement à des relations sexuelles à plus de 14 ans. Les jeunes ne devraient pas avoir à décider s'ils consentent à des relations sexuelles avec un adulte. Ce n'est pas une chose à laquelle ils devraient avoir à réfléchir à cet âge. Donnons-leur le droit d'être des enfants pendant un certain temps.

    Tous les sondages effectués sur cette question démontrent qu'au moins 80 p. 100 des répondants appuient la proposition de faire passer l'âge du consentement à au moins 16 ans.

    Tout cela revient à la question du déficit démocratique comme dit le premier ministre. Qu'a-t-il fait pour apporter des solutions à cet égard? Rien. Qu'a-t-il fait pour régler cette question dont il devrait être au courant parce que je suis persuadé que bon nombre de ses députés lui ont fait savoir qu'ils voudraient bien que le gouvernement se penche sur ces questions. Qu'a-t-il fait? Il n'a rien fait du tout.

    Si elle devait être adoptée, la présente mesure législative ne ferait pas grand-chose pour résoudre le problème. Je tenterai de revoir rapidement certains des points sur lesquels le gouvernement ne s'est pas penché. Je parlerai de ces éléments qui brillent par leur absence.

    Je commencerai par la question de la valeur artistique. Certains de mes collègues en ont parlé. La controverse qui entoure cette notion dure depuis quelque temps. Elle a été déclenchée par l'affaire John Robin Sharpe, en Colombie-Britannique. Je pense que nous le savons tous. C'est un pornographe notoire qui s'en prend aux enfants.

    Dans l'affaire R. c. Sharpe, la Cour suprême a déterminé que la valeur artistique devait être interprétée aussi largement que possible. Le gouvernement a rétorqué en supprimant de son projet de loi la valeur artistique comme moyen de défense et en la remplaçant par le bien public. Et ce, après qu'un ancien ministre de la Justice, qui essayait de vendre son projet de loi au comité, ait admis que ce moyen existait toujours étant donné qu'il était inclus dans le moyen de défense plus large fondé sur le bien public. J'aimerais citer cet ancien ministre de la Justice.

    La valeur artistique existe toujours au sens où une oeuvre d'art devra satisfaire au critère du nouveau moyen de défense fondé sur le bien public et franchir les deux étapes. Il faut toujours se demander si elle sert le bien public.

    Il a ajouté que la valeur artistique faisait partie de ce dont on doit tenir compte pour juger si l'oeuvre sert effectivement le bien public.

    Cette question n'a pas été en rien réglée par le projet de loi. Dans la pratique, quand le moment viendra pour les tribunaux de se prononcer, cela ne changera probablement rien. Tous se passera probablement exactement de la même manière et la valeur artistique de ce que j'appelle de la pornographie juvénile continuera à être prise en considération et les résultats ne seront probablement guère différents. À cet égard, c'est un échec total de la part du gouvernement.

    Le Parti conservateur réclame l'élimination de tous les moyens de défense qui justifient la possession criminelle de pornographie juvénile. Nous sommes très clairs là-dessus. Pourquoi le gouvernement, lui, est-il si peu clair? Ce qui est très clair, par contre, c'est qu'il n'est pas prêt à prendre le taureau par les cornes et à assurer la protection de nos enfants.

    Le deuxième problème que ne règle pas du tout le projet de loi est celui de l'âge du consentement. J'en ai déjà parlé car c'est une question dont il est évident qu'elle aurait dû être réglée il y a plusieurs années. Nous savons tous que laisser des jeunes de 14 ans décider s'ils veulent ou non avoir des relations sexuelles avec un adulte est tout simplement inacceptable. Et pourtant, il n'en est pas question dans le projet de loi. Selon les sondages, 80 p. 100 des Canadiens disent qu'ils aimeraient que cela figure dans le projet de loi.

    Les Canadiens nous ont transmis un message très clair à ce sujet. Je le répète, de nombreux députés ont mené leurs propres sondages au moyen de leur bulletin parlementaire et ont constaté que bien au-delà de 80 p. 100 de leurs électeurs sont en faveur d'une révision de l'âge de consentement. Pourquoi n'a-t-on rien fait à cet égard?

  +-(1325)  

    Au sujet de l'âge de consentement, une autre ex-ministre de la Justice, que je ne peux nommer toutefois, a clairement laissé savoir que le gouvernement se penchait sur la question. Cela fait déjà plusieurs années. La ministre a dit:

    Pour ce qui est de porter l'âge du consentement de 14 à 16 ans, nous avons un document de consultation sur les enfants victimes. Nous avons discuté de cette question à la réunion des ministres fédéral et provinciaux de la Justice qui s'est tenue en septembre en Nouvelle-Écosse. Ces consultations seront terminées d'ici le 31 décembre de cette année, et il en sera fait rapport d'ici cette date. Je pense que nous verrons se dégager un consensus pour porter l'âge du consentement de 14 à 16 ans.

    Cette déclaration a été faite en octobre 2001. Ce que l'ex-ministre de la Justice disait, c'est qu'elle croyait que toutes les provinces voulaient faire porter l'âge de consentement de 14 à 16 ans, et c'est ce que nous avons également constaté. Elle admettait que c'est ce que réclamaient les Canadiens et, de toute évidence, les premiers ministres provinciaux. Par conséquent, le gouvernement fédéral ne se ferait pas reprocher d'empiéter sur un champ de compétence provinciale, puisque les députés du Bloc québécois tiennent autant que nous à ce changement. Nous exhortons toujours le gouvernement fédéral à respecter les compétences provinciales. Cela a été fait. Les provinces veulent ce changement, mais le fédéral ne tient pas compte de leur souhait.

    Encore une fois, le projet de loi C-12 n'aborde pas la question de l'âge du consentement d'un contact sexuel entre enfants et adultes. C'est clair. Le gouvernement affirme qu'il a réussi à s'occuper efficacement de cette question de l'âge du consentement. Mais ce n'est pas le cas. Et pourtant, comme je l'ai déjà dit, il y a probablement une majorité des députés, y compris au sein du parti gouvernemental, qui approuveraient que l'on légifère sur cette question. Pourquoi? Parce qu'ils savent qu'ils répondraient ainsi au voeu de leurs électeurs.

    La troisième question, dont je parlerai très brièvement, concerne les peines minimales. Dans le projet de loi, le gouvernement augmente la condamnation maximale permise en vertu de ces diverses infractions, mais il n'établit pas de peine minimale obligatoire. L'augmentation de la peine maximale n'aura probablement aucun effet sur les juges pour qu'ils prennent ces questions plus au sérieux au regard de la loi. L'instauration de peines minimales obligatoires pour ces infractions, en revanche, ne laisserait aucun choix aux juges. Le Parlement aurait ainsi imposé quelque chose et il faudrait bien que ces peines minimales soient appliquées. Ainsi, les contrevenants se verraient au moins imposer la peine minimale exigée par la loi, mais le gouvernement a refusé de faire cela.

    J'aimerais conclure en disant qu'il m'est difficile de comprendre pourquoi, après 10 ans, cet élément n'est toujours pas changé et pourquoi ce projet de loi ne le modifie pas. Je le constate à regret. Essayons donc de faire avancer les choses! Je peux garantir aux députés que le prochain gouvernement changera cela.

  +-(1330)  

[Français]

+-

    Le vice-président: Comme il est 13 h 30, la Chambre abordera maintenant l'étude des affaires émanant des députés selon l'ordre indiqué au Feuilleton d'aujourd'hui.


-INITIATIVES PARLEMENTAIRES

[Initiatives parlementaires]

*   *   *

[Traduction]

- Loi sur les termes laitiers

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC) demande que le projet de loi C-340, Loi régissant l'utilisation des termes laitiers, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.

    --Monsieur le Président, je suis très heureux en cette fin de journée de parler de mon projet de loi d'initiative parlementaire, qui favorise la précision et l'honnêteté dans l'utilisation des étiquettes sur les produits laitiers et dans la commercialisation des aliments.

    Le projet de loi C-340, intitulé Loi sur les termes laitiers, garantirait l'utilisation des bons termes laitiers afin de protéger les consommateurs, d'éviter qu'ils ne soient induits en erreur et de faire en sorte qu'on ait recours à des pratiques acceptables dans le cas du commerce alimentaire. La loi va établir des règles quant à l'utilisation des termes laitiers sur les étiquettes alimentaires et, à quelques exceptions près, va interdire que les termes laitiers ne soient utilisés lorsqu'un aliment ne renferme aucun ingrédient laitier.

    C'est la préoccupation en l'occurrence, car nous avons des types de transformation plus sophistiqués, des succédanés du lait, des vitamines et des minéraux ajoutés et le reste, qui donnent une pléthore de possibilités et les consommateurs sont trompés par certaines des étiquettes. Parfois, des produits qui ne renferment aucun produit laitier sont présentés comme de bons produits laitiers. Nous nous opposons à cela. Voilà le but du projet de loi dont nous sommes saisis maintenant.

    Je suis heureux que ce projet de loi puisse faire l'objet d'un vote, car je sais que tous les partis appuient cette initiative. Des ministériels se sont mis en rapport avec moi aujourd'hui et au cours des derniers jours pour me dire qu'ils appuyaient cette mesure. On verra ce qu'il en est quand viendra le temps de voter. Je suppose qu'ils montreront qu'ils la soutiennent en votant en sa faveur. Au moins, le projet de loi sera alors renvoyé au comité afin qu'on puisse en débattre comme il se doit et apporter les modifications nécessaires pour le bien des consommateurs et des producteurs laitiers de tout le pays.

    Je suis persuadé que nous avons la bonne volonté voulue dans tous les partis pour renvoyer au moins cette mesure au comité et peut-être l'adopter en fin de compte à la Chambre, ce que nous apprécierions.

    Le projet de loi reflète une tendance importante aujourd'hui. C'est une tendance adaptée aux besoins des consommateurs. Il est question d'honnêteté et de précision dans l'étiquetage des produits alimentaires. On constate qu'il y a des préoccupations sur l'étiquetage approprié des aliments partout de nos jours dans le cas des aliments génétiquement modifiés. Nous avons eu un débat sur l'étiquetage obligatoire des aliments irradiés. Certains veulent des étiquettes permettant de faire clairement la distinction entre les aliments biologiques et les autres. Ce sont des débats légitimes qui doivent avoir lieu. Cependant, cette initiative est beaucoup plus simple, en ce sens que nous voulons que l'étiquetage des aliments soit exact, qu'il ne cache rien.

    Pas plus tard que le mois dernier, mon collègue, le député de Scarborough-Sud-Ouest, a lancé la première heure de débat sur le projet de loi sur l'étiquetage des aliments qu'il a présenté, soit le projet de loi C-398. Il vise à augmenter les exigences relatives aux informations nutritionnelles sur les étiquettes des aliments.

    Le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui concerne en réalité l'utilisation des termes laitiers dans l'étiquetage des produits alimentaires. Il vise plus précisément à bannir l'étiquetage erroné ou inexact de produits qui ne sont pas purement des produits laitiers. Les termes employés sur ces étiquettes sont ceux traditionnellement associés aux aliments à base de produits laitiers. Il s'agit de l'utilisation, et de l'utilisation présumée abusive, de mots tels que lait, beurre, crème et yogourt, alors qu'aucun de ces ingrédients n'entre dans la composition du produit, ce qui induit la population en erreur.

    Les Producteurs laitiers du Canada, l'association nationale qui représente l'industrie laitière canadienne, tentent d'obtenir la mise en place de telles dispositions depuis plusieurs années déjà. Ils ont essayé de poursuivre les entreprises qui étaient allées trop loin, à leur avis, en s'appuyant sur ce qui s'appelle le guide canadien de l'étiquetage et de la publicité des aliments. Le problème est peut-être là. Il s'agit d'un guide qui n'a pas réellement force de loi, ni de mordant. Ils ont également tenté de s'appuyer sur les dispositions de la loi relative à l'application d'une marque de commerce. Ils ont rarement obtenu gain de cause, et les lignes directrices actuelles ne semblent pas être susceptibles d'application valable.

    Voilà pourquoi il faut une loi. Il y a une absence, un vide juridique, alors nous avons besoin de ce projet de loi, Loi sur les termes laitiers, qu'on fera respecter et qui protégerait les consommateurs et les producteurs.

    Une fois, les Producteurs laitiers du Canada ont contesté une demande de marque de commerce faite par le producteur d'une marque de maïs soufflé appelée «Goût de beurre». Non seulement le mot beurre figurait dans le nom, mais l'illustration sur l'emballage montrait un grain de maïs soufflé s'enfonçant dans ce qui semblait être un morceau de beurre. Le nom et l'illustration donnaient une impression plutôt différente de la réalité des faits dans cette affaire. Une autre fois, il s'agissait d'un produit appelé «Molly McButter». Dans ces deux cas comme dans d'autres, les Producteurs laitiers du Canada ont en vain essayé d'empêcher l'enregistrement des marques de commerce.

  +-(1335)  

    Fait intéressant, le Canada a appuyé à l'échelle internationale des dispositions semblables à celles qui figurent dans le projet de loi. Ce dernier vise en fait à aligner la politique intérieure du Canada sur les engagements que nous avons souscrits à l'étranger. Le Canada participe au processus d'élaboration et d'amendement du Codex Alimentarius, le code alimentaire international produit par un organisme constitué par l'intermédiaire de l'Organisation mondiale de la santé et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

    Le codex a été modifié en 1999 pour renforcer les dispositions relatives à l'étiquetage des produits laitiers. Loin de s'opposer à cette action internationale, le Canada a approuvé la norme générale du codex en ce qui concerne l'utilisation de termes laitiers. Malheureusement, le gouvernement libéral ne s'est pas montré disposé à mettre en oeuvre ces mesures de défense des consommateurs au Canada. C'est là une question qui nous intéresse aujourd'hui et nous espérons obtenir l'appui du gouvernement à ce sujet, de sorte qu'il puisse donner suite à cet engagement international en particulier et à son acceptation de ces mesures.

    Des règlements relatifs aux termes applicables aux produits laitiers existent en effet à l'échelle provinciale, mais, en l'an 2000, un groupe de travail constitué par le gouvernement a recommandé la déréglementation à l'échelle provinciale. Le groupe de travail a été formé en septembre 1999 à la demande du comité d'inspection agroalimentaire fédéral-provincial-territorial, qui est l'organe compétent aux termes de l'accord sur le commerce intérieur. Il est censé s'attaquer aux obstacles techniques interprovinciaux au commerce. Le but du groupe de travail était d'étudier les options réglementaires disponibles pour équilibrer la protection des producteurs dans la mise au point de nouveaux produits et la nécessité de protéger les consommateurs grâce à la présence d'un étiquetage exact et à la prévention des pratiques qui pourraient être trompeuses.

    Cette position reposait sur l'idée qu'il existe des contrôles fédéraux suffisants—par l'intermédiaire de la Loi sur les aliments et drogues, d'autres lois pertinentes et du Guide d'étiquetage et de publicité sur les aliments de l'Agence canadienne d'inspection des aliments—pour empêcher la fraude et des erreurs d'interprétation chez les consommateurs. Toutefois, l'expérience des Producteurs laitiers du Canada, en ce qui concerne la contestation de certaines étiquettes discutables, donne à penser qu'il faut renforcer les mesures fédérales. C'est pourquoi j'ai présenté ce projet de loi sur les termes applicables aux produits laitiers. Cette recommandation en faveur de la déréglementation à l'échelle provinciale accroît le besoin d'adopter dès que possible ce projet de loi sur les termes applicables aux produits laitiers.

    La toile de fond étant en place, je voudrais exposer certaines des préoccupations précises relatives à la mauvaise utilisation de termes laitiers dans l'étiquetage de produits alimentaires non laitiers.

    Dans bien des cas, les consommateurs qui cherchent un produit laitier savent qu'il contient du calcium laitier de qualité et nutritif, et bien d'autres minéraux et vitamines. Cependant, en raison d'une mauvaise utilisation des termes laitiers sur l'étiquette, ils pourraient, par inadvertance, acheter un substitut non laitier.

    Par ailleurs, des consommateurs souffrent d'intolérance au lactose ou ne peuvent pas ingurgiter de grandes quantités de produits laitiers. En recherchant un substitut laitier sur les rayons, ils pourraient ne pas remarquer le produit de substitution dont ils ont besoin s'il porte une étiquette qui porte à croire, à première vue, qu'il contient des ingrédients laitiers.

    Ce qui préoccupe le plus, bien sûr, ce sont les cas où des consommateurs qui achètent un produit non laitier pensent qu'il contient des ingrédients laitiers. Les jeunes mamans qui font leurs emplettes et qui pensent acheter un produit laitier nutritif risquent d'acheter un produit ne contenant pratiquement aucun ingrédient laitier. Comme on estime que la qualité et la valeur nutritive sont les principales raisons qui font que les produits laitiers sont populaires, il est indispensable qu'ils soient bien étiquetés. Des étiquettes trompeuses risquent d'avoir des conséquences négatives pour la santé des consommateurs.

    Chaque année, les producteurs de lait du Canada consacrent plus de 75 millions de dollars à la publicité des produits laitiers et à la promotion de leurs avantages nutritionnels.

    Monsieur le Président, il est un peu difficile de parler à cause du bruit. Je me demande si mes collègues d'en face ne pourraient pas se taire quelques instants. Comme je sais que le député libéral, en face, appuie le projet de loi, il voudra bien m'accorder toute son attention.

    À mon avis, aucun député ne pense qu'il est acceptable que les fabricants de produits non laitiers tirent parti de la commercialisation des produits laitiers en utilisant des étiquettes trompeuses qui indiquent la présence d'ingrédients laitiers dans leurs produits de substitution. Non seulement cette façon de faire se répercute sur la santé des consommateurs, mais elle enlève une part de marché à l'industrie laitière et prive de revenus les producteurs de lait, qui travaillent fort. Ce n'est pas correct, ni honnête, et c'est contraire à l'éthique.

  +-(1340)  

    Lorsque les fabricants de succédanés recourent à des représentations telles que des vaches ou des plaquettes de beurre dans l'étiquetage de leurs produits, il me semble évident qu'ils ont l'intention de donner à ces produits l'image des produits laitiers originaux. De telles pratiques prouvent bien que le recours à des termes laitiers est populaire dans l'étiquetage des aliments parce que la qualité et la valeur nutritive des produits laitiers attirent les consommateurs.

    Le fait avéré que l'on cherche volontairement à induire les consommateurs en erreur en employant des termes laitiers rend nécessaire l'adoption d'une mesure régissant l'utilisation de ces termes. Cette mesure protégerait les consommateurs et les producteurs laitiers de l'étiquetage et de la commercialisation trompeurs. Je suis convaincu que les consommateurs ont droit à la vérité. La vérité s'impose dans l'application des sanctions et elle s'impose dans l'étiquetage. Les consommateurs ont droit à un choix éclairé lorsqu'ils achètent des produits laitiers et des succédanés.

    En 2000, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, qui n'a pas d'intérêts directs, a mené un sondage auprès de consommateurs qui a révélé l'importance que ceux-ci accordent aux étiquettes pour se renseigner sur la composition des produits. Le gouvernement a pris acte des résultats de ce sondage et il a promis qu'il se pencherait sur les préoccupations relatives à la fiabilité des termes laitiers sur les étiquettes des produits, mais il n'a pas joint le geste à la parole.

    Je tiens à préciser que cette mesure sur les termes laitiers n'interdirait pas complètement le recours aux termes laitiers. Elle prévoit des exceptions. La principale catégorie d'exceptions concerne les succédanés dont la nature est évidente du fait de leur utilisation traditionnelle. Il est évident que le projet de loi n'exigerait pas que l'on appelle différemment le beurre de pomme. Nous connaissons tous ce produit. On ne prétend pas qu'il s'agit d'un produit laitier. Le beurre de cacahuète, le beurre d'érable, le beurre de cacao, le lait de coco ou le lait de magnésie sont des produits dont l'appellation ne trompe pas le public. Ces produits ne sont pas touchés par le projet de loi ou les effets de cette mesure.

    Lorsque quelqu'un entre dans une pharmacie et qu'il prend une bouteille de lait de magnésie, il est évident que ce n'est pas dans l'intention d'en verser le contenu, le lendemain, dans le bol de céréales de ses enfants avant leur départ pour l'école. Il est inutile de modifier les expressions que les gens connaissent de longue date.

    J'espère que, s'il est adopté, le projet de loi proposé au sujet de l'utilisation des termes laitiers sera employé de manière très positive et utile au Canada. Il ne se veut pas un instrument législatif puissant appliqué sans discrimination et à l'aveuglette. Ce projet de loi vise à décourager l'utilisation abusive intentionnelle de termes laitiers pour des produits qui ne sont pas des produits laitiers.

    Le projet de loi sur les termes laitiers prévoit aussi une certaine latitude en ce qui concerne l'emploi de termes comme l'adjectif crémeux, qui peut désigner la teneur en crème d'un produit ou tout simplement la texture du produit. C'est très bien. De plus, vu les nombreux termes énumérés comme étant acceptables en raison de leur utilisation traditionnelle, nous savons que l'emploi du mot beurre pour un produit peut désigner sa texture et le fait qu'il s'étend comme du beurre. Il ne serait pas question d'interdire ces usages. Ce n'est pas contre cela que nous en avons. Lorsque le mot désigne une texture, son emploi est tout à fait acceptable.

    Les Producteurs laitiers du Canada ont signalé que certains fabricants semblent concevoir leurs étiquettes de manière à en faire ressortir le terme laitier, rendant le renvoi à la texture beaucoup plus obscur. Force est de se demander pour quelle raison ces étiquettes sont ainsi conçues, si ce n'est à des fins de fausse représentation intentionnelle.

    Je peux parler de mon expérience personnelle à cet égard. Je consomme une boisson de soja. J'aime les produits laitiers comme le fromage et le lait, mais je dois éviter d'en consommer trop. Je connais donc cette situation personnellement. Les gens consomment des produits à base de soja. On parle de pain de soja si c'est un produit qui ressemble à du fromage sans en être. Ne trompons pas le public à ce sujet. Si c'est une boisson, cela s'appelle une boisson de soja. Cela n'a pas de conséquences, tant que l'étiquetage apporte cette précision.

    Je vois que mon temps est écoulé; je vais donc céder la parole à d'autres et peut-être répondre à des questions afin d'en dire un peu plus sur ce sujet.

  +-(1345)  

+-

    M. Larry McCormick (Hastings—Frontenac—Lennox and Addington, Lib.): Monsieur le Président, je remercie le député d'en face d'avoir présenté le projet de loi C-340.

    Au début de son discours, le député a demandé aux députés de tous les partis à la Chambre d'appuyer son projet de loi. J'appuierai ce projet de loi, mais j'appuie surtout l'industrie et les producteurs. Les producteurs laitiers du Canada nous offrent les meilleurs produits au monde, sans qu'il n'en coûte rien au gouvernement. La gestion de l'offre est l'épine dorsale des régions rurales et des petites villes au Canada.

    J'ai rencontré des représentants des Producteurs laitiers du Canada, des exploitants de fermes laitières en Ontario et des habitants de ma propre circonscription, Hastings--Frontenac--Lennox and Addington. Dans deux semaines, Kingston sera l'hôte du congrès national des éleveurs de vaches Holstein du Canada.

    L'objet du projet de loi est valable, et je recommanderai de l'adopter et de le renvoyer à un comité. Je crois, cependant, que des amendements devraient être apportés au libellé. Je veux que le personnel d'Agriculture Canada examine le projet de loi. Nous devons nous inspirer de cette mesure et aller de l'avant. L'Agence canadienne d'inspection des aliments a fait de nombreuses études. Elle a rencontré des personnes et des partenaires de l'industrie. Elle envisage d'appliquer cette mesure à tous les types d'aliments, ce qui est une bonne chose.

    Mon collègue a présenté un bon projet de loi. Il a rencontré l'ancien président des Producteurs laitiers du Canada qui, je crois, est de la région de Prince Albert, dans sa circonscription.

    J'aimerais savoir si mon collègue va travailler avec nous, parce que je voudrais travailler avec l'industrie. J'aimerais que le projet de loi soit renvoyé au Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire, qui compte des représentants de tous les partis, pour qu'il y apporte des améliorations. Nous devons soutenir nos producteurs, comme nous avons pu le constater dans le cas de l'industrie de la viande pendant la crise de l'ESB. Les industries sont encore florissantes, mais nos producteurs méritent notre attention.

    Mon collègue va-t-il se joindre à nous et à l'industrie pour voir quelles améliorations peuvent être apportées au projet de loi?

+-

    M. Maurice Vellacott: Monsieur le Président, je remercie mon collègue de m'avoir donné l'assurance qu'il travaillera au sein de son parti afin d'inciter d'autres députés à appuyer le projet de loi. Je le remercie. J'estime que le projet de loi semble recueillir le soutien de tous les partis.

    Je conviens certainement que nous devons discuter au sein du comité de la question de l'adaptation du projet de loi parce qu'il toucherait tous les Canadiens. Certes, des régions du pays ont plus de producteurs laitiers que d'autres. Leo Bertoia, de Langham, dans ma circonscription, celle de Saskatoon--Wanuskewin, et d'autres bonnes gens ont exprimé leurs préoccupations relativement à la raison pour laquelle nous avons besoin de pareil projet de loi.

    Avec la bonne volonté de mon vis-à-vis, je demande le consentement unanime à ce que le projet de loi soit renvoyé directement à un comité pour que nous puissions avoir de bonnes discussions et adapter le projet de loi.

+-

    Le vice-président: Le député a-t-il le consentement de la Chambre?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

+-

    L'hon. Mark Eyking (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire), Lib.): Monsieur le Président, c'est bien de voir que de nombreux députés se préoccupent de l'industrie laitière.

    J'ai le plaisir de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-340, Loi sur les termes laitiers, qui a été présenté par mon collègue le député de Saskatoon—Wanuskewin. L'étiquetage alimentaire est une question qui est importante de nos jours.

    Le député a soulevé certains points très pertinents au sujet de l'étiquetage du lait et des produits laitiers, des points valables qui sont partagés par les producteurs laitiers et par moi. J'aimerais dire aux députés qu'il y a un grand nombre de fermes laitières dans ma circonscription, ainsi qu'une importante usine de transformation de produits laitiers, ce qui explique que la question est aussi importante pour moi.

    On peut se poser nombre de question sur les termes utilisés sur les étiquettes d'aliments qui ne contiennent peu ou prou de produits laitiers. Que dire d'un produit qui prétend goûter le beurre mais qui n'en contient pas? Qu'arrive-t-il si un tel produit contient un arôme de beurre?

    Je crois que les producteurs laitiers estiment que les règlements fédéraux régissant actuellement l'étiquetage sont insuffisants pour protéger les produits laitiers. Beaucoup de producteurs laitiers de ma circonscription ont porté cela à mon attention. Ils craignent que les lois fédérales actuelles ne font rien pour protéger leurs intérêts et pour interdire l'utilisation de termes laitiers sur des substituts laitiers. Leur inquiétude est légitime et notre gouvernement recherche une solution qui contribuera à régler ce problème.

    J'expliquerai cela plus en détails dans un instant, mais la question ne touche pas simplement les produits laitiers. Le gouvernement du Canada est d'accord pour trouver une solution dans le cas des produits laitiers, mais il faut cependant une solution qui englobe tous les produits naturels.

    Il y a trois choses qu'il ne faut pas oublier dans ce débat.

    Premièrement, beaucoup d'intervenants ont un intérêt dans la façon dont les ingrédients sont indiqués sur les étiquettes. Parmi eux, on compte notamment les transformateurs de produits alimentaires, les importateurs, les détaillants et les membres connexes de ce secteur. Il y a d'autres problèmes dont les intervenants se soucient en matière d'étiquetage des produits, en particulier les contraintes des nouvelles techniques, les coûts supplémentaires et le fardeau administratif qui pèse sur notre secteur.

    Deuxièmement, l'étiquetage des produits alimentaires a des répercussions sur le commerce international. Tout changement apporté à l'étiquetage des produits doit être conforme à nos obligations dans le cadre de l'ALENA et de l'OMC, par exemple.

    Troisièmement, d'autres producteurs craignent également que les étiquettes apposées sur les produits alimentaires ne mentionnent des ingrédients et des saveurs qui n'ont pratiquement aucun rapport avec les produits. Que dire des produits à saveur d'érable qui ne contiennent aucune trace d'érable, à saveur de miel qui ne contiennent aucune trace de miel, ou même à saveur de chocolat qui ne contiennent aucune trace de chocolat? Nous ne pouvons pas examiner les questions soulevées par le projet de loi sur les termes laitiers sans nous préoccuper également d'autres sortes de produits alimentaires.

    Comme les députés peuvent le constater, la question est très complexe et le gouvernement la prend très au sérieux. En fait, l'ACIA cherche une solution à l'étiquetage de tous les produits alimentaires. Elle désire donner aux consommateurs des produits étiquetés de manière à ce qu'ils puissent faire des choix éclairés. L'ACIA a engagé des consultations sur des propositions de mise en évidence des ingrédients et des saveurs, ce qui s'appliquerait à toutes les sortes d'ingrédients et d'aliments.

    Des consultations ont eu lieu entre janvier et avril, et entre juillet et septembre de l'année dernière. En outre, deux autres ateliers sur les questions d'étiquetage ont été tenus, en novembre dernier, à Toronto, et en janvier, à Saint-Hyacinthe, au Québec. De plus, l'ACIA a organisé des rencontres bilatérales avec les intervenants et commandé un sondage auprès des consommateurs, car, en dernière analyse, nous devons vendre nos produits au consommateur.

    Autrement dit, le gouvernement agit déjà de façon très sérieuse et très méthodique pour que soit clarifié l'étiquetage non seulement des produits laitiers, mais également de tous les produits alimentaires.

    Pour lancer cette première consultation, l'ACIA a rendu public un document de travail portant sur l'ensemble des questions liées à l'étiquetage des produits alimentaires. Le document de travail renfermait trois propositions portant sur les mêmes questions que celles qui sont soulevées dans le projet de loi du député.

    Premièrement, lorsque des ingrédients ou des éléments sont mis en évidence, qu'il s'agisse de quantités élevées ou faibles, le pourcentage de l'ingrédient ajouté au produit doit être indiqué sur le devant de l'emballage ou dans la liste des ingrédients.

    Deuxièmement, lorsque l'ingrédient mis en évidence est une saveur ou une saveur artificielle, les mots «saveur» ou «saveur artificielle» doivent paraître à côté de la saveur en question, par exemple, «saveur de beurre» ou «saveur artificielle de beurre».

  +-(1350)  

    Troisièmement, quand on utilise le nom d'un ingrédient ou d'un élément pour décrire la caractéristique sensorielle d'un aliment, sa «texture crémeuse» par exemple, cette dernière doit figurer à côté de la description.

    Dans le cadre d'une analyse du document de travail et des consultations qui ont suivi, l'ACIA a entendu plusieurs points de vue divergents. Elle a reçu des commentaires et des conseils des transformateurs d'aliments, des producteurs et, bien entendu, des importateurs, des distributeurs, des associations de l'industrie, des gouvernements provinciaux, des associations de professionnels de la santé, d'associations de consommateurs et des consommateurs eux-mêmes.

    Autrement dit, les solutions qui émergeront de ce processus reposeront sur un large consensus entre les différentes parties concernées. Ces consultations pourront conduire à des modifications de la politique en matière d'étiquetage, et donc à la modification de la réglementation, mais ces changements n'ont pas encore été finalisés. Les travaux sont en cours.

    Le défi consiste à préciser les règles régissant l'étiquetage des aliments sans pour autant créer une prolifération de lois et de règlements, chacun conçu pour un aliment en particulier. Aujourd'hui, c'est la loi sur les termes laitiers. Qu'est-ce que ça sera demain? La loi sur la terminologie du sirop d'érable? Ou la loi sur la terminologie du miel ou la loi sur la terminologie de la viande?

    L'approche de l'ACIA est conforme à la politique du gouvernement canadien en matière de réglementation intelligente. Nous devrions créer un processus réglementaire qui résulte en un bénéfice maximum net pour les agriculteurs et la société canadienne tout en soupesant les avantages des solutions de rechange à la réglementation.

    Un processus est en place pour améliorer systématiquement l'étiquetage des produits. Il est ouvert au public. Dans le cadre de ce processus, on soumet des propositions conformes aux normes actuelles d'étiquetage des aliments préemballés. Le député a mentionné les normes internationales. Nous ne devons pas perdre cet élément de vue.

    Le député présente le projet de loi avec l'appui des producteurs laitiers. Je pense que, en soi, c'est un très bon geste. En dépit de leur participation active au processus consultatif, il semblerait que les producteurs laitiers veuillent un mécanisme plus strict en vue de protéger davantage les termes laitier, et ce, conformément à leurs propres priorités.

    On ne peut pas faire les deux. On ne peut pas prôner une approche équilibrée et complète de l'étiquetage des aliments, ce que représente le processus consultatif, et en même temps adopter le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui.

    Je remercie beaucoup le député d'avoir présenté cette proposition et de s'être fait le porte-parole des producteurs laitier à la Chambre. Pour ma part, je m'en tiendrai au processus que nous avons mis en place et aux solutions qui seront adoptées par l'ACIA, un processus dans lequel les associations de producteurs laitiers figurent à titre de participants à part entière.

    J'exhorte mes collègues à se joindre à moi et à appuyer l'approche actuelle suivie par l'ACIA relativement à l'étiquetage des aliments, ce qui signifie qu'ils devraient se joindre à moi et voter contre le projet de loi.

  +-(1355)  

[Français]

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, il me fait plaisir de prendre la parole sur le projet de loi C-340, après le discours que vient de livrer le secrétaire parlementaire.

    Je peux bien comprendre que l'Agence canadienne d'inspection des aliments veuille étiqueter tous les aliments à travers le Canada, je n'ai pas de problème avec cela, mais ce que le projet de loi demande, c'est de légiférer sur un produit qui est parmi l'un des plus vieux. On en a tous bu du lait dans notre vie; je pense que cela fait partie d'une des sources de la vie. On ne parle pas de n'importe quel produit.

    Ce que je dirai au secrétaire parlementaire, c'est justement qu'il y a tellement d'intervenants dans toute la chaîne alimentaire, tellement d'industriels et de façons de faire, qu'aujourd'hui le beurre n'est plus du beurre, le lait n'est plus du lait, le fromage n'est plus du fromage. C'est cela la réalité. C'est tout ce que demande l'industrie laitière: de dire que lorsque c'est du lait, c'est du lait, lorsque c'est de la crème, c'est de la crème et lorsque c'est du fromage, c'est du fromage. C'est simple à comprendre. Alors, qu'on l'écrive et qu'on oblige tous les industriels du Canada, tous ceux qui veulent vendre des produits, à respecter cette réglementation. Pourtant le projet de loi est simple.

    Je veux bien suivre le secrétaire parlementaire et le gouvernement dans un processus d'étiquetage de tous les aliments à travers le Canada, seulement, il y a un cas patent. Il y a 75 millions de dollars dépensés annuellement par l'industrie laitière pour essayer justement que le lait redevienne du lait, le beurre du beurre et le fromage du fromage. Tout cela est annihilé par des industriels qui utilisent des produits de remplacement, souvent chimiques, pour créer le même goût. Ce n'est pas plus dur à comprendre que cela.

    Le projet de loi est simple. Son article 3 nous explique l'objet de la loi:

     3. La présente loi vise à garantir que les termes laitiers destinés au lait ou aux produits laitiers sont correctement utilisés dans la description ou la présentation des aliments, à éviter les risques de confusion ou d’erreur chez les consommateurs et à assurer le respect de pratiques justes dans le commerce alimentaire.

    C'est simple, c'est juste pour que le lait reste du lait, la crème de la crème et le beurre du beurre.

    En ce qui concerne le champ d'application:

    4. La présente loi s’applique à tous les aliments destinés à l’alimentation humaine qui sont commercialisés au Canada.

    Donc tous ceux qui veulent utiliser des termes laitiers doivent avoir des produits à base de lait. Ce n'est pas plus dur à comprendre que cela.

    Puis il y a l'interdiction, car évidemment, quand on fait une loi, c'est pour interdire quelque chose:

    5. Nul ne peut fabriquer, offrir en vente, vendre ou commercialiser un aliment visé par la présente loi qui est décrit d’une façon non conforme à celle-ci, ni en faire la publicité.

    J'entends des déclarations en cette Chambre, mais quand on annonce du pop-corn au beurre et qu'il n'y a pas de beurre dedans, j'ai un problème avec cela, tout comme la plupart des citoyens.

    Au Québec, l'Union des producteurs agricoles a fait un sondage et la grande majorité de la population du Québec s'attend à ce que lorsque les mots «lait», «crème» ou «beurre» sont utilisés ce soit pour des produits laitiers. Tout le monde s'attend à cela.

    Malgré tout, pour économiser de l'argent, des industriels décident d'utiliser des dérivés et des produits chimiques pour essayer d'obtenir le même goût. C'est cela la réalité. Pourquoi le gouvernement ne veut-il pas embarquer dans cette réglementation-là aujourd'hui? C'est pour protéger cette partie de l'industrie qui utilise des termes impropres pour faire de l'argent. Ce n'est pas plus difficile que cela à comprendre.

    Vous comprendrez que le Bloc québécois est tout à fait contre cela. Nous avons des agriculteurs qui se battent présentement pour leur survie, pour toutes sortes de problèmes qui leur arrivent. Tout ce qu'on demande au gouvernement avec ce projet de loi, c'est de faire interdire ces choses-là, d'interdire aux industriels d'utiliser des termes laitiers pour des produits qui ne sont pas des produits laitiers.

    Cela ne coûte rien à personne. Il s'agit seulement d'un projet de loi pour lequel nous, en tant que législateurs, pouvons voter en cette Chambre.

    En effet, une partie du rôle de député c'est justement d'adopter des lois. Je comprends mal, qu'aujourd'hui, le gouvernement libéral, par la voix du secrétaire parlementaire vienne nous dire qu'il faut attendre que l'Agence canadienne d'inspection des aliments fasse une loi qui englobe l'étiquetage de tous les produits à travers le Canada. J'ai un problème avec cela. Cela veut dire que ce ne sera jamais réglé car cela va prendre des années.

    Une suggestion a été faite par un collègue libéral tantôt. Il faut que ce projet de loi qui vise un produit bien spécifique, tout ce qui est produit laitier, aille en comité, soit analysé et qu'on invite les témoins des industries concernées à témoigner. Ils viendront nous expliquer pourquoi on ne devrait pas le faire.

  +-(1400)  

    Je donne un exemple, parce que nous savons que l'un des grands problèmes, c'est que les producteurs et souvent les transformateurs vont utiliser un terme comme «crème glacée», alors qu'il ne s'agit pas de crème. Souvent, c'est du lait. C'est du lait glacé; ce n'est pas de la crème glacée.

    De plus, souvent, il y a des produits chimiques qui entrent dans la composition dudit produit qui font que ce n'est pas de la crème glacée. Il y a beaucoup de citoyens et des citoyennes qui nous écoutent et qui pensent que lorsqu'ils mangent de la crème glacée, c'est de la crème qu'ils mangent. Ce n'est pas cela.

    Tout ce qu'on veut, c'est de véritablement s'assurer que lorsqu'on annonce un produit et qu'on le publicise, on retrouve effectivement l'ingrédient en question dans la composition du produit. Ce n'est pas plus difficile que cela. C'est ce que veut le projet de loi.

    À cet égard, il y a même des mesures d'exception. Pour le bénéfice de tous ceux qui écoutent, il s'agit de l'alinéa 6(8). Il s'agit de tous les produits qui sont généralement reconnus, par exemple le beurre d'arachide.

    Pourquoi utilise-t-on le mot «beurre»? C'est parce que ce produit a la texture du beurre. Personne en cette Chambre ne veut enlever la possibilité, à ceux qui font du beurre d'arachide, d'utiliser le terme «beurre d'arachide».

    Par contre, tout ce qu'on ne veut pas, c'est qu'on utilise des termes qu'on ne retrouve pas dans la composition des produits. Je vous donne des exemples: des tartes à la crème et au chocolat, sans crème; du glaçage à la crème au beurre, sans beurre; du popcorn au beurre, sans beurre; de la crème glacée, sans crème. Ce sont ces choses qu'on veut éviter. C'est aussi simple que cela, et pas plus difficile que cela à comprendre.

    Par contre, j'ai de la difficulté avec le gouvernement qui nous dit: «l'Agence canadienne d'inspection des aliments est en train d'analyser une procédure globale d'étiquetage de tous les produits.» Je veux bien, sauf que pendant ce temps, nos producteurs agricoles et laitiers dépensent 75 millions par année en publicité pour leurs produits et se font damer le pion par des industriels qui n'hésitent pas à utiliser des termes laitiers.

    Je le répète, le lait est une matière première. On en a tous bu dans notre vie. Ce n'est pas vrai qu'aujourd'hui on va comparer ce produit avec tous les autres produits. On est inondés de produits. Vous le savez, il y a plein de choses qui nous arrivent.

    C'est d'ailleurs pourquoi l'étiquetage est très important. Il y a les OGM et plein d'autres choses. Il faut être capables d'en arriver un jour—et je suis d'accord avec le gouvernement à cet égard—à étiqueter tous les produits qui nous arrivent sur nos comptoirs et nos tablettes.

    Cependant, qu'on ne vienne pas me dire que le lait, ce n'est pas un produit qu'on connaît. On en a tous bu au moins une fois dans notre vie. Pensez-y. Peut-être que vous ne vous en souvenez pas, mais il est clair qu'on a tous bu du lait.

    Évidemment, aujourd'hui, ce projet de loi replace les choses, parce que, justement, trop d'intervenants et d'industriels utilisent des termes pour faire de l'argent. Ce sont des termes qui ne sont pas conformes à la réalité.

    À cet égard, ne serait-ce que pour les mères de familles et les enfants, il faut au moins essayer d'élever la future génération en leur disant: «Plus personne ne pourra vous raconter des choses qui ne sont pas réalistes, qui ne sont pas vraies» Quand le terme «laitier» sera utilisé, ce sera parce que qu'il y a bel et bien une composante du lait dans le produit.

    J'espère que je serai un de ceux qui auront la chance de voter en faveur de ce projet de loi et qui dira à ses enfants et ses petits-enfants: «Depuis quelques générations, on se fait finalement charrier par l'industrie qui, pour faire des profits faramineux, essaie d'utiliser des dérivés.»

    Ainsi, nous pourrions rétablir cela. Ce serait une bonne chose qu'on pourrait faire pour l'industrie laitière, les enfants, les mères de famille, de façon à ce que tous ceux et celles qui nous écoutent et tous ceux et celles qui viendront après nous auront compris que les députés en cette Chambre auront choisi que, dans le dossier du lait, quand un produit est vendu comme un produit laitier, ce soit véritablement un produit à base de lait.

    Je suis donc eux heureux de dire que le Bloc québécois sera en faveur de ce projet de loi.

  +-(1405)  

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, je veux seulement prendre quelques minutes pour dire quelques mots à propos de ce projet de loi.

    La première chose que je voudrais dire, c'est que je compte bien me dissocier des remarques qu'on vient d'entendre et que je considère comme n'étant pas tellement élogieuses, mais plutôt acerbes à l'endroit de l'industrie de la transformation des aliments au Canada.

    Cette industrie est très importante, dans le secteur laitier et ailleurs. Vous connaissez comme moi ces compagnies qui sont situées dans notre région, que ce soit la Fromagerie Saint-Albert, dans mon comté, ou Ault Foods, ailleurs ou autrement. Ce sont des industries importantes dans notre pays qui, à mon avis, ont une très bonne réputation sur les plans de la salubrité, de l'éthique et autres. Je ne pense pas qu'elles ont mérité d'entendre des critiques semblables.

    Dans un deuxième temps, il faut reconnaître que plusieurs des actionnaires dans l'industrie agroalimentaire sont eux-mêmes des producteurs agricoles. Il y a plusieurs coopératives. Prenons, par exemple, une des plus grandes au pays. On la connaît bien, car elle est située au Québec. Je parlais de coopératives dans mon comté, avec la Fromagerie Saint-Albert, ou ailleurs au pays.

    Il serait donc important de ne pas faire d'accusations gratuites de ce genre à l'endroit de l'industrie de la transformation des aliments.

    Tout ce dossier de l'étiquetage des aliments n'est pas simple. Comme vous, j'ai grandi à une époque où on consommait du sirop Beehive, sur le contenant duquel il y avait une ruche d'abeilles. Pourtant, du sirop Beehive, à ce que je sache, cela ne contient absolument pas de miel. Il s'agit d'un extrait de maïs et non pas d'un extrait de miel. S'il y a du miel là-dedans, il ne doit pas y en avoir beaucoup. Probablement qu'il n'y en a pas du tout.

    Ce n'est qu'un exemple.

[Traduction]

    J'ai été élevé dans une famille où on avait toujours un contenant brun de beurre d'étable à portée de la main. Je ne suis pas certain si le beurre en question renfermait ou non du sirop d'érable. Je soupçonne qu'il n'en contenait pas, ou alors très peu. Le produit était probablement aromatisé à l'érable, ou quelque chose du genre. Il renfermait peut-être un peu de sirop d'érable, mais pas beaucoup. Il s'agit d'une sorte de caramel à saveur d'érable. Je crois en avoir suffisamment mangé pour me rappeler du goût, même si la dernière fois remonte à très longtemps, car je n'aime pas cela.

[Français]

    Le député nous dit que l'industrie m'a donc en quelque sorte malmené ou convaincu que j'étais en train de consommer un produit sous de fausses allégations. Quand je consommais du «maple spread» lorsque j'avais 7, 8 ou 10 ans, je ne le consommais pas parce qu'il contenait du sirop d'érable. Je le consommais, si vous ne l'aviez pas deviné, parce que je trouvais cela bon. C'était la raison pour laquelle on consommait cet aliment.

    Cela dit, toutefois, le député d'en face apporte de bons points concernant un certain nombre de dossiers. Par exemple, lorsqu'on se rend à l'épicerie, je trouve anormal, et les producteurs laitiers de mon comté me posent toujours la question à cet effet, qu'on voit sur toutes les grandes surfaces un grand réfrigérateur sur lequel il est indiqué «produits laitiers» et que la margarine s'y trouve toujours. Pourtant, on sait bien que la margarine n'est pas un produit laitier. Or, dans les dépliants et les journaux, de même qu'aux comptoirs dans les magasins, ce produit se retrouve dans la section des produits laitiers.

    C'est pour faire en sorte que ceux qui achèteraient en général un produit laitier soient peut-être tentés de prendre l'autre produit à côté. Dans ce cas-là, il est évident qu'il y a au moins une tentative de faire acheter aux consommateurs un produit qui n'est pas celui désiré.

    D'autre part, on retrouve également des oeufs au comptoir des produits laitiers. Je ne connais personne qui confondra des oeufs avec du beurre. Dans ce cas, il est évident que cela n'a pas pour but de confondre le consommateur. Parfois, cette intention est présente, mais parfois, elle ne l'est pas.

  +-(1410)  

[Traduction]

    Un peu plus tôt, on se demandait des collègues et moi si les dindes «butterball» contenaient du beurre. Il y a plusieurs autres questions semblables qui créent de la confusion chez le consommateur. Si tel est le cas, c'est tant mieux, mais cela n'est pas toujours évident. En ce sens, je félicite le député d'avoir porté cette question à notre attention.

[Français]

    On me dit que certains articles du projet de loi, tels que rédigés, peuvent obtenir l'effet contraire à celui visé par l'honorable député d'en face.

    Les spécialistes du ministère m'ont dit, par exemple, que les termes «arôme artificiel de beurre» et «fromage d'imitation» ne seront pas permis. Je suis d'accord. Toutefois, d'après ce qu'on me dit, on interdirait également l'utilisation de termes comme «aromatisé de beurre». Et si l'on ne peut pas dire «aromatisé de beurre» alors que le produit contient un extrait de beurre naturel, on va peut-être trop loin. Peut-être que ce n'est pas voulu dans la rédaction du projet de loi, mais il n'en demeure pas moins que les analystes arrivent à la conclusion que c'est l'effet du projet de loi.

    Le secrétaire parlementaire a une bonne approche dans sa suggestion d'aujourd'hui. Ce n'est pas une approche de délai, comme un député d'en face l'a dit.

    Le gouvernement ne promet pas de procéder à une étude sur le dossier de l'emballage et de l'étiquetage à une date ultérieure. Ce n'est pas à une date ultérieure; les consultations sont en train de se produire au moment où l'on se parle. Par le biais de ces consultations, 2 000 adultes ont répondu à des sondages. Selon les experts dans le domaine, cela a une fiabilité d'environ 95 p. 100.

    Nous avons ces consultations à propos de la teneur des divers aliments. Il serait important, dans tout ce qu'on fait, de ne pas nuire à l'industrie de la transformation des aliments et encore moins aux producteurs laitiers de Glengarry—Prescott—Russell, de Stormont—Dundas—Charlottenburgh, bientôt Stormont—Dundas—South Glengarry, ou d'ailleurs. Notre premier intérêt doit être de protéger les agriculteurs, de même que les consommateurs. Il faut aussi que le consommateur appuie ce que nous faisons.

    L'honorable député de Argenteuil—Papineau—Mirabel nous disait un peu plus tôt que l'industrie de la production laitière dépense une somme très importante dans la promotion de ses produits. Il alléguait que la raison principale de cette dépense est qu'il faut, en quelque sorte, contrer les malfaiteurs de l'industrie de la transformation des aliments.

    Je ne pense pas que ce soit le principal objectif de la campagne. À ce que je sache, la campagne des producteurs agricoles vise à faire comprendre aux consommateurs que les choses qu'on nous a dites il y a quelques années étaient fausses, par exemple l'affirmation à l'effet que de consommer beaucoup de fromage ou de produits laitiers était en quelque sorte mauvais pour la santé. On sait aujourd'hui que c'était loin d'être vrai. On sait que certains gras qu'on consomme comme substituts de beurre et d'autres produits laitiers ont des effets très néfastes, et qu'au contraire, les produits laitiers ont des effets très bénéfiques.

    Tout cela pour dire que la campagne des producteurs laitiers a pour but d'informer les gens, afin d'augmenter la consommation de leurs produits, lesquels sont excellents, à mon avis. Ce n'est pas forcément vrai de dire que consommer du fromage fera de nous des gens qui pèseront chacun 150 kilos. Si c'était le cas, je serais très lourd, parce que j'en consomme probablement plus que la plupart d'entre vous. Mes collègues me taquinent continuellement au sujet de ma consommation de produits laitiers, particulièrement le fromage que je consomme en très grande quantité.

    Les choses qu'on nous a dites dans le passé ne sont pas forcément vraies, et l'industrie laitière le sait. L'industrie laitière a choisi, et avec raison, d'informer les consommateurs de la très grande qualité de ses produits et je l'appuie.

  +-(1415)  

    L'industrie laitière vient également de vivre des situations très difficiles. J'en parlais justement ce matin à la Chambre. J'ai soulevé ce problème pendant la période des questions orales, à savoir que les prix des vaches de réforme ou même des génisses sont terribles. Il faut appuyer la communauté agricole à cet effet.

    Si le projet de loi est étudié en comité parlementaire, il aura besoin de modifications importantes. Il faut protéger nos agriculteurs mais il faut aussi garder la confiance des consommateurs parce qu'on veut qu'ils achètent ces excellents aliments des producteurs laitiers de Glengarry—Prescott—Russell et d'ailleurs.

[Traduction]

+-

    Mme Wendy Lill (Dartmouth, NPD): Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je prends part au débat d'aujourd'hui et que j'écoute les observations des autres députés.

    Il est très intéressant de discuter de produits comme le lait et les produits laitiers. Nous avons tous grandi en consommant ces produits. Il est curieux de constater qu'il y a parfois divergence et confusion au sujet de l'utilisation des termes et de la nature réelle des aliments proposés dans les marchés.

    Je viens de lire le livre Fast Food Nation. L'auteur jette un regard intéressant sur les aliments prêts à manger, mais aussi sur l'industrie des saveurs et la création chimique de goûts, de parfums et d'odeurs, tendance qui s'empare de l'industrie de l'alimentation. Il n'est donc pas du tout farfelu de nous interroger sur ce que nous mangeons. Je crois que c'est la question qui préoccupe le député de Saskatoon—Wanuskewin, et j'appuie ses efforts.

    Mes collègues du Nouveau Parti démocratique et moi estimons que des pratiques équitables en matière d'étiquetage s'avèrent importantes pour les familles canadiennes d'aujourd'hui qui, à chaque fois qu'elles se rendent au supermarché, se retrouvent devant un choix incroyable et déroutant de produits. À l'heure actuelle, les supermarchés moyens tiennent plus 35 000 produits différents, ce qui est un nombre incroyable.

    Est-ce que nous tirons avantage de cette profusion et est-ce qu'elle améliore la qualité de nos vies? Voilà des questions qui doivent faire l'objet d'un autre débat et nous ne les aborderons pas ici. Cependant, cette profusion amène les familles et les consommateurs à demander un étiquetage exact des produits pour leur permettre de choisir les aliments qu'ils achètent. Face à une telle panoplie de produits, le consommateur moyen ne peut espérer examiner chaque produit à la loupe avant de faire son choix.

    Le projet de loi fournirait aux consommateurs de l'information exacte en ce qui concerne les ingrédients contenus dans les produits qu'ils achètent. Les consommateurs se fient au nom d'un produit pour décider s'ils veulent l'acheter, parce que sur la plupart des listes d'ingrédients les caractères sont très petits et on trouve des termes comme «hydrogéné» et «hydrogénophosphate de disodium». Ces termes techniques portent à confusion et les gens ne les comprennent pas. Les consommateurs veulent pouvoir se fier à l'étiquetage et ne veulent pas être induits en erreur.

    Les néo-démocrates se préoccupent également de l'impact que l'étiquetage aura sur les Canadiens dont le niveau d'alphabétisation est faible. Les noms de produits trompeurs peuvent en effet dérouter les gens qui n'ont pas une bonne maîtrise de la langue. Ils doivent se fier aux mots qu'ils connaissent pour prendre une décision d'achat. C'est aussi le cas des personnes âgées et des Canadiens qui ont la vue basse: ils doivent se fier aux noms de produits inscrits en gros caractères plutôt qu'aux listes d'ingrédients écrits en petits caractères.

    C'est pourquoi, lorsqu'ils voient les mots «laitier», «lait» ou «fromage», cela influe sur leur décision d'achat. Nous devons faire en sorte qu'ils ne se fassent pas embobiner et que ces mots fournissent une représentation véridique du produit.

    Ma collègue de Winnipeg-Centre-Nord a présenté à la Chambre un projet de loi d'initiative parlementaire sur l'étiquetage des aliments. Ce projet de loi vise à faire en sorte que les consommateurs sachent si un produit comporte des ingrédients génétiquement modifiés avant qu'ils prennent ou non la décision de l'acheter. Il s'agit encore là d'une pratique équitable que souhaitent les Canadiens et qui leur permettra d'avoir confiance dans le produit qu'ils achètent.

    Comme la députée qui a présenté le projet de loi l'a indiqué, actuellement, la législation fédérale n'assure pas une protection suffisante relativement à l'utilisation des termes ayant trait au lait, et cet état de choses n'est tout simplement pas acceptable. Par exemple, la Loi sur les aliments et drogues et la Loi sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation interdisent que l'on utilise des étiquettes inexactes ou trompeuses, mais elles ne précisent pas exactement ce qu'il faut entendre par une étiquette inexacte ou trompeuse dans le contexte des produits laitiers.

  +-(1420)  

    Le règlement sur les produits laitiers pris en application de la Loi sur les produits agricoles au Canada contient bien des prescriptions sur l'étiquetage, mais ces prescriptions ne visent que les produits laitiers normalisés, par exemple ce qui doit figurer sur l'étiquette du fromage qui répond à la norme cheddar. Les lois canadiennes ne traitent pas de l'utilisation inappropriée de termes et d'images du domaine laitier sur des imitations ou des succédanés.

    Chaque année, les producteurs laitiers du Canada dépensent plus de 75 millions de dollars en publicité pour leurs produits laitiers et en promotion des bienfaits nutritifs de ces produits. La bonne réputation et la valeur nutritive des produits laitiers sont usurpées par des produits qui prétendent faussement qu'ils possèdent les mêmes propriétés que les produits laitiers.

    Si je comprends bien mon collègue de Saskatoon—Wanuskewin, la Loi sur les termes laitiers renferme les principes adoptés au plan international par la Commission du Codex Alimentarius, en 1999, dans le cadre de la norme générale d'utilisation des termes laitiers. Le Canada défend cette norme au plan international. Notre pays devrait procurer la même protection des termes laitiers au plan national. Cela me semble tout à fait évident.

    Mais avant tout, ce projet de loi vise à empêcher qu'un terme laitier soit utilisé lorsqu'un aliment ou un ingrédient dans un aliment est destiné à remplacer un produit laitier ou un ingrédient laitier, et à interdire d'accompagner un terme laitier de mots tels que «arôme» ou «goût» dans le cas d'un aliment qui n'est ni du lait, ni un produit laitier ni un produit composé de lait.

    La loi sur les termes laitiers traite du bon emploi des termes laitiers dans la commercialisation des aliments. Elle n'interdit pas de produire un aliment.

    Je tiens à exprimer mon appui à l'égard de ce projet de loi. Je suis toujours favorable à ce que l'on clarifie des expressions et la signification de ces expressions. J'accueille toutes les tentatives visant à permettre, et non pas à rendre plus difficile, aux citoyens de comprendre la valeur nutritive des aliments et des boissons qu'ils se procurent aux supermarchés. Je voterai en faveur de ce projet de loi.

+-

    Mme Marlene Catterall (Ottawa-Ouest—Nepean, Lib.): Monsieur le Président, je sais bien que c'est contre le Règlement, mais je dois souligner l'absence du député de Glengarry—Prescott—Russell, qui n'a pu attendre pour quitter la Chambre lorsqu'il a appris qu'il y avait des fromages dans le foyer de la Chambre puisque c'est son point faible. Le mien, c'est le lait, et je n'ai vraiment aucunement envie de boire du lait qui ne constitue en fait qu'un succédané ou une imitation.

    Je crois que nous sommes devenus beaucoup plus conscients de ce que nous mangeons et des répercussions de notre alimentation à long terme. Nous voulons en bonne partie savoir de quoi sont constitués les aliments que nous consommons, ce qui se cache derrière les apparences, quels sont les colorants qui ont été ajoutés pour faire croire qu'ils étaient autre chose et comment on peut les décrire.

    Il est évident que le public est intéressé à connaître la composition des produits qu'il achète. C'est mon cas. L'étiquetage est un aspect très important à cet égard. Je sais à quel point l'industrie laitière est importante au Canada. La valeur des produits vendus chaque année par cette industrie est de 4,1 milliards de dollars. Cela représente près de 14 p. 100 des ventes dans l'industrie de la transformation et dans l'industrie des boissons. L'industrie laitière emploie 38 000 personnes dans les entreprises agricoles et 26 000 dans le secteur de la première transformation. Elle applique des normes de qualité strictes à l'échelle tant de l'entreprise agricole que du secteur de la transformation, de manière à assurer la qualité des produits laitiers que nous achetons.

    Je précise que le projet de loi ne toucherait pas seulement l'industrie laitière. Il toucherait d'autres secteurs de l'industrie agroalimentaire. Il porte sur la manière dont l'industrie élabore de nouveaux produits. En fait, il pourrait limiter quelque peu le potentiel d'innovation dans l'ensemble de l'industrie agroalimentaire. Étant donné que l'industrie laitière ne serait pas la seule à subir les effets du projet de loi, je crois qu'il serait peut-être plus responsable de privilégier l'approche proposée par l'Agence canadienne d'inspection des aliments, à savoir un examen plus large de toute la question de l'étiquetage et la tenue de consultations auprès des transformateurs, des consommateurs et des autres segments de l'industrie alimentaire et agroalimentaire.

    En fait, cette approche prendrait en considération un certain nombre de points de vue et d'intérêts qui sont visés par le contenu et les objectifs du projet de loi. En réalité, elle favoriserait un étiquetage responsable et honnête, mais de façon à ne pas privilégier un segment de l'industrie plus qu'un autre, à ne pas trop protéger une industrie aux dépens des autres et à ne pas aller plus loin que nécessaire sur le plan de la précision et de l'honnêteté de l'information recherchée par les consommateurs sur les emballages.

    J'applaudis aux objectifs du projet de loi. Cependant, je crois qu'il est nécessaire d'adopter une vue plus large sur la question de l'étiquetage des aliments et d'éviter de produire un grand nombre de projets de loi qui portent sur le secteur de l'industrie agroalimentaire et un autre projet de loi qui porte sur un autre secteur, de façon à nous retrouver avec une macédoine d'exigences d'étiquetage pouvant se contredire les unes les autres.

    J'ai confiance dans l'approche adoptée par l'Agence en ce qu'elle essaie de réunir toutes ces exigences afin de produire quelque chose qui soit complet et intégré tout en respectant le genre d'information requise par les consommateurs concernant la valeur nutritive, le contenu en gras et toutes choses qui ont commencé à susciter notre intérêt, à la fois pour notre propre santé et pour la santé des générations à venir.

    Je crois qu'une approche élargie est nécessaire. Elle peut nécessiter plus de temps, mais je pense que le produit final sera d'un plus grand bénéfice pour l'industrie laitière, pour les consommateurs et pour l'industrie agroalimentaire de tout le Canada.

  -(1425)  

[Français]

-

    Le vice-président: La période prévue pour l'étude des affaires émanant des députés est maintenant expirée et l'ordre est reporté au bas de la liste de priorité au Feuilleton.

    Comme il est 14 h 30, la Chambre s'ajourne jusqu'au lundi 22 mars à 11 heures, conformément aux articles 28 et 24 du Règlement.

    (La séance est levée à 14 h 30.)

ANNEXE

Liste alphabétique des membres avec leur
Circonscription, province de la circonscription
et l'affiliation politique;
Comités de la chambre,
le comité des Présidents,
membres du ministère et les secrétaires parlementaires


Occupants du Fauteuil

 

Le Président

L'hon. Peter Milliken

 

Le vice-président et président des comités pléniers

M. Bob Kilger

 

Le vice-président des comités pléniers

M. Réginald Bélair

 

La vice-présidente adjointe des comités pléniers

Mme Betty Hinton

 


Bureau de régie interne

L'hon. Peter Milliken

L'hon. Bill Blaikie

Mme Marlene Catterall

M. Bob Kilger

M. Dale Johnston

M. Loyola Hearn

M. Michel Guimond

L'hon. Mauril Bélanger

L'hon. Jacques Saada


Liste alphabétique des députés de la chambre des communes

Troisième session, Trente-septième Législature

Nom Circonscription Province de la circonscription Affiliation politique
Abbott, Jim Kootenay—Columbia Colombie-Britannique PCC
Ablonczy, Diane Calgary—Nose Hill Alberta PCC
Adams, Peter Peterborough Ontario Lib.
Alcock, L'hon. Reg Winnipeg-Sud Manitoba Lib.
Allard, Carole-Marie Laval-Est Québec Lib.
Anders, Rob Calgary-Ouest Alberta PCC
Anderson, David Cypress Hills—Grasslands Saskatchewan PCC
Anderson, L'hon. David Victoria Colombie-Britannique Lib.
Assad, Mark Gatineau Québec Lib.
Assadourian, Sarkis Brampton-Centre Ontario Lib.
Asselin, Gérard Charlevoix Québec BQ
Augustine, L'hon. Jean, ministre d'État (Multiculturalisme et Situation de la femme) Etobicoke—Lakeshore Ontario Lib.
Bachand, André Richmond—Arthabaska Québec Ind.
Bachand, Claude Saint-Jean Québec BQ
Bagnell, L'hon. Larry Yukon Yukon Lib.
Bailey, Roy Souris—Moose Mountain Saskatchewan PCC
Bakopanos, L'hon. Eleni Ahuntsic Québec Lib.
Barnes, Rex Gander—Grand Falls Terre-Neuve-et-Labrador PCC
Barnes, L'hon. Sue, secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada London-Ouest Ontario Lib.
Barrette, Gilbert Témiscamingue Québec Lib.
Beaumier, Colleen Brampton-Ouest—Mississauga Ontario Lib.
Bélair, Réginald, vice-président des comités pléniers Timmins—Baie James Ontario Lib.
Bélanger, L'hon. Mauril, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes Ottawa—Vanier Ontario Lib.
Bellemare, Eugène Ottawa—Orléans Ontario Lib.
Bennett, L'hon. Carolyn, ministre d'État (Santé publique) St. Paul's Ontario Lib.
Benoit, Leon Lakeland Alberta PCC
Bergeron, Stéphane Verchères—Les-Patriotes Québec BQ
Bertrand, Robert Pontiac—Gatineau—Labelle Québec Lib.
Bevilacqua, L'hon. Maurizio Vaughan—King—Aurora Ontario Lib.
Bigras, Bernard Rosemont—Petite-Patrie Québec BQ
Binet, Gérard Frontenac—Mégantic Québec Lib.
Blaikie, L'hon. Bill Winnipeg—Transcona Manitoba NPD
Blondin-Andrew, L'hon. Ethel, ministre d'État (Enfance et Jeunesse) Western Arctic Territoires du Nord-Ouest Lib.
Bonin, Raymond Nickel Belt Ontario Lib.
Bonwick, L'hon. Paul, secrétaire parlementaire du ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences (prêts étudiants) Simcoe—Grey Ontario Lib.
Borotsik, Rick Brandon—Souris Manitoba PCC
Boudria, L'hon. Don Glengarry—Prescott—Russell Ontario Lib.
Bourgeois, Diane Terrebonne—Blainville Québec BQ
Bradshaw, L'hon. Claudette, ministre du Travail et ministre responsable des sans-abri Moncton—Riverview—Dieppe Nouveau-Brunswick Lib.
Breitkreuz, Garry Yorkton—Melville Saskatchewan PCC
Brison, L'hon. Scott, secrétaire parlementaire du premier ministre (Canada-États-Unis) Kings—Hants Nouvelle-Écosse Lib.
Brown, Bonnie Oakville Ontario Lib.
Bryden, John Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot Ontario PCC
Bulte, Sarmite Parkdale—High Park Ontario Lib.
Burton, Andy Skeena Colombie-Britannique PCC
Byrne, L'hon. Gerry, secrétaire parlementaire du ministre de la Santé Humber—St. Barbe—Baie Verte Terre-Neuve-et-Labrador Lib.
Caccia, L'hon. Charles Davenport Ontario Lib.
Cadman, Chuck Surrey-Nord Colombie-Britannique PCC
Calder, Murray Dufferin—Peel—Wellington—Grey Ontario Lib.
Cannis, John Scarborough-Centre Ontario Lib.
Caplan, L'hon. Elinor Thornhill Ontario Lib.
Cardin, Serge Sherbrooke Québec BQ
Carignan, Jean-Guy Québec-Est Québec Ind.
Carroll, L'hon. Aileen, ministre de la Coopération internationale Barrie—Simcoe—Bradford Ontario Lib.
Casey, Bill Cumberland—Colchester Nouvelle-Écosse PCC
Casson, Rick Lethbridge Alberta PCC
Castonguay, Jeannot Madawaska—Restigouche Nouveau-Brunswick Lib.
Catterall, Marlene Ottawa-Ouest—Nepean Ontario Lib.
Cauchon, L'hon. Martin Outremont Québec Lib.
Chamberlain, L'hon. Brenda, secrétaire parlementaire du président du Conseil privé de la Reine pour le Canada Guelph—Wellington Ontario Lib.
Charbonneau, L'hon Yvon, secrétaire parlementaire de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (protection civile) Anjou—Rivière-des-Prairies Québec Lib.
Chatters, David Athabasca Alberta PCC
Clark, Le très hon. Joe Calgary-Centre Alberta PC
Coderre, L'hon. Denis, président du Conseil Privé de la Reine pour le Canada, interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits, ministre responsable de la Francophonie et ministre responsable du Bureau sur le règlement des questions des pensionnats autochtones Bourassa Québec Lib.
Collenette, l'hon. David Don Valley-Est Ontario Lib.
Comartin, Joe Windsor—St. Clair Ontario NPD
Comuzzi, L'hon. Joe, ministre d'État (Initiative fédérale de développement économique dans le Nord de l'Ontario) Thunder Bay—Superior-Nord Ontario Lib.
Copps, L'hon. Sheila Hamilton-Est Ontario Lib.
Cotler, L'hon. Irwin, ministre de la Justice et procureur général du Canada Mont-Royal Québec Lib.
Crête, Paul Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques Québec BQ
Cullen, Roy Etobicoke-Nord Ontario Lib.
Cummins, John Delta—South Richmond Colombie-Britannique PCC
Cuzner, Rodger Bras d'Or—Cape Breton Nouvelle-Écosse Lib.
Dalphond-Guiral, Madeleine Laval-Centre Québec BQ
Davies, Libby Vancouver-Est Colombie-Britannique NPD
Day, Stockwell Okanagan—Coquihalla Colombie-Britannique PCC
Desjarlais, Bev Churchill Manitoba NPD
Desrochers, Odina Lotbinière—L'Érable Québec BQ
DeVillers, L'hon. Paul Simcoe-Nord Ontario Lib.
Dhaliwal, l'hon. Herb Vancouver-Sud—Burnaby Colombie-Britannique Lib.
Dion, L'hon. Stéphane Saint-Laurent—Cartierville Québec Lib.
Discepola, Nick Vaudreuil—Soulanges Québec Lib.
Doyle, Norman St. John's-Est Terre-Neuve-et-Labrador PCC
Dromisky, Stan Thunder Bay—Atikokan Ontario Lib.
Drouin, L'hon. Claude Beauce Québec Lib.
Duceppe, Gilles Laurier—Sainte-Marie Québec BQ
Duncan, John Île de Vancouver-Nord Colombie-Britannique PCC
Duplain, Claude Portneuf Québec Lib.
Easter, L'hon. Wayne Malpeque Île-du-Prince-Édouard Lib.
Efford, L'hon. R. John, ministre des Ressources naturelles Bonavista—Trinity—Conception Terre-Neuve-et-Labrador Lib.
Eggleton, L'hon. Art York-Centre Ontario Lib.
Elley, Reed Nanaimo—Cowichan Colombie-Britannique PCC
Epp, Ken Elk Island Alberta PCC
Eyking, L'hon. Mark, secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire) Sydney—Victoria Nouvelle-Écosse Lib.
Farrah, L'hon. Georges, secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural) Bonaventure—Gaspé—Îles-de-la-Madeleine—Pabok Québec Lib.
Finlay, John Oxford Ontario Lib.
Fitzpatrick, Brian Prince Albert Saskatchewan PCC
Folco, Raymonde Laval-Ouest Québec Lib.
Fontana, l'hon. Joe, secrétaire parlementaire du premier ministre (sciences et petites entreprises) London-Centre-Nord Ontario Lib.
Forseth, Paul New Westminster—Coquitlam—Burnaby Colombie-Britannique PCC
Fournier, Ghislain Manicouagan Québec BQ
Frulla, L'hon. Liza, ministre du Développement social Verdun—Saint-Henri—Saint-Paul—Pointe Saint-Charles Québec Lib.
Fry, L'hon. Hedy, secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration Vancouver-Centre Colombie-Britannique Lib.
Gagnon, Christiane Québec Québec BQ
Gagnon, Marcel Champlain Québec BQ
Gagnon, Sébastien Lac-Saint-Jean—Saguenay Québec BQ
Gallant, Cheryl Renfrew—Nipissing—Pembroke Ontario PCC
Gallaway, L'hon. Roger, secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes Sarnia—Lambton Ontario Lib.
Gaudet, Roger Berthier—Montcalm Québec BQ
Gauthier, Michel Roberval Québec BQ
Girard-Bujold, Jocelyne Jonquière Québec BQ
Godfrey, L'hon. John, Secrétaire parlementaire du premier ministre (villes) Don Valley-Ouest Ontario Lib.
Godin, Yvon Acadie—Bathurst Nouveau-Brunswick NPD
Goldring, Peter Edmonton-Centre-Est Alberta PCC
Goodale, L'hon. Ralph, ministre des Finances Wascana Saskatchewan Lib.
Gouk, Jim Kootenay—Boundary—Okanagan Colombie-Britannique PCC
Graham, L'hon. Bill, ministre des Affaires étrangères Toronto-Centre—Rosedale Ontario Lib.
Grewal, Gurmant Surrey-Centre Colombie-Britannique PCC
Grey, Deborah Edmonton-Nord Alberta PCC
Grose, Ivan Oshawa Ontario Lib.
Guarnieri, L'hon. Albina, ministre associée de la Défense nationale et ministre d'État (Protection civile) Mississauga-Est Ontario Lib.
Guay, Monique Laurentides Québec BQ
Guimond, Michel Beauport—Montmorency—Côte-de-Beaupré—Île-d'Orléans Québec BQ
Hanger, Art Calgary-Nord-Est Alberta PCC
Harper, Stephen Calgary-Sud-Ouest Alberta PCC
Harris, Richard Prince George—Bulkley Valley Colombie-Britannique PCC
Harvard, L'hon. John, secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international Charleswood St. James—Assiniboia Manitoba Lib.
Harvey, L'hon. André, secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles Chicoutimi—Le Fjord Québec Lib.
Hearn, Loyola St. John's-Ouest Terre-Neuve-et-Labrador PCC
Herron, John Fundy—Royal Nouveau-Brunswick PC
Hill, L'hon. Grant, chef de l'opposition Macleod Alberta PCC
Hill, Jay Prince George—Peace River Colombie-Britannique PCC
Hilstrom, Howard Selkirk—Interlake Manitoba PCC
Hinton, Betty, vice-présidente adjointe des comités pléniers Kamloops, Thompson and Highland Valleys Colombie-Britannique PCC
Hubbard, Charles Miramichi Nouveau-Brunswick Lib.
Ianno, Tony Trinity—Spadina Ontario Lib.
Jackson, Ovid Bruce—Grey—Owen Sound Ontario Lib.
Jaffer, Rahim Edmonton—Strathcona Alberta PCC
Jennings, Marlene Notre-Dame-de-Grâce—Lachine Québec Lib.
Jobin, Christian Lévis-et-Chutes-de-la-Chaudière Québec Lib.
Johnston, Dale Wetaskiwin Alberta PCC
Jordan, L'hon. Joe, secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor Leeds—Grenville Ontario Lib.
Karetak-Lindell, Nancy Nunavut Nunavut Lib.
Karygiannis, L'hon. Jim, secrétaire parlementaire du ministre des Transports Scarborough—Agincourt Ontario Lib.
Keddy, Gerald South Shore Nouvelle-Écosse PCC
Kenney, Jason Calgary-Sud-Est Alberta PCC
Keyes, L'hon. Stan, ministre du Revenu national et ministre d'État (Sport) Hamilton-Ouest Ontario Lib.
Kilger, Bob, Vice-président et président des comités pléniers Stormont—Dundas—Charlottenburgh Ontario Lib.
Kilgour, L'hon. David Edmonton-Sud-Est Alberta Lib.
Knutson, L'hon. Gar, ministre d'État (Marchés nouveaux et émergeants) Elgin—Middlesex—London Ontario Lib.
Kraft Sloan, Karen York-Nord Ontario Lib.
Laframboise, Mario Argenteuil—Papineau—Mirabel Québec BQ
Laliberte, Rick Rivière Churchill Saskatchewan Lib.
Lalonde, Francine Mercier Québec BQ
Lanctôt, Robert Châteauguay Québec Lib.
Lastewka, L'hon. Walt, secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux St. Catharines Ontario Lib.
Lebel, Ghislain Chambly Québec Ind.
LeBlanc, Dominic Beauséjour—Petitcodiac Nouveau-Brunswick Lib.
Lee, Derek Scarborough—Rouge River Ontario Lib.
Leung, Sophia Vancouver Kingsway Colombie-Britannique Lib.
Lill, Wendy Dartmouth Nouvelle-Écosse NPD
Lincoln, Clifford Lac-Saint-Louis Québec Lib.
Longfield, Judi Whitby—Ajax Ontario Lib.
Loubier, Yvan Saint-Hyacinthe—Bagot Québec BQ
Lunn, Gary Saanich—Gulf Islands Colombie-Britannique PCC
Lunney, James Nanaimo—Alberni Colombie-Britannique PCC
MacAulay, L'hon. Lawrence Cardigan Île-du-Prince-Édouard Lib.
MacKay, Peter Pictou—Antigonish—Guysborough Nouvelle-Écosse PCC
Macklin, Paul Harold Northumberland Ontario Lib.
Mahoney, L'hon. Steve Mississauga-Ouest Ontario Lib.
Malhi, l'hon. Gurbax, secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie Bramalea—Gore—Malton—Springdale Ontario Lib.
Maloney, John Erie—Lincoln Ontario Lib.
Manley, L'hon. John Ottawa-Sud Ontario Lib.
Marceau, Richard Charlesbourg—Jacques-Cartier Québec BQ
Marcil, L'hon. Serge, secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement Beauharnois—Salaberry Québec Lib.
Mark, Inky Dauphin—Swan River Manitoba PCC
Marleau, L'hon. Diane Sudbury Ontario Lib.
Martin, Keith Esquimalt—Juan de Fuca Colombie-Britannique Ind.
Martin, Pat Winnipeg-Centre Manitoba NPD
Martin, Le très hon. Paul, premier ministre LaSalle—Émard Québec Lib.
Masse, Brian Windsor-Ouest Ontario NPD
Matthews, Bill Burin—St. George's Terre-Neuve-et-Labrador Lib.
Mayfield, Philip Cariboo—Chilcotin Colombie-Britannique PCC
McCallum, L'hon. John, ministre des Anciens Combattants Markham Ontario Lib.
McCormick, Larry Hastings—Frontenac—Lennox and Addington Ontario Lib.
McDonough, Alexa Halifax Nouvelle-Écosse NPD
McGuire, L'hon. Joe, ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique Egmont Île-du-Prince-Édouard Lib.
McKay, L'hon. John, secrétaire parlementaire du ministre des Finances Scarborough-Est Ontario Lib.
McLellan, L'hon. Anne, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile Edmonton-Ouest Alberta Lib.
McNally, Grant Dewdney—Alouette Colombie-Britannique PCC
McTeague, L'hon. Dan, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères Pickering—Ajax—Uxbridge Ontario Lib.
Ménard, Réal Hochelaga—Maisonneuve Québec BQ
Meredith, Val South Surrey—White Rock—Langley Colombie-Britannique PCC
Merrifield, Rob Yellowhead Alberta PCC
Milliken, L'hon. Peter, Président Kingston et les Îles Ontario Lib.
Mills, Bob Red Deer Alberta PCC
Mills, Dennis Toronto—Danforth Ontario Lib.
Minna, L'hon. Maria, Beaches—East York Beaches—East York Ontario Lib.
Mitchell, L'hon. Andy, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien Parry Sound—Muskoka Ontario Lib.
Moore, James Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam Colombie-Britannique PCC
Murphy, L'hon. Shawn, secrétaire parlementaire du ministre des Pêches et des Océans Hillsborough Île-du-Prince-Édouard Lib.
Myers, Lynn Waterloo—Wellington Ontario Lib.
Nault, L'hon. Robert Kenora—Rainy River Ontario Lib.
Neville, Anita Winnipeg-Centre-Sud Manitoba Lib.
Normand, L'hon. Gilbert Bellechasse—Etchemins—Montmagny—L'Islet Québec Lib.
Nystrom, L'hon. Lorne Regina—Qu'Appelle Saskatchewan NPD
O'Brien, Lawrence Labrador Terre-Neuve-et-Labrador Lib.
O'Brien, Pat London—Fanshawe Ontario Lib.
O'Reilly, John Haliburton—Victoria—Brock Ontario Lib.
Obhrai, Deepak Calgary-Est Alberta PCC
Owen, L'hon. Stephen, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Vancouver Quadra Colombie-Britannique Lib.
Pacetti, Massimo Saint-Léonard—Saint-Michel Québec Lib.
Pagtakhan, L'hon. Rey, ministre de la Diversification de l'économie de l'Ouest canadien Winnipeg-Nord—St. Paul Manitoba Lib.
Pallister, Brian Portage—Lisgar Manitoba PCC
Pankiw, Jim Saskatoon—Humboldt Saskatchewan Ind.
Paquette, Pierre Joliette Québec BQ
Paradis, L'hon. Denis, ministre d'État (Institutions financières) Brome—Missisquoi Québec Lib.
Parrish, Carolyn Mississauga-Centre Ontario Lib.
Patry, Bernard Pierrefonds—Dollard Québec Lib.
Penson, Charlie Peace River Alberta PCC
Peric, Janko Cambridge Ontario Lib.
Perron, Gilles-A. Rivière-des-Mille-Îles Québec BQ
Peschisolido, Joe Richmond Colombie-Britannique Lib.
Peterson, L'hon. Jim, ministre du Commerce international Willowdale Ontario Lib.
Pettigrew, L'hon. Pierre, ministre de la Santé, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre responsable des langues officielles Papineau—Saint-Denis Québec Lib.
Phinney, Beth Hamilton Mountain Ontario Lib.
Picard, Pauline Drummond Québec BQ
Pickard, L'hon. Jerry, secrétaire parlementaire de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (mouvements transfrontaliers) Chatham—Kent Essex Ontario Lib.
Pillitteri, Gary Niagara Falls Ontario Lib.
Plamondon, Louis Bas-Richelieu—Nicolet—Bécancour Québec BQ
Pratt, L'hon. David, ministre de la Défense nationale Nepean—Carleton Ontario Lib.
Price, L'hon. David, secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale Compton—Stanstead Québec Lib.
Proctor, Dick Palliser Saskatchewan NPD
Proulx, Marcel Hull—Aylmer Québec Lib.
Provenzano, Carmen Sault Ste. Marie Ontario Lib.
Rajotte, James Edmonton-Sud-Ouest Alberta PCC
Redman, Karen Kitchener-Centre Ontario Lib.
Reed, Julian Halton Ontario Lib.
Regan, L'hon. Geoff, ministre des Pêches et des Océans Halifax-Ouest Nouvelle-Écosse Lib.
Reid, Scott Lanark—Carleton Ontario PCC
Reynolds, John, West Vancouver—Sunshine Coast West Vancouver—Sunshine Coast Colombie-Britannique PCC
Ritz, Gerry Battlefords—Lloydminster Saskatchewan PCC
Robillard, L'hon. Lucienne, ministre de l'Industrie et ministre responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Westmount—Ville-Marie Québec Lib.
Robinson, Svend Burnaby—Douglas Colombie-Britannique NPD
Rocheleau, Yves Trois-Rivières Québec BQ
Roy, Jean-Yves Matapédia—Matane Québec BQ
Saada, L'hon. Jacques, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique Brossard—La Prairie Québec Lib.
Sauvageau, Benoît Repentigny Québec BQ
Savoy, Andy Tobique—Mactaquac Nouveau-Brunswick Lib.
Schellenberger, Gary Perth—Middlesex Ontario PCC
Scherrer, L'hon. Hélène, ministre du Patrimoine canadien Louis-Hébert Québec Lib.
Schmidt, Werner Kelowna Colombie-Britannique PCC
Scott, L'hon. Andy, ministre d'État (Infrastructure) Fredericton Nouveau-Brunswick Lib.
Serré, Benoît Timiskaming—Cochrane Ontario Lib.
Sgro, L'hon. Judy, ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration York-Ouest Ontario Lib.
Shepherd, Alex Durham Ontario Lib.
Simard, Raymond Saint-Boniface Manitoba Lib.
Skelton, Carol Saskatoon—Rosetown—Biggar Saskatchewan PCC
Solberg, Monte Medicine Hat Alberta PCC
Sorenson, Kevin Crowfoot Alberta PCC
Speller, L'hon. Bob, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire Haldimand—Norfolk—Brant Ontario Lib.
Spencer, Larry Regina—Lumsden—Lake Centre Saskatchewan Ind.
St-Hilaire, Caroline Longueuil Québec BQ
St-Jacques, Diane Shefford Québec Lib.
St-Julien, Guy Abitibi—Baie-James—Nunavik Québec Lib.
St. Denis, Brent Algoma—Manitoulin Ontario Lib.
Steckle, Paul Huron—Bruce Ontario Lib.
Stewart, L'hon. Jane Brant Ontario Lib.
Stinson, Darrel Okanagan—Shuswap Colombie-Britannique PCC
Stoffer, Peter Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore Nouvelle-Écosse NPD
Strahl, Chuck Fraser Valley Colombie-Britannique PCC
Szabo, Paul Mississauga-Sud Ontario Lib.
Telegdi, L'hon. Andrew, Secrétaire parlementaire du premier ministre (Affaires autochtones) Kitchener—Waterloo Ontario Lib.
Thibault, L'hon. Robert Ouest Nova Nouvelle-Écosse Lib.
Thibeault, Yolande Saint-Lambert Québec Lib.
Thompson, Greg Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest Nouveau-Brunswick PCC
Thompson, Myron Wild Rose Alberta PCC
Tirabassi, Tony Niagara-Centre Ontario Lib.
Toews, Vic Provencher Manitoba PCC
Tonks, Alan York-Sud—Weston Ontario Lib.
Torsney, Paddy Burlington Ontario Lib.
Tremblay, Suzanne Rimouski-Neigette-et-la Mitis Québec BQ
Ur, Rose-Marie Lambton—Kent—Middlesex Ontario Lib.
Valeri, L'hon. Tony, ministre des Transports Stoney Creek Ontario Lib.
Vanclief, l'hon. Lyle Prince Edward—Hastings Ontario Lib.
Vellacott, Maurice Saskatoon—Wanuskewin Saskatchewan PCC
Venne, Pierrette Saint-Bruno—Saint-Hubert Québec BQ ind.
Volpe, L'hon. Joseph, ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences Eglinton—Lawrence Ontario Lib.
Wappel, Tom Scarborough-Sud-Ouest Ontario Lib.
Wasylycia-Leis, Judy Winnipeg-Centre-Nord Manitoba NPD
Wayne, Elsie Saint John Nouveau-Brunswick PCC
Whelan, L'hon. Susan Essex Ontario Lib.
White, Randy Langley—Abbotsford Colombie-Britannique PCC
White, Ted North Vancouver Colombie-Britannique PCC
Wilfert, Bryon Oak Ridges Ontario Lib.
Williams, John St. Albert Alberta PCC
Wood, Bob Nipissing Ontario Lib.
Yelich, Lynne Blackstrap Saskatchewan PCC
VACANCE Ottawa Centre Ontario
VACANCE Etobicoke Ontario
VACANCE Saint-Maurice Québec

Liste alphabétique des députés de la chambre des communes par province

Troisième session, Trente-septième Législature

Nom Circonscription Affiliation politique

Alberta (26)
Ablonczy, Diane Calgary—Nose Hill PCC
Anders, Rob Calgary-Ouest PCC
Benoit, Leon Lakeland PCC
Casson, Rick Lethbridge PCC
Chatters, David Athabasca PCC
Clark, Le très hon. Joe Calgary-Centre PC
Epp, Ken Elk Island PCC
Goldring, Peter Edmonton-Centre-Est PCC
Grey, Deborah Edmonton-Nord PCC
Hanger, Art Calgary-Nord-Est PCC
Harper, Stephen Calgary-Sud-Ouest PCC
Hill, L'hon. Grant, chef de l'opposition Macleod PCC
Jaffer, Rahim Edmonton—Strathcona PCC
Johnston, Dale Wetaskiwin PCC
Kenney, Jason Calgary-Sud-Est PCC
Kilgour, L'hon. David Edmonton-Sud-Est Lib.
McLellan, L'hon. Anne, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile Edmonton-Ouest Lib.
Merrifield, Rob Yellowhead PCC
Mills, Bob Red Deer PCC
Obhrai, Deepak Calgary-Est PCC
Penson, Charlie Peace River PCC
Rajotte, James Edmonton-Sud-Ouest PCC
Solberg, Monte Medicine Hat PCC
Sorenson, Kevin Crowfoot PCC
Thompson, Myron Wild Rose PCC
Williams, John St. Albert PCC

Colombie-Britannique (34)
Abbott, Jim Kootenay—Columbia PCC
Anderson, L'hon. David Victoria Lib.
Burton, Andy Skeena PCC
Cadman, Chuck Surrey-Nord PCC
Cummins, John Delta—South Richmond PCC
Davies, Libby Vancouver-Est NPD
Day, Stockwell Okanagan—Coquihalla PCC
Dhaliwal, l'hon. Herb Vancouver-Sud—Burnaby Lib.
Duncan, John Île de Vancouver-Nord PCC
Elley, Reed Nanaimo—Cowichan PCC
Forseth, Paul New Westminster—Coquitlam—Burnaby PCC
Fry, L'hon. Hedy, secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration Vancouver-Centre Lib.
Gouk, Jim Kootenay—Boundary—Okanagan PCC
Grewal, Gurmant Surrey-Centre PCC
Harris, Richard Prince George—Bulkley Valley PCC
Hill, Jay Prince George—Peace River PCC
Hinton, Betty, vice-présidente adjointe des comités pléniers Kamloops, Thompson and Highland Valleys PCC
Leung, Sophia Vancouver Kingsway Lib.
Lunn, Gary Saanich—Gulf Islands PCC
Lunney, James Nanaimo—Alberni PCC
Martin, Keith Esquimalt—Juan de Fuca Ind.
Mayfield, Philip Cariboo—Chilcotin PCC
McNally, Grant Dewdney—Alouette PCC
Meredith, Val South Surrey—White Rock—Langley PCC
Moore, James Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam PCC
Owen, L'hon. Stephen, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Vancouver Quadra Lib.
Peschisolido, Joe Richmond Lib.
Reynolds, John, West Vancouver—Sunshine Coast West Vancouver—Sunshine Coast PCC
Robinson, Svend Burnaby—Douglas NPD
Schmidt, Werner Kelowna PCC
Stinson, Darrel Okanagan—Shuswap PCC
Strahl, Chuck Fraser Valley PCC
White, Randy Langley—Abbotsford PCC
White, Ted North Vancouver PCC

Île-du-Prince-Édouard (4)
Easter, L'hon. Wayne Malpeque Lib.
MacAulay, L'hon. Lawrence Cardigan Lib.
McGuire, L'hon. Joe, ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique Egmont Lib.
Murphy, L'hon. Shawn, secrétaire parlementaire du ministre des Pêches et des Océans Hillsborough Lib.

Manitoba (14)
Alcock, L'hon. Reg Winnipeg-Sud Lib.
Blaikie, L'hon. Bill Winnipeg—Transcona NPD
Borotsik, Rick Brandon—Souris PCC
Desjarlais, Bev Churchill NPD
Harvard, L'hon. John, secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international Charleswood St. James—Assiniboia Lib.
Hilstrom, Howard Selkirk—Interlake PCC
Mark, Inky Dauphin—Swan River PCC
Martin, Pat Winnipeg-Centre NPD
Neville, Anita Winnipeg-Centre-Sud Lib.
Pagtakhan, L'hon. Rey, ministre de la Diversification de l'économie de l'Ouest canadien Winnipeg-Nord—St. Paul Lib.
Pallister, Brian Portage—Lisgar PCC
Simard, Raymond Saint-Boniface Lib.
Toews, Vic Provencher PCC
Wasylycia-Leis, Judy Winnipeg-Centre-Nord NPD

Nouveau-Brunswick (10)
Bradshaw, L'hon. Claudette, ministre du Travail et ministre responsable des sans-abri Moncton—Riverview—Dieppe Lib.
Castonguay, Jeannot Madawaska—Restigouche Lib.
Godin, Yvon Acadie—Bathurst NPD
Herron, John Fundy—Royal PC
Hubbard, Charles Miramichi Lib.
LeBlanc, Dominic Beauséjour—Petitcodiac Lib.
Savoy, Andy Tobique—Mactaquac Lib.
Scott, L'hon. Andy, ministre d'État (Infrastructure) Fredericton Lib.
Thompson, Greg Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest PCC
Wayne, Elsie Saint John PCC

Nouvelle-Écosse (11)
Brison, L'hon. Scott, secrétaire parlementaire du premier ministre (Canada-États-Unis) Kings—Hants Lib.
Casey, Bill Cumberland—Colchester PCC
Cuzner, Rodger Bras d'Or—Cape Breton Lib.
Eyking, L'hon. Mark, secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire) Sydney—Victoria Lib.
Keddy, Gerald South Shore PCC
Lill, Wendy Dartmouth NPD
MacKay, Peter Pictou—Antigonish—Guysborough PCC
McDonough, Alexa Halifax NPD
Regan, L'hon. Geoff, ministre des Pêches et des Océans Halifax-Ouest Lib.
Stoffer, Peter Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore NPD
Thibault, L'hon. Robert Ouest Nova Lib.

Nunavut (1)
Karetak-Lindell, Nancy Nunavut Lib.

Ontario (103)
Adams, Peter Peterborough Lib.
Assadourian, Sarkis Brampton-Centre Lib.
Augustine, L'hon. Jean, ministre d'État (Multiculturalisme et Situation de la femme) Etobicoke—Lakeshore Lib.
Barnes, L'hon. Sue, secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada London-Ouest Lib.
Beaumier, Colleen Brampton-Ouest—Mississauga Lib.
Bélair, Réginald, vice-président des comités pléniers Timmins—Baie James Lib.
Bélanger, L'hon. Mauril, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes Ottawa—Vanier Lib.
Bellemare, Eugène Ottawa—Orléans Lib.
Bennett, L'hon. Carolyn, ministre d'État (Santé publique) St. Paul's Lib.
Bevilacqua, L'hon. Maurizio Vaughan—King—Aurora Lib.
Bonin, Raymond Nickel Belt Lib.
Bonwick, L'hon. Paul, secrétaire parlementaire du ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences (prêts étudiants) Simcoe—Grey Lib.
Boudria, L'hon. Don Glengarry—Prescott—Russell Lib.
Brown, Bonnie Oakville Lib.
Bryden, John Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot PCC
Bulte, Sarmite Parkdale—High Park Lib.
Caccia, L'hon. Charles Davenport Lib.
Calder, Murray Dufferin—Peel—Wellington—Grey Lib.
Cannis, John Scarborough-Centre Lib.
Caplan, L'hon. Elinor Thornhill Lib.
Carroll, L'hon. Aileen, ministre de la Coopération internationale Barrie—Simcoe—Bradford Lib.
Catterall, Marlene Ottawa-Ouest—Nepean Lib.
Chamberlain, L'hon. Brenda, secrétaire parlementaire du président du Conseil privé de la Reine pour le Canada Guelph—Wellington Lib.
Collenette, l'hon. David Don Valley-Est Lib.
Comartin, Joe Windsor—St. Clair NPD
Comuzzi, L'hon. Joe, ministre d'État (Initiative fédérale de développement économique dans le Nord de l'Ontario) Thunder Bay—Superior-Nord Lib.
Copps, L'hon. Sheila Hamilton-Est Lib.
Cullen, Roy Etobicoke-Nord Lib.
DeVillers, L'hon. Paul Simcoe-Nord Lib.
Dromisky, Stan Thunder Bay—Atikokan Lib.
Eggleton, L'hon. Art York-Centre Lib.
Finlay, John Oxford Lib.
Fontana, l'hon. Joe, secrétaire parlementaire du premier ministre (sciences et petites entreprises) London-Centre-Nord Lib.
Gallant, Cheryl Renfrew—Nipissing—Pembroke PCC
Gallaway, L'hon. Roger, secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes Sarnia—Lambton Lib.
Godfrey, L'hon. John, Secrétaire parlementaire du premier ministre (villes) Don Valley-Ouest Lib.
Graham, L'hon. Bill, ministre des Affaires étrangères Toronto-Centre—Rosedale Lib.
Grose, Ivan Oshawa Lib.
Guarnieri, L'hon. Albina, ministre associée de la Défense nationale et ministre d'État (Protection civile) Mississauga-Est Lib.
Ianno, Tony Trinity—Spadina Lib.
Jackson, Ovid Bruce—Grey—Owen Sound Lib.
Jordan, L'hon. Joe, secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor Leeds—Grenville Lib.
Karygiannis, L'hon. Jim, secrétaire parlementaire du ministre des Transports Scarborough—Agincourt Lib.
Keyes, L'hon. Stan, ministre du Revenu national et ministre d'État (Sport) Hamilton-Ouest Lib.
Kilger, Bob, Vice-président et président des comités pléniers Stormont—Dundas—Charlottenburgh Lib.
Knutson, L'hon. Gar, ministre d'État (Marchés nouveaux et émergeants) Elgin—Middlesex—London Lib.
Kraft Sloan, Karen York-Nord Lib.
Lastewka, L'hon. Walt, secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux St. Catharines Lib.
Lee, Derek Scarborough—Rouge River Lib.
Longfield, Judi Whitby—Ajax Lib.
Macklin, Paul Harold Northumberland Lib.
Mahoney, L'hon. Steve Mississauga-Ouest Lib.
Malhi, l'hon. Gurbax, secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie Bramalea—Gore—Malton—Springdale Lib.
Maloney, John Erie—Lincoln Lib.
Manley, L'hon. John Ottawa-Sud Lib.
Marleau, L'hon. Diane Sudbury Lib.
Masse, Brian Windsor-Ouest NPD
McCallum, L'hon. John, ministre des Anciens Combattants Markham Lib.
McCormick, Larry Hastings—Frontenac—Lennox and Addington Lib.
McKay, L'hon. John, secrétaire parlementaire du ministre des Finances Scarborough-Est Lib.
McTeague, L'hon. Dan, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères Pickering—Ajax—Uxbridge Lib.
Milliken, L'hon. Peter, Président Kingston et les Îles Lib.
Mills, Dennis Toronto—Danforth Lib.
Minna, L'hon. Maria, Beaches—East York Beaches—East York Lib.
Mitchell, L'hon. Andy, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien Parry Sound—Muskoka Lib.
Myers, Lynn Waterloo—Wellington Lib.
Nault, L'hon. Robert Kenora—Rainy River Lib.
O'Brien, Pat London—Fanshawe Lib.
O'Reilly, John Haliburton—Victoria—Brock Lib.
Parrish, Carolyn Mississauga-Centre Lib.
Peric, Janko Cambridge Lib.
Peterson, L'hon. Jim, ministre du Commerce international Willowdale Lib.
Phinney, Beth Hamilton Mountain Lib.
Pickard, L'hon. Jerry, secrétaire parlementaire de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (mouvements transfrontaliers) Chatham—Kent Essex Lib.
Pillitteri, Gary Niagara Falls Lib.
Pratt, L'hon. David, ministre de la Défense nationale Nepean—Carleton Lib.
Provenzano, Carmen Sault Ste. Marie Lib.
Redman, Karen Kitchener-Centre Lib.
Reed, Julian Halton Lib.
Reid, Scott Lanark—Carleton PCC
Schellenberger, Gary Perth—Middlesex PCC
Serré, Benoît Timiskaming—Cochrane Lib.
Sgro, L'hon. Judy, ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration York-Ouest Lib.
Shepherd, Alex Durham Lib.
Speller, L'hon. Bob, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire Haldimand—Norfolk—Brant Lib.
St. Denis, Brent Algoma—Manitoulin Lib.
Steckle, Paul Huron—Bruce Lib.
Stewart, L'hon. Jane Brant Lib.
Szabo, Paul Mississauga-Sud Lib.
Telegdi, L'hon. Andrew, Secrétaire parlementaire du premier ministre (Affaires autochtones) Kitchener—Waterloo Lib.
Tirabassi, Tony Niagara-Centre Lib.
Tonks, Alan York-Sud—Weston Lib.
Torsney, Paddy Burlington Lib.
Ur, Rose-Marie Lambton—Kent—Middlesex Lib.
Valeri, L'hon. Tony, ministre des Transports Stoney Creek Lib.
Vanclief, l'hon. Lyle Prince Edward—Hastings Lib.
Volpe, L'hon. Joseph, ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences Eglinton—Lawrence Lib.
Wappel, Tom Scarborough-Sud-Ouest Lib.
Whelan, L'hon. Susan Essex Lib.
Wilfert, Bryon Oak Ridges Lib.
Wood, Bob Nipissing Lib.
VACANCE Ottawa Centre
VACANCE Etobicoke

Québec (75)
Allard, Carole-Marie Laval-Est Lib.
Assad, Mark Gatineau Lib.
Asselin, Gérard Charlevoix BQ
Bachand, André Richmond—Arthabaska Ind.
Bachand, Claude Saint-Jean BQ
Bakopanos, L'hon. Eleni Ahuntsic Lib.
Barrette, Gilbert Témiscamingue Lib.
Bergeron, Stéphane Verchères—Les-Patriotes BQ
Bertrand, Robert Pontiac—Gatineau—Labelle Lib.
Bigras, Bernard Rosemont—Petite-Patrie BQ
Binet, Gérard Frontenac—Mégantic Lib.
Bourgeois, Diane Terrebonne—Blainville BQ
Cardin, Serge Sherbrooke BQ
Carignan, Jean-Guy Québec-Est Ind.
Cauchon, L'hon. Martin Outremont Lib.
Charbonneau, L'hon Yvon, secrétaire parlementaire de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (protection civile) Anjou—Rivière-des-Prairies Lib.
Coderre, L'hon. Denis, président du Conseil Privé de la Reine pour le Canada, interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits, ministre responsable de la Francophonie et ministre responsable du Bureau sur le règlement des questions des pensionnats autochtones Bourassa Lib.
Cotler, L'hon. Irwin, ministre de la Justice et procureur général du Canada Mont-Royal Lib.
Crête, Paul Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques BQ
Dalphond-Guiral, Madeleine Laval-Centre BQ
Desrochers, Odina Lotbinière—L'Érable BQ
Dion, L'hon. Stéphane Saint-Laurent—Cartierville Lib.
Discepola, Nick Vaudreuil—Soulanges Lib.
Drouin, L'hon. Claude Beauce Lib.
Duceppe, Gilles Laurier—Sainte-Marie BQ
Duplain, Claude Portneuf Lib.
Farrah, L'hon. Georges, secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural) Bonaventure—Gaspé—Îles-de-la-Madeleine—Pabok Lib.
Folco, Raymonde Laval-Ouest Lib.
Fournier, Ghislain Manicouagan BQ
Frulla, L'hon. Liza, ministre du Développement social Verdun—Saint-Henri—Saint-Paul—Pointe Saint-Charles Lib.
Gagnon, Christiane Québec BQ
Gagnon, Marcel Champlain BQ
Gagnon, Sébastien Lac-Saint-Jean—Saguenay BQ
Gaudet, Roger Berthier—Montcalm BQ
Gauthier, Michel Roberval BQ
Girard-Bujold, Jocelyne Jonquière BQ
Guay, Monique Laurentides BQ
Guimond, Michel Beauport—Montmorency—Côte-de-Beaupré—Île-d'Orléans BQ
Harvey, L'hon. André, secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles Chicoutimi—Le Fjord Lib.
Jennings, Marlene Notre-Dame-de-Grâce—Lachine Lib.
Jobin, Christian Lévis-et-Chutes-de-la-Chaudière Lib.
Laframboise, Mario Argenteuil—Papineau—Mirabel BQ
Lalonde, Francine Mercier BQ
Lanctôt, Robert Châteauguay Lib.
Lebel, Ghislain Chambly Ind.
Lincoln, Clifford Lac-Saint-Louis Lib.
Loubier, Yvan Saint-Hyacinthe—Bagot BQ
Marceau, Richard Charlesbourg—Jacques-Cartier BQ
Marcil, L'hon. Serge, secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement Beauharnois—Salaberry Lib.
Martin, Le très hon. Paul, premier ministre LaSalle—Émard Lib.
Ménard, Réal Hochelaga—Maisonneuve BQ
Normand, L'hon. Gilbert Bellechasse—Etchemins—Montmagny—L'Islet Lib.
Pacetti, Massimo Saint-Léonard—Saint-Michel Lib.
Paquette, Pierre Joliette BQ
Paradis, L'hon. Denis, ministre d'État (Institutions financières) Brome—Missisquoi Lib.
Patry, Bernard Pierrefonds—Dollard Lib.
Perron, Gilles-A. Rivière-des-Mille-Îles BQ
Pettigrew, L'hon. Pierre, ministre de la Santé, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre responsable des langues officielles Papineau—Saint-Denis Lib.
Picard, Pauline Drummond BQ
Plamondon, Louis Bas-Richelieu—Nicolet—Bécancour BQ
Price, L'hon. David, secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale Compton—Stanstead Lib.
Proulx, Marcel Hull—Aylmer Lib.
Robillard, L'hon. Lucienne, ministre de l'Industrie et ministre responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Westmount—Ville-Marie Lib.
Rocheleau, Yves Trois-Rivières BQ
Roy, Jean-Yves Matapédia—Matane BQ
Saada, L'hon. Jacques, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique Brossard—La Prairie Lib.
Sauvageau, Benoît Repentigny BQ
Scherrer, L'hon. Hélène, ministre du Patrimoine canadien Louis-Hébert Lib.
St-Hilaire, Caroline Longueuil BQ
St-Jacques, Diane Shefford Lib.
St-Julien, Guy Abitibi—Baie-James—Nunavik Lib.
Thibeault, Yolande Saint-Lambert Lib.
Tremblay, Suzanne Rimouski-Neigette-et-la Mitis BQ
Venne, Pierrette Saint-Bruno—Saint-Hubert BQ ind.
VACANCE Saint-Maurice

Saskatchewan (14)
Anderson, David Cypress Hills—Grasslands PCC
Bailey, Roy Souris—Moose Mountain PCC
Breitkreuz, Garry Yorkton—Melville PCC
Fitzpatrick, Brian Prince Albert PCC
Goodale, L'hon. Ralph, ministre des Finances Wascana Lib.
Laliberte, Rick Rivière Churchill Lib.
Nystrom, L'hon. Lorne Regina—Qu'Appelle NPD
Pankiw, Jim Saskatoon—Humboldt Ind.
Proctor, Dick Palliser NPD
Ritz, Gerry Battlefords—Lloydminster PCC
Skelton, Carol Saskatoon—Rosetown—Biggar PCC
Spencer, Larry Regina—Lumsden—Lake Centre Ind.
Vellacott, Maurice Saskatoon—Wanuskewin PCC
Yelich, Lynne Blackstrap PCC

Terre-Neuve-et-Labrador (7)
Barnes, Rex Gander—Grand Falls PCC
Byrne, L'hon. Gerry, secrétaire parlementaire du ministre de la Santé Humber—St. Barbe—Baie Verte Lib.
Doyle, Norman St. John's-Est PCC
Efford, L'hon. R. John, ministre des Ressources naturelles Bonavista—Trinity—Conception Lib.
Hearn, Loyola St. John's-Ouest PCC
Matthews, Bill Burin—St. George's Lib.
O'Brien, Lawrence Labrador Lib.

Territoires du Nord-Ouest (1)
Blondin-Andrew, L'hon. Ethel, ministre d'État (Enfance et Jeunesse) Western Arctic Lib.

Yukon (1)
Bagnell, L'hon. Larry Yukon Lib.

LISTE DES COMITÉS PERMANENTS ET DES SOUS-COMITÉS

(Au 12 mars 2004 — 3e Session, 37e Législature)

Affaires autochtones, du développement du Grand Nord et des ressources naturelles
Président:
Guy St-Julien
Vice-présidents:
Nancy Karetak-Lindell
Maurice Vellacott
Larry Bagnell
Serge Cardin
Brenda Chamberlain
David Chatters
Stan Dromisky
John Duncan
André Harvey
Rick Laliberte
Yvan Loubier
Pat Martin
Lawrence O'Brien
Chuck Strahl
Andrew Telegdi
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Gérard Asselin
Claude Bachand
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Bernard Bigras
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
Joe Comartin
Paul Crête
John Cummins
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Norman Doyle
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Ghislain Fournier
Cheryl Gallant
Yvon Godin
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Richard Marceau
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Anita Neville
Lorne Nystrom
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Gilles-A. Perron
Pauline Picard
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Jean-Yves Roy
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Affaires étrangères et commerce international
Président:
Bernard Patry
Vice-présidents:
Stockwell Day
Diane Marleau
Stéphane Bergeron
Scott Brison
Bill Casey
Art Eggleton
Brian Fitzpatrick
Francine Lalonde
Paul Harold Macklin
Alexa McDonough
Dan McTeague
Deepak Obhrai
Charlie Penson
Beth Phinney
Karen Redman
Raymond Simard
Bryon Wilfert
Total: (18)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Sarkis Assadourian
Claude Bachand
Roy Bailey
Eleni Bakopanos
Rex Barnes
Colleen Beaumier
Leon Benoit
Bernard Bigras
Bill Blaikie
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Sarmite Bulte
Andy Burton
Chuck Cadman
John Cannis
Rick Casson
Martin Cauchon
David Chatters
Paul Crête
John Cummins
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Mark Eyking
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
John Harvard
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
John Maloney
Inky Mark
Keith Martin
Pat Martin
Brian Masse
Philip Mayfield
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Anita Neville
Lorne Nystrom
Brian Pallister
Pierre Paquette
Pauline Picard
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Svend Robinson
Yves Rocheleau
Benoît Sauvageau
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Susan Whelan
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Sous-comité du commerce international, des différends commerciaux et des investissements internationaux
Président:

Vice-président:

Stéphane Bergeron
Bill Blaikie
Sarmite Bulte
John Cannis
Bill Casey
Mark Eyking
John Harvard
Charlie Penson
Susan Whelan
Total: (9)

Sous-comité des droits de la personne et du développement international
Président:

Vice-président:

Eleni Bakopanos
Colleen Beaumier
Martin Cauchon
Stockwell Day
David Kilgour
Keith Martin
Charlie Penson
Svend Robinson
Yves Rocheleau
Total: (9)

Agriculture et agroalimentaire
Président:
Paul Steckle
Vice-présidents:
Gerry Ritz
Rose-Marie Ur
Gilbert Barrette
Rick Borotsik
Wayne Easter
Ken Epp
Mark Eyking
Georges Farrah
Marcel Gagnon
Howard Hilstrom
David Kilgour
Larry McCormick
John O'Reilly
Louis Plamondon
Dick Proctor
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Joe Comartin
Paul Crête
John Cummins
Stockwell Day
Odina Desrochers
Norman Doyle
John Duncan
Claude Duplain
Reed Elley
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Mario Laframboise
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
John Maloney
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Lorne Nystrom
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Gilles-A. Perron
Pauline Picard
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Jean-Yves Roy
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Suzanne Tremblay
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Citoyenneté et immigration
Président:
Sarkis Assadourian
Vice-présidents:
Madeleine Dalphond-Guiral
Raymonde Folco
Diane Ablonczy
Colleen Beaumier
Sheila Copps
Hedy Fry
Art Hanger
Sophia Leung
Steve Mahoney
Inky Mark
Pat Martin
Grant McNally
Yves Rocheleau
Andrew Telegdi
Bryon Wilfert
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Bernard Bigras
Bill Blaikie
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Serge Cardin
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Joe Comartin
John Cummins
Libby Davies
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Francine Lalonde
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Brian Masse
Philip Mayfield
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Pauline Picard
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Judy Wasylycia-Leis
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Comptes publics
Président:
John Williams
Vice-présidents:
Marlene Jennings
Beth Phinney
Maurizio Bevilacqua
Odina Desrochers
Paul Forseth
Roger Gaudet
Peter Goldring
Joe Jordan
Walt Lastewka
Dominic LeBlanc
Steve Mahoney
Philip Mayfield
Val Meredith
Shawn Murphy
Alan Tonks
Judy Wasylycia-Leis
Total: (17)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
John Bryden
Andy Burton
Chuck Cadman
Serge Cardin
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
John Cummins
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Cheryl Gallant
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Inky Mark
Pat Martin
Grant McNally
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Anita Neville
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Gilles-A. Perron
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Benoît Sauvageau
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Alex Shepherd
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
Lynne Yelich

Sous-comité de la protection des témoins et des témoignages
Président:

Vice-président:

Odina Desrochers
Marlene Jennings
Judy Wasylycia-Leis
John Williams
Total: (4)

Défense nationale et anciens combattants
Président:
Pat O'Brien
Vice-présidents:
Jay Hill
Janko Peric
Rob Anders
Claude Bachand
Robert Bertrand
Bill Blaikie
Murray Calder
Rick Casson
Cheryl Gallant
Lawrence O'Brien
John O'Reilly
Louis Plamondon
David Price
Jane Stewart
Bob Wood
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
David Chatters
John Cummins
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Monique Guay
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Francine Lalonde
Sophia Leung
Wendy Lill
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
John Maloney
Inky Mark
Keith Martin
Pat Martin
Philip Mayfield
Alexa McDonough
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Anita Neville
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Joe Peschisolido
Pauline Picard
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Svend Robinson
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
Bryon Wilfert
John Williams
Lynne Yelich

Sous-comité des anciens combattants
Président:

Vice-président:

Claude Bachand
Murray Calder
Rick Casson
Jay Hill
John O'Reilly
Carmen Provenzano
Peter Stoffer
Rose-Marie Ur
Bob Wood
Total: (9)

Développement des ressources humaines, développement des compétences, développement social et la condition des personnes handicapées
Président:
Judi Longfield
Vice-présidents:
Eugène Bellemare
Brian Pallister
Peter Adams
Eleni Bakopanos
Paul Bonwick
Jeannot Castonguay
Libby Davies
Reed Elley
John Finlay
Monique Guay
Tony Ianno
Gary Lunn
Larry McCormick
Grant McNally
Carol Skelton
Yolande Thibeault
Suzanne Tremblay
Total: (18)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Rick Borotsik
Diane Bourgeois
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Paul Crête
John Cummins
Madeleine Dalphond-Guiral
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Christiane Gagnon
Marcel Gagnon
Sébastien Gagnon
Cheryl Gallant
Jocelyne Girard-Bujold
Yvon Godin
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Ovid Jackson
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Nancy Karetak-Lindell
Gerald Keddy
Jason Kenney
Wendy Lill
Yvan Loubier
James Lunney
Peter MacKay
Inky Mark
Pat Martin
Philip Mayfield
Réal Ménard
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Anita Neville
Deepak Obhrai
Charlie Penson
Pauline Picard
Dick Proctor
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Jean-Yves Roy
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Tony Tirabassi
Vic Toews
Alan Tonks
Maurice Vellacott
Judy Wasylycia-Leis
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Environnement et développement durable
Président:
Charles Caccia
Vice-présidents:
Bob Mills
Paul Szabo
Roy Bailey
Rex Barnes
Bernard Bigras
David Chatters
Joe Comartin
Stéphane Dion
Sébastien Gagnon
John Godfrey
Charles Hubbard
Serge Marcil
Diane Marleau
Anita Neville
Julian Reed
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Serge Cardin
Bill Casey
Rick Casson
Paul Crête
John Cummins
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
John Maloney
Inky Mark
Pat Martin
Philip Mayfield
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
James Moore
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Svend Robinson
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Finances
Président:
Roy Cullen
Vice-présidents:
Nick Discepola
Monte Solberg
Rodger Cuzner
Odina Desrochers
Richard Harris
Rahim Jaffer
Sophia Leung
John McKay
Maria Minna
Massimo Pacetti
Pierre Paquette
Gary Pillitteri
John Reynolds
Werner Schmidt
Alex Shepherd
Robert Thibault
Judy Wasylycia-Leis
Total: (18)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Bernard Bigras
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
John Cummins
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Roger Gaudet
Jocelyne Girard-Bujold
Yvon Godin
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Monique Guay
Art Hanger
Stephen Harper
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Richard Marceau
Inky Mark
Pat Martin
Philip Mayfield
Alexa McDonough
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Lorne Nystrom
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Gilles-A. Perron
Pauline Picard
James Rajotte
Scott Reid
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Carol Skelton
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Industrie, des sciences et de la technologie
Président:
Brent St. Denis
Vice-présidents:
Marlene Jennings
James Rajotte
Gérard Binet
David Collenette
Paul Crête
Herb Dhaliwal
Joe Fontana
Cheryl Gallant
Jocelyne Girard-Bujold
Gurbax Malhi
Brian Masse
Grant McNally
Andy Savoy
Carol Skelton
Lyle Vanclief
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Bernard Bigras
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Serge Cardin
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
John Cummins
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Odina Desrochers
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Christiane Gagnon
Yvon Godin
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Mario Laframboise
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Inky Mark
Pat Martin
Philip Mayfield
Réal Ménard
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Lorne Nystrom
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Pierre Paquette
Charlie Penson
Dick Proctor
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Justice, droits de la personne, sécurité publique et protection civile
Président:
Derek Lee
Vice-présidents:
Chuck Cadman
Paddy Torsney
Sue Barnes
Garry Breitkreuz
Marlene Catterall
Yvon Charbonneau
Paul DeVillers
Robert Lanctôt
Lawrence MacAulay
Peter MacKay
John Maloney
Richard Marceau
Lorne Nystrom
Pauline Picard
Jerry Pickard
Kevin Sorenson
Vic Toews
Total: (18)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Colleen Beaumier
Leon Benoit
Bernard Bigras
Bill Blaikie
Rick Borotsik
Diane Bourgeois
Andy Burton
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Joe Comartin
John Cummins
Madeleine Dalphond-Guiral
Libby Davies
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Marlene Jennings
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Inky Mark
Philip Mayfield
Alexa McDonough
Grant McNally
Réal Ménard
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Anita Neville
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Dick Proctor
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Svend Robinson
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Maurice Vellacott
Tom Wappel
Judy Wasylycia-Leis
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Langues officielles
Président:
Don Boudria
Vice-présidents:
Yvon Godin
Raymond Simard
Eugène Bellemare
Roy Cullen
Claude Drouin
Christiane Gagnon
Rahim Jaffer
Christian Jobin
Jason Kenney
James Lunney
Marcel Proulx
Scott Reid
Benoît Sauvageau
Benoît Serré
Yolande Thibeault
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Joe Comartin
John Cummins
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Dale Johnston
Gerald Keddy
Yvan Loubier
Gary Lunn
Peter MacKay
Inky Mark
Keith Martin
Philip Mayfield
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Lorne Nystrom
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Pauline Picard
Louis Plamondon
James Rajotte
John Reynolds
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Suzanne Tremblay
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Liaison
Président:
Judi Longfield
Vice-président:
Tom Wappel
Peter Adams
Sarkis Assadourian
Raymond Bonin
Don Boudria
Bonnie Brown
Sarmite Bulte
Charles Caccia
Roy Cullen
Gurmant Grewal
Derek Lee
Pat O'Brien
Bernard Patry
Guy St-Julien
Brent St. Denis
Paul Steckle
Paul Szabo
John Williams
Total: (19)
Membres associés
Gilbert Barrette
Eugène Bellemare
Chuck Cadman
John Cannis
Jeannot Castonguay
John Cummins
Madeleine Dalphond-Guiral
Stockwell Day
Nick Discepola
Raymonde Folco
Paul Forseth
Yvon Godin
Jay Hill
Marlene Jennings
Nancy Karetak-Lindell
Robert Lanctôt
Paul Harold Macklin
Diane Marleau
Bill Matthews
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Brian Pallister
Janko Peric
Beth Phinney
Marcel Proulx
James Rajotte
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Raymond Simard
Monte Solberg
Chuck Strahl
Paddy Torsney
Rose-Marie Ur
Maurice Vellacott

Sous-comité des budgets de comité
Président:

Vice-président:

Bonnie Brown
Roy Cullen
Judi Longfield
Pat O'Brien
Bernard Patry
Tom Wappel
John Williams
Total: (7)

Opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires
Président:
Paul Szabo
Vice-présidents:
Paul Forseth
Robert Lanctôt
Carole-Marie Allard
Leon Benoit
Brenda Chamberlain
Roger Gaudet
Joe Jordan
Walt Lastewka
Pat Martin
Anita Neville
Gilles-A. Perron
Alex Shepherd
Tony Tirabassi
Ted White
Lynne Yelich
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Paul Crête
John Cummins
Stockwell Day
Odina Desrochers
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Christiane Gagnon
Cheryl Gallant
Jocelyne Girard-Bujold
Yvon Godin
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Monique Guay
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Réal Ménard
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Pierre Paquette
Charlie Penson
Dick Proctor
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
John Williams

Patrimoine canadien
Président:
Sarmite Bulte
Vice-présidents:
Jeannot Castonguay
Gary Schellenberger
Jim Abbott
Carole-Marie Allard
Mark Assad
Paul Bonwick
Christiane Gagnon
Gurmant Grewal
John Harvard
Nancy Karetak-Lindell
Wendy Lill
Clifford Lincoln
James Lunney
Dennis Mills
Caroline St-Hilaire
Total: (16)
Membres associés
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Bernard Bigras
Rick Borotsik
Diane Bourgeois
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Serge Cardin
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Joe Comartin
John Cummins
Libby Davies
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Yvan Loubier
Gary Lunn
Peter MacKay
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Anita Neville
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Pauline Picard
Dick Proctor
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Benoît Sauvageau
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Suzanne Tremblay
Maurice Vellacott
Judy Wasylycia-Leis
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Pêches et océans
Président:
Tom Wappel
Vice-présidents:
John Cummins
Bill Matthews
Andy Burton
Rodger Cuzner
Reed Elley
Georges Farrah
Ghislain Fournier
Shawn Murphy
Joe Peschisolido
Carmen Provenzano
Jean-Yves Roy
Gary Schellenberger
Paul Steckle
Peter Stoffer
Bob Wood
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Gérard Asselin
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Joe Comartin
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Marcel Gagnon
Cheryl Gallant
Yvon Godin
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Svend Robinson
Yves Rocheleau
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Suzanne Tremblay
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Procédure et affaires de la Chambre
Président:
Peter Adams
Vice-présidents:
Marcel Proulx
Chuck Strahl
Garry Breitkreuz
Elinor Caplan
Claude Duplain
Roger Gallaway
Yvon Godin
Michel Guimond
Loyola Hearn
Dale Johnston
Judi Longfield
Lynn Myers
Carolyn Parrish
Benoît Sauvageau
Diane St-Jacques
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
Bill Blaikie
Rick Borotsik
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
John Cummins
Madeleine Dalphond-Guiral
Libby Davies
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Gerald Keddy
Jason Kenney
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Réal Ménard
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Lorne Nystrom
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Dick Proctor
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Caroline St-Hilaire
Darrel Stinson
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Paddy Torsney
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Sous-comité des affaires émanant des députés
Président:
Marcel Proulx
Vice-président:

Claude Duplain
Yvon Godin
Lynn Myers
Benoît Sauvageau
Chuck Strahl
Total: (6)

Sous-comité de la révision des limites des circonscriptions électorales
Président:
Paddy Torsney
Vice-président:

Yvon Godin
Michel Guimond
Marcel Proulx
Scott Reid
Total: (5)

Santé
Président:
Bonnie Brown
Vice-présidents:
Gilbert Barrette
Rob Merrifield
Don Boudria
Diane Bourgeois
Gerry Byrne
Deborah Grey
Ivan Grose
David Kilgour
Réal Ménard
Robert Nault
Gilbert Normand
Svend Robinson
Greg Thompson
Susan Whelan
Randy White
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Bernard Bigras
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
John Cummins
Madeleine Dalphond-Guiral
Libby Davies
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Jocelyne Girard-Bujold
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
John Maloney
Inky Mark
Pat Martin
Philip Mayfield
Alexa McDonough
Grant McNally
Val Meredith
Bob Mills
James Moore
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Pauline Picard
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Judy Wasylycia-Leis
Elsie Wayne
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

SREG
Président:

Vice-président:
Paul Harold Macklin
Gurmant Grewal
Céline Hervieux-Payette
Pat Martin
Caroline St-Hilaire
Total: (5)

Transports
Président:
Raymond Bonin
Vice-présidents:
John Cannis
James Moore
Rex Barnes
Bernard Bigras
Bev Desjarlais
Jim Gouk
Charles Hubbard
Ovid Jackson
Christian Jobin
Jim Karygiannis
Mario Laframboise
John Manley
Alan Tonks
Susan Whelan
Lynne Yelich
Total: (16)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Gérard Asselin
Roy Bailey
Leon Benoit
Bill Blaikie
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Paul Crête
John Cummins
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Ghislain Fournier
Christiane Gagnon
Cheryl Gallant
Roger Gaudet
Jocelyne Girard-Bujold
Peter Goldring
Gurmant Grewal
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Yvan Loubier
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
John Maloney
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Réal Ménard
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
Pauline Picard
Dick Proctor
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams

COMITÉS MIXTES PERMANENTS

Bibliothèque du Parlement
Coprésidents:
Stan Dromisky
Yves Morin
Vice-coprésident:
Norman Doyle
Représentant le Sénat:Les honorables sénateursMichael J. Forrestall
Noël Kinsella
Jean Lapointe
Vivienne Poy
Représentant la Chambre des communes:Mark Assad
Gérard Binet
Elinor Caplan
Claude Duplain
Marcel Gagnon
Roger Gallaway
Deborah Grey
Karen Kraft Sloan
Wendy Lill
Lawrence O'Brien
Louis Plamondon
Werner Schmidt
Diane St-Jacques
Darrel Stinson
Total: (21)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Rex Barnes
Leon Benoit
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
John Cummins
Libby Davies
Stockwell Day
John Duncan
Reed Elley
Ken Epp
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Val Meredith
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Benoît Sauvageau
Gary Schellenberger
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich

Examen de la réglementation
Coprésidents:
Gurmant Grewal
Céline Hervieux-Payette
Vice-coprésident:
Paul Harold Macklin
Représentant le Sénat:Les honorables sénateursMichel Biron
Mac Harb
James Kelleher
Raymond Lavigne
Wilfred Moore
Pierre Claude Nolin
Représentant la Chambre des communes:Rex Barnes
Elinor Caplan
Paul DeVillers
Ken Epp
Raymonde Folco
Roger Gallaway
Peter Goldring
Michel Guimond
Derek Lee
John Manley
Pat Martin
Val Meredith
Lynn Myers
Caroline St-Hilaire
Tom Wappel
Total: (24)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rob Anders
David Anderson
Roy Bailey
Leon Benoit
Rick Borotsik
Garry Breitkreuz
Andy Burton
Chuck Cadman
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
John Cummins
Stockwell Day
Norman Doyle
John Duncan
Reed Elley
Brian Fitzpatrick
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Jim Gouk
Deborah Grey
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Grant Hill
Jay Hill
Howard Hilstrom
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Inky Mark
Philip Mayfield
Grant McNally
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Deepak Obhrai
Brian Pallister
Charlie Penson
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Benoît Sauvageau
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Chuck Strahl
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Maurice Vellacott
Judy Wasylycia-Leis
Elsie Wayne
Randy White
Ted White
John Williams
Lynne Yelich


MEMBRE DU MINISTÈRE

Par ordre de préséance

Le très hon. Paul Martin premier ministre
L'hon. Jacob Austin leader du gouvernement au Sénat
L'hon. David Anderson
L'hon. Ralph Goodale ministre des Finances
L'hon. Anne McLellan vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
L'hon. Lucienne Robillard ministre de l'Industrie et ministre responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec
L'hon. Pierre Pettigrew ministre de la Santé, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre responsable des langues officielles
L'hon. Jim Peterson ministre du Commerce international
L'hon. Andy Mitchell ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
L'hon. Claudette Bradshaw ministre du Travail et ministre responsable des sans-abri
L'hon. Denis Coderre président du Conseil Privé de la Reine pour le Canada, interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits, ministre responsable de la Francophonie et ministre responsable du Bureau sur le règlement des questions des pensionnats autochtones
L'hon. Rey Pagtakhan ministre de la Diversification de l'économie de l'Ouest canadien
L'hon. John McCallum ministre des Anciens Combattants
L'hon. Stephen Owen ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux
L'hon. Bill Graham ministre des Affaires étrangères
L'hon. Stan Keyes ministre du Revenu national et ministre d'État (Sport)
L'hon. Bob Speller ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire
L'hon. Joseph Volpe ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences
L'hon. Reg Alcock
L'hon. Geoff Regan ministre des Pêches et des Océans
L'hon. Tony Valeri ministre des Transports
L'hon. David Pratt ministre de la Défense nationale
L'hon. Jacques Saada leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre responsable de la réforme démocratique
L'hon. Irwin Cotler ministre de la Justice et procureur général du Canada
L'hon. Judy Sgro ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration
L'hon. Hélène Scherrer ministre du Patrimoine canadien
L'hon. R. John Efford ministre des Ressources naturelles
L'hon. Liza Frulla ministre du Développement social
L'hon. Ethel Blondin-Andrew ministre d'État (Enfance et Jeunesse)
L'hon. Andy Scott ministre d'État (Infrastructure)
L'hon. Gar Knutson ministre d'État (Marchés nouveaux et émergeants)
L'hon. Denis Paradis ministre d'État (Institutions financières)
L'hon. Jean Augustine ministre d'État (Multiculturalisme et Situation de la femme)
L'hon. Joe Comuzzi ministre d'État (Initiative fédérale de développement économique dans le Nord de l'Ontario)
L'hon. Albina Guarnieri ministre associée de la Défense nationale et ministre d'État (Protection civile)
L'hon. Joe McGuire ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique
L'hon. Mauril Bélanger leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes
L'hon. Carolyn Bennett ministre d'État (Santé publique)
L'hon. Aileen Carroll ministre de la Coopération internationale

SECRÉTAIRES PARLEMENTAIRES

L'hon. Scott Brison du premier ministre (Canada-États-Unis)
l'hon. Joe Fontana du premier ministre (sciences et petites entreprises)
L'hon. John Godfrey du premier ministre (villes)
L'hon. Andrew Telegdi du premier ministre (Affaires autochtones)
L'hon. Serge Marcil du ministre de l'Environnement
L'hon. John McKay du ministre des Finances
L'hon Yvon Charbonneau de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (protection civile)
L'hon. Jerry Pickard de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (mouvements transfrontaliers)
l'hon. Gurbax Malhi du ministre de l'Industrie
L'hon. Gerry Byrne du ministre de la Santé
L'hon. John Harvard du ministre du Commerce international
L'hon. Larry Bagnell du ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
L'hon. Brenda Chamberlain du président du Conseil privé de la Reine pour le Canada
L'hon. Walt Lastewka du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux
L'hon. Dan McTeague du ministre des Affaires étrangères
L'hon. Mark Eyking du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (agroalimentaire)
L'hon. Georges Farrah du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural)
L'hon. Eleni Bakopanos du ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences (économie sociale)
L'hon. Paul Bonwick du ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences (prêts étudiants)
L'hon. Joe Jordan du président du Conseil du Trésor
L'hon. Shawn Murphy du ministre des Pêches et des Océans
L'hon. Jim Karygiannis du ministre des Transports
L'hon. David Price du ministre de la Défense nationale
L'hon. Roger Gallaway du leader du gouvernement à la Chambre des communes
L'hon. Sue Barnes du ministre de la Justice et procureur général du Canada
L'hon. Hedy Fry du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration
L'hon. André Harvey du ministre des Ressources naturelles
ParlVU