PARLIAMENT of CANADA

Section Home
Table of ContentsPrint format
 
 
C-10
C-10
Second Session, Thirty-ninth Parliament,
Deuxième session, trente-neuvième législature,
56 Elizabeth II, 2007
56 Elizabeth II, 2007
HOUSE OF COMMONS OF CANADA
CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA
BILL C-10
PROJET DE LOI C-10
An Act to amend the Income Tax Act, including amendments in relation to foreign investment entities and non-resident trusts, and to provide for the bijural expression of the provisions of that Act
Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu, notamment en ce qui concerne les entités de placement étrangères et les fiducies non-résidentes ainsi que l’expression bijuridique de certaines dispositions de cette loi, et des lois connexes


AS PASSED
BY THE HOUSE OF COMMONS
OCTOBER 29, 2007
ADOPTÉ
PAR LA CHAMBRE DES COMMUNES
LE 29 OCTOBRE 2007


NOTE

Reprint of Bill C-33 of the First Session of the Thirty-ninth Parliament, as adopted by the House of Commons at Third Reading on June 15, 2007.
NOTE

Réimpression du projet de loi C-33 de la première session de la trente-neuvième législature, tel qu'adopté en troisième lecture par la Chambre des communes le 15 juin 2007.

90385



RECOMMENDATION
Her Excellency the Governor General recommends to the House of Commons the appropriation of public revenue under the circumstances, in the manner and for the purposes set out in a measure entitled “An Act to amend the Income Tax Act, including amendments in relation to foreign investment entities and non-resident trusts, and to provide for the bijural expression of the provisions of that Act”.
SUMMARY
Part 1 of the enactment enacts, in accordance with proposals announced in the 1999 budget, amendments to the provisions of the Income Tax Act governing the taxation of non-resident trusts and their beneficiaries and of Canadian taxpayers who hold interests in foreign investment entities.
Part 2 enacts various technical amendments that were included in Part 1 of a discussion draft entitled Legislative Proposals and Draft Regulations Relating to Income Tax released for consultation by the Minister of Finance on February 27, 2004. Most of these amendments are relieving in nature, and others correct technical deficiencies in the Act. For example, Part 2 enacts amendments
–       to implement various technical amendments to qualified investments for deferred income plans,
–       to clarify that certain government payments received in lieu of employment insurance are treated the same as employment insurance for income tax purposes,
–       to extend the existing non-resident withholding tax exemption for aircraft to certain air navigation equipment and related computer software,
–       to allow public corporations to return paid-up-capital arising from transactions outside the ordinary course of business, without generating a deemed dividend,
–       to confirm an income tax exemption for corporations owned by a municipal or public body performing a function of government in Canada, and
–       to provide that input tax credits received under the Quebec Sales Tax system are treated for income tax purposes in the same way as input tax credits received under the GST.
Further, Part 2 enacts provisions to implement announcements made by the Minister of Finance
–       on September 18, 2001, limiting the tax shelter benefits to a taxpayer who acquires the future business income of another person,
–       on October 7, 2003, to ensure that payments received for agreeing not to compete are taxable,
–       on November 14, 2003, to simplify and better target the tax incentives for certified Canadian films,
–       on December 5, 2003, to limit the tax benefits of charitable donations made under certain tax shelter and other gifting arrangements, and
–       on November 17, 2005, relating to the cost of property acquired in certain option and similar transactions.
Part 3 deals with provisions of the Act that are not opened up in Parts 1 and 2 in which the following private law concepts are used: right and interest, real and personal property, life estate and remainder interest, tangible and intangible property and joint and several liability. It enacts amendments to ensure that those provisions are bijural, that is that they reflect both the common law and the civil law in both linguistic versions. Similar amendments are made in Parts 1 and 2 to ensure that any provision of the Act enacted by those Parts are also bijural.
RECOMMANDATION
Son Excellence la gouverneure générale recommande à la Chambre des communes l’affectation de deniers publics dans les circonstances, de la manière et aux fins prévues dans une mesure intitulée « Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu, notamment en ce qui concerne les entités de placement étrangères et les fiducies non-résidentes ainsi que l’expression bijuridique de certaines dispositions de cette loi, et des lois connexes ».
SOMMAIRE
La partie 1 du texte modifie, conformément aux propositions exposées dans le budget de 1999, les dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu concernant l’imposition des fiducies non-résidentes et de leurs bénéficiaires ainsi que l’imposition des contribuables canadiens qui détiennent des participations dans des entités de placement étrangères.
La partie 2 met en oeuvre diverses modifications techniques qui figuraient dans la partie 1 du document de consultation intitulé Propositions législatives et avant-projets de règlement concernant l’impôt sur le revenu, rendu public par le ministre des Finances à des fins de consultation le 27 février 2004. Il s’agit, pour la plupart, de modifications d’allégement, quoique certaines des modifications corrigent des erreurs techniques. Les modifications figurant dans la partie 2 consistent notamment :
–       à mettre en oeuvre diverses modifications techniques concernant les régimes de revenu différé;
–       à préciser que certains paiements gouvernementaux reçus en remplacement de prestations d’assurance-emploi font l’objet du même traitement fiscal que ces dernières;
–       à étendre l’exemption de la retenue d’impôt des non-résidents applicable aux aéronefs à certains types de matériel de navigation aérienne et aux logiciels connexes;
–       à permettre aux sociétés publiques de rembourser le capital versé découlant d’opérations conclues hors du cours normal des activités d’une entreprise, sans donner naissance à un dividende réputé;
–       à confirmer l’exemption d’impôt sur le revenu applicable aux sociétés qui sont la propriété d’administrations municipales ou publiques remplissant des fonctions gouvernementales au Canada;
–       à prévoir que les crédits de taxe sur les intrants reçus sous le régime de la taxe de vente du Québec font l’objet du même traitement fiscal que les crédits de taxe sur les intrants reçus sous le régime de la TPS.
En outre, la partie 2 édicte des dispositions visant à mettre en oeuvre les mesures suivantes annoncées par le ministre des Finances :
–       les mesures, annoncées le 18 septembre 2001, visant à limiter les avantages sous forme d’abris fiscaux que peut obtenir le contribuable qui acquiert le revenu d’entreprise futur d’une autre personne;
–       les mesures, annoncées le 7 octobre 2003, visant à garantir que les sommes reçues en contrepartie d’engagements de non-concurrence sont imposables;
–       les mesures, annoncées le 14 novembre 2003, visant à simplifier et à mieux cibler les incitatifs fiscaux applicables aux films canadiens portant visa;
–       les mesures, annoncées le 5 décembre 2003, visant à limiter les avantages fiscaux découlant des dons de bienfaisance faits dans le cadre de certains abris fiscaux et autres arrangements de don;
–       les mesures, annoncées le 17 novembre 2005, concernant le coût des biens acquis dans le cadre de certaines opérations portant sur les options et opérations semblables.
La partie 3 porte sur des dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu qui ne sont pas modifiées dans les parties 1 et 2 et dans lesquelles les concepts de droit privé suivants sont utilisés : droit, bien immeuble ou meuble, domaine viager et résiduel, bien corporel ou incorporel et responsabilité solidaire. Les modifications ont pour objectif de rendre ces dispositions bijuridiques de manière à refléter le droit civil et la common law dans les deux versions linguistiques. Les dispositions figurant dans les parties 1 et 2 font l’objet de modifications connexes de façon à rendre bijuridique toute disposition de la loi qui est édictée par ces parties.
Also available on the Parliament of Canada Web Site at the following address:
http://www.parl.gc.ca
Aussi disponible sur le site Web du Parlement du Canada à l’adresse suivante :
http://www.parl.gc.ca

TABLE OF PROVISIONS
TABLE ANALYTIQUE
AN ACT TO AMEND THE INCOME TAX ACT, INCLUDING AMENDMENTS IN RELATION TO FOREIGN INVESTMENT ENTITIES AND NON-RESIDENT TRUSTS, AND TO PROVIDE FOR THE BIJURAL EXPRESSION OF THE PROVISIONS OF THAT ACT
LOI MODIFIANT LA LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU, NOTAMMENT EN CE QUI CONCERNE LES ENTITÉS DE PLACEMENT ÉTRANGÈRES ET LES FIDUCIES NON-RÉSIDENTES AINSI QUE L’EXPRESSION BIJURIDIQUE DE CERTAINES DISPOSITIONS DE CETTE LOI, ET DES LOIS CONNEXES
SHORT TITLE
TITRE ABRÉGÉ
1.       Income Tax Amendments Act, 2006
1.       Loi de 2006 modifiant l’impôt sur le revenu
PART 1
PARTIE 1
AMENDMENTS TO THE INCOME TAX ACT (FOREIGN INVESTMENT ENTITIES AND NON-RESIDENT TRUSTS) AND ANOTHER ACT AS A CONSEQUENCE
MODIFICATION DE LA LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU (ENTITÉS DE PLACEMENT ÉTRANGÈRES ET FIDUCIES NON-RÉSIDENTES) ET D’UNE LOI CONNEXE
2-44.       Income Tax Act
2-44.       Loi de l’impôt sur le revenu
45-46.       Income Tax Amendments Act, 2000
45-46.       Loi de 2000 modifiant l’impôt sur le revenu
PART 2
PARTIE 2
GENERAL AMENDMENTS TO THE INCOME TAX ACT AND OTHER ACTS AS A CONSEQUENCE
MODIFICATIONS GÉNÉRALES TOUCHANT LA LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU ET DES LOIS CONNEXES
47-195.       Income Tax Act
47-195.       Loi de l’impôt sur le revenu
196-197.       An Act to Amend the Income Tax Act (Natural Resources)
196-197.       Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu (ressources naturelles)
198.       Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Resources Accord Implementation Act
198.       Loi de mise en oeuvre de l’Accord Canada — Nouvelle-Écosse sur les hydrocarbures extracôtiers
199.       Federal-Provincial Fiscal Arrangements Act
199.       Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces
200-201.       Income Tax Amendments Act, 2000
200-201.       Loi de 2000 modifiant l’impôt sur le revenu
PART 3
PARTIE 3
AMENDMENTS RELATED TO BIJURALISM
MODIFICATIONS RELATIVES AU BIJURIDISME
202-279.       Income Tax Act
202-279.       Loi de l’impôt sur le revenu
PART 4
PARTIE 4
COORDINATING AMENDMENTS
DISPOSITIONS DE COORDINATION
280.       Bill C-2
280.       Projet de loi C-2
281.       Bill C-28
281.       Projet de loi C-28
SCHEDULE
ANNEXE

2nd Session, 39th Parliament,
2e session, 39e législature,
56 Elizabeth II, 2007
56 Elizabeth II, 2007
house of commons of canada
chambre des communes du canada
BILL C-10
PROJET DE LOI C-10
An Act to amend the Income Tax Act, including amendments in relation to foreign investment entities and non-resident trusts, and to provide for the bijural expression of the provisions of that Act
Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu, notamment en ce qui concerne les entités de placement étrangères et les fiducies non-résidentes ainsi que l’expression bijuridique de certaines dispositions de cette loi, et des lois connexes
Her Majesty, by and with the advice and consent of the Senate and House of Commons of Canada, enacts as follows:
Sa Majesté, sur l’avis et avec le consentement du Sénat et de la Chambre des communes du Canada, édicte :
SHORT TITLE
TITRE ABRÉGÉ
Short title

1. This Act may be cited as the Income Tax Amendments Act, 2006.
1. Loi de 2006 modifiant l’impôt sur le revenu.
Titre abrégé

PART 1
PARTIE 1
AMENDMENTS TO THE INCOME TAX ACT (FOREIGN INVESTMENT ENTITIES AND NON-RESIDENT TRUSTS) AND ANOTHER ACT AS A CONSEQUENCE
MODIFICATION DE LA LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU (ENTITÉS DE PLACEMENT ÉTRANGÈRES ET FIDUCIES NON-RÉSIDENTES) ET D’UNE LOI CONNEXE
R.S., c. 1 (5th Supp.)

Income Tax Act
Loi de l’impôt sur le revenu
L.R., ch. 1 (5e suppl.)

2. (1) Paragraph 12(1)(k) of the Income Tax Act is replaced by the following:
2. (1) L’alinéa 12(1)k) de la Loi de l’impôt sur le revenu est remplacé par ce qui suit :
Foreign corporations, trusts and investment entities

(k) any amount required by subdivision i to be included in computing the taxpayer’s income for the year;
k) les sommes à inclure, en application de la sous-section i, dans le calcul du revenu du contribuable pour l’année;
Sociétés, fiducies et entités de placement étrangères

(2) Subsection (1) applies to taxation years that begin after 2006, except that that subsection also applies to a taxation year of a taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, il s’applique également à toute année d’imposition d’un contribuable commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’y appliquent.
3. (1) The portion of subsection 12.2(11) of the Act before the definition “anniversary day” is replaced by the following:
3. (1) Le passage du paragraphe 12.2(11) de la même loi précédant la définition de « jour anniversaire » est remplacé par ce qui suit :
Definitions

(11) The definitions in this subsection apply in this section and in paragraph 94.2(11)(c), and in paragraph 56(1)(d.1) of the Income Tax Act, chapter 148 of the Revised Statutes of Canada, 1952.
(11) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent article et à l’alinéa 94.2(11)c) ainsi qu’à l’alinéa 56(1)d.1) de la Loi de l’impôt sur le revenu, chapitre 148 des Statuts revisés du Canada de 1952.
Définitions

(2) Subsection (1) applies after 2006, except that that subsection also applies to a taxation year of a taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(2) Le paragraphe (1) s’applique à compter de 2007. Toutefois, il s’applique également à toute année d’imposition d’un contribuable commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’y appliquent.
4. (1) The definition “controlled foreign affiliate” in subsection 17(15) of the Act is replaced by the following:
4. (1) La définition de « société étrangère affiliée contrôlée », au paragraphe 17(15) de la même loi, est remplacée par ce qui suit :
“controlled foreign affiliate”
« société étrangère affiliée contrôlée »

“controlled foreign affiliate” has the meaning that would be assigned by the definition “controlled foreign affiliate” in subsection 95(1) if this Act were read without reference to paragraph 94.1(2)(h) and if paragraphs (d) and (e) of that definition were read as follows:

“(d) one or more persons resident in Canada with whom the taxpayer does not deal at arm’s length, or

(e) the taxpayer and one or more persons resident in Canada with whom the taxpayer does not deal at arm’s length.”
« société étrangère affiliée contrôlée » S’entend au sens de « société étrangère affiliée contrôlée » au paragraphe 95(1), à supposer que la présente loi s’applique compte non tenu de l’alinéa 94.1(2)h) et que les alinéas d) et e) de cette définition aient le libellé suivant :
« société étrangère affiliée contrôlée »
controlled foreign affiliate

« d) soit une ou plusieurs personnes résidant au Canada avec lesquelles le contribuable a un lien de dépendance;

e) soit le contribuable et une ou plusieurs personnes résidant au Canada avec lesquelles il a un lien de dépendance. »

(2) Subsection (1) applies after 2006, except that that subsection also applies to a taxation year of a taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(2) Le paragraphe (1) s’applique à compter de 2007. Toutefois, il s’applique également à toute année d’imposition d’un contribuable commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’y appliquent.
5. (1) Paragraph 39(1)(a) of the Act is amended by adding the following after subparagraph (ii.2):
5. (1) L’alinéa 39(1)a) de la même loi est modifié par adjonction, après le sous-alinéa (ii.2), de ce qui suit :
(ii.3) a property in respect of which
(A) subsection 94.2(3) applies to the taxpayer for the year, and
(B) subsection 94.2(20) does not apply to the taxpayer for the year,
(ii.3) d’un bien relativement auquel :
(A) d’une part, le paragraphe 94.2(3) s’applique au contribuable pour l’année,
(B) d’autre part, le paragraphe 94.2(20) ne s’applique pas au contribuable pour l’année,
(2) Subsection (1) applies to dispositions that occur after 2006, except that that subsection also applies to dispositions of a taxpayer that occur in a taxation year of the taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux dispositions effectuées après 2006. Toutefois, il s’applique également aux dispositions effectuées par un contribuable au cours d’une de ses années d’imposition commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’appliquent à cette année.
6. (1) Paragraph 51(1)(a) of the French version of the Act is replaced by the following:
6. (1) L’alinéa 51(1)a) de la version française de la même loi est remplacé par ce qui suit :
a) sauf pour l’application des paragraphes 20(21) et 44.1(6) et (7) et de l’alinéa 94(2)m), l’échange est réputé ne pas constituer une disposition du bien convertible;
a) sauf pour l’application des paragraphes 20(21) et 44.1(6) et (7) et de l’alinéa 94(2)m), l’échange est réputé ne pas constituer une disposition du bien convertible;
(2) Paragraph 51(1)(c) of the English version of the Act is replaced by the following:
(2) L’alinéa 51(1)c) de la version anglaise de la même loi est remplacé par ce qui suit :
(c) except for the purposes of subsections 20(21) and 44.1(6) and (7) and paragraph 94(2)(m), the exchange is deemed not to be a disposition of the convertible property,
(c) except for the purposes of subsections 20(21) and 44.1(6) and (7) and paragraph 94(2)(m), the exchange is deemed not to be a disposition of the convertible property,
(3) Subsection 51(4) of the Act is replaced by the following:
(3) Le paragraphe 51(4) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Application

(4) Subsections (1) and (2) do not apply to

(a) any exchange to which subsection 85(1) or (2) or section 86 applies; and

(b) any exchange of property if that property was, immediately before the exchange, a specified participating interest.
(4) Les paragraphes (1) et (2) ne s’appliquent pas :
Non-application des par. (1) et (2)

a) à l’échange auquel s’appliquent les paragraphes 85(1) ou (2) ou l’article 86;

b) à l’échange de biens qui, immédiatement avant l’échange, étaient des participations déterminées désignées.

(4) Subsections (1) and (2) apply to taxation years of a taxpayer that begin after 1999, except that, for any taxation year of the taxpayer that begins before 2007 in respect of which paragraph 94(2)(m) of the Act, as enacted by subsection 17(1), does not apply to the taxpayer,
(a) paragraph 51(1)(a) of French version of the Act, as amended by subsection (1), shall be read without reference to the expression “et de l’alinéa 94(2)m)”; and
(b) paragraph 51(1)(c) of English version of the Act, as amended by subsection (2), shall be read without reference to the expression “and paragraph 94(2)(m)”.
(4) Les paragraphes (1) et (2) s’appliquent aux années d’imposition d’un contribuable commençant après 1999. Toutefois, pour ce qui est de toute année d’imposition du contribuable commençant avant 2007 relativement à laquelle l’alinéa 94(2)m) de la même loi, édicté par le paragraphe 17(1), ne s’applique pas au contribuable :
a) l’alinéa 51(1)a) de la version française de la même loi, modifié par le paragraphe (1), s’applique compte non tenu du passage « et de l’alinéa 94(2)m) »;
b) l’alinéa 51(1)c) de la version anglaise de la même loi, modifié par le paragraphe (2), s’applique compte non tenu du passage « and paragraph 94(2)(m) ».
(5) Subsection (3) applies to exchanges that occur in taxation years that begin after 2006, except that that subsection also applies in respect of a taxpayer to exchanges that occur in a taxation year of the taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(5) Le paragraphe (3) s’applique aux échanges effectués au cours des années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, il s’applique également, relativement à un contribuable, aux échanges effectués au cours d’une de ses années d’imposition commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’appliquent à cette année.
7. (1) Subsection 52(1) of the Act is replaced by the following:
7. (1) Le paragraphe 52(1) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Cost of certain property the value of which is included in income

52. (1) In applying this subdivision, an amount shall be added in computing the cost at any time to a taxpayer of a property if

(a) the taxpayer acquired the property after 1971;

(b) the amount was not at or before that time otherwise added to the cost, or included in computing the adjusted cost base, to the taxpayer of the property;

(c) the property is not an annuity contract, a right as a beneficiary under a trust to enforce payment of an amount by the trust to the taxpayer, property acquired in circumstances to which subsection (2) or (3) applies, or property acquired from a trust in satisfaction of all or part of the taxpayer’s capital interest in the trust; and

(d) an amount in respect of the property’s value was

(i) included, otherwise than under section 7 or subsection 94.2(4), in computing

(A) the taxpayer’s taxable income or taxable income earned in Canada, as the case may be, for a taxation year during which the taxpayer was non-resident, or

(B) the taxpayer’s income for a taxation year throughout which the taxpayer was resident in Canada, or

(ii) for the purpose of computing the tax payable under Part XIII by the taxpayer, included in an amount that was paid or credited to the taxpayer.
52. (1) Pour l’application de la présente sous-section, une somme est ajoutée dans le calcul du coût d’un bien pour un contribuable à un moment donné si les conditions suivantes sont réunies :
Coût de certains biens dont la valeur est incluse dans le revenu

a) le contribuable a acquis le bien après 1971;

b) à ce moment ou antérieurement, la somme n’a pas par ailleurs été ajoutée au coût du bien pour le contribuable ou incluse dans le calcul de son prix de base rajusté pour lui;

c) le bien n’est pas un contrat de rente, un droit à titre de bénéficiaire d’une fiducie d’exiger de celle-ci qu’elle verse une somme au contribuable, un bien acquis dans les circonstances visées aux paragraphes (2) ou (3) ou un bien acquis d’une fiducie en règlement de la totalité ou d’une partie de la participation du contribuable au capital de la fiducie;

d) une somme relative à la valeur du bien a été, selon le cas :

(i) incluse, autrement qu’en vertu de l’article 7 ou du paragraphe 94.2(4), dans le calcul :

(A) soit du revenu imposable du contribuable, ou de son revenu imposable gagné au Canada, selon le cas, pour une année d’imposition où il était un non-résident,

(B) soit de son revenu pour une année d’imposition tout au long de laquelle il a résidé au Canada,

(ii) incluse, pour le calcul de l’impôt à payer par le contribuable en vertu de la partie XIII, dans une somme qui lui a été versée ou qui a été portée à son crédit.

(2) Subsection (1) applies to taxation years that begin after 2006, except that that subsection also applies to a taxation year of a taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, il s’applique également à toute année d’imposition d’un contribuable commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’y appliquent.
8. (1) Paragraph 53(1)(d.1) of the Act is replaced by the following:
8. (1) L’alinéa 53(1)d.1) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
(d.1) any amount required by paragraph 94(5)(a) (as that paragraph read in its application to taxation years that include December 31, 2000) to be added in computing the adjusted cost base to the taxpayer of the property;
d.1) toute somme à ajouter en application de l’alinéa 94(5)a), dans sa version applicable aux années d’imposition comprenant le 31 décembre 2000, dans le calcul du prix de base rajusté du bien pour le contribuable;
(2) Paragraph 53(1)(m) of the Act is replaced by the following:
(2) L’alinéa 53(1)m) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
(m) where the property is, at or before that time, an offshore investment fund property (as defined in subsection 94.1(1) as it applied to taxation years of the taxpayer that began before 2007 or, if this paragraph applies to the taxpayer for a taxation year preceding the taxpayer’s first taxation year beginning after 2006, as it applied to taxation years of the taxpayer that began before the taxpayer’s first taxation year to which this paragraph applied) or a participating interest in a foreign investment entity,
(i) if the taxpayer is, at that time, resident in Canada, any amount in respect of the property included, for a taxation year that began before that time, in computing the taxpayer’s income,
(A) under subsection 94.1(1) (as that subsection read in its application to the property in respect of the taxpayer for taxation years of the taxpayer that began before 2007 or, if this clause applies to the taxpayer for a taxation year preceding the taxpayer’s first taxation year beginning after 2006, as it applied to taxation years of the taxpayer that began before the taxpayer’s first taxation year to which this clause applied), or
(B) under subsection 94.1(4), or
(ii) if the taxpayer (referred to in this subparagraph as the “controlled foreign affiliate”) is, at that time, a controlled foreign affiliate of a particular taxpayer resident in Canada, for the purposes of computing any gain or loss of the controlled foreign affiliate from the disposition of the property that is to be included in computing the foreign accrual property income of the controlled foreign affiliate in respect of the particular taxpayer, any amount included in computing the controlled foreign affiliate’s foreign accrual property income in respect of the particular taxpayer for a taxation year that began before that time,
(A) because of subsection 94.1(1) and the description of C in the definition “foreign accrual property income” in subsection 95(1) (as those subsections read in their application to the controlled foreign affiliate in respect of the property for taxation years of the controlled foreign affiliate that began before 2007 or, if this clause applies to the controlled foreign affiliate for a taxation year preceding the controlled foreign affiliate’s first taxation year beginning after 2006, as those subsections read in their application to taxation years of the controlled foreign affiliate that began before the controlled foreign affiliate’s first taxation year to which this clause applied), or
(B) because of subsection 94.1(4) and paragraph 95(2)(g.3);
(m.1) where the property is, at or before that time, a participating interest in a foreign investment entity,
(i) if the taxpayer is, at that time, resident in Canada, any amount required by subsection 94.3(5) to be added, at or before that time, in computing the adjusted cost base to the taxpayer of the property, or
(ii) if the taxpayer (referred to in this subparagraph as the “controlled foreign affiliate”) is, at that time, a controlled foreign affiliate of a particular taxpayer resident in Canada, for the purposes of computing any gain or loss of the controlled foreign affiliate from the disposition of the property that is to be included in computing the foreign accrual property income of the controlled foreign affiliate in respect of the particular taxpayer, any amount required by subsection 94.3(5) to be added, at or before that time, in computing the adjusted cost base to the controlled foreign affiliate of the property in respect of any amount included, because of subsection 94.3(4) and paragraph 95(2)(g.3), in computing the controlled foreign affiliate’s foreign accrual property income in respect of the particular taxpayer for a taxation year that began before that time;
m) lorsque le bien est, à ce moment ou antérieurement, un bien d’un fonds de placement non-résident (au sens du paragraphe 94.1(1), dans sa version applicable aux années d’imposition du contribuable ayant commencé avant 2007 ou, si le présent alinéa s’applique au contribuable pour une année d’imposition précédant sa première année d’imposition commençant après 2006, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition à laquelle le présent alinéa s’est appliqué) ou une participation déterminée dans une entité de placement étrangère :
(i) si le contribuable réside au Canada à ce moment, toute somme incluse au titre du bien, pour une année d’imposition ayant commencé avant ce moment, dans le calcul de son revenu en vertu, selon le cas :
(A) du paragraphe 94.1(1), dans sa version applicable au bien relativement au contribuable pour ses années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si la présente division s’applique au contribuable pour une année d’imposition précédant sa première année d’imposition commençant après 2006, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition à laquelle la présente division s’est appliquée,
(B) du paragraphe 94.1(4),
(ii) si le contribuable (appelé « société étrangère affiliée contrôlée » au présent sous-alinéa) est, à ce moment, une société étrangère affiliée contrôlée d’un contribuable donné résidant au Canada, pour ce qui est du calcul de tout gain ou de toute perte de la société étrangère affiliée contrôlée provenant de la disposition du bien qui est à inclure dans le calcul de son revenu étranger accumulé, tiré de biens relativement au contribuable donné, toute somme incluse dans le calcul de son revenu étranger accumulé, tiré de biens relativement au contribuable donné pour une année d’imposition ayant commencé avant ce moment par l’effet, selon le cas :
(A) du paragraphe 94.1(1) et de l’élément C de la formule figurant à la définition de « revenu étranger accumulé, tiré de biens » au paragraphe 95(1), dans leur version applicable à la société étrangère affiliée contrôlée relativement au bien pour ses années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si la présente division s’applique à la société étrangère affiliée contrôlée pour une année d’imposition précédant sa première année d’imposition commençant après 2006, dans leur version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition à laquelle la présente division s’est appliquée,
(B) du paragraphe 94.1(4) et de l’alinéa 95(2)g.3);
m.1) lorsque le bien est, à ce moment ou antérieurement, une participation déterminée dans une entité de placement étrangère :
(i) si le contribuable réside au Canada à ce moment, toute somme à ajouter en application du paragraphe 94.3(5), à ce moment ou antérieurement, dans le calcul du prix de base rajusté du bien pour lui,
(ii) si le contribuable (appelé « société étrangère affiliée contrôlée » au présent sous-alinéa) est, à ce moment, une société étrangère affiliée contrôlée d’un contribuable donné résidant au Canada, pour ce qui est du calcul de tout gain ou de toute perte de la société étrangère affiliée contrôlée provenant de la disposition du bien qui est à inclure dans le calcul de son revenu étranger accumulé, tiré de biens relativement au contribuable donné, toute somme à ajouter en application du paragraphe 94.3(5), à ce moment ou antérieurement, dans le calcul du prix de base rajusté du bien pour elle relativement à toute somme incluse, par l’effet du paragraphe 94.3(4) et de l’alinéa 95(2)g.3), dans le calcul de son revenu étranger accumulé, tiré de biens relativement au contribuable donné pour une année d’imposition ayant commencé avant ce moment;
(3) Paragraph 53(2)(b.1) of the Act is replaced by the following:
(3) L’alinéa 53(2)b.1) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
(b.1) any amount required by paragraph 94(5)(b) (as that paragraph read in its application to taxation years that include December 31, 2000) to be deducted in computing the adjusted cost base to the taxpayer of the property;
b.1) toute somme à déduire en application de l’alinéa 94(5)b), dans sa version applicable aux années d’imposition comprenant le 31 décembre 2000, dans le calcul du prix de base rajusté du bien pour le contribuable;
(4) Subsection 53(2) of the Act is amended by striking out the word “and” at the end of paragraph (u), by adding the word “and” at the end of paragraph (v) and by adding the following after paragraph (v):
(4) Le paragraphe 53(2) de la même loi est modifié par adjonction, après l’alinéa v), de ce qui suit :
(w) where the property is, at or before that time, a participating interest in a foreign investment entity,
(i) if the taxpayer is, at that time, resident in Canada, any amount required by paragraph 94.3(5)(b) or 94.4(2)(b) to be deducted, at or before that time, in computing the adjusted cost base to the taxpayer of the property, or
(ii) if the taxpayer (referred to in this subparagraph as the “controlled foreign affiliate”) is, at that time, a controlled foreign affiliate of a particular taxpayer resident in Canada, for the purposes of computing any gain or loss of the controlled foreign affiliate from the disposition of the property that is to be included in computing the controlled foreign affiliate’s foreign accrual property income in respect of the particular taxpayer, any amount required by paragraph 94.3(5)(b) or 94.4(2)(b) to be deducted, at or before that time, in computing the adjusted cost base to the controlled foreign affiliate of the property in respect of an amount deducted, because of subsection 94.3(4) or 94.4(2) and paragraph 95(2)(g.3), in computing the foreign accrual property income of the controlled foreign affiliate in respect of the particular taxpayer.
w) lorsque le bien est, à ce moment ou antérieurement, une participation déterminée dans une entité de placement étrangère :
(i) si le contribuable réside au Canada à ce moment, toute somme à déduire en application des alinéas 94.3(5)b) ou 94.4(2)b), à ce moment ou antérieurement, dans le calcul du prix de base rajusté du bien pour lui,
(ii) si le contribuable (appelé « société étrangère affiliée contrôlée » au présent sous-alinéa) est, à ce moment, une société étrangère affiliée contrôlée d’un contribuable donné résidant au Canada, pour ce qui est du calcul de tout gain ou de toute perte de la société étrangère affiliée contrôlée provenant de la disposition du bien qui est à inclure dans le calcul de son revenu étranger accumulé, tiré de biens relativement au contribuable donné, toute somme à déduire en application des alinéas 94.3(5)b) ou 94.4(2)b), à ce moment ou antérieurement, dans le calcul du prix de base rajusté du bien pour elle relativement à toute somme déduite, par l’effet des paragraphes 94.3(4) ou 94.4(2) et de l’alinéa 95(2)g.3), dans le calcul de son revenu étranger accumulé, tiré de biens relativement au contribuable donné.
(5) Subsections (1) to (4) apply to taxation years that begin after 2006. Subsections (1) and (3) also apply to
(a) taxation years of a taxpayer that begin after 2000 if a trust, in which the taxpayer had a capital interest at any time in 2001, makes a valid election under paragraph 17(2)(a) of this Act;
(b) taxation years of a taxpayer that begin after 2001 if a trust, in which the taxpayer had a capital interest at any time in 2002, makes a valid election under paragraph 17(2)(a) or (b) of this Act;
(c) taxation years of a taxpayer that begin after 2002 if a trust, in which the taxpayer had a capital interest at any time in 2003, makes a valid election under any of paragraphs 17(2)(a) to (c) of this Act;
(d) taxation years of a taxpayer that begin after 2003 if a trust, in which the taxpayer had a capital interest at any time in 2004, makes a valid election under any of paragraphs 17(2)(a) to (d) of this Act;
(e) taxation years of a taxpayer that begin after 2004 if a trust, in which the taxpayer had a capital interest at any time in 2005, makes a valid election under any of paragraphs 17(2)(a) to (e) of this Act; and
(f) taxation years of a taxpayer that begin after 2005 if a trust, in which the taxpayer had a capital interest at any time in 2006, makes a valid election under any of paragraphs 17(2)(a) to (f) of this Act.
Subsections (2) and (4) also apply to a taxation year of a taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(5) Les paragraphes (1) à (4) s’appliquent aux années d’imposition commençant après 2006. Les paragraphes (1) et (3) s’appliquent également :
a) aux années d’imposition d’un contribuable commençant après 2000, si une fiducie, dans laquelle le contribuable avait une participation au capital en 2001, fait un choix valide en vertu de l’alinéa 17(2)a) de la présente loi;
b) aux années d’imposition d’un contribuable commençant après 2001, si une fiducie, dans laquelle le contribuable avait une participation au capital en 2002, fait un choix valide en vertu des alinéas 17(2)a) ou b) de la présente loi;
c) aux années d’imposition d’un contribuable commençant après 2002, si une fiducie, dans laquelle le contribuable avait une participation au capital en 2003, fait un choix valide en vertu de l’un des alinéas 17(2)a) à c) de la présente loi;
d) aux années d’imposition d’un contribuable commençant après 2003, si une fiducie, dans laquelle le contribuable avait une participation au capital en 2004, fait un choix valide en vertu de l’un des alinéas 17(2)a) à d) de la présente loi;
e) aux années d’imposition d’un contribuable commençant après 2004, si une fiducie, dans laquelle le contribuable avait une participation au capital en 2005, fait un choix valide en vertu de l’un des alinéas 17(2)a) à e) de la présente loi;
f) aux années d’imposition d’un contribuable commençant après 2005, si une fiducie, dans laquelle le contribuable avait une participation au capital en 2006, fait un choix valide en vertu de l’un des alinéas 17(2)a) à f) de la présente loi.
Les paragraphes (2) et (4) s’appliquent également à toute année d’imposition d’un contribuable commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’y appliquent.
9. (1) Subsection 70(3.1) of the Act is replaced by the following:
9. (1) Le paragraphe 70(3.1) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Exception

(3.1) In this section, “rights or things” in respect of an individual do not include

(a) an interest in a life insurance policy (other than an annuity contract the payment for which was deductible in computing the individual’s income under paragraph 60(l) or was made in circumstances in which subsection 146(21) applied);

(b) eligible capital property;

(c) land included in the inventory of a business;

(d) a Canadian resource property;

(e) a foreign resource property; or

(f) property in respect of which subsection 94.2(3) applies (and subsection 94.2(20) does not apply) to the individual for the individ- ual’s taxation year in which the individual dies.
(3.1) Pour l’application du présent article, ne sont pas compris parmi les droits ou biens d’un particulier :
Exception

a) les intérêts dans les polices d’assurance-vie, sauf s’il s’agit d’un contrat de rente dont le versement stipulé était déductible dans le calcul du revenu du particulier en application de l’alinéa 60l) ou a été fait dans les circonstances visées au paragraphe 146(21);

b) les immobilisations admissibles;

c) les fonds de terre à porter à l’inventaire d’une entreprise;

d) les avoirs miniers canadiens;

e) les avoirs miniers étrangers;

f) les biens relativement auxquels le paragraphe 94.2(3), mais non le paragraphe 94.2(20), s’applique au particulier pour l’année d’imposition de son décès.

(2) Subsection 70(5.2) of the Act is replaced by the following:
(2) Le paragraphe 70(5.2) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Resource property, land inventory and property of deceased subject to subsection 94.2(3)

(5.2) If in a taxation year a taxpayer dies,

(a) the taxpayer is deemed

(i) to have disposed, at the time that is immediately before the taxpayer’s death, of each

(A) Canadian resource property of the taxpayer,

(B) foreign resource property of the taxpayer,

(C) property that was land included in the inventory of a business of the taxpayer, and

(D) property in respect of which subsection 94.2(3) applies (and subsection 94.2(20) does not apply) to the taxpayer for the taxation year, and

(ii) subject to paragraph (c), to have received at that time proceeds of disposition for each such property equal to its fair market value at that time;

(b) any person who, as a consequence of the taxpayer’s death, acquires a property that is deemed by paragraph (a) to have been disposed of by the taxpayer is, subject to paragraph (c), deemed to have acquired the property at the time of the death at a cost equal to its fair market value at the time that is immediately before the death; and

(c) where the taxpayer was resident in Canada at the time that is immediately before the taxpayer’s death, a particular property described in clause (a)(i)(A), (B) or (C) is, on or after the death and as a consequence of the death, transferred or distributed to a spouse or common-law partner of the taxpayer described in paragraph (6)(a) or a trust described in paragraph (6)(b), and it can be shown within the period that ends 36 months after the death (or, where written application has been made to the Minister by the taxpayer’s legal representative within that period, within any longer period that the Minister considers reasonable in the circumstances) that the particular property has, within that period, vested indefeasibly in the spouse, common-law partner or trust, as the case may be,

(i) the taxpayer is deemed to have received, at the time that is immediately before the taxpayer’s death, proceeds of disposition of the particular property equal to

(A) where the particular property is Canadian resource property of the taxpayer or foreign resource property of the taxpayer, the amount specified by the taxpayer’s legal representative in the taxpayer’s return of income filed under paragraph 150(1)(b), not exceeding its fair market value at that time, and

(B) where the particular property was land included in the inventory of a business of the taxpayer, its cost amount to the taxpayer at that time, and

(ii) the spouse, common-law partner or trust, as the case may be, is deemed to have acquired at the time of the death the particular property at a cost equal to the amount determined under subparagraph (i) in respect of the disposition of it under paragraph (a).
(5.2) Lorsqu’un contribuable décède au cours d’une année d’imposition, les règles suivantes s’appliquent :
Exceptions — certains biens d’un contribuable décédé

a) le contribuable est réputé :

(i) d’une part, avoir disposé, au moment qui précède immédiatement son décès, de chacun des biens suivants :

(A) ses avoirs miniers canadiens,

(B) ses avoirs miniers étrangers,

(C) des biens qui étaient des fonds de terre à porter à l’inventaire de son entreprise,

(D) des biens relativement auxquels le paragraphe 94.2(3), mais non le paragraphe 94.2(20), s’applique à lui pour l’année,

(ii) d’autre part, sous réserve de l’alinéa c), avoir reçu, à ce moment, pour chacun de ces biens un produit de disposition égal à sa juste valeur marchande à ce moment;

b) toute personne qui, par suite du décès du contribuable, acquiert un bien dont celui-ci est réputé par l’alinéa a) avoir disposé est réputée, sous réserve de l’alinéa c), avoir acquis le bien au moment du décès à un coût égal à sa juste valeur marchande immédiatement avant le décès;

c) si le contribuable résidait au Canada immédiatement avant son décès, qu’un bien visé aux divisions a)(i)(A), (B) ou (C) est, au moment de ce décès ou postérieurement et par suite de ce décès, transféré ou distribué à un particulier qui est son époux ou conjoint de fait visé à l’alinéa (6)a) ou une fiducie visée à l’alinéa (6)b), et qu’il peut être démontré, dans un délai se terminant 36 mois après le décès du contribuable ou, si le représentant légal de celui-ci en a fait la demande écrite au ministre dans ce délai, dans un délai plus long que le ministre estime raisonnable dans les circonstances, que le bien a été, dans ce délai, dévolu irrévocablement au particulier :

(i) d’une part, le contribuable est réputé avoir reçu, au moment qui précède immédiatement son décès, un produit de disposition pour le bien égal à la somme applicable suivante :

(A) si le bien est un avoir minier canadien ou un avoir minier étranger du contribuable, la somme indiquée par son représentant légal dans la déclaration de revenu du contribuable produite en application de l’alinéa 150(1)b), jusqu’à concurrence de la juste valeur marchande du bien à ce moment,

(B) si le bien est un fonds de terre à porter à l’inventaire d’une entreprise du contribuable, son coût indiqué pour lui à ce moment,

(ii) d’autre part, le particulier est réputé avoir acquis le bien au moment du décès à un coût égal au montant déterminé selon le sous-alinéa (i) relativement à la disposition du bien prévue à l’alinéa a).

(3) Subsections (1) and (2) apply to taxation years that begin after 2006, except that those subsections also apply to a taxation year of a taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(3) Les paragraphes (1) et (2) s’appliquent aux années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, ils s’appliquent également à toute année d’imposition d’un contribuable commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’y appliquent.
10. (1) The portion of subsection 73(1) of the Act before paragraph (a) is replaced by the following:
10. (1) Le passage du paragraphe 73(1) de la même loi précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
Inter vivos transfers by individuals

73. (1) For the purposes of this Part, where at any time any particular capital property (other than a specified participating interest) of an individual (other than a trust) has been transferred in circumstances to which subsection (1.01) applies and both the individual and the transferee are resident in Canada at that time, unless the individual elects in the individual’s return of income under this Part for the taxation year in which the particular property was transferred that the provisions of this subsection not apply, the particular property is deemed
73. (1) Pour l’application de la présente partie, lorsqu’une immobilisation, sauf une participation déterminée désignée, d’un particulier, à l’exception d’une fiducie, a été transférée dans les circonstances visées au paragraphe (1.01) et que le particulier et le cessionnaire résident au Canada au moment du transfert, à moins que le particulier ne choisisse, dans sa déclaration de revenu produite en vertu de la présente partie pour l’année d’imposition du transfert, de soustraire l’immobilisation à l’application du présent paragraphe, celle-ci est réputée :
Transfert de biens entre vifs par un particulier

(2) Subsection (1) applies to transfers that occur in taxation years that begin after 2006, except that that subsection also applies in respect of a taxpayer to transfers that occur in a taxation year of the taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux transferts effectués au cours des années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, il s’applique également, relativement à un contribuable, aux transferts effectués au cours d’une de ses années d’imposition commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’appliquent à cette année.
11. (1) Subsection 75(3) of the Act is amended by striking out the word “or” at the end of paragraph (c.1) and by adding the following after paragraph (c.1):
11. (1) Le paragraphe 75(3) de la même loi est modifié par adjonction, après l’alinéa c.1), de ce qui suit :
(c.2) by a trust that is non-resident, for the purpose of computing its income for the year, because a contributor (as defined by subsection 94(1)) to the trust is an individual (other than a trust) who is, at the end of the year, resident in Canada and has, at the end of the year, been resident in Canada for a period of, or for periods the total of which is, not more than 60 months; or
c.2) une fiducie qui est un non-résident, pour ce qui est du calcul de son revenu pour l’année, du fait qu’un contribuant, au sens du paragraphe 94(1), de la fiducie est un particulier, à l’exception d’une fiducie, qui, à la fin de l’année, réside au Canada et y avait résidé pendant une ou des périodes n’excédant pas, au total, 60 mois;
(2) Subsection (1) applies to trust taxation years that begin after 2000 except that, for trust taxation years that begin in 2001, 2002, 2003, 2004, 2005 or 2006, paragraph 75(3)(c.2) of the Act, as enacted by subsection (1), shall be read as follows:
(c.2) by a trust that is non-resident, for the purpose of computing its income for the year, because a contributor (as defined by subsection 94(1) as it reads in its application to taxation years that begin after 2006) to the trust is an individual (other than a trust) who is, at the end of the year, resident in Canada and has, at the end of the year, been resident in Canada for a period of, or for periods the total of which is, not more than 60 months; or
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux années d’imposition de fiducies commençant après 2000. Toutefois, en ce qui concerne les années d’imposition de fiducies commençant en 2001, 2002, 2003, 2004, 2005 ou 2006, l’alinéa 75(3)c.2) de la même loi, édicté par le paragraphe (1), est réputé avoir le libellé suivant :
c.2) une fiducie qui est un non-résident, pour ce qui est du calcul de son revenu pour l’année, du fait qu’un contribuant, au sens du paragraphe 94(1), dans sa version applicable aux années d’imposition commençant après 2006, de la fiducie est un particulier, à l’exception d’une fiducie, qui, à la fin de l’année, réside au Canada et y avait résidé pendant une ou des périodes n’excédant pas, au total, 60 mois;
12. (1) Subsection 85(1.11) of the Act is replaced by the following:
12. (1) Le paragraphe 85(1.11) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Exception

(1.11) Notwithstanding subsection (1.1), the following property is not an eligible property of a taxpayer in respect of a disposition of the property in a taxation year by the taxpayer to a corporation:

(a) a foreign resource property, or an interest in a partnership that derives all or part of its value from one or more foreign resource properties, if

(i) the taxpayer and the corporation do not deal with each other at arm’s length, and

(ii) it is reasonable to conclude that one of the purposes of the disposition, or a series of transactions or events of which the disposition is a part, is to increase the extent to which any person may claim a deduction under section 126; and

(b) a specified participating interest.
(1.11) Malgré le paragraphe (1.1), les biens ci-après ne sont pas des biens admissibles d’un contribuable relativement à leur disposition effectuée par celui-ci en faveur d’une société au cours d’une année d’imposition :
Exception

a) les avoirs miniers étrangers, ou les participations dans une société de personnes dont tout ou partie de la valeur provient d’un ou de plusieurs avoirs miniers étrangers, si, à la fois :

(i) le contribuable et la société ont entre eux un lien de dépendance,

(ii) il est raisonnable de conclure que l’un des objets de la disposition, ou d’une série d’opérations ou d’événements dont elle fait partie, consiste à accroître la mesure dans laquelle une personne peut demander la déduction prévue à l’article 126;

b) les participations déterminées désignées.

(2) Subsection (1) applies to taxation years that begin after 2006, except that that subsection also applies to a taxation year of a taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, il s’applique également à toute année d’imposition d’un contribuable commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’y appliquent.
13. (1) Subsection 85.1(4) of the Act is replaced by the following:
13. (1) Le paragraphe 85.1(4) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Exception

(4) Subsection (3) does not apply in respect of a disposition at any time by a taxpayer of property that is

(a) a share of the capital stock of a foreign affiliate, all or substantially all of the property of which at that time was excluded property (within the meaning assigned by subsection 95(1)), to another foreign affiliate of the taxpayer where the disposition is part of a series of transactions or events for the purpose of disposing of the share to a person who, immediately after the series of transactions or events, was a person (other than a foreign affiliate of the taxpayer) with whom the taxpayer was dealing at arm’s length; or

(b) a specified participating interest.
(4) Le paragraphe (3) ne s’applique pas à l’égard de la disposition, effectuée par un contribuable à un moment donné :
Exception

a) d’une action du capital-actions d’une société étrangère affiliée dont la totalité ou la presque totalité des biens étaient à ce moment des biens exclus, au sens du paragraphe 95(1), en faveur d’une autre société étrangère affiliée du contribuable lorsque la disposition fait partie d’une série d’opérations ou d’événements visant à disposer de l’action en faveur d’une personne qui, immédiatement après la série d’opérations ou d’événements, était une personne (sauf une société étrangère affiliée du contribuable) avec laquelle le contribuable n’avait aucun lien de dépendance;

b) d’une participation déterminée désignée.

(2) Subsection 85.1(6) of the Act is amended by striking out the word “or” at the end of paragraph (d), by adding the word “or” at the end of paragraph (e) and by adding the following after paragraph (e):
(2) Le paragraphe 85.1(6) de la même loi est modifié par adjonction, après l’alinéa e), de ce qui suit :
(f) the exchanged foreign shares were, immediately before the exchange, specified participating interests.
f) les actions étrangères échangées étaient, immédiatement avant l’échange, des participations déterminées désignées.
(3) Subsections (1) and (2) apply to dispositions and exchanges that occur in taxation years that begin after 2006, except that those subsections also apply to dispositions or exchanges in respect of a taxpayer that occur in a taxation year of the taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(3) Les paragraphes (1) et (2) s’appliquent aux dispositions et échanges effectués au cours des années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, ils s’appliquent également aux dispositions et échanges relatifs à un contribuable effectués au cours d’une de ses années d’imposition commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’appliquent à cette année.
14. (1) Subsection 86(3) of the Act is replaced by the following:
14. (1) Le paragraphe 86(3) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Application

(3) Subsections (1) and (2) do not apply

(a) to any disposition to which subsection 85(1) or (2) applies; and

(b) to any disposition of property that was, immediately before the disposition, a specified participating interest.
(3) Les paragraphes (1) et (2) ne s’appliquent pas à ce qui suit :
Non-application des par. (1) et (2)

a) les dispositions auxquelles les paragraphes 85(1) ou (2) s’appliquent;

b) les dispositions de biens qui étaient, immédiatement avant qu’il en soit disposé, des participations déterminées désignées.

(2) Subsection (1) applies to dispositions that occur in taxation years that begin after 2006, except that that subsection also applies in respect of a taxpayer to dispositions that occur in a taxation year of the taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux dispositions effectuées au cours des années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, il s’applique également, relativement à un contribuable, aux dispositions effectuées au cours d’une de ses années d’imposition commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’appliquent à cette année.
15. (1) Subsection 87(2) of the Act is amended by adding the following after paragraph (j.94):
15. (1) Le paragraphe 87(2) de la même loi est modifié par adjonction, après l’alinéa j.94), de ce qui suit :
Non-resident trusts and foreign investment entities

(j.95) for the purposes of sections 94 to 94.4, the new corporation is deemed to be the same corporation as, and a continuation of, each predecessor corporation;
j.95) pour l’application des articles 94 à 94.4, la nouvelle société est réputée être la même société que chaque société remplacée et en être la continuation;
Fiducies non-résidentes et entités de placement étrangères

(2) Subsection (1) applies to taxation years that begin after 2000.
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux années d’imposition commençant après 2000.
16. (1) Subsection 91(1) of the Act is replaced by the following:
16. (1) Le paragraphe 91(1) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Amounts to be included in respect of share of foreign affiliate

91. (1) In computing the income for a particular taxation year of a taxpayer resident in Canada, there shall be included, in respect of each share owned by the taxpayer of the capital stock of a controlled foreign affiliate of the taxpayer, as income from the share, the percentage of the foreign accrual property income of any controlled foreign affiliate of the taxpayer, for each taxation year of the affiliate that ends in the particular taxation year, equal to that share’s participating percentage in respect of the affiliate determined

(a) at the end of each such taxation year of the affiliate; and

(b) without regard to each share in respect of which subsection 94.2(9) applies to the taxpayer for the particular taxation year.
91. (1) Est inclus dans le calcul du revenu, pour une année d’imposition donnée, d’un contribuable résidant au Canada, à titre de revenu tiré de chaque action lui appartenant du capital-actions d’une de ses sociétés étrangères affiliées contrôlées, le pourcentage du revenu étranger accumulé, tiré de biens, de toute société étrangère affiliée contrôlée du contribuable, pour chaque année d’imposition de celle-ci se terminant dans l’année donnée, égal au pourcentage de participation de cette action afférent à la société affiliée déterminé, à la fois :
Sommes à inclure au titre d’une action de société étrangère affiliée

a) à la fin de chaque année d’imposition semblable de la société affiliée;

b) compte non tenu des actions relativement auxquelles le paragraphe 94.2(9) s’applique au contribuable pour l’année donnée.

(2) Subparagraph 91(4)(a)(ii) of the Act is replaced by the following:
(2) Le sous-alinéa 91(4)a)(ii) de la même loi est remplacé par ce qui suit :
(ii) the taxpayer’s relevant tax factor for the year, and
(ii) le facteur fiscal approprié applicable au contribuable pour l’année;
(3) Subsection (1) applies to taxation years that begin after 2006, except that that subsection also applies to a taxation year of a taxpayer that begins before 2007 if sections 94.1 to 94.4 of the Act, as enacted by subsection 18(1), apply to that taxation year of the taxpayer.
(3) Le paragraphe (1) s’applique aux années d’imposition commençant après 2006. Toutefois, il s’applique également à toute année d’imposition d’un contribuable commençant avant 2007 si les articles 94.1 à 94.4 de la même loi, édictés par le paragraphe 18(1), s’y appliquent.
(4) Subsection (2) applies to the 2002 and subsequent taxation years.
(4) Le paragraphe (2) s’applique aux années d’imposition 2002 et suivantes.
17. (1) Section 94 of the Act is replaced by the following:
17. (1) L’article 94 de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Treatment of Trusts with Canadian Contributors
Fiducies recevant des apports de contribuants canadiens
Definitions

94. (1) The definitions in this subsection apply in this section.
“arm’s length transfer”
« transfert sans lien de dépendance »

“arm’s length transfer”, at any time by an entity (referred to in this definition as the “transferor”) means a transfer or loan (which transfer or loan is referred to in this definition as the “transfer”) of property (other than a restricted property) that is made at that time (referred to in this definition as the “transfer time”) by the transferor to a particular entity (referred to in this definition as the “recipient”) where

(a) it is reasonable to conclude that none of the reasons (determined by reference to all the circumstances including the terms of a trust, an intention, the laws of a country or the existence of an agreement, a memorandum, a letter of wishes or any other arrangement) for the transfer is the acquisition at any time by any entity of an interest as a beneficiary under a non-resident trust; and

(b) the transfer

(i) is a payment of interest, of a dividend, of rent, of a royalty or of any other return on investment, or any substitute for such a return on investment, in respect of a particular property held by the recipient, if

(A) the transfer is not a transfer described in paragraph (2)(g), or the transfer is a transfer described in paragraph (2)(g) that is an acquisition by the recipient of

(I) a unit of a mutual fund trust or of a trust that would be a mutual fund trust if section 4801 of the Income Tax Regulations were read without reference to paragraph 4801(b),

(II) a share of the capital stock of a mutual fund corporation, or

(III) a particular share of the capital stock of a corporation (other than a closely-held corporation) which par- ticular share is identical to a share that is, at the transfer time, of a class that is listed on a prescribed stock exchange, and

(B) the fair market value of the property, at the transfer time, is not more than the amount that the transferor would have transferred at the transfer time in respect of the particular property to the recipient if the transferor dealt at arm’s length with the recipient,

(ii) is a payment made by a corporation on a reduction of the paid-up capital in respect of shares of a class of its capital stock held by the recipient, if

(A) the transfer is not a transfer described in paragraph (2)(g), and

(B) the amount of the payment is not more than the lesser of the amount of the reduction and the consideration for which the shares were issued,

(iii) is a refund in whole or in part of a gift that the recipient made to the transferor, if the recipient is a trust and the transferor is at the transfer time a specified charity in respect of the recipient,

(iv) is a transfer

(A) in exchange for which, the recipient transfers or loans property (other than a restricted property) to the transferor, or becomes obligated to transfer or loan property (other than a restricted property) to the transferor, and

(B) for which it is reasonable to conclude

(I) having regard only to the transfer and the exchange, that the transferor would have been willing to make the transfer if the transferor dealt at arm’s length with the recipient, and

(II) that the terms and conditions, and circumstances, under which the transfer was made would have been acceptable to the transferor if the transferor dealt at arm’s length with the recipient,

(v) is made in satisfaction of an obligation that arose because of a transfer to which subparagraph (iv) applied, if

(A) the transfer is not a transfer described in paragraph (2)(g),

(B) the transferor would have been willing to make the transfer if the transferor dealt at arm’s length with the recipient, and

(C) the terms and conditions, and circumstances, under which the transfer was made would have been acceptable to the transferor if the transferor dealt at arm’s length with the recipient,

(vi) is a payment of an amount owing by the transferor under a written agreement the terms and conditions of which, when entered into, were terms and conditions that, having regard only to the amount owing and the agreement, persons dealing at arm’s length with each other would have entered into, if the transfer is not a transfer described in paragraph (2)(g),

(vii) is a payment made before 2002 to a trust, to a corporation controlled by the trust or to a partnership of which the trust is a majority interest partner in repayment of or otherwise in respect of a particular loan made by the trust, corporation or partnership to the transferor, or

(viii) is a payment made after 2001 to a trust, to a corporation controlled by the trust or to a partnership of which the trust is a majority interest partner, in repayment of or otherwise in respect of a particular loan made by the trust, corporation or partnership to the transferor and either

(A) they would have been willing to enter into the particular loan if they dealt at arm’s length with each other and the payment is not a transfer described in paragraph (2)(g), or

(B) the payment is made before 2005 in accordance with fixed repayment terms agreed to before June 23, 2000.
“beneficiary”
« bénéficiaire »

“beneficiary”, under a trust, includes

(a) an entity that is beneficially interested in the trust; and

(b) an entity that would be beneficially interested in the trust if

(i) each reference in subsection 248(25) to “person” were read as a reference to “entity (as defined by subsection 94(1))”, and

(ii) the reference in subparagraph 248(25)(b)(ii) to

(A) “any arrangement in respect of the particular trust” were read as a reference to “any arrangement (including, for greater certainty, the terms or conditions of a share, or any arrangement in respect of a share, of the capital stock of a corporation that is beneficially interested in the particular trust) in respect of the particular trust”, and

(B) “the particular person or partnership might” were read as a reference to “the particular person or partnership becomes (or could become on the exercise of any discretion by any entity), directly or indirectly, entitled to any amount derived, directly or indirectly, from the income or capital of the particular trust or might”.
“closely-held corporation”
« société à peu d’actionnaires »

“closely-held corporation”, at any time, means a corporation, other than a corporation in respect of which

(a) there is at least one class of shares of its capital stock that includes shares prescribed for the purpose of paragraph 110(1)(d);

(b) it is reasonable to conclude that at that time, in respect of each class of shares described by paragraph (a), shares of the class are held by at least 150 entities each of whom holds shares, of the class, that have a total fair market value of at least $500; and

(c) it is reasonable to conclude that at that time in no case does a particular entity (or the particular entity together with any other entity with whom the particular entity does not deal at arm’s length) hold shares of the capital stock of the corporation

(i) that would give the particular entity (or the particular entity together with those other entities) 10% or more of the votes that could be cast under any circumstance at an annual meeting of shareholders of the corporation if the meeting were held at that time, or

(ii) that have a fair market value of 10% or more of the fair market value of all of the issued and outstanding shares of the corporation.
“connected contributor”
« contribuant rattaché »

“connected contributor”, to a trust at a particular time, means an entity (including an entity that has ceased to exist) that is a contributor to the trust at the particular time, other than an entity

(a) that is an individual (other than a trust) who was, at or before the particular time, resident in Canada for a period of, or periods the total of which is, not more than 60 months (but not including an individual who, before the particular time, was never non-resident); or

(b) all of whose contributions to the trust made at or before the particular time were made at a non-resident time of the entity.
“contribution”
« apport »

“contribution”, to a trust by a particular entity, means

(a) a transfer or loan (other than an arm’s length transfer) of property to the trust by the particular entity;

(b) if a particular transfer or loan (other than an arm’s length transfer) of property is made by the particular entity as part of a series of transactions or events that includes another transfer or loan (other than an arm’s length transfer) of property to the trust by another entity, that other transfer or loan to the extent that it can reasonably be considered to have been made in respect of the particular transfer or loan; and

(c) if the particular entity becomes obligated to make a particular transfer or loan (other than a transfer or loan that would, if it were made, be an arm’s length transfer) of property as part of a series of transactions or events that includes another transfer or loan (other than an arm’s length transfer) of property to the trust by another entity, that other transfer or loan to the extent that it can reasonably be considered to have been made in respect of the obligation.
“contributor”
« contribuant »

“contributor”, to a trust at any time, means an entity (including an entity that has ceased to exist) that, at or before that time, has made a contribution to the trust.
“eligible trust”
« fiducie admissible »

“eligible trust”, at any particular time, means a trust, other than a trust

(a) created or maintained for charitable purposes;

(b) governed by an employee benefit plan;

(c) described in paragraph (a.1) of the definition “trust” in subsection 108(1);

(d) governed by a salary deferral arrangement;

(e) operated for the purpose of administering or providing superannuation, pension, retirement or employee benefits;

(f) where the amount of income or capital that any entity may receive directly from the trust at any time as a beneficiary under the trust depends on the exercise by any entity of, or the failure by any entity to exercise, a discretionary power; or

(g) that has elected in writing filed with the Minister, on or before the trust’s filing-due date for the particular taxation year of the trust that includes the particular time (or for an earlier taxation year that ended before the particular time), that the definition “exempt foreign trust” in this subsection not apply to it for the particular taxation year (or for the earlier taxation year) and for all of its subsequent taxation years.
“entity”
« entité »

“entity” includes an association, a corporation, a fund, a natural person, a joint venture, an organization, a partnership, a syndicate and a trust.
“excluded property”
« bien exclu »

“excluded property”, at any time, means a particular property held, loaned or transferred, as the case may be, at that time by a particular entity if at that time:

(a) the particular property is at that time

(i) a share of the capital stock of the corporation,

(ii) a specified fixed interest in the trust, or

(iii) an interest, as a member of the partnership, under which, by operation of any law governing the arrangement in respect of the partnership, the liability of the member as a member of the partnership is limited;

(b) there are at least 150 persons each of whom holds at that time property that at that time

(i) is identical to the particular property, and

(ii) has a total fair market value of at least $500;

(c) the total of all amounts each of which is the fair market value, at that time, of the particular property (or of identical property that is held, at that time, by the particular entity or an entity with whom the particular entity does not deal at arm’s length) does not exceed 10% of the total of all amounts each of which is the fair market value, at that time, of the particular property or of identical property held by any entity;

(d) property that is identical to the particular property can normally be acquired by and sold by members of the public in the open market; and

(e) the particular property, or identical property, is listed on a prescribed stock exchange.
“exempt amount”
« somme exclue »

“exempt amount”, in respect of a particular taxation year of a trust, means an amount that is

(a) paid or credited (in this definition within the meaning assigned by Part XIII) by the trust before 2004;

(b) paid or credited by the trust and referred to in paragraph 104(7.01)(b) in respect of the trust for the particular taxation year; or

(c) paid in the particular taxation year (or within 60 days after the end of the particular taxation year) by the trust directly to a beneficiary (determined without reference to subsection 248(25)) under the trust, if

(i) the beneficiary is a natural person none of whose interests as a beneficiary under the trust was ever acquired for consideration,

(ii) the amount is described in subparagraph 212(1)(c)(i) and is not included in computing an exempt amount in respect of any other taxation year of the trust,

(iii) the trust was created before October 30, 2003, and

(iv) no contribution has been made to the trust on or after July 18, 2005.
“exempt foreign trust”
« fiducie étrangère exempte »

“exempt foreign trust”, at a particular time, means

(a) a non-resident trust, if

(i) each beneficiary under the trust at the particular time is

(A) an individual who, at the time that the trust was created, was, because of mental or physical infirmity, dependent on an individual who is a contributor to the trust or on an individual related to such a contributor (which beneficiary is referred to in this paragraph as an “infirm beneficiary”), or

(B) a person who is entitled, only after the particular time, to receive or otherwise obtain the use of any of the trust’s income or capital,

(ii) at the particular time there is at least one infirm beneficiary who suffers from a mental or physical infirmity that causes the beneficiary to be dependent on a person,

(iii) each infirm beneficiary is, at all times that the infirm beneficiary is a beneficiary under the trust during the trust’s taxation year that includes the particular time, non-resident, and

(iv) each contribution to the trust made at or before the particular time can reasonably be considered to have been, at the time that the contribution was made, made to provide for the maintenance of an infirm beneficiary during the expected period of the beneficiary’s infirmity;

(b) a non-resident trust, if

(i) the trust was created as a consequence of the breakdown of a marriage or common-law partnership of two particular individuals to provide for the maintenance of a beneficiary under the trust who was, during that marriage or common-law partnership, a child of both of those particular individuals (which beneficiary is referred to in this paragraph as a “child beneficiary”),

(ii) each beneficiary under the trust at the particular time is

(A) a child beneficiary under 21 years of age,

(B) a child beneficiary under 31 years of age who is enrolled at any time in the trust’s taxation year that includes the particular time at an educational institution that is described in clause (v)(A) or (B), or

(C) a person who is entitled, only after the particular time, to receive or otherwise obtain the use of any of the trust’s income or capital,

(iii) each child beneficiary is, at all times that the child beneficiary is a beneficiary under the trust during the trust’s taxation year that includes the particular time, non-resident,

(iv) each contributor to the trust at the particular time was one of those particular individuals or a person related to one of those particular individuals, and

(v) each contribution to the trust, at the time that the contribution was made, was made to provide for the maintenance of a child beneficiary, while the child was either under 21 years of age, or was under 31 years of age and enrolled at an educational institution located outside Canada that is

(A) a university, college or other educational institution that provides courses at a post-secondary school level, or

(B) an educational institution that provides courses designed to furnish a person with skills for, or improve a person’s skills in, an occupation;

(c) a non-resident trust, if

(i) at the particular time, the trust is an agency of the United Nations,

(ii) at the particular time, the trust owns and administers a university described in paragraph (f) of the definition “total charitable gifts” in subsection 118.1(1), or

(iii) at any time in the trust’s taxation year that includes the particular time or at any time in the preceding calendar year, Her Majesty in right of Canada has made a gift to the trust;

(d) a non-resident trust

(i) that, throughout the particular period that began at the time it was created and ends at the particular time, would be non-resident if this Act were read without reference to subsection (1) as that subsection read in its application to taxation years that include December 31, 2000,

(ii) that was created exclusively for charitable purposes and has been operated, throughout the particular period, exclusively for charitable purposes,

(iii) if the particular time is more than 24 months after the day on which the trust was created, in respect of which, there is at the particular time a group of at least 20 persons (other than trusts) each of whom at the particular time

(A) is a contributor to the trust,

(B) exists, and

(C) deals with each of the others in the group at arm’s length,

(iv) the income of which (determined in accordance with the laws described in subparagraph (v)) for each of its taxation years that ends at or before the particular time would, if the income were not distributed and the laws described in subparagraph (v) did not apply, be subject to an income or profits tax in the country in which it was resident in each of those taxation years, and

(v) that was, for each of its taxation years that ends at or before the particular time, exempt under the laws of the country in which it was resident from the payment of income or profits tax to the government of that country in recognition of the charitable purposes for which the trust is operated;

(e) a non-resident trust that, throughout the trust’s taxation year that includes the par- ticular time, is a trust governed by an employees profit sharing plan, a retirement compensation arrangement or a foreign retirement arrangement;

(f) a non-resident trust, if

(i) throughout the particular period that began when it was created and ends at the particular time it has been operated exclusively for the purpose of administering or providing employee benefits,

(ii) throughout the trust’s taxation year that includes the particular time

(A) the trust is a trust governed by an employee benefit plan or is a trust described in paragraph (a.1) of the definition “trust” in subsection 108(1),

(B) the trust is maintained for the benefit of natural persons the majority of whom are non-resident, and

(C) where the particular time is after 2006, the trust holds no restricted property,

(iii) where the particular time is on or after November 9, 2006, and before 2007, throughout the trust’s taxation year that includes the particular time the trust holds no restricted property other than property that was held by the trust as restricted property on November 8, 2006, and

(iv) throughout the trust’s taxation year that includes the particular time, no benefits are provided under the trust, other than benefits in respect of qualifying services;

(g) a non-resident trust (other than a prescribed trust or a trust described in paragraph (a.1) of the definition “trust” in subsection 108(1)) that, throughout the particular period that began when it was created and ends at the particular time,

(i) has been resident in a particular country (other than Canada) the laws of which have, throughout the particular period,

(A) imposed an income or profits tax, and

(B) exempted the trust from the payment of income tax and profits tax to the government of that particular country in recognition of the purposes for which the trust is operated, and

(ii) has been operated exclusively for the purpose of administering or providing superannuation or pension benefits that are primarily in respect of services rendered, in the particular country, by natural persons who were at the time those services were rendered non-resident;

(h) a non-resident trust that is, at the particular time, an eligible trust under which

(i) the only beneficiaries that may for any reason receive, at or after the particular time and directly from the trust, any of the income or capital of the trust are entities that are, at the particular time, qualifying investors in respect of the trust, and

(ii) either

(A) the following conditions are met, namely

(I) there are at least 150 qualifying investors in respect of the trust each of whose specified fixed interests in the trust have at the particular time a fair market value of at least $500, and

(II) if the total fair market value at the particular time of the interests, of any class of specified fixed interests in the trust, held by a resident contributor to the trust or by any other entity with whom the resident contributor does not deal at arm’s length is more than 10% of the total fair market value of interests of that class, it is reasonable to conclude (determined by reference to all the circumstances including the terms of the trust, an intention, the laws of a country or the existence of an agreement, a memorandum, a letter of wishes or any other arrangement) that

1. where the resident contributor is at the particular time an indirect contributor to the trust, each other entity — that does not deal at arm’s length with the resident contributor and that is at the particular time a qualifying investor in respect of the trust and referred to as such in applying paragraph (c) of the definition “indirect contributor” in this subsection in determining that the resident contributor is an indi- rect contributor to the trust — is at the particular time a specified contributor to the trust, or

2. in any other case, the resident contributor is at the particular time a specified contributor to the trust, or

(B) the following conditions are met, namely,

(I) a prescribed form and a copy of the terms of the trust that apply at the particular time have been filed with the Minister by or on behalf of the trust on or before its filing due date for its taxation year that includes the particular time (or a later date that is acceptable to the Minister),

(II) it is reasonable to conclude (determined by reference to all the circumstances including the terms of the trust, an intention, the laws of a country or the existence of an agreement, a memorandum, a letter of wishes or any other arrangement) that each resident contributor (other than an indirect contributor) to the trust at the particular time is a specified contributor to the trust at the particular time,

(III) where the particular time is on or after November 9, 2006, and before 2007, throughout the trust’s taxation year that includes the particular time the trust holds no restricted property other than property that was held by the trust as restricted property on November 8, 2006, and

(IV) where the particular time is after 2006, throughout the trust’s taxation year that includes the particular time the trust holds no restricted property; or

(i) a trust that is, at the particular time, a prescribed trust or included in a prescribed class of trusts.
“exempt service”
« service exempté »

“exempt service” means a service rendered at any time by an entity (referred to in this definition as the “service provider”) to, for or on behalf of, another entity (referred to in this definition as a “recipient”) if

(a) the recipient is at that time a trust and the service relates to the administration of the trust; or

(b) the following conditions apply in respect of the service, namely,

(i) the service is rendered in the service provider’s capacity at that time as an employee or agent of the recipient,

(ii) in exchange for the service, the recipient transfers or loans property or becomes obligated to transfer or loan property, and

(iii) it is reasonable to conclude

(A) having regard only to the service and the exchange, that the service provider would be willing to carry out the service if the service provider were dealing at arm’s length with the recipient, and

(B) that the terms, conditions and circumstances under which the service is provided would be acceptable to the service provider if the service provider were dealing at arm’s length with the recipient.
“exempt taxpayer”
« contribuable exempté »

“exempt taxpayer”, for a taxation year of the taxpayer, means

(a) a person whose taxable income for the taxation year is exempt from tax under this Part because of subsection 149(1) (otherwise than because of paragraph 149(1)(q.1), (t) or (z)); and

(b) an eligible trust that is resident in Canada at the end of the taxation year and under which

(i) the only beneficiaries that may for any reason receive, at any time and directly from the trust, any of the income or capital of the trust are persons that are qualifying investors in respect of the trust, and

(ii) each of those beneficiaries at each time in the taxation year is a person whose taxable income, for the period that includes all of those times in the taxation year, is exempt from tax under this Part because of subsection 149(1) (otherwise than because of paragraph 149(1)(q.1), (t) or (z)).
“indirect contributor”
« contribuant indirect »

“indirect contributor”, to a trust at a particular time, means a particular entity that

(a) is at the particular time a contributor to the trust, but would not at the particular time be a contributor to the trust if this section were read without reference to paragraphs (b) and (c) of the definition “contribution” in this subsection and paragraphs (2)(l), (n) and (o);

(b) has at the particular time no rights (whether immediate or future, whether absolute or contingent or whether conditional on or subject to the exercise of any discretion by any entity) to receive directly from the trust any of the income or capital of the trust; and

(c) has at or before the particular time made a contribution to the trust

(i) because of a transfer of property to the trust by another entity that is at the particular time a qualifying investor in respect of the trust, in the case where the particular entity would not, at the particular time, be a contributor to the trust because of the transfer if this section were read without reference to paragraphs (b) and (c) of the definition “contribution” and to paragraph (2)(l), or

(ii) because of a transfer of property by another entity to the trust in exchange for property acquired from the trust if the acquisition was a transfer described in subparagraph (2)(g)(ii) or because of a contribution to the trust that is deemed by paragraph (2)(q) to have been made by another entity because of the acquisition by that other entity of a specified fixed interest in the trust in the case where

(A) the particular entity would not, at the particular time, be a contributor to the trust if this section were read without reference to paragraphs (b) and (c) of the definition “contribution” in this subsection and paragraphs (2)(n) and (o),

(B) as a result of the transfer or contribution by the other entity, the other entity acquired a specific fixed interest in the trust, and

(C) the other entity is, at the particular time, a qualifying investor in the trust.
“non-resident time”
« moment de non-résidence »

“non-resident time”, of an entity in respect of a contribution to a trust and a particular time, means a time (referred to in this definition as the “contribution time”) at which the entity made a contribution to a trust that is before the particular time and at which the entity was non-resident, where the entity was non-resident or not in existence throughout the period that began 60 months before the contribution time (or, if the entity is an individual and the trust arose on and as a consequence of the death of the individual, 18 months before the contribution time) and ends at the earliest of

(a) the time that is 60 months after the contribution time,

(b) if the entity is an individual, the date of death of the individual, and

(c) the particular time.
“promoter”
« promoteur »

“promoter”, of a trust at any time, means an entity that on or before that time establishes, organizes or substantially reorganizes the undertakings of the trust.
“qualifying investor”
« investisseur admissible »

“qualifying investor”, in respect of a trust at a particular time, means an entity

(a) that is at the particular time a beneficiary (in this definition, determined without reference to subsection 248(25)) under the trust; and

(b) whose only interests as a beneficiary under the trust are, at all times that the interests exist during the trust’s taxation year that includes the particular time, specified fixed interests of the entity in the trust.
“qualifying services”
« services admissibles »

“qualifying services” means services that are

(a) rendered to an employer by an employee of the employer, which employee was non-resident throughout the period during which the services were rendered;

(b) rendered to an employer by an employee of the employer, other than services that were

(i) rendered primarily in Canada,

(ii) rendered primarily in connection with a business carried on by the employer in Canada, or

(iii) a combination of services described in subparagraphs (i) and (ii);

(c) rendered in a particular calendar month to an employer by an employee of the employer, which employee

(i) was resident in Canada throughout no more than 60 months during the 72-month period that ends at the end of the particular month, and

(ii) became a member of, or a beneficiary under, the plan or trust under which benefits in respect of the services may be provided (or a similar plan or trust for which the plan or the trust was substituted) before the end of the calendar month following the month in which the employee became resident in Canada; or

(d) any combination of services that are qualifying services determined without reference to this paragraph.
“resident beneficiary”
« bénéficiaire résidant »

“resident beneficiary”, at any time under a particular trust, means an entity (other than an entity that is at that time a specified charity, or a successor beneficiary, in respect of the particular trust) that is, at that time, a beneficiary under the particular trust where, at that time,

(a) the entity is resident in Canada; and

(b) there is a connected contributor to the particular trust.
“resident contributor”
« contribuant résidant »

“resident contributor”, to a particular trust at any time, means an entity that is, at that time, resident in Canada and a contributor to the particular trust, but does not include

(a) an individual (other than a trust) who has not, at that time, been resident in Canada for a period of, or periods the total of which is, more than 60 months (other than an individ- ual who, before that time, was never non-resident); or

(b) an individual (other than a trust), if

(i) the particular trust is an inter vivos trust that was created before 1960 by a person who was non-resident when the trust was created, and

(ii) the individual has not, after 1959, made a contribution to the particular trust.
“restricted property”
« bien d’exception »

“restricted property” means

(a) a particular share (or a particular right to acquire a share) of the capital stock of a particular closely-held corporation if the particular share (or the particular right), or a property for which the particular share (or the particular right) was substituted, was at any time acquired as part of a transaction or series of transactions or events under which

(i) a specified share of the capital stock of a closely-held corporation was acquired by any entity in exchange for, as consideration for, or upon conversion of, any property, or

(ii) a share (other than a specified share) of the capital stock of a closely-held corporation becomes a specified share of the capital stock of the corporation;

(b) an indebtedness (or a right to acquire an indebtedness) owing by another entity if

(i) the other entity is a closely-held corporation,

(ii) the indebtedness (or the right), or a property for which the indebtedness (or the right) was substituted, was at any time acquired as part of a transaction or series of transactions or events under which

(A) a specified share of the capital stock of a closely-held corporation was acquired by any entity in exchange for, as consideration for, or upon conversion of, any property, or

(B) a share (other than a specified share) of the capital stock of a closely-held corporation becomes a specified share of the capital stock of the corporation, and

(iii) the amount of any payment under a right (whether immediate or future, whether absolute or contingent or whether conditional on or subject to the exercise of any discretion by any entity) to receive, in any manner whatever and from any entity, amounts in respect of the indebtedness, or the value of such a right, is, directly or indirectly, determined primarily by one or more of the following criteria in respect of one or more properties of the other entity (or an entity with which the other entity does not deal at arm’s length):

(A) the fair market value of the property, production from the property or use of the property,

(B) gains or profits from the disposition of the property,

(C) income from the property, profits from the property, revenue from the property, or cash flow from the property, or

(D) any other criterion similar to a criterion referred to in any of clauses (A) to (C); and

(c) any property the fair market value of which is derived in whole or in part, directly or indirectly, from a particular share, an indebtedness or a right described in paragraph (a) or (b).
“specified charity”
« organisme de bienfaisance déterminé »

“specified charity”, in respect of a trust at any particular time, means any person (referred to in this definition as the “charity”) that at the particular time is a person described in any of paragraphs (a) to (e) and (g.1) of the definition “total charitable gifts” in subsection 118.1(1) other than

(a) a charity that does not, at the particular time, deal at arm’s length with a specified entity in respect of the trust, and

(b) a charity that did not, at any specified prior time, deal at arm’s length with a specified entity in respect of the trust,

where

(c) “specified prior time” in respect of a charity means any time, before the particular time, at which

(i) an amount was payable to the charity as a beneficiary under the trust,

(ii) an amount was received by the charity on the disposition of all or part of its interest as a beneficiary under the trust, or

(iii) a benefit was received or enjoyed by the charity from or under the trust, and

(d) “specified entity” in respect of a trust at any time means

(i) an entity that is at that time

(A) a beneficiary under the trust,

(B) a contributor to the trust,

(C) a person related to a contributor to the trust,

(D) a trustee of the trust,

(E) an entity that could reasonably be considered to have influence over the operation of the trust or the enforcement of its terms, or

(F) an entity that could reasonably be considered to have influence over the selection or appointment of an entity referred to in clause (A), (D) or (E), or

(ii) any group of entities at least one of which is described in subparagraph (i).
“specified contributor”
« contribuant déterminé »

“specified contributor”, to a trust at a particular time in a taxation year of a particular entity, means the particular entity, if

(a) the particular entity is, at the particular time, both a contributor to the trust and a beneficiary (in this definition, other than in clause (d)(ii)(B), determined without reference to subsection 248(25)) under the trust;

(b) at all times, after February 16, 1999 and on or before the particular time, when it is a beneficiary under the trust, the particular entity’s interest as a beneficiary under the trust is or would, if the definition “specified fixed interest” applied at those times, have been a specified fixed interest of the par- ticular entity in the trust;

(c) it is reasonable to conclude that, at no time that is after February 16, 1999 and on or before the particular time, has

(i) the particular entity made a contribution of restricted property to the trust, or

(ii) another entity made a contribution of restricted property to the trust when that other entity was not dealing at arm’s length with the particular entity; and

(d) where the particular entity is, at any time that is after February 16, 1999 and at or before the particular time, a beneficiary under the trust

(i) either

(A) a prescribed form has been filed with the Minister by or on behalf of the particular entity on or before the par- ticular entity’s filing-due date for that taxation year (or a later date that is acceptable to the Minister), or

(B) a prescribed form and a copy of the terms of the trust that apply at the particular time have been filed with the Minister by or on behalf of the trust on or before its filing due date for its taxation year that includes the particular time (or a later date that is acceptable to the Minister), and

(ii) unless the particular entity is an exempt taxpayer for the taxation year, with respect to each particular contribution made after February 16, 1999 and at or before the particular time by the particular entity to the trust, it is reasonable to conclude that

(A) no consideration was received (other than property received by the particular entity that is the particular entity’s interest as a beneficiary under the trust),

(B) none of the reasons (determined by reference to all the circumstances including the terms of the trust, an intention, the laws of a country or the existence of an agreement, a memorandum, a letter of wishes or any other arrangement) for the contribution is the acquisition at any time by any entity (other than the particular entity) of a right (whether immediate or future, whether absolute or contingent or whether conditional on or subject to the exercise of any discretion by any entity) as a beneficiary under the trust (other than the acquisition by any such entity of the particular entity’s interest as a beneficiary under the trust that was acquired as a result of the contribution) to receive, at any time and directly from the trust, income or capital of the trust, and

(C) the fair market value of the par- ticular contribution is equal to the fair market value, at the time of the par- ticular contribution, of the particular entity’s interest as a beneficiary under the trust acquired as a result of the particular contribution.
“specified controlled foreign affiliate”
« société étrangère affiliée contrôlée déterminée »

“specified controlled foreign affiliate”, of a particular entity at any time, means an entity that would, at that time, be a controlled foreign affiliate of the particular entity if the particular entity were resident in Canada at that time.
“specified fixed interest”
« participation fixe désignée »

“specified fixed interest”, at any time of an entity in a trust, means an interest of the entity as a beneficiary under the trust if

(a) the interest includes, at that time, rights of the entity as a beneficiary under the trust to receive, at or after that time and directly from the trust, income and capital of the trust;

(b) the interest was issued by the trust, at or before that time, to an entity, in circumstances that are described by subparagraph (2)(g)(ii);

(c) the only manner in which any part of the interest may cease to be the entity’s is by way of a transfer (determined as if subsection (2) were read only with reference to clauses (2)(m)(ii)(B) and (D)) of that part by the entity, which transfer is a disposition (determined without reference to paragraph (i) of the definition “disposition” in subsection 248(1) and paragraph 248(8)(c)) by the entity of that part; and

(d) no amount of income or capital of the trust that any entity may receive directly from the trust at any time as a beneficiary under the trust depends on the exercise by any entity of, or the failure by any entity to exercise, a discretionary power.
“specified party”
« tiers déterminé »

“specified party”, in respect of a particular entity at any time, means an entity that is at that time

(a) an individual who is a spouse or common-law partner of the particular entity;

(b) a specified controlled foreign affiliate of

(i) the particular entity, or

(ii) if the particular entity is an individual, a spouse or common-law partner of the individual;

(c) an entity for which it is reasonable to conclude that the benefit referred to in subparagraph (8)(a)(iii) was conferred

(i) in contemplation of the entity becoming after that time a specified controlled foreign affiliate of an entity referred to in subparagraph (b)(i) or (ii), or

(ii) to avoid or minimize a liability under this Part that arose, or that would otherwise have arisen, because of the application of subsection (3) with respect to the particular entity; or

(d) a corporation in which the particular entity is a shareholder, if

(i) the corporation is on or before that time beneficially interested in a trust, and

(ii) the particular entity is a beneficiary under the trust solely because of the application of paragraph (b) of the definition “beneficiary” in this subsection to the particular entity in respect of the corporation.
“specified property”
« bien déterminé »

“specified property” means

(a) a share of the capital stock of a corporation;

(b) an interest as a beneficiary under a trust;

(c) an interest in a partnership;

(d) an interest in any other entity;

(e) a right (whether immediate or future, whether absolute or contingent or whether conditional on or subject to the exercise of any discretion by any entity) to acquire property described in any of paragraphs (a) to (d); and

(f) any other property deriving its value primarily from property described in any of paragraphs (a) to (e).
“specified share”
« action déterminée »

“specified share” means a share of the capital stock of a corporation other than a share that is prescribed for the purpose of paragraph 110(1)(d).
“specified time”
« moment déterminé »

“specified time”, in respect of a trust for a taxation year of the trust, means

(a) if the trust exists at the end of the taxation year, the time that is the end of that taxation year; and

(b) in any other case, the time in that taxation year that is immediately before the time at which the trust ceases to exist.
“successor beneficiary”
« bénéficiaire remplaçant »

“successor beneficiary”, at any time in respect of a trust, means an entity that is a beneficiary under the trust solely because of a right of the beneficiary to receive any of the trust’s income or capital, if under that right the entity may so receive that income or capital only on or after the death after that time of an individual who, at that time, is alive and

(a) is a contributor to the trust;

(b) is related to a contributor to the trust; or

(c) would have been related to a contributor to the trust if every individual who was alive before that time were alive at that time.
“trust”
« fiducie »

“trust” includes, for greater certainty, an estate.
94. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent article.
Définitions

« action déterminée » Action du capital-actions d’une société, à l’exception d’une action visée par règlement pour l’application de l’alinéa 110(1)d).
« action déterminée »
specified share

« apport » Est un apport fait à une fiducie par une entité donnée :
« apport »
contribution

a) le transfert ou prêt de bien (sauf un transfert sans lien de dépendance) effectué à la fiducie par l’entité donnée;

b) si un transfert ou prêt donné de bien (sauf un transfert sans lien de dépendance) est effectué par l’entité donnée dans le cadre d’une série d’opérations ou d’événements qui comporte un autre transfert ou prêt de bien (sauf un transfert sans lien de dépendance) à la fiducie par une autre entité, cet autre transfert ou prêt dans la mesure où il est raisonnable de considérer qu’il a été effectué relativement au transfert ou prêt donné;

c) si l’entité donnée contracte l’obligation d’effectuer un transfert ou prêt donné de bien (sauf un transfert ou prêt qui serait un transfert sans lien de dépendance s’il était effectué) dans le cadre d’une série d’opérations ou d’événements qui comporte un autre transfert ou prêt de bien (sauf un transfert sans lien de dépendance) à la fiducie par une autre entité, cet autre transfert ou prêt dans la mesure où il est raisonnable de considérer qu’il a été effectué relativement à l’obligation.

« bénéficiaire » Sont compris parmi les bénéficiaires d’une fiducie :
« bénéficiaire »
beneficiary

a) l’entité qui a un droit de bénéficiaire dans la fiducie;

b) l’entité qui aurait un droit de bénéficiaire dans la fiducie si, à la fois :

(i) la mention « personne » au paragraphe 248(25) valait mention de « entité, au sens du paragraphe 94(1), »,

(ii) au sous-alinéa 248(25)b)(ii) :

(A) la mention « tout arrangement la concernant » valait mention de « tout arrangement la concernant — étant entendu qu’un tel arrangement comprend les caractéristiques d’une action du capital-actions d’une société qui a un droit de bénéficiaire dans la fiducie ou tout arrangement relatif à une telle action — »,

(B) la mention « la personne ou société de personnes donnée pourrait » valait mention de « la personne ou société de personnes donnée devient, directement ou indirectement, en droit de recevoir une somme provenant, directement ou indirectement, du revenu ou du capital de la fiducie — ou pourrait ainsi devenir en droit de recevoir une telle somme en raison de l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire par une entité — ou pourrait ».

« bénéficiaire remplaçant » Est un bénéficiaire remplaçant d’une fiducie à un moment donné l’entité qui est bénéficiaire de la fiducie du seul fait qu’elle a le droit de recevoir tout ou partie du revenu ou du capital de la fiducie si, en vertu de ce droit, elle ne peut ainsi recevoir ce revenu ou ce capital qu’au décès ou après le décès, survenu après ce moment, d’un particulier qui, à ce moment, est vivant et, selon le cas :
« bénéficiaire remplaçant »
successor beneficiary

a) est un contribuant de la fiducie;

b) est lié à un tel contribuant;

c) aurait été lié à un tel contribuant si chaque particulier qui était vivant avant ce moment l’était à ce moment.

« bénéficiaire résidant » Est un bénéficiaire résidant d’une fiducie à un moment donné l’entité — à l’exception de celle qui, à ce moment, est un organisme de bienfaisance déterminé, ou un bénéficiaire remplaçant, relativement à la fiducie — qui est bénéficiaire de la fiducie à ce moment, si, à ce moment :
« bénéficiaire résidant »
resident beneficiary

a) d’une part, l’entité réside au Canada;

b) d’autre part, la fiducie compte un contribuant rattaché.

« bien déterminé »
« bien déterminé »
specified property

a) Action du capital-actions d’une société;

b) participation à titre de bénéficiaire d’une fiducie;

c) participation dans une société de personnes;

d) participation dans toute autre entité;

e) droit — immédiat ou futur, absolu ou conditionnel ou soumis ou non à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire par une entité — d’acquérir un bien visé à l’un des alinéas a) à d);

f) tout autre bien dont la valeur découle principalement d’un bien visé à l’un des alinéas a) à e).

« bien d’exception »
« bien d’exception »
restricted property

a) Action donnée du capital-actions d’une société à peu d’actionnaires, ou droit d’acquérir une telle action, si cette action ou ce droit, ou un bien auquel cette action ou ce droit a été substitué, a été acquis à l’occasion d’une opération ou d’une série d’opérations ou d’événements dans le cadre de laquelle, selon le cas :

(i) une action déterminée du capital-actions d’une société à peu d’actionnaires a été acquise par une entité en échange ou en contrepartie d’un bien ou à l’occasion de la conversion d’un bien,

(ii) une action (sauf une action déterminée) du capital-actions d’une société à peu d’actionnaires devient une action déterminée du capital-actions de celle-ci;

b) dette d’une autre entité, ou droit d’acquérir la dette d’une autre entité, si, à la fois :

(i) l’autre entité est une société à peu d’actionnaires,

(ii) la dette ou le droit, ou un bien auquel la dette ou le droit a été substitué, a été acquis à l’occasion d’une opération ou d’une série d’opérations ou d’événements dans le cadre de laquelle, selon le cas :

(A) une action déterminée du capital-actions d’une société à peu d’actionnaires a été acquise par une entité en échange ou en contrepartie d’un bien ou à l’occasion de la conversion d’un bien,

(B) une action (sauf une action déterminée) du capital-actions d’une société à peu d’actionnaires devient une action déterminée du capital-actions de celle-ci,

(iii) le montant de tout paiement découlant du droit — immédiat ou futur, absolu ou conditionnel ou soumis ou non à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire par une entité — de recevoir, de quelque manière que ce soit et d’une entité quelconque, des sommes au titre de la dette, ou la valeur d’un tel droit, est déterminé principalement, directement ou indirectement, d’après l’un ou plusieurs des critères ci-après relativement à un ou plusieurs biens de l’autre entité ou d’une entité avec laquelle celle-ci a un lien de dépendance :

(A) l’utilisation du bien, la production en provenant ou sa juste valeur marchande,

(B) les gains ou bénéfices provenant de la disposition du bien,

(C) le revenu, les bénéfices, les produits ou les flux de trésorerie découlant du bien,

(D) tout autre critère semblable aux critères mentionnés aux divisions (A) à (C);

c) bien dont la juste valeur marchande provient, en tout ou en partie, directement ou indirectement, d’une action donnée, d’une dette ou d’un droit visé aux alinéas a) ou b).

« bien exclu » Est un bien exclu à un moment donné le bien donné qui est détenu, prêté ou transféré, selon le cas, à ce moment par une entité donnée et à l’égard duquel les conditions suivantes sont réunies à ce moment :
« bien exclu »
excluded property

a) le bien donné est, à ce moment :

(i) une action du capital-actions de la société,

(ii) une participation fixe désignée dans la fiducie,

(iii) une participation, à titre d’associé de la société de personnes, aux termes de laquelle la responsabilité de l’associé à ce titre est limitée par la loi qui régit le contrat de société;

b) au moins 150 personnes détiennent chacune, à ce moment, des biens qui, à ce moment :

(i) d’une part, sont identiques au bien donné,

(ii) d’autre part, ont une juste valeur marchande totale d’au moins 500 $;

c) le total des sommes représentant chacune la juste valeur marchande, à ce moment, du bien donné (ou d’un bien identique détenu, à ce moment, par l’entité donnée ou par une entité avec laquelle celle-ci a un lien de dépendance) n’excède pas 10 % du total des sommes représentant chacune la juste valeur marchande, à ce moment, du bien donné ou d’un bien identique détenu par une entité quelconque;

d) des biens qui sont identiques au bien donné peuvent normalement être acquis et vendus par le public sur le marché libre;

e) le bien donné, ou un bien identique, est inscrit à la cote d’une bourse de valeurs visée par règlement.

« contribuable exempté » Est un contribuable exempté pour une année d’imposition :
« contribuable exempté »
exempt taxpayer

a) la personne dont le revenu imposable pour l’année est exempté de l’impôt prévu à la présente partie par l’effet du paragraphe 149(1), sauf ses alinéas q.1), t) et z);

b) la fiducie admissible qui réside au Canada à la fin de l’année et dans le cadre de laquelle, à la fois :

(i) les seuls bénéficiaires qui, pour une raison quelconque, sont en mesure de recevoir à tout moment, directement de la fiducie, tout ou partie du revenu ou du capital de celle-ci, sont des personnes qui sont des investisseurs admissibles relativement à la fiducie,

(ii) chacun de ces bénéficiaires à tout moment de l’année est une personne dont le revenu imposable, pour la période qui comprend tous ces moments de l’année, est exempté de l’impôt prévu à la présente partie par l’effet du paragraphe 149(1), sauf ses alinéas q.1), t) et z).

« contribuant » En ce qui concerne une fiducie à un moment donné, entité — y compris celle qui a cessé d’exister — qui a fait un apport à la fiducie au plus tard à ce moment.
« contribuant »
contributor

« contribuant déterminé » En ce qui concerne une fiducie à un moment donné de l’année d’imposition d’une entité donnée, cette entité, à l’égard de laquelle les conditions suivantes sont réunies :
« contribuant déterminé »
specified contributor

a) elle est à la fois contribuant et bénéficiaire (déterminé, à la présente définition, sauf à sa division d)(ii)(B), compte non tenu du paragraphe 248(25)) de la fiducie à ce moment;

b) à tous moments, après le 16 février 1999 et jusqu’au moment donné inclusivement, où elle est bénéficiaire de la fiducie, sa participation à titre de bénéficiaire de la fiducie est une participation fixe désignée dans celle-ci ou l’aurait été si la définition de « participation fixe désignée » s’était appliquée à ces moments;

c) il est raisonnable de conclure, selon le cas :

(i) qu’elle n’a effectué d’apport de biens d’exception à la fiducie à aucun moment après le 16 février 1999 et jusqu’au moment donné inclusivement,

(ii) qu’aucune autre entité n’a effectué d’apport de biens d’exception à la fiducie à un moment après le 16 février 1999 et jusqu’au moment donné inclusivement alors que cette autre entité avait un lien de dépendance avec l’entité donnée;

d) si elle est bénéficiaire de la fiducie à tout moment après le 16 février 1999 et jusqu’au moment donné inclusivement, à la fois :

(i) selon le cas :

(A) un formulaire prescrit a été présenté au ministre par elle, ou pour son compte, au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour l’année d’imposition en cause ou à toute date postérieure que le ministre estime acceptable,

(B) un formulaire prescrit et une copie des modalités de la fiducie qui s’appliquent au moment donné ont été présentés au ministre par la fiducie, ou pour son compte, au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend le moment donné ou à toute date postérieure que le ministre estime acceptable,

(ii) sauf si elle est un contribuable exempté pour l’année d’imposition relativement à chaque apport qu’elle fait à la fiducie après le 16 février 1999 et au plus tard au moment donné, il est raisonnable de conclure ce qui suit :

(A) aucune contrepartie n’a été reçue, à l’exception d’un bien reçu par l’entité donnée qui représente sa participation à titre de bénéficiaire de la fiducie,

(B) aucune des raisons de l’apport (déterminées d’après les circonstances l’entourant, y compris les modalités de la fiducie, une intention quelconque, les lois d’un pays ou l’existence d’un accord, d’un mémoire, d’une lettre de souhaits ou d’un autre arrangement) ne consistent à permettre l’acquisition par une entité (sauf l’entité donnée), à un moment quelconque, d’un droit — immédiat ou futur, absolu ou conditionnel ou soumis ou non à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire par une entité — à titre de bénéficiaire de la fiducie (sauf s’il s’agit de l’acquisition, par une telle entité, de la participation de l’entité donnée à titre de bénéficiaire de la fiducie qui a été acquise en raison de l’apport) de recevoir directement de celle-ci, à un moment quelconque, tout ou partie de son revenu ou capital,

(C) la juste valeur marchande de l’apport correspond à celle, déterminée au moment de l’apport, de la participation de l’entité donnée à titre de bénéficiaire de la fiducie, acquise par suite de l’apport.

« contribuant indirect » En ce qui concerne une fiducie à un moment quelconque, entité donnée qui remplit les conditions suivantes :
« contribuant indirect »
indirect contributor

a) elle est un contribuant de la fiducie à ce moment, mais ne le serait pas si le présent article s’appliquait compte non tenu des alinéas b) et c) de la définition de « apport » au présent paragraphe ni des alinéas (2)l), n) et o);

b) elle n’a, à ce moment, aucun droit — immédiat ou futur, absolu ou conditionnel ou soumis ou non à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire par une entité — de recevoir directement de la fiducie tout ou partie du revenu ou du capital de celle-ci;

c) au plus tard à ce moment, elle a fait un apport à la fiducie en raison, selon le cas :

(i) d’un transfert de bien effectué à la fiducie par une autre entité qui est, à ce moment, un investisseur admissible relativement à la fiducie, dans le cas où l’entité donnée ne serait pas un contribuant de la fiducie à ce moment en raison du transfert si le présent article s’appliquait compte non tenu des alinéas b) et c) de la définition de « apport » ni de l’alinéa (2)l),

(ii) d’un transfert de bien effectué à la fiducie par une autre entité en échange d’un bien acquis de la fiducie, si l’acquisition était un transfert visé au sous-alinéa (2)g)(ii), ou d’un apport à la fiducie qui est réputé, en vertu de l’alinéa (2)q), avoir été effectué par une autre entité en raison de l’acquisition, par celle-ci, d’une participation fixe désignée dans la fiducie, dans le cas où, à la fois :

(A) l’entité donnée ne serait pas un contribuant de la fiducie à ce moment si le présent article s’appliquait compte non tenu des alinéas b) et c) de la définition de « apport » au présent paragraphe ni des alinéas (2)n) et o),

(B) par suite du transfert ou de l’apport qu’elle a effectué, l’autre entité a acquis une participation fixe désignée dans la fiducie,

(C) l’autre entité est, à ce moment, un investisseur admissible de la fiducie.

« contribuant rattaché » En ce qui concerne une fiducie à un moment donné, entité — y compris celle qui a cessé d’exister — qui est un contribuant de la fiducie à ce moment. Ne sont pas des contribuants rattachés :
« contribuant rattaché »
connected contributor

a) le particulier — à l’exception d’une fiducie et du particulier qui, avant ce moment, n’a jamais été un non-résident — qui, à ce moment ou antérieurement, avait résidé au Canada pendant une ou des périodes n’excédant pas, au total, 60 mois;

b) l’entité dont l’ensemble des apports à la fiducie faits à ce moment ou antérieurement ont été faits à un moment de non-résidence de l’entité.

« contribuant résidant » En ce qui concerne une fiducie donnée à un moment quelconque, entité qui, à ce moment, est à la fois résident du Canada et contribuant de la fiducie. Ne sont pas des contribuants résidants :
« contribuant résidant »
resident contributor

a) le particulier — à l’exception d’une fiducie et du particulier qui, avant ce moment, n’a jamais été un non-résident — qui, à ce moment, n’avait pas résidé au Canada pendant une ou des périodes totalisant plus de 60 mois;

b) tout particulier, à l’exception d’une fiducie, si, à la fois :

(i) la fiducie donnée est une fiducie non testamentaire établie avant 1960 par une personne qui était un non-résident au moment de l’établissement de la fiducie,

(ii) le particulier n’a pas fait d’apport à la fiducie donnée après 1959.

« entité » S’entend notamment d’une association, d’une coentreprise, d’une fiducie, d’un fonds, d’une organisation, d’une personne physique, d’une société, d’une société de personnes et d’un syndicat financier.
« entité »
entity

« fiducie » Il est entendu que les successions sont comprises parmi les fiducies.
« fiducie »
trust

« fiducie admissible » À un moment donné, fiducie autre que les suivantes :
« fiducie admissible »
eligible trust

a) la fiducie établie ou administrée à des fins de bienfaisance;

b) la fiducie régie par un régime de prestations aux employés;

c) la fiducie visée à l’alinéa a.1) de la définition de « fiducie » au paragraphe 108(1);

d) la fiducie régie par une entente d’échelonnement du traitement;

e) la fiducie administrée pour assurer ou verser des prestations de retraite ou de pension ou des prestations à des employés;

f) la fiducie dans le cadre de laquelle le montant de revenu ou de capital que toute entité peut recevoir à tout moment, directement de la fiducie, à titre de bénéficiaire de celle-ci dépend de l’exercice ou du non-exercice par une entité d’un pouvoir discrétionnaire;

g) la fiducie qui a fait, dans un document présenté au ministre au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition donnée qui comprend le moment donné ou pour une année d’imposition antérieure s’étant terminée avant ce moment, le choix de ne pas se prévaloir de la définition de « fiducie étrangère exempte » au présent paragraphe pour l’année donnée ou pour cette année antérieure, selon le cas, et pour l’ensemble de ses années d’imposition postérieures.

« fiducie étrangère exempte » Est une fiducie étrangère exempte à un moment donné :
« fiducie étrangère exempte »
exempt foreign trust

a) la fiducie non-résidente à l’égard de laquelle les conditions suivantes sont réunies :

(i) chacun de ses bénéficiaires au moment donné est :

(A) soit un particulier qui, au moment de l’établissement de la fiducie, était, en raison d’une déficience mentale ou physique, à la charge d’un particulier qui est contribuant de la fiducie ou d’un particulier lié à celui-ci (ce bénéficiaire étant appelé « bénéficiaire ayant une déficience » au présent alinéa),

(B) soit une personne qui a le droit, mais seulement après le moment donné, de recevoir tout ou partie du revenu ou du capital de la fiducie ou d’en obtenir autrement l’usage,

(ii) au moins un des bénéficiaires ayant une déficience a, au moment donné, une déficience mentale ou physique qui fait de lui une personne à charge,

(iii) chaque bénéficiaire ayant une déficience est un non-résident à tout moment où il est bénéficiaire de la fiducie au cours de l’année d’imposition de celle-ci qui comprend le moment donné,

(iv) il est raisonnable de considérer que chaque apport fait à la fiducie au moment donné ou antérieurement a été fait, au moment où il a été fait, pour subvenir aux besoins d’un bénéficiaire ayant une déficience, pendant la durée prévue de sa déficience;

b) la fiducie non-résidente à l’égard de laquelle les conditions suivantes sont réunies :

(i) elle a été établie par suite de l’échec du mariage ou de l’union de fait de deux particuliers pour subvenir aux besoins d’un bénéficiaire de la fiducie qui, pendant la durée de ce mariage ou de cette union, était l’enfant de ces deux particuliers (ce bénéficiaire étant appelé « enfant bénéficiaire » au présent alinéa),

(ii) chacun de ses bénéficiaires au moment donné est :

(A) soit un enfant bénéficiaire âgé de moins de 21 ans,

(B) soit un enfant bénéficiaire âgé de moins de 31 ans qui, au cours de l’année d’imposition de la fiducie qui comprend ce moment, est inscrit à un établissement d’enseignement visé aux divisions (v)(A) ou (B),

(C) soit une personne qui a le droit, mais seulement après ce moment, de recevoir tout ou partie du revenu ou du capital de la fiducie ou d’en obtenir autrement l’usage,

(iii) chaque enfant bénéficiaire est un non-résident à tout moment où il est bénéficiaire de la fiducie au cours de l’année d’imposition de celle-ci qui comprend le moment donné,

(iv) chaque contribuant de la fiducie au moment donné est un des particuliers en cause ou est lié à l’un d’eux,

(v) chaque apport fait à la fiducie, au moment où il a été fait, l’a été pour subvenir aux besoins d’un enfant bénéficiaire pendant qu’il était soit âgé de moins de 21 ans, soit âgé de moins de 31 ans et inscrit à un établissement d’enseignement à l’étranger qui est :

(A) soit un établissement d’enseignement — université, collège ou autre — offrant des cours de niveau postsecondaire,

(B) soit un établissement d’enseignement offrant des cours visant à donner ou accroître la compétence nécessaire à l’exercice d’une activité professionnelle;

c) la fiducie non-résidente qui, selon le cas :

(i) au moment donné, est une institution reliée à l’Organisation des Nations Unies,

(ii) à ce moment, est propriétaire et administratrice d’une université visée à l’alinéa f) de la définition de « total des dons de bienfaisance » au paragraphe 118.1(1),

(iii) au cours de l’année d’imposition de la fiducie qui comprend ce moment ou de l’année civile précédente, a reçu un don de la part de Sa Majesté du chef du Canada;

d) la fiducie non-résidente à l’égard de laquelle les conditions suivantes sont réunies :

(i) tout au long de la période donnée ayant commencé au moment de son établissement et se terminant au moment donné, elle serait un non-résident s’il n’était pas tenu compte du paragraphe (1), dans sa version applicable aux années d’imposition comprenant le 31 décembre 2000,

(ii) elle a été établie exclusivement à des fins de bienfaisance et a été administrée exclusivement à ces fins tout au long de la période donnée,

(iii) si le moment donné suit de plus de 24 mois la date de son établissement, il existe, à ce moment, un groupe d’au moins 20 personnes — autres que des fiducies — dont chacune répond aux conditions suivantes à ce moment :

(A) elle est un contribuant de la fiducie,

(B) elle existe,

(C) elle n’a de lien de dépendance avec aucun des autres membres du groupe,

(iv) son revenu, déterminé conformément aux lois visées au sous-alinéa (v), pour chacune de ses années d’imposition se terminant au plus tard au moment donné, serait assujetti à l’impôt sur le revenu ou sur les bénéfices dans le pays où elle résidait au cours de chacune de ces années s’il n’était pas distribué et si les lois en cause ne s’appliquaient pas,

(v) pour chacune de ses années d’imposition se terminant au plus tard au moment donné, les lois du pays où elle résidait avaient pour effet de l’exempter du paiement de tout impôt sur le revenu ou sur les bénéfices au gouvernement de ce pays en reconnaissance des fins de bienfaisance auxquelles elle est administrée;

e) la fiducie non-résidente qui, tout au long de son année d’imposition qui comprend le moment donné, est régie par un régime de participation des employés aux bénéfices, une convention de retraite ou un mécanisme de retraite étranger;

f) la fiducie non-résidente à l’égard de laquelle les conditions suivantes sont réunies :

(i) tout au long de la période donnée ayant commencé au moment de son établissement et se terminant au moment donné, elle a été administrée exclusivement pour assurer ou verser des prestations à des employés,

(ii) tout au long de son année d’imposition qui comprend le moment donné, à la fois :

(A) elle est une fiducie régie par un régime de prestations aux employés ou une fiducie visée à l’alinéa a.1) de la définition de « fiducie » au paragraphe 108(1),

(B) elle est administrée au profit de personnes physiques dont la majorité sont des non-résidents,

(C) si le moment donné est postérieur à 2006, elle ne détient aucun bien d’exception,

(iii) si le moment donné est postérieur au 8 novembre 2006 et antérieur à 2007, tout au long de son année d’imposition qui comprend ce moment, elle ne détient à titre de biens d’exception que des biens qu’elle détenait à ce titre le 8 novembre 2006,

(iv) tout au long de son année d’imposition qui comprend le moment donné, les seules prestations prévues par la fiducie sont celles relatives à des services admissibles;

g) la fiducie non-résidente (sauf une fiducie visée par règlement ou une fiducie visée à l’alinéa a.1) de la définition de « fiducie » au paragraphe 108(1)) qui, tout au long de la période donnée ayant commencé au moment de son établissement et se terminant au moment donné, répond aux conditions suivantes :

(i) elle a résidé dans un pays étranger dont les lois prévoient ce qui suit tout au long de la période donnée :

(A) un impôt sur le revenu ou sur les bénéfices,

(B) une disposition ayant pour effet de l’exempter du paiement de cet impôt au gouvernement de ce pays en reconnaissance des fins auxquelles elle est administrée,

(ii) elle a été administrée exclusivement pour assurer ou verser des prestations de retraite ou de pension se rapportant principalement à des services rendus dans le pays en cause par des personnes physiques qui étaient des non-résidents au moment où les services ont été rendus;

h) la fiducie non-résidente qui, au moment donné, est une fiducie admissible dans le cadre de laquelle, à la fois :

(i) les seuls bénéficiaires qui, pour une raison quelconque, sont en mesure de recevoir au moment donné ou par la suite, directement de la fiducie, tout ou partie du revenu ou du capital de celle-ci sont des entités qui, au moment donné, sont des investisseurs admissibles relativement à la fiducie,

(ii) selon le cas :

(A) les conditions suivantes sont réunies :

(I) il existe au moins 150 investisseurs admissibles relativement à la fiducie dont chacun détient, dans celle-ci, des participations fixes désignées ayant une juste valeur marchande, au moment donné, d’au moins 500 $,

(II) si la juste valeur marchande totale, au moment donné, des participations d’une catégorie de participations fixes désignées dans la fiducie, détenues par un contribuant résidant de la fiducie ou par une autre entité avec laquelle celui-ci a un lien de dépendance, représente plus de 10 % de la juste valeur marchande totale des participations de cette catégorie, il est raisonnable de conclure (d’après les circonstances, y compris les modalités de la fiducie, une intention quelconque, les lois d’un pays ou l’existence d’un accord, d’un mémoire, d’une lettre de souhaits ou d’un autre arrangement) que :

1. dans le cas où le contribuant résidant est un contribuant indirect de la fiducie au moment donné, chacune des autres entités — ayant un lien de dépendance avec le contribuant résidant et étant, à ce moment, un investisseur admissible relativement à la fiducie et désigné comme tel lorsqu’il s’agit d’appliquer l’alinéa c) de la définition de « contribuant indirect » au présent paragraphe pour établir si le contribuant résidant est un contribuant indirect de la fiducie — est un contribuant déterminé de la fiducie à ce moment,

2. dans les autres cas, le contribuant résidant est un contribuant déterminé de la fiducie au moment donné,

(B) les conditions suivantes sont réunies :

(I) un formulaire prescrit et une copie des modalités de la fiducie qui s’appliquent au moment donné ont été présentés au ministre par la fiducie, ou pour son compte, au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend le moment donné ou à toute date postérieure que le ministre estime acceptable,

(II) il est raisonnable de conclure (d’après les circonstances, y compris les modalités de la fiducie, une intention quelconque, les lois d’un pays ou l’existence d’un accord, d’un mémoire, d’une lettre de souhaits ou d’un autre arrangement) que chaque contribuant résidant, à l’exception d’un contribuant indirect, de la fiducie au moment donné est un contribuant déterminé de celle-ci à ce moment,

(III) si le moment donné est postérieur au 8 novembre 2006 et antérieur à 2007, tout au long de son année d’imposition qui comprend le moment donné, la fiducie ne détient à titre de biens d’exception que des biens qu’elle détenait à ce titre le 8 novembre 2006,

(IV) si le moment donné est postérieur à 2006, la fiducie ne détient de biens d’exception à aucun moment de son année d’imposition qui comprend le moment donné;

i) la fiducie qui, au moment donné, est visée par règlement ou fait partie d’une catégorie de fiducies visée par règlement.

« investisseur admissible » En ce qui concerne une fiducie à un moment donné, entité qui remplit les conditions suivantes :
« investisseur admissible »
qualifying investor

a) elle compte parmi les bénéficiaires (déterminés, à la présente définition, compte non tenu du paragraphe 248(25)) de la fiducie au moment donné;

b) ses seules participations à titre de bénéficiaire de la fiducie sont, à tout moment où les participations existent au cours de l’année d’imposition de la fiducie qui comprend le moment donné, des participations fixes désignées dans la fiducie.

« moment de non-résidence » Est un moment de non-résidence d’une entité relativement à un moment donné et à un apport fait à une fiducie le moment (appelé « moment de l’apport » à la présente définition), antérieur au moment donné, où l’entité a fait un apport à une fiducie et était un non-résident, à condition qu’elle ait été un non-résident, ou n’ait pas existé, tout au long de la période ayant commencé soit 60 mois avant le moment de l’apport, soit, si l’entité est un particulier et que la fiducie a commencé à exister au décès du particulier et par suite de ce décès, 18 mois avant ce moment, et se terminant au premier en date des moments suivants :
« moment de non-résidence »
non-resident time

a) le moment qui suit de 60 mois le moment de l’apport;

b) si l’entité est un particulier, la date de son décès;

c) le moment donné.

« moment déterminé » En ce qui concerne une fiducie pour son année d’imposition, l’un des moments suivants :
« moment déterminé »
specified time

a) si la fiducie existe à la fin de l’année, la fin de cette année;

b) dans les autres cas, le moment de l’année qui précède immédiatement le moment où la fiducie cesse d’exister.

« organisme de bienfaisance déterminé » En ce qui concerne une fiducie à un moment donné, personne (appelée « organisme de bienfaisance » à la présente définition) qui, à ce moment, est visée à l’un des alinéas a) à e) et g.1) de la définition de « total des dons de bienfaisance » au paragraphe 118.1(1), à l’exclusion :
« organisme de bienfaisance déterminé »
specified charity

a) d’un organisme de bienfaisance qui, à ce moment, a un lien de dépendance avec une entité déterminée relativement à la fiducie;

b) d’un organisme de bienfaisance qui, à un moment antérieur déterminé, avait un lien de dépendance avec une entité déterminée relativement à la fiducie.

Pour l’application de la présente définition :

c) « moment antérieur déterminé » s’entend, relativement à un organisme de bienfaisance, du moment, antérieur au moment donné, où, selon le cas :

(i) une somme était à payer à l’organisme à titre de bénéficiaire de la fiducie,

(ii) l’organisme a reçu une somme à l’occasion de la disposition de la totalité ou d’une partie de sa participation à titre de bénéficiaire de la fiducie,

(iii) l’organisme a reçu un avantage de la fiducie ou en a joui;

d) « entité déterminée » s’entend, relativement à une fiducie à un moment quelconque :

(i) d’une entité qui est, à ce moment, selon le cas :

(A) un bénéficiaire de la fiducie,

(B) un contribuant de la fiducie,

(C) une personne liée à un contribuant de la fiducie,

(D) un fiduciaire de la fiducie,

(E) une entité dont il est raisonnable de considérer qu’elle exerce une influence sur les activités de la fiducie ou l’application de ses modalités,

(F) une entité dont il est raisonnable de considérer qu’elle exerce une influence sur la sélection ou la nomination de toute entité visée aux divisions (A), (D) ou (E),

(ii) d’un groupe d’entités dont au moins une est visée au sous-alinéa (i).

« participation fixe désignée » Est une participation fixe désignée d’une entité dans une fiducie à un moment donné la participation de l’entité à titre de bénéficiaire de la fiducie si, à la fois :
« participation fixe désignée »
specified fixed interest

a) la participation comprend, à ce moment, des droits de l’entité, à titre de bénéficiaire de la fiducie, de recevoir, à ce moment ou par la suite et directement de la fiducie, tout ou partie du revenu et du capital de celle-ci;

b) la participation a été émise par la fiducie à une entité, à ce moment ou antérieurement, dans les circonstances visées au sous-alinéa (2)g)(ii);

c) la seule façon qu’une partie quelconque de la participation peut cesser d’appartenir à l’entité est par suite de son transfert (déterminé comme si le paragraphe (2) s’appliquait compte tenu seulement de ses divisions m)(ii)(B) et (D)) par l’entité, lequel transfert constitue une disposition (déterminée compte non tenu de l’alinéa i) de la définition de « disposition » au paragraphe 248(1) ni de l’alinéa 248(8)c)) par l’entité de la partie en cause;

d) aucun montant de revenu ou de capital de la fiducie qu’une entité quelconque peut recevoir à un moment quelconque, directement de la fiducie, à titre de bénéficiaire de celle-ci, ne dépend de l’exercice ou du non-exercice par une entité d’un pouvoir discrétionnaire.

« promoteur » Est le promoteur d’une fiducie à un moment quelconque l’entité qui procède, à ce moment ou antérieurement, à l’établissement, à l’organisation ou à une réorganisation importante des activités de la fiducie.
« promoteur »
promoter

« service exempté » Service rendu à un moment quelconque par une entité (appelée « fournisseur » à la présente définition) à ou pour une autre entité (appelée « destinataire » à la présente définition), ou pour son compte, si, selon le cas :
« service exempté »
exempt service

a) le destinataire est une fiducie à ce moment et le service a trait à son administration;

b) les conditions ci-après sont réunies relativement au service :

(i) le service est rendu par le fournisseur en sa qualité, à ce moment, d’employé ou de mandataire du destinataire,

(ii) en échange du service, le destinataire transfère ou prête un bien, ou contracte une obligation en ce sens,

(iii) il est raisonnable de conclure :

(A) d’une part, eu égard seulement au service et à l’échange, que le fournisseur serait disposé à exécuter le service en l’absence de lien de dépendance avec le destinataire,

(B) d’autre part, que les modalités du service, et les circonstances dans lesquelles il est fourni, seraient acceptables pour le fournisseur en l’absence de lien de dépendance avec le destinataire.

« services admissibles »
« services admissibles »
qualifying services

a) Les services rendus à un employeur par son employé qui était un non-résident tout au long de la période où il a rendu les services;

b) les services rendus à un employeur par son employé, à l’exception :

(i) des services rendus principalement au Canada,

(ii) des services rendus principalement dans le cadre d’une entreprise exploitée par l’employeur au Canada,

(iii) d’un cumul des services visés aux sous-alinéas (i) et (ii);

c) les services rendus à un employeur par son employé au cours d’un mois civil donné, si, à la fois :

(i) l’employé a résidé au Canada pendant au plus 60 mois de la période de 72 mois se terminant à la fin du mois donné,

(ii) l’employé est devenu participant ou bénéficiaire du régime ou de la fiducie dans le cadre duquel des prestations au titre des services peuvent être servies (ou d’un régime ou d’une fiducie semblable auquel le régime ou la fiducie en cause a été substitué) avant la fin du mois civil suivant celui au cours duquel il a commencé à résider au Canada;

d) tout cumul de services qui sont des services admissibles compte non tenu du présent alinéa.

« société à peu d’actionnaires » Est, à un moment donné, une société à peu d’actionnaires toute société autre que celle à l’égard de laquelle les conditions suivantes sont réunies :
« société à peu d’actionnaires »
closely-held corporation

a) au moins une catégorie d’actions de son capital-actions comprend des actions visées par règlement pour l’application de l’alinéa 110(1)d);

b) en ce qui concerne chaque catégorie d’actions visée à l’alinéa a), il est raisonnable de conclure que, à ce moment, des actions de la catégorie sont détenues par au moins 150 entités dont chacune détient des actions de cette catégorie ayant une juste valeur marchande totale d’au moins 500 $;

c) il est raisonnable de conclure que, à ce moment, nulle entité, seule ou avec d’autres entités avec lesquelles elle a un lien de dépendance, ne détient des actions du capital-actions de la société qui, selon le cas :

(i) lui conféreraient, à elle seule ou avec les autres entités en cause, au moins 10 % des voix pouvant être exprimées en toutes circonstances à l’assemblée annuelle des actionnaires de la société, si cette assemblée avait lieu à ce moment,

(ii) ont une juste valeur marchande égale à au moins 10 % de celle de l’ensemble des actions émises et en circulation de la société.

« société étrangère affiliée contrôlée déterminée » Est la société étrangère affiliée contrôlée déterminée d’une entité donnée à un moment quelconque l’entité qui, à ce moment, serait une société étrangère affiliée contrôlée de l’entité donnée si celle-ci résidait au Canada à ce moment.
« société étrangère affiliée contrôlée déterminée »
specified controlled foreign affiliate

« somme exclue » Est une somme exclue pour l’année d’imposition d’une fiducie la somme qui, selon le cas :
« somme exclue »
exempt amount

a) est versée ou créditée (s’entendant, à la présente définition, au sens de la partie XIII) par la fiducie avant 2004;

b) est versée ou créditée par la fiducie et visée à l’alinéa 104(7.01)b) relativement à celle-ci pour l’année;

c) est versée au cours de l’année (ou dans les 60 jours suivant la fin de cette année) par la fiducie directement à l’un de ses bénéficiaires (déterminés compte non tenu du paragraphe 248(25)), si, à la fois :

(i) le bénéficiaire est une personne physique dont aucune des participations à titre de bénéficiaire de la fiducie n’a été acquise moyennant contrepartie,

(ii) la somme est visée au sous-alinéa 212(1)c)(i) et n’est pas incluse dans le calcul d’une somme exclue pour une autre année d’imposition de la fiducie,

(iii) la fiducie a été établie avant le 30 octobre 2003,

(iv) aucun apport n’a été fait à la fiducie après le 17 juillet 2005.

« tiers déterminé » En ce qui concerne une entité donnée à un moment quelconque, entité qui est, à ce moment :
« tiers déterminé »
specified party

a) l’époux ou le conjoint de fait de l’entité donnée;

b) la société étrangère affiliée contrôlée déterminée :

(i) soit de l’entité donnée,

(ii) soit, si l’entité donnée est un particulier, de son époux ou conjoint de fait;

c) une entité à l’égard de laquelle il est raisonnable de conclure que l’avantage visé au sous-alinéa (8)a)(iii) a été conféré :

(i) soit du fait que l’entité deviendra, après ce moment, une société étrangère affiliée contrôlée déterminée d’une entité visée aux sous-alinéas b)(i) ou (ii),

(ii) soit afin de permettre que soit évitée ou minimisée une obligation prévue par la présente partie qui découle, ou aurait découlé par ailleurs, de l’application du paragraphe (3) à l’entité donnée;

d) une société dont l’entité donnée est un actionnaire, si, à la fois :

(i) la société a un droit de bénéficiaire dans une fiducie à ce moment ou avait un tel droit avant ce moment,

(ii) l’entité donnée est bénéficiaire de la fiducie du seul fait que l’alinéa b) de la définition de « bénéficiaire » au présent paragraphe s’applique à elle relativement à la société.

« transfert sans lien de dépendance » Transfert ou prêt (appelés « transfert » à la présente définition) d’un bien, sauf un bien d’exception, effectué à un moment donné (appelé « moment du transfert » à la présente définition) par une entité (appelée « cédant » à la présente définition) à une autre entité (appelée « destinataire » à la présente définition), si, à la fois :
« transfert sans lien de dépendance »
arm’s length transfer

a) il est raisonnable de conclure qu’aucune des raisons du transfert (déterminées d’après les circonstances l’entourant, y compris les modalités d’une fiducie, une intention quelconque, les lois d’un pays ou l’existence d’un accord, d’un mémoire, d’une lettre de souhaits ou d’un autre arrangement) ne consistent à permettre l’acquisition par une entité, à un moment quelconque, d’une participation à titre de bénéficiaire d’une fiducie non-résidente;

b) le transfert, selon le cas :

(i) constitue un paiement d’intérêts, de dividende, de loyer, de redevance ou d’autre rendement sur placement, ou un paiement se substituant à un tel rendement, relatif à un bien donné détenu par le destinataire, si, à la fois :

(A) le transfert ou bien n’est pas visé à l’alinéa (2)g), ou bien est visé à cet alinéa et constitue une acquisition par le destinataire d’une des valeurs suivantes :

(I) une unité d’une fiducie de fonds commun de placement ou d’une fiducie qui serait une telle fiducie s’il n’était pas tenu compte de l’alinéa 4801b) du Règlement de l’impôt sur le revenu,

(II) une action du capital-actions d’une société de placement à capital variable,

(III) une action donnée du capital-actions d’une société, sauf une société à peu d’actionnaires, qui est identique à une action qui, au moment du transfert, fait partie d’une catégorie inscrite à la cote d’une bourse de valeurs visée par règlement,

(B) la juste valeur marchande du bien au moment du transfert n’excède pas la somme que le cédant aurait transférée au destinataire à ce moment au titre du bien en l’absence de lien de dépendance avec lui,

(ii) constitue un paiement effectué par une société à l’occasion d’une réduction du capital versé au titre des actions d’une catégorie de son capital-actions détenues par le destinataire, si, à la fois :

(A) le transfert n’est pas visé à l’alinéa (2)g),

(B) le montant du paiement n’excède pas le montant de la réduction ou, si elle est moins élevée, la contrepartie de l’émission des actions,

(iii) constitue un remboursement de tout ou partie d’un don que le destinataire a fait au cédant, si le destinataire est une fiducie et que le cédant est, au moment du transfert, un organisme de bienfaisance déterminé relativement au destinataire,

(iv) est un transfert, à la fois :

(A) en échange duquel le destinataire transfère ou prête un bien, sauf un bien d’exception, au cédant ou contracte l’obligation de lui transférer ou de lui prêter un tel bien,

(B) à l’égard duquel il est raisonnable de conclure :

(I) d’une part, eu égard seulement au transfert et à l’échange, que le cédant aurait été disposé à effectuer le transfert en l’absence de lien de dépendance avec le destinataire,

(II) d’autre part, que les modalités du transfert, et les circonstances dans lesquelles il a été effectué, auraient été acceptables pour le cédant en l’absence de lien de dépendance avec le destinataire,

(v) est effectué en règlement d’une obligation découlant d’un transfert auquel le sous-alinéa (iv) s’est appliqué, dans le cas où, à la fois :

(A) le transfert n’est pas visé à l’alinéa (2)g),

(B) le cédant aurait été disposé à effectuer le transfert en l’absence de lien de dépendance avec le destinataire,

(C) les modalités du transfert, et les circonstances dans lesquelles il a été effectué, auraient été acceptables pour le cédant en l’absence de lien de dépendance avec le destinataire,

(vi) s’il n’est pas visé à l’alinéa (2)g), constitue le paiement d’une somme dont le cédant est débiteur aux termes d’un accord écrit dont les modalités, au moment où elles ont été établies, étaient telles que, eu égard seulement à la somme et à l’accord, des personnes sans lien de dépendance entre elles les auraient conclues,

(vii) constitue un paiement effectué avant 2002 à une fiducie, à une société qu’elle contrôle ou à une société de personnes dont elle est un associé détenant une participation majoritaire, en remboursement d’un prêt consenti au cédant par la fiducie, par la société ou par la société de personnes, ou relativement à un tel prêt,

(viii) constitue un paiement effectué après 2001 à une fiducie, à une société qu’elle contrôle ou à une société de personnes dont elle est un associé détenant une participation majoritaire, en remboursement d’un prêt consenti au cédant par la fiducie, par la société ou par la société de personnes, ou relativement à un tel prêt, et, selon le cas :

(A) les parties auraient été disposées à conclure le prêt en l’absence de lien de dépendance entre elles, et le paiement n’est pas un transfert visé à l’alinéa (2)g),

(B) le paiement est effectué avant 2005 conformément à des modalités de remboursement fixes conclues avant le 23 juin 2000.

Rules of application

(2) In this section,

(a) an entity is deemed to have transferred, at any time, a property to a trust if

(i) at that time it transfers or loans property (other than by way of an arm’s length transfer or a transfer or loan to which paragraph (c) applies) to another entity, and

(ii) because of that transfer or loan

(A) the fair market value of one or more properties held by the trust increases at that time, or

(B) a liability or potential liability of the trust decreases at that time;

(b) the fair market value at any time of a property deemed by paragraph (a) to be transferred at that time is deemed to be the amount of the absolute value of the increase or decrease, as the case may be, referred to in subparagraph (a)(ii) in respect of the property;

(c) an entity is deemed to have transferred, at any time, a property to a trust if

(i) at that time it transfers or loans property (other than by way of an arm’s length transfer) to another entity, and

(ii) at or after that time, the trust holds property the fair market value of which is derived in whole or in part, directly or indirectly, from property held by the other entity;

(d) the fair market value at any time of a property deemed by paragraph (c) to be transferred at that time is deemed to be the fair market value of the property referred to in subparagraph (c)(i);

(e) if, at any time, a particular entity has given a guarantee on behalf of, or has provided any other financial assistance to, another entity,

(i) the particular entity is deemed to have transferred, at that time, property to that other entity, and

(ii) the property, if any, transferred to the particular entity from the other entity in exchange for the guarantee or other financial assistance is deemed to have been transferred to the particular entity in exchange for the property deemed by subparagraph (i) to have been transferred;

(f) if, at any time after June 22, 2000, a particular entity renders any service (other than an exempt service) to, for or on behalf of, another entity,

(i) the particular entity is deemed to have transferred, at that time, property to that other entity, and

(ii) the property, if any, transferred to the particular entity from the other entity in exchange for the service is deemed to have been transferred to the particular entity in exchange for the property deemed by subparagraph (i) to have been transferred;

(g) each of the following acquisitions of property by a particular entity is deemed to be a transfer of the property, at the time of the acquisition of the property, to the particular entity from the entity from which the property was acquired, namely, the acquisition by the particular entity of

(i) a share of the capital stock of a corporation from the corporation,

(ii) an interest as a beneficiary under a trust (otherwise than from a beneficiary under the trust),

(iii) an interest in a partnership (otherwise than from a member of the partnership),

(iv) an interest in an entity that is not a corporation, partnership or trust (otherwise than from an entity having an interest in the entity),

(v) a debt owing by an entity from the entity, and

(vi) a right (granted after June 22, 2000 by the entity from which the right was acquired) to acquire or to be loaned property;

(h) the fair market value at any time of a property deemed by subparagraph (e)(i) or (f)(i) to have been transferred at that time is deemed to be the fair market value, at that time, of the assistance or service, as the case may be, to which the property relates;

(i) a particular entity that at any time becomes obligated to do an act that would, if done, constitute the transfer or loan of a property to another entity is deemed to have become obligated at that time to transfer or loan, as the case may be, property to that other entity;

(j) in applying at any time the definition “non-resident time”, if a trust acquires property of an individual as a consequence of the death of the individual, the individual is deemed to have transferred the property to the trust immediately before the individual’s death;

(k) a transfer or loan of property at any time is deemed to be made at that time jointly by a particular entity and a second entity (referred to in this paragraph as the “specified entity”) if

(i) the particular entity transfers or loans property at that time to another entity,

(ii) the transfer or loan is made at the direction, or with the acquiescence, of the specified entity, and

(iii) it is reasonable to conclude that one of the reasons the transfer or loan is made is to avoid or minimize the liability, of any entity, under this Part that arose, or that would otherwise have arisen, because of the application of subsection (3);

(k.1) a transfer or loan of property made at any time on or after November 9, 2006, is deemed to be made at that time jointly by a particular entity and a second entity (referred to in this paragraph as the “specified entity”) if

(i) the particular entity transfers or loans property at that time to another entity, and

(ii) a purpose or effect of the transfer or loan may reasonably be considered to be to provide benefits in respect of services rendered by a person as an employee of the specified entity (whether the provision of the benefits is pursuant to a right that is immediate or future, absolute or contingent, or conditional on or subject to the exercise of any discretion by any entity);

(l) a transfer or loan of property at any time is deemed to be made at that time jointly by a particular entity and a second entity (referred to in this paragraph as the “specified entity”) if

(i) the particular entity transfers or loans property at that time to another entity,

(ii) the transfer or loan is made at the direction, or with the acquiescence, of the specified entity,

(iii) that time is not, or would not be, if the transfer or loan were a contribution of the specified entity, a non-resident time of the specified entity, and

(iv) either

(A) the particular entity is, at that time, an entity that is a controlled foreign affiliate of the specified entity, or would at that time be a controlled foreign affiliate of the specified entity if the specified entity were at that time resident in Canada, or

(B) it is reasonable to conclude that the transfer or loan was made in contemplation of the particular entity becoming after that time a particular entity described in clause (A);

(m) a particular entity is deemed to have transferred, at a particular time, a particular property or particular part of it, as the case may be, to a corporation described in subparagraph (i) or a second entity described in subparagraph (ii) if

(i) the particular property is a share of the capital stock of a corporation held at the particular time by the particular entity, and as consideration for the disposition at or before the particular time of the share, the particular entity received at the particular time (or became entitled at the particular time to receive) from the corporation a share of the capital stock of the corporation, or

(ii) the particular property (or property for which the particular property is substituted) was acquired, before the particular time, from the second entity by any entity, in circumstances that are described by any of subparagraphs (g)(i) to (vi) (or would be so described if it applied at the time of that acquisition) and at the particular time,

(A) the terms or conditions of the particular property change,

(B) the second entity redeems, acquires or cancels the particular property or the particular part of it,

(C) where the particular property is a debt owing by the second entity, the debt or the particular part of it is settled or cancelled, or

(D) where the particular property is a right to acquire or to be loaned property, the particular entity exercises the right;

(n) a contribution made at any time by a particular trust to another trust is deemed to have been made at that time jointly by the particular trust and by each entity that is at that time a contributor to the particular trust;

(o) a contribution made at any time by a particular partnership to a trust is deemed to have been made at that time jointly by the particular partnership and by each entity that is at that time a member of the particular partnership (other than a member of the particular partnership where the liability of the member as a member of the particular partnership is limited by operation of any law governing the partnership arrangement);

(p) subject to paragraph (q) and subsection (9), the amount of a contribution to a trust at the time it was made is deemed to be the fair market value, at that time, of the property that was the subject of the contribution;

(q) an entity that at any time acquires a specified fixed interest in a trust (or a right, issued by the trust, to acquire a specified fixed interest in the trust) from another entity (other than the trust that issued the specified fixed interest or the right) is deemed to have made at that time a contribution to the trust and the amount of the contribution is deemed to be equal to the fair market value at that time of the specified fixed interest or right, as the case may be;

(r) a particular entity that has acquired a specified fixed interest in a trust as a consequence of making a contribution to the trust — or that has made a contribution to the trust as a consequence of having acquired a specified fixed interest in the trust or a right described in paragraph (q) — is, for the purpose of applying this section at any time after the time that the particular entity transfers the specified fixed interest or the right, as the case may be, to another entity (which transfer is referred to in this paragraph as the “sale”), deemed not to have made the contribution in respect of the specified fixed interest, or right, that is the subject of the sale where

(i) immediately before the sale, the par- ticular entity would be a specified con- tributor to the trust if

(A) the definition “specified contributor” were read without reference to subparagraph (d)(i) of that definition,

(B) in applying paragraph (b) of that definition, a specified fixed interest included the right, and

(C) that definition applied immediately before the sale,

(ii) in exchange for the sale, the other entity transfers or loans, or becomes obligated to transfer or loan, property (which property is referred to in subparagraph (iii) as the “consideration”) to the particular entity, and

(iii) it is reasonable to conclude

(A) having regard only to the sale and the consideration that the particular entity would be willing to make the sale if the particular entity were dealing at arm’s length with the other entity, and

(B) that the terms and conditions made or imposed in respect of the exchange would be acceptable to the particular entity if the particular entity were dealing at arm’s length with the other entity;

(s) a transfer to a trust by a particular entity is deemed not to be, at a particular time, a contribution to the trust if

(i) the particular entity has transferred, at or before the particular time and in the ordinary course of business of the par- ticular entity, property to the trust,

(ii) the transfer is not an arm’s length transfer, but would be an arm’s length transfer if the definition “arm’s length transfer” were read without reference to paragraph (a), and subparagraphs (b)(i) to (iii) and (v) to (viii), of that definition,

(iii) it is reasonable to conclude that the particular entity was the only entity that acquired, in respect of the transfer, an interest as a beneficiary under the trust,

(iv) the particular entity was required, under the securities law of a country or of a political subdivision of the country in respect of the issuance by the trust of interests as a beneficiary under the trust, to acquire an interest because of the particular entity’s status at the time of the transfer as a manager or promoter of the trust,

(v) at the particular time the trust is not an exempt foreign trust, but would be at that time an exempt foreign trust if it had not made an election under paragraph (g) of the definition “eligible trust”, and

(vi) the particular time is before the earliest of

(A) the first time at which the trust becomes an exempt foreign trust,

(B) the first time at which the particular entity ceases to be a manager or promoter of the trust, and

(C) the time that is 24 months after the first time at which the total fair market value of consideration received by the trust in exchange for interests as a beneficiary (other than the particular entity’s interest referred to in subparagraph (iii)) under the trust is greater than $500,000;

(t) a transfer, by a Canadian corporation of particular property, that is at a particular time a contribution by the Canadian corporation to a trust, is deemed not to be, after the particular time, a contribution by the Canadian corporation to the trust if

(i) either

(A) the trust acquired the particular property before the particular time from the Canadian corporation in circumstances described in subparagraph (g)(i) or (v), or

(B) another entity acquired property before the particular time from the Canadian corporation in circumstances described in subparagraph (g)(i) or (v) and because of that acquisition the Canadian corporation was deemed by paragraph (c) to have transferred the particular property to the trust,

(ii) as a result of a transfer (which transfer is referred to in this paragraph as the “sale”) at the particular time by any entity (referred to in this paragraph as the “seller”) to another entity (referred to in this paragraph as the “buyer”) the trust

(A) no longer holds any property that is shares of the capital stock of, or debt issued by, the Canadian corporation, and

(B) no longer holds any property that is property the fair market value of which is derived in whole or in part, directly or indirectly, from shares of the capital stock of, or debt issued by, the Canadian corporation,

(iii) the buyer deals at arm’s length immediately before the particular time with the Canadian corporation, the trust and the seller,

(iv) in exchange for the sale, the buyer transfers or becomes obligated to transfer property (which property is referred to in this paragraph as the “consideration”), to the seller, and

(v) it is reasonable to conclude

(A) having regard only to the sale and the consideration that the seller would be willing to make the sale if the seller were dealing at arm’s length with the buyer,

(B) that the terms and conditions made or imposed in respect of the exchange would be acceptable to the seller if the seller were dealing at arm’s length with the buyer, and

(C) that the value of the consideration is not, at or after the particular time, determined in whole or in part, directly or indirectly, by reference to shares of the capital stock of, or debt issued by, the Canadian corporation; and

(u) a transfer, before October 11, 2002, to a personal trust by an individual (other than a trust) of particular property is deemed not to be a contribution of the particular property by the individual to the trust if

(i) the individual identifies the trust in prescribed form filed with the Minister on or before the individual’s filing-due date for the individual’s 2003 taxation year (or a later date that is acceptable to the Minister), and

(ii) the Minister is satisfied that

(A) the individual (and any entity not dealing at any time at arm’s length with the individual) has never loaned or transferred, directly or indirectly, restricted property to the trust,

(B) in respect of each contribution (determined without reference to this paragraph) made before October 11, 2002 by the individual to the trust, none of the reasons (determined by reference to all the circumstances including the terms of the trust, an intention, the laws of a country or the existence of an agreement, a memorandum, a letter of wishes or any other arrangement) for the contribution was to permit or facilitate, directly or indirectly, the conferral at any time of a benefit (for greater certainty, including an interest as a beneficiary under the trust) on

(I) the individual,

(II) a descendant of the individual, or

(III) any entity with whom the individual or descendant does not, at any time, deal at arm’s length, and

(C) the total of all amounts each of which is the amount of a contribution (determined without reference to this paragraph) made before October 11, 2002 by the individual to the trust does not exceed the greater of

(I) 1% of the total of all amounts each of which is the amount of a contribution (determined without reference to this paragraph) made to the trust before October 11, 2002, and

(II) $500.
(2) Les règles ci-après s’appliquent dans le cadre du présent article :
Règles d’application

a) une entité est réputée avoir transféré un bien à une fiducie à un moment donné si, à la fois :

(i) à ce moment, elle transfère ou prête un bien à une autre entité autrement qu’au moyen d’un transfert sans lien de dépendance ou d’un transfert ou prêt auquel l’alinéa c) s’applique,

(ii) ce prêt ou transfert donne lieu à l’un des événements suivants :

(A) l’augmentation, à ce moment, de la juste valeur marchande d’un ou de plusieurs biens détenus par la fiducie,

(B) la diminution, à ce moment, d’une obligation réelle ou éventuelle de la fiducie;

b) la juste valeur marchande, à un moment donné, d’un bien réputé par l’alinéa a) être transféré à ce moment est réputée correspondre à la valeur absolue de l’augmentation ou de la diminution, selon le cas, mentionnée au sous-alinéa a)(ii) relativement au bien;

c) une entité est réputée avoir transféré un bien à une fiducie à un moment donné si, à la fois :

(i) à ce moment, elle transfère ou prête un bien à une autre entité autrement qu’au moyen d’un transfert sans lien de dépendance,

(ii) à ce moment ou par la suite, la fiducie détient un bien dont la juste valeur marchande provient, en tout ou en partie, directement ou indirectement, de biens détenus par l’autre entité;

d) la juste valeur marchande, à un moment donné, d’un bien réputé par l’alinéa c) être transféré à ce moment est réputée correspondre à la juste valeur marchande du bien visé au sous-alinéa c)(i);

e) si, à un moment donné, une entité donnée a donné une garantie au nom d’une autre entité, ou lui a consenti toute autre aide financière :

(i) d’une part, l’entité donnée est réputée avoir transféré un bien à l’autre entité à ce moment,

(ii) d’autre part, le bien éventuellement transféré à l’entité donnée par l’autre entité en échange de la garantie ou d’une autre aide financière est réputé lui avoir été transféré en échange du bien réputé par le sous-alinéa (i) avoir été transféré;

f) si, à un moment postérieur au 22 juin 2000, une entité donnée rend un service, sauf un service exempté, à ou pour une autre entité, ou pour son compte :

(i) d’une part, l’entité donnée est réputée avoir transféré un bien à l’autre entité à ce moment,

(ii) d’autre part, le bien éventuellement transféré à l’entité donnée par l’autre entité en échange du service est réputé lui avoir été transféré en échange du bien réputé par le sous-alinéa (i) avoir été transféré;

g) chacune des acquisitions de biens ci-après, effectuées par une entité donnée, est réputée être un transfert du bien à celle-ci, effectué au moment de l’acquisition du bien, par l’entité de laquelle le bien a été acquis :

(i) l’acquisition auprès d’une société d’une action de son capital-actions,

(ii) l’acquisition d’une participation à titre de bénéficiaire d’une fiducie, sauf si la participation est acquise d’un bénéficiaire de la fiducie,

(iii) l’acquisition d’une participation dans une société de personnes, sauf si la participation est acquise d’un associé de la société de personnes,

(iv) l’acquisition d’une participation dans une entité qui n’est ni une société, ni une société de personnes, ni une fiducie, sauf si la participation est acquise d’une entité ayant une participation dans l’entité,

(v) l’acquisition auprès d’une entité d’une créance dont elle est débitrice,

(vi) l’acquisition du droit d’acquérir un bien ou d’obtenir un prêt de bien, lequel droit est consenti après le 22 juin 2000 par l’entité auprès de laquelle il a été acquis;

h) la juste valeur marchande, à un moment donné, d’un bien réputé par les sous-alinéas e)(i) ou f)(i) avoir été transféré à ce moment est réputée correspondre à la juste valeur marchande, à ce moment, de l’aide ou du service, selon le cas, auquel le bien se rapporte;

i) l’entité donnée qui, à un moment donné, contracte l’obligation d’accomplir un acte qui, s’il était accompli, constituerait le transfert ou le prêt d’un bien à une autre entité est réputée avoir contracté, à ce moment, l’obligation de transférer ou de prêter, selon le cas, un bien à cette autre entité;

j) pour l’application, à un moment donné, de la définition de « moment de non-résidence », si une fiducie acquiert un bien d’un particulier par suite de son décès, celui-ci est réputé lui avoir transféré le bien immédiatement avant son décès;

k) un transfert ou prêt de bien, effectué à un moment donné, est réputé être effectué à ce moment conjointement par une entité donnée et par une seconde entité (appelée « entité déterminée » au présent alinéa) si les conditions suivantes sont réunies :

(i) l’entité donnée transfère ou prête un bien à une autre entité à ce moment,

(ii) le transfert ou le prêt est effectué suivant les instructions ou avec l’accord de l’entité déterminée,

(iii) il est raisonnable de conclure que l’une des raisons du transfert ou du prêt consiste à permettre que soit évitée ou minimisée l’obligation d’une entité quelconque, prévue par la présente partie, qui découle, ou aurait découlé par ailleurs, de l’application du paragraphe (3);

k.1) un transfert ou prêt de bien, effectué à un moment donné après le 8 novembre 2006, est réputé être effectué à ce moment conjointement par une entité donnée et par une seconde entité (appelée « entité déterminée » au présent alinéa) si les conditions suivantes sont réunies :

(i) l’entité donnée transfère ou prête un bien à une autre entité à ce moment,

(ii) il est raisonnable de considérer que l’un des buts ou effets du transfert ou du prêt consiste à prévoir des prestations au titre de services rendus par une personne à titre d’employé de l’entité déterminée, indépendamment du fait que le service des prestations découle d’un droit immédiat ou futur, absolu ou conditionnel ou soumis ou non à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire par une entité;

l) un transfert ou prêt de bien, effectué à un moment donné, est réputé être effectué à ce moment conjointement par une entité donnée et par une seconde entité (appelée « entité déterminée » au présent alinéa) si les conditions suivantes sont réunies :

(i) l’entité donnée transfère ou prête un bien à une autre entité à ce moment,

(ii) le transfert ou le prêt est effectué suivant les instructions ou avec l’accord de l’entité déterminée,

(iii) le moment donné n’est pas un moment de non-résidence de l’entité déterminée, ou ne le serait pas si le transfert ou le prêt était un apport de cette entité,

(iv) selon le cas :

(A) l’entité donnée est, au moment donné, une société étrangère affiliée contrôlée de l’entité déterminée, ou le serait à ce moment si cette dernière résidait au Canada à ce moment,

(B) il est raisonnable de conclure que le transfert ou le prêt a été effectué du fait que l’entité donnée deviendra, après ce moment, une entité donnée visée à la division (A);

m) une entité donnée est réputée avoir transféré, à un moment donné, un bien donné ou une partie donnée de ce bien, selon le cas, à une société visée au sous-alinéa (i) ou à une seconde entité visée au sous-alinéa (ii) si l’un des faits suivants se vérifie :

(i) le bien donné est une action du capital-actions d’une société que l’entité donnée détient à ce moment et en contrepartie de la disposition de laquelle, effectuée au plus tard à ce moment, elle a reçu de la société à ce moment, ou est devenue en droit de recevoir de celle-ci à ce moment, une action du capital-actions de la société,

(ii) avant ce moment, le bien donné, ou un bien auquel il est substitué, a été acquis de la seconde entité par une entité quelconque dans les circonstances qui sont visées à l’un des sous-alinéas g)(i) à (vi), ou le seraient si le sous-alinéa en cause s’appliquait au moment de cette acquisition, et, au moment donné, selon le cas :

(A) les caractéristiques du bien donné changent,

(B) la seconde entité rachète, acquiert ou annule le bien donné ou la partie donnée de ce bien,

(C) si le bien donné est une dette de la seconde entité, la dette ou la partie donnée de cette dette est réglée ou annulée,

(D) si le bien donné est un droit d’acquérir ou d’emprunter un bien, l’entité donnée exerce ce droit;

n) l’apport qu’une fiducie donnée fait à une autre fiducie à un moment donné est réputé avoir été fait à ce moment conjointement par la fiducie donnée et par chaque entité qui, à ce moment, est un contribuant de la fiducie donnée;

o) l’apport qu’une société de personnes fait à une fiducie à un moment donné est réputé avoir été fait à ce moment conjointement par la société de personnes et par chaque entité qui, à ce moment, est l’associé de la société de personnes, autre qu’un associé dont la responsabilité à ce titre est limitée par la loi qui régit le contrat de société;

p) sous réserve de l’alinéa q) et du paragraphe (9), le montant d’un apport fait à une fiducie, au moment où il est fait, est réputé correspondre à la juste valeur marchande, à ce moment, du bien qui a fait l’objet de l’apport;

q) l’entité qui, à un moment donné, acquiert une participation fixe désignée dans une fiducie (ou le droit, émis par la fiducie, d’acquérir une telle participation dans la fiducie) d’une autre entité, à l’exception de la fiducie émettrice de la participation ou du droit, est réputée avoir fait un apport à la fiducie à ce moment, et le montant de l’apport est réputé correspondre à la juste valeur marchande, à ce moment, de la participation ou du droit, selon le cas;

r) l’entité donnée qui a acquis une participation fixe désignée dans une fiducie par suite de son apport à la fiducie (ou qui a fait un apport à la fiducie par suite de son acquisition d’une participation fixe désignée dans la fiducie ou du droit visé à l’alinéa q)) est réputée, pour l’application du présent article après le moment où elle transfère la participation ou le droit, selon le cas, à une autre entité (ce transfert étant appelé « vente » au présent alinéa), ne pas avoir fait l’apport relativement à la participation, ou au droit, qui fait l’objet de la vente, si les conditions suivantes sont réunies :

(i) immédiatement avant la vente, l’entité donnée serait un contribuant déterminé de la fiducie si, à la fois :

(A) il n’était pas tenu compte du sous-alinéa d)(i) de la définition de « contribuant déterminé »,

(B) pour l’application de l’alinéa b) de cette définition, le droit constituait une participation fixe désignée,

(C) cette définition s’appliquait immédiatement avant la vente,

(ii) en échange de la vente, l’autre entité transfère ou prête un bien (appelé « contrepartie » au sous-alinéa (iii)) à l’entité donnée, ou contracte une obligation en ce sens,

(iii) il est raisonnable de conclure ce qui suit :

(A) eu égard seulement à la vente et à la contrepartie, l’entité donnée serait disposée à effectuer la vente en l’absence de lien de dépendance avec l’autre entité,

(B) les modalités établies ou imposées relativement à l’échange seraient acceptables pour l’entité donnée en l’absence de lien de dépendance avec l’autre entité;

s) le transfert effectué à une fiducie par une entité donnée est réputé ne pas être, à un moment donné, un apport fait à la fiducie si les conditions suivantes sont réunies :

(i) l’entité donnée a transféré un bien à la fiducie au plus tard à ce moment dans le cours normal des activités de son entreprise,

(ii) le transfert n’est pas un transfert sans lien de dépendance, mais le serait s’il n’était pas tenu compte de l’alinéa a) ni des sous-alinéas b)(i) à (iii) et (v) à (viii) de la définition de « transfert sans lien de dépendance »,

(iii) il est raisonnable de conclure que l’entité donnée était la seule entité ayant acquis, relativement au transfert, une participation à titre de bénéficiaire de la fiducie,

(iv) l’entité donnée était tenue, par la législation sur les valeurs mobilières d’un pays, ou d’une de ses subdivisions politiques, concernant l’émission par la fiducie de participations à titre de bénéficiaire de cette fiducie, d’acquérir une participation en raison de sa qualité de gestionnaire ou de promoteur de la fiducie au moment du transfert,

(v) au moment donné, la fiducie n’est pas une fiducie étrangère exempte, mais le serait si elle n’avait pas fait le choix prévu à l’alinéa g) de la définition de « fiducie admissible »,

(vi) le moment donné est antérieur au premier en date des moments suivants :

(A) le premier moment où la fiducie devient une fiducie étrangère exempte,

(B) le premier moment où l’entité donnée cesse d’être gestionnaire ou promoteur de la fiducie,

(C) le moment qui suit de 24 mois le premier moment où la juste valeur marchande totale de la contrepartie reçue par la fiducie en échange de participations à titre de bénéficiaire de la fiducie, à l’exclusion de la participation de l’entité donnée visée au sous-alinéa (iii), est supérieure à 500 000 $;

t) le transfert, effectué par une société canadienne, d’un bien donné qui est, à un moment donné, un apport de la société à une fiducie est réputé ne pas être, après ce moment, un apport de la société à la fiducie si les conditions suivantes sont réunies :

(i) selon le cas :

(A) la fiducie a acquis le bien donné de la société avant le moment donné dans les circonstances visées aux sous-alinéas g)(i) ou (v),

(B) une autre entité a acquis un bien de la société avant le moment donné dans les circonstances visées aux sous-alinéas g)(i) ou (v) et, en raison de cette acquisition, la société est réputée par l’alinéa c) avoir transféré le bien donné à la fiducie,

(ii) par suite d’un transfert (appelé « vente » au présent alinéa) effectué au moment donné par une entité (appelée « vendeur » au présent alinéa) à une autre entité (appelée « acheteur » au présent alinéa), la fiducie ne détient plus de biens qui sont :

(A) des actions du capital-actions de la société ou des créances émises par celle-ci,

(B) des biens dont la juste valeur marchande provient en tout ou en partie, directement ou indirectement, d’actions du capital-actions de la société ou de créances émises par celle-ci,

(iii) immédiatement avant le moment donné, l’acheteur n’a de lien de dépendance ni avec la société, ni avec la fiducie, ni avec le vendeur,

(iv) en échange de la vente, l’acheteur transfère un bien (appelé « contrepartie » au présent alinéa) au vendeur, ou contracte une obligation en ce sens,

(v) il est raisonnable de conclure ce qui suit :

(A) eu égard seulement à la vente et à la contrepartie, le vendeur serait disposé à effectuer la vente en l’absence de lien de dépendance avec l’acheteur,

(B) les modalités établies ou imposées relativement à l’échange seraient acceptables pour le vendeur en l’absence de lien de dépendance avec l’acheteur,

(C) au moment donné ou par la suite, la valeur de la contrepartie n’est pas déterminée en tout ou en partie, directement ou indirectement, par rapport à des actions du capital-actions de la société ou à des créances émises par celle-ci;

u) le transfert d’un bien, effectué avant le 11 octobre 2002, à une fiducie personnelle par un particulier, à l’exception d’une fiducie, est réputé ne pas être un apport du bien fait par le particulier à la fiducie si les conditions suivantes sont réunies :

(i) le particulier désigne la fiducie dans un formulaire prescrit présenté au ministre au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition 2003, ou à toute date postérieure que le ministre estime acceptable,

(ii) le ministre est convaincu de ce qui suit :

(A) le particulier (et toute entité avec laquelle il a un lien de dépendance) n’a jamais prêté ou transféré, ni directement ni indirectement, de biens d’exception à la fiducie,

(B) en ce qui concerne chaque apport — déterminé compte non tenu du présent alinéa — fait avant le 11 octobre 2002 par le particulier à la fiducie, aucune des raisons de l’apport (déterminées d’après les circonstances l’entourant, y compris les modalités de la fiducie, une intention quelconque, les lois d’un pays ou l’existence d’un accord, d’un mémoire, d’une lettre de souhaits ou d’un autre arrangement) ne consistaient à permettre ou à faciliter, directement ou indirectement, l’octroi à un moment donné d’un avantage à l’une des entités ci-après — étant entendu qu’un avantage comprend une participation à titre de bénéficiaire de la fiducie :

(I) le particulier,

(II) un descendant du particulier,

(III) une entité avec laquelle le particulier ou le descendant a un lien de dépendance à un moment donné,

(C) le total des sommes représentant chacune un apport — déterminé compte non tenu du présent alinéa — fait avant le 11 octobre 2002 par le particulier à la fiducie n’excède pas la plus élevée des sommes suivantes :

(I) 1 % du total des sommes représentant chacune un apport — déterminé compte non tenu du présent alinéa — fait à la fiducie avant le 11 octobre 2002,

(II) 500 $.

Liabilities of non-resident trusts and others

(3) Where at a specified time in a particular taxation year of a trust (other than a trust that is, at that time, an exempt foreign trust) the trust is non-resident (determined without reference to this subsection) and, at that time, there is a resident contributor to the trust or a resident beneficiary under the trust,

(a) the trust is deemed to be resident in Canada throughout the particular taxation year for the purposes of

(i) section 2,

(ii) computing the trust’s income for the particular taxation year,

(iii) applying subsections 104(13.1) to (29) and 107(2.1), in respect of the trust and a beneficiary under the trust,

(iv) applying clause 53(2)(h)(i.1)(B), the definition “non-resident entity” in subsection 94.1(1), subsection 107(2.002) and section 115, in respect of a beneficiary under the trust,

(v) subsection 111(9),

(vi) determining an obligation of the trust to file a return under section 233.3 or 233.4,

(vii) determining the rights and obligations of the trust under Divisions I and J,

(viii) determining the liability of the trust for tax under Part I, and under Part XIII on amounts paid or credited (in this paragraph having the meaning assigned by Part XIII) to the trust,

(ix) applying Part XIII in respect of an amount (other than an exempt amount) paid or credited by the trust to any person, and

(x) determining whether a foreign affiliate of a taxpayer (other than the trust) is a controlled foreign affiliate of the taxpayer;

(b) in applying subsections 20(11) and (12) and section 126,

(i) in determining the non-business income tax (as defined by subsection 126(7)) paid by the trust for the particular taxation year to the government of a country other than Canada no amount shall be included to the extent that it can reasonably be regarded as attributable to income from a source in Canada, and

(ii) if the trust elects, by notifying the Minister in writing in its return of income for the particular taxation year, to have this paragraph apply,

(A) the trust’s income for the particular taxation year (other than the portion of the income that is from sources inside Canada or that is from a source, outside Canada, that is a business carried on by the trust outside Canada) is deemed

(I) to be from sources (other than a business carried on by the trust) in the particular country (other than Canada) in which the trust is resident (determined without reference to this subsection), and

(II) not to be from any other source, and

(B) in determining the income or profits tax paid by the trust for the particular taxation year to the government of the particular country there shall be included only the total of all amounts each of which is the amount of an income or profits tax that was paid by the trust for the particular taxation year to the government of a country (other than Canada) and that can reasonably be regarded as a tax paid on the trust’s income for the particular taxation year (other than the portion of the income that is from sources inside Canada or that is from a source, outside Canada, that is a business carried on by the trust outside Canada);

(c) if the trust was non-resident throughout its taxation year (referred to in this paragraph as the “preceding year”) immediately preceding the particular taxation year, the trust is deemed to have

(i) immediately before the end of the preceding year, disposed of each property (other than property described in any of subparagraphs 128.1(1)(b)(i) to (iv)) held by the trust at that time for proceeds of disposition equal to its fair market value at that time, and

(ii) at the beginning of the particular taxation year, acquired each of those properties so disposed of at a cost equal to its proceeds of disposition;

(d) each entity that at any time in the particular taxation year is a resident contributor to the trust or a resident beneficiary under the trust

(i) has jointly and severally, or solidarily, with the trust and with each other such entity, the rights and obligations of the trust in respect of the particular taxation year under Divisions I and J, and

(ii) is subject to Part XV in respect of those rights and obligations; and

(e) each entity that at any time in the particular taxation year is a beneficiary under the trust and was a person from whom an amount would be recoverable at the end of 2006 (or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, at the end of the last taxation year of the trust that begins before the first such taxation year of the trust) under subsection (2) (as it read in its application to taxation years that began before 2007 or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, as it read in its application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year) in respect of the trust if the entity had received before 2007 amounts described under paragraph (2)(a) or (b) in respect of the trust (as those paragraphs read in their application to taxation years that began before 2007 or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, as those paragraphs read in their application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year)

(i) has, to the extent of the entity’s recovery limit for the year, jointly and severally, or solidarily, with the trust and with each other such entity, the rights and obligations of the trust in respect of the taxation years, of the trust, that began before 2007 (or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, in respect of the taxation years, of the trust, that began before the first such taxation year) under Divisions I and J, and

(ii) is, to the extent of the entity’s recovery limit for the year, subject to Part XV in respect of those rights and obligations.
(3) Les règles ci-après s’appliquent à l’égard de la fiducie qui, à un moment déterminé de son année d’imposition donnée, compte un contribuant résidant ou un bénéficiaire résidant, n’est pas une fiducie étrangère exempte et est, compte non tenu du présent paragraphe, un non-résident :
Obligations des fiducies non-résidentes et autres entités

a) la fiducie est réputée résider au Canada tout au long de l’année donnée lorsqu’il s’agit :

(i) d’appliquer l’article 2,

(ii) de calculer son revenu pour l’année donnée,

(iii) d’appliquer les paragraphes 104(13.1) à (29) et 107(2.1) à son égard et à l’égard de ses bénéficiaires,

(iv) d’appliquer la division 53(2)h)(i.1)(B), la définition de « entité non-résidente » au paragraphe 94.1(1), le paragraphe 107(2.002) et l’article 115, à l’égard d’un de ses bénéficiaires,

(v) d’appliquer le paragraphe 111(9),

(vi) d’établir son obligation de produire une déclaration en vertu des articles 233.3 ou 233.4,

(vii) d’établir ses droits et obligations en vertu des sections I et J,

(viii) d’établir son assujettissement à l’impôt prévu par la partie I et à l’impôt prévu par la partie XIII sur les sommes qui lui sont payées ou qui sont portées à son crédit, au sens de la partie XIII,

(ix) d’appliquer la partie XIII relativement à une somme (sauf une somme exclue) que la fiducie verse à une personne, ou porte à son crédit, au sens de cette partie,

(x) d’établir si une société étrangère affiliée d’un contribuable, à l’exception de la fiducie, est une société étrangère affiliée contrôlée du contribuable;

b) pour l’application des paragraphes 20(11) et (12) et de l’article 126 :

(i) aucune somme n’est à inclure dans le calcul de l’impôt sur le revenu ne provenant pas d’une entreprise, au sens du paragraphe 126(7), payé par la fiducie pour l’année donnée au gouvernement d’un pays étranger dans la mesure où il est raisonnable de considérer qu’elle est attribuable à un revenu provenant d’une source au Canada,

(ii) si la fiducie choisit de se prévaloir du présent alinéa, par avis écrit au ministre dans sa déclaration de revenu pour l’année donnée :

(A) son revenu pour cette année — sauf la partie de ce revenu qui provient de sources situées au Canada ou d’une source, située à l’étranger, qui est une entreprise qu’elle exploite à l’étranger — est réputé :

(I) d’une part, provenir de sources, sauf une entreprise qu’elle exploite, situées dans le pays donné (sauf le Canada) où elle réside, son lieu de résidence étant déterminé compte non tenu du présent paragraphe,

(II) d’autre part, ne pas provenir d’une autre source,

(B) n’est inclus dans le calcul de l’impôt sur le revenu ou sur les bénéfices qu’elle paie pour l’année donnée au gouvernement du pays donné que le total des sommes représentant chacune le montant d’un impôt sur le revenu ou sur les bénéfices qu’elle a payé pour cette année au gouvernement d’un pays étranger et qu’il est raisonnable de considérer comme un impôt payé sur son revenu pour cette même année — sauf la partie de ce revenu qui provient de sources situées au Canada ou d’une source, située à l’étranger, qui est une entreprise qu’elle exploite à l’étranger;

c) la fiducie, si elle a été un non-résident tout au long de l’année d’imposition (appelée « année précédente » au présent alinéa) ayant précédé l’année donnée, est réputée :

(i) d’une part, avoir disposé, immédiatement avant la fin de l’année précédente, de chaque bien (sauf ceux visés aux sous-alinéas 128.1(1)b)(i) à (iv)) qu’elle détenait à ce moment pour un produit de disposition égal à sa juste valeur marchande à ce moment,

(ii) d’autre part, avoir acquis, au début de l’année donnée, chacun de ces biens à un coût égal à son produit de disposition;

d) chaque entité qui, au cours de l’année donnée, est un contribuant résidant ou un bénéficiaire résidant de la fiducie :

(i) d’une part, est solidairement tenue, avec la fiducie et avec chacune des autres entités en cause, aux droits et obligations de la fiducie pour l’année donnée en vertu des sections I et J,

(ii) d’autre part, est assujettie aux dispositions de la partie XV applicables à ces droits et obligations;

e) chaque entité qui, au cours de l’année donnée, est, à la fois, un bénéficiaire de la fiducie et une personne de laquelle une somme serait recouvrable à la fin de 2006 (ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, à la fin de sa dernière année d’imposition qui commence avant sa première année d’imposition commençant avant 2007) en vertu du paragraphe (2) (dans sa version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007) relativement à la fiducie si l’entité avait reçu, avant 2007, des sommes visées aux alinéas (2)a) ou b) (dans leur version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans leur version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007) relativement à la fiducie :

(i) d’une part, est solidairement tenue, avec la fiducie et avec chacune des autres entités en cause, jusqu’à concurrence de son plafond de recouvrement pour l’année, aux droits et obligations de la fiducie en vertu des sections I et J pour les années d’imposition de celle-ci ayant commencé avant 2007 (ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, pour ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007),

(ii) d’autre part, est assujettie, jusqu’à concurrence de son plafond de recouvrement pour l’année, aux dispositions de la partie XV applicables à ces droits et obligations.

Excluded provisions

(4) Paragraph (3)(a) does not apply to deem a trust to be resident in Canada for the purposes of

(a) the definitions “arm’s length transfer”, “exempt foreign trust” and “exempt taxpayer” in subsection (1);

(b) paragraph (14)(b), subsections 70(6) and 73(1), the definition “Canadian partnership” in subsection 102(1), paragraph 107.4(1)(c) and paragraph (a) of the definition “mutual fund trust” in subsection 132(6);

(c) determining the liability of a person (other than the trust) that would arise under section 215;

(d) determining whether, in applying subsection 128.1(1), the trust becomes resident in Canada at a particular time;

(e) determining whether, in applying subsection 128.1(4), the trust ceases to be resident in Canada at a particular time;

(f) subparagraph (f)(i) of the definition “disposition” in subsection 248(1);

(g) determining whether subsection 107(5) applies to a distribution on or after July 18, 2005 of property to the trust; and

(h) determining whether subsection 75(2) applies to deem an amount to be an income, loss, taxable capital gain or allowable capital loss of the trust.
(4) L’alinéa (3)a) ne s’applique pas de manière qu’une fiducie soit réputée résider au Canada :
Dispositions inapplicables

a) pour l’application des définitions de « contribuable exempté », « fiducie étrangère exempte » et « transfert sans lien de dépendance » au paragraphe (1);

b) pour l’application de l’alinéa (14)b), des paragraphes 70(6) et 73(1), de la définition de « société de personnes canadienne » au paragraphe 102(1), de l’alinéa 107.4(1)c) et de l’alinéa a) de la définition de « fiducie de fonds commun de placement » au paragraphe 132(6);

c) lorsqu’il s’agit de déterminer les obligations d’une personne, sauf la fiducie, découlant de l’application de l’article 215;

d) lorsqu’il s’agit d’établir, pour l’application du paragraphe 128.1(1), si la fiducie commence à résider au Canada à un moment donné;

e) lorsqu’il s’agit d’établir, pour l’application du paragraphe 128.1(4), si la fiducie cesse de résider au Canada à un moment donné;

f) pour l’application du sous-alinéa f)(i) de la définition de « disposition » au paragraphe 248(1);

g) lorsqu’il s’agit d’établir si le paragraphe 107(5) s’applique à une distribution de biens à la fiducie effectuée après le 17 juillet 2005;

h) lorsqu’il s’agit d’établir si le paragraphe 75(2) s’applique de manière qu’une somme soit réputée être un revenu, une perte, un gain en capital imposable ou une perte en capital déductible de la fiducie.

Deemed cessation of residence

(5) A trust is deemed to cease to be resident in Canada at the earliest time at which there is neither a resident contributor to the trust nor a resident beneficiary under the trust in a period that would, if this Act were read without reference to subsection 128.1(4), be a taxation year of the trust

(a) that immediately follows a taxation year of the trust throughout which it was resident in Canada;

(b) at the beginning of which there was a resident contributor to the trust or a resident beneficiary under the trust; and

(c) at the end of which the trust is non-resident.
(5) Une fiducie est réputée cesser de résider au Canada dès qu’elle ne compte ni contribuant résidant ni bénéficiaire résidant au cours de toute période qui, en l’absence du paragraphe 128.1(4), serait une année d’imposition de la fiducie, à la fois :
Cessation de résidence — présomption

a) qui suit immédiatement une année d’imposition de la fiducie tout au long de laquelle elle a résidé au Canada;

b) au début de laquelle la fiducie compte un contribuant résidant ou un bénéficiaire résidant;

c) à la fin de laquelle la fiducie est un non-résident.

Becoming or ceasing to be an exempt foreign trust

(6) If at any time a trust becomes or ceases to be an exempt foreign trust (otherwise than because of becoming resident in Canada),

(a) its taxation year that would otherwise include that time is deemed to have ended immediately before that time and a new taxation year of the trust is deemed to begin at that time; and

(b) for the purpose of determining the trust’s fiscal period after that time, the trust is deemed not to have established a fiscal period before that time.
(6) Les règles ci-après s’appliquent à l’égard de la fiducie qui, à un moment donné, devient une fiducie étrangère exempte ou cesse de l’être autrement que pour avoir commencé à résider au Canada :
Fiducie étrangère exempte

a) son année d’imposition qui comprendrait par ailleurs ce moment est réputée avoir pris fin immédiatement avant ce moment, et une nouvelle année d’imposition est réputée commencer au moment donné;

b) afin de déterminer son exercice après le moment donné, la fiducie est réputée ne pas avoir établi d’exercice avant ce moment.

Limit to amount recoverable

(7) The maximum amount recoverable under the provisions referred to in paragraph (3)(d) at any particular time from an entity in respect of a trust (other than an entity that is deemed, under subsection (12) or (13), to be a contributor or a resident contributor to the trust) and a particular taxation year of the trust is the entity’s recovery limit at the particular time in respect of the trust and the particular year if

(a) either

(i) the entity is liable under a provision referred to in paragraph (3)(d) in respect of the trust and the particular year solely because the entity was a resident beneficiary under the trust at a specified time in respect of the trust in the particular year, or

(ii) at a specified time in respect of the trust in the particular year, the total of all amounts each of which is the amount, at the time it was made, of a contribution to the trust made before the specified time by the entity, or by another entity not dealing at arm’s length with the entity, is not more than the greater of

(A) $10,000, and

(B) 10% of the total of all amounts each of which was the amount, at the time it was made, of a contribution made to the trust before the specified time;

(b) except where the total determined in subparagraph (a)(ii) in respect of the entity and all entities not dealing at arm’s length with it is $10,000 or less, the entity has filed on a timely basis under section 233.2 all information returns required to be filed by it before the particular time in respect of the trust (or on any later day that is acceptable to the Minister); and

(c) it is reasonable to conclude that for each transaction or event that occurred before the end of the particular year at the direction of, or with the acquiescence of, the entity

(i) none of the purposes of the transaction or event was to enable the entity to avoid or minimize any liability under a provision referred to in paragraph (3)(d) in respect of the trust, and

(ii) the transaction or event was not part of a series of transactions or events any of the purposes of which was to enable the entity to avoid or minimize any liability under a provision referred to in paragraph (3)(d) in respect of the trust.
(7) La somme maximale qui est recouvrable d’une entité à un moment donné, en vertu des dispositions visées à l’alinéa (3)d), relativement à une fiducie (sauf une entité réputée, en vertu des paragraphes (12) ou (13), être un des contribuants, ou contribuants résidants, de la fiducie) et à une année d’imposition donnée de la fiducie correspond au plafond de recouvrement de l’entité à ce moment relativement à la fiducie et à l’année donnée si, à la fois :
Plafond de la somme recouvrable

a) selon le cas :

(i) l’entité est assujettie aux obligations imposées par les dispositions visées à l’alinéa (3)d) relativement à la fiducie et à l’année donnée du seul fait qu’elle était bénéficiaire résidant de la fiducie à un moment déterminé relativement à la fiducie au cours de cette année,

(ii) à un moment déterminé relativement à la fiducie au cours de l’année donnée, le total des sommes représentant chacune le montant d’un apport, au moment où il est fait, que fait à la fiducie avant le moment déterminé l’entité ou une autre entité ayant un lien de dépendance avec celle-ci, n’excède pas la plus élevée des sommes suivantes :

(A) 10 000 $,

(B) 10 % du total des sommes représentant chacune le montant d’un apport, au moment où il est fait, fait à la fiducie avant le moment déterminé;

b) l’entité a produit, dans le délai fixé à l’article 233.2 ou dans un délai plus long que le ministre estime acceptable, toutes les déclarations de renseignements qu’elle était tenue de produire avant le moment donné relativement à la fiducie; le présent alinéa ne s’applique pas si le total déterminé selon le sous-alinéa a)(ii) relativement à l’entité et à l’ensemble des entités avec lesquelles elle a un lien de dépendance est de 10 000 $ ou moins;

c) il est raisonnable de conclure que, en ce qui concerne chaque opération ou événement s’étant produit avant la fin de l’année donnée suivant les instructions ou avec l’accord de l’entité :

(i) d’une part, l’opération ou l’événement n’était aucunement motivé par le désir de permettre à l’entité de minimiser les obligations imposées en vertu des dispositions visées à l’alinéa (3)d) relativement à la fiducie, ou de s’y soustraire,

(ii) d’autre part, l’opération ou l’événement ne faisait pas partie d’une série d’opérations ou d’événements conclus notamment en vue de permettre à l’entité de minimiser les obligations imposées en vertu des dispositions visées à l’alinéa (3)d) relativement à la fiducie, ou de s’y soustraire.

Recovery limit

(8) The recovery limit referred to in paragraph (3)(e) and subsection (7) at a particular time of a particular entity in respect of a trust and a particular taxation year of the trust is the amount, if any, by which the greater of

(a) the total of all amounts each of which is

(i) an amount received or receivable after 2000 and before the particular time

(A) by the particular entity on the disposition of all or part of the particular entity’s interest as a beneficiary under the trust, or

(B) by another entity (that was, when the amount became receivable, a specified party in respect of the particular entity) on the disposition of all or part of the specified party’s interest as a beneficiary under the trust,

(ii) an amount (other than an amount described in subparagraph (i)) made payable by the trust after 2000 and before the particular time to

(A) the particular entity because of the interest of the particular entity as a beneficiary under the trust, or

(B) another entity (that was, when the amount became payable, a specified party in respect of the particular entity) because of the interest of the specified party as a beneficiary under the trust,

(iii) an amount (other than an amount described in subparagraph (i) or (ii)) that is the fair market value of a benefit received or enjoyed, after 2000 and before the particular time, from or under the trust by

(A) the particular entity, or

(B) another entity that was, when the benefit was received or enjoyed, a specified party in respect of the par- ticular entity, or

(iv) the maximum amount that would be recoverable from the particular entity at the end of 2006 (or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, at the end of the last taxation year of the trust beginning before the first such taxation year) under subsection (2) (as it read in its application to taxation years that began before 2007, or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, in its application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year) if the trust had tax payable under this Part at the end of 2006 and that tax payable exceeded the total of the amounts described in respect of the entity under paragraphs (2)(a) and (b) (as they read in their application to taxation years that began before 2007, or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, as they read in their application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year), except to the extent that the amount so recoverable is in respect of an amount that is included in the particular entity’s recovery limit because of subparagraph (i) or (ii), and

(b) the total of all amounts each of which is the amount, when made, of a contribution to the trust before the particular time by the particular entity,

exceeds the total of all amounts each of which is

(c) an amount recovered before the particular time from the particular entity in connection with a liability of the particular entity (in respect of the trust and the particular year or a preceding taxation year of the trust) that arose because of the application of subsection (3) (or the application of this section as it read in its application to taxation years that began before 2007, or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, as it read in its application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year),

(d) an amount (other than an amount in respect of which this paragraph has applied in respect of any other entity) recovered before the particular time from a specified party in respect of the particular entity in connection with a liability of the particular entity (in respect of the trust and the particular year or a preceding taxation year of the trust) that arose because of the application of subsection (3) (or the application of this section as it read in its application to taxation years that began before 2007, or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, as it read in its application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year), or

(e) the amount, if any, by which the particular entity’s tax payable under this Part for any taxation year in which an amount described in any of subparagraphs (a)(i) to (iii) was paid, became payable, was received, became receivable or was enjoyed by the particular entity exceeds the amount that would have been the particular entity’s tax payable under this Part for that taxation year if no such amount were paid, became payable, were received, became receivable or were enjoyed by the particular entity in that taxation year.
(8) Le plafond de recouvrement, visé à l’alinéa (3)e) et au paragraphe (7), à un moment donné d’une entité donnée relativement à une fiducie et à une année d’imposition donnée de celle-ci correspond à l’excédent éventuel de la plus élevée des sommes suivantes :
Plafond de recouvrement

a) le total des sommes représentant chacune :

(i) la somme reçue ou à recevoir après 2000 et avant le moment donné :

(A) soit par l’entité donnée à l’occasion de la disposition de tout ou partie de sa participation à titre de bénéficiaire de la fiducie,

(B) soit par une autre entité — qui, au moment où la somme est devenue à recevoir, était un tiers déterminé relativement à l’entité donnée — à l’occasion de la disposition de tout ou partie de sa participation à titre de bénéficiaire de la fiducie,

(ii) la somme, sauf celle visée au sous-alinéa (i), à payer par la fiducie après 2000 et avant le moment donné :

(A) soit à l’entité donnée en raison de sa participation à titre de bénéficiaire de la fiducie,

(B) soit à une autre entité — qui, au moment où la somme est devenue à payer, était un tiers déterminé relativement à l’entité donnée — en raison de sa participation à titre de bénéficiaire de la fiducie,

(iii) la somme, sauf celle visée aux sous-alinéas (i) ou (ii), qui représente la juste valeur marchande d’un avantage qu’a reçu de la fiducie, ou dont a joui, l’une des entités ci-après après 2000 et avant le moment donné :

(A) l’entité donnée,

(B) une autre entité qui, au moment où elle a reçu l’avantage ou en a joui, était un tiers déterminé relativement à l’entité donnée,

(iv) la somme maximale qui serait recouvrable de l’entité donnée à la fin de 2006 (ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, à la fin de sa dernière année d’imposition qui commence avant sa première année d’imposition commençant avant 2007) en vertu du paragraphe (2) (dans sa version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007), si la fiducie avait un impôt à payer en vertu de la présente partie à la fin de 2006 et si cet impôt dépassait le total des sommes visées, relativement à l’entité, aux alinéas (2)a) et b) (dans leur version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans leur version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007), sauf dans la mesure où la somme ainsi recouvrable se rapporte à une somme qui est incluse dans le plafond de recouvrement de l’entité donnée par l’effet des sous-alinéas (i) ou (ii);

b) le total des sommes représentant chacune le montant d’un apport, au moment où il est fait, que l’entité donnée a fait à la fiducie avant le moment donné,

sur le total des sommes représentant chacune :

c) la somme recouvrée de l’entité donnée avant le moment donné au titre de ses obligations découlant de l’application du paragraphe (3) (ou de l’application du présent article, dans sa version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007) relativement à la fiducie et à l’année donnée ou une année d’imposition antérieure de la fiducie;

d) la somme, sauf celle au titre de laquelle le présent alinéa s’est appliqué relativement à une autre entité, recouvrée, avant le moment donné, d’un tiers déterminé relativement à l’entité donnée au titre des obligations de celle-ci découlant de l’application du paragraphe (3) (ou de l’application du présent article, dans sa version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007) relativement à la fiducie et à l’année donnée ou une année d’imposition antérieure de la fiducie;

e) l’excédent éventuel de l’impôt à payer par l’entité donnée en vertu de la présente partie pour une année d’imposition au cours de laquelle la somme visée à l’un des sous-alinéas a)(i) à (iii) a été payée, est devenue à payer, a été reçue ou est devenue à recevoir par l’entité donnée, ou au cours de laquelle l’entité donnée a joui d’une telle somme, sur la somme qui représenterait l’impôt à payer par l’entité donnée en vertu de la présente partie pour cette année si aucune somme semblable n’était payée, ne devenait à payer, n’était reçue ou ne devenait à recevoir par l’entité donnée au cours de cette année ou si l’entité donnée ne jouissait d’aucune somme semblable au cours de cette année.

Determination of contribution amount — special case

(9) If a contribution is made at any time by an entity to a trust as a consequence of a transaction that is, or as a consequence of a series of transactions or events that includes, the transfer at that time to the trust of a specified property, the amount of the contribution at that time is deemed, for the purposes of clause (2)(u)(ii)(C), subparagraph (7)(a)(ii) and subsection (8), to be the greater of

(a) the amount, determined without reference to this subsection, of the contribution at that time, and

(b) the amount that is the greatest fair market value of the specified property, or property substituted for it, in the period that

(i) begins immediately after that time, and

(ii) ends at the end of the third calendar year that ends after that time.
(9) Si une entité fait un apport à une fiducie à un moment donné par suite d’une opération qui consiste à transférer un bien déterminé à la fiducie à ce moment, ou par suite d’une série d’opérations ou d’événements qui comprend un tel transfert, le montant de l’apport, à ce moment, est réputé, pour l’application de la division (2)u)(ii)(C), du sous-alinéa (7)a)(ii) et du paragraphe (8), correspondre à la plus élevée des sommes suivantes :
Calcul de l’apport — cas spécial

a) le montant de l’apport à ce moment, déterminé compte non tenu du présent paragraphe;

b) la juste valeur marchande la plus élevée du bien déterminé, ou d’un bien de remplacement, au cours de la période commençant immédiatement après ce moment et se terminant à la fin de la troisième année civile se terminant après ce moment.

Where contributor becomes resident in Canada within 60 months after contributing

(10) In applying this section at each specified time, in respect of a taxation year of a trust, that is before the particular time at which a contributor to the trust becomes resident in Canada within 60 months after making a contribution to the trust, the contribution is deemed to have been made at a time other than a non-resident time of the contributor if

(a) in applying the definition “non-resident time” in subsection (1) at each of those specified times, the contribution was made at a non-resident time of the contributor; and

(b) in applying the definition “non-resident time” in subsection (1) immediately after the particular time, the contribution is made at a time other than a non-resident time of the contributor.
(10) Pour l’application du présent article à chaque moment déterminé, relativement à une année d’imposition d’une fiducie, qui est antérieur au moment donné où l’un de ses contribuants commence à résider au Canada dans les 60 mois suivant son apport à la fiducie, l’apport est réputé avoir été fait à un moment autre qu’un moment de non-résidence du contribuant si, à la fois :
Début de résidence dans les 60 mois suivant l’apport

a) pour l’application de la définition de « moment de non-résidence » au paragraphe (1) à chacun de ces moments déterminés, l’apport a été fait à un moment de non-résidence du contribuant;

b) pour l’application de cette définition immédiatement après le moment donné, l’apport est fait à un moment autre qu’un moment de non-résidence du contribuant.

Application of subsections (12) and (13)

(11) Subsections (12) and (13) apply to a trust or an entity in respect of a trust if

(a) at any time property of a trust (referred to in this subsection and subsections (12) and (13) as the “original trust”) is transferred or loaned, directly or indirectly, in any manner, to another trust (referred to in this subsection and subsections (12) and (13) as the “transferee trust”);

(b) the original trust

(i) is deemed to be resident in Canada immediately before that time because of paragraph (3)(a),

(ii) would be deemed to be resident in Canada immediately before that time because of paragraph (3)(a) if this section were read without reference to paragraph (a) of the definition “connected contributor” in subsection (1) and paragraph (a) of the definition “resident contributor” in that subsection,

(iii) was deemed to be resident in Canada immediately before that time because of subsection (1) as it read in its application to taxation years that began before 2007 (or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, as it read in its application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year), or

(iv) would have been deemed to be resident in Canada immediately before that time because of subsection (1) as it read in its application to taxation years that began before 2007 (or, where this subsection applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, as it read in its application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year) if that subsection were read in that application without reference to subclause (b)(i)(A)(III) of that subsection; and

(c) it is reasonable to conclude that one of the reasons the transfer or loan is made is to avoid or minimize a liability under this Part that arose, or that would otherwise have arisen, because of the application of subsection (3) (or the application of this section as it read in its application to taxation years that began before 2007 or, where this subsection applies in respect of a taxation year of the trust that begins before 2007, as it read in its application to taxation years of the trust that began before the first such taxation year).
(11) Les paragraphes (12) et (13) s’appliquent à une fiducie ou à une entité relativement à une fiducie si les conditions suivantes sont réunies :
Application des par. (12) et (13)

a) à un moment donné, le bien d’une fiducie (appelée « fiducie initiale » au présent paragraphe et aux paragraphes (12) et (13)) est transféré ou prêté, directement ou indirectement, de quelque manière que ce soit, à une autre fiducie (appelée « fiducie cessionnaire » au présent paragraphe et aux paragraphes (12) et (13));

b) la fiducie initiale, selon le cas :

(i) est réputée résider au Canada immédiatement avant ce moment par l’effet de l’alinéa (3)a),

(ii) serait réputée résider au Canada immédiatement avant ce moment par l’effet de l’alinéa (3)a) s’il n’était pas tenu compte de l’alinéa a) de la définition de « contribuant rattaché » au paragraphe (1) ni de l’alinéa a) de la définition de « contribuant résidant » à ce paragraphe,

(iii) était réputée résider au Canada immédiatement avant ce moment par l’effet du paragraphe (1), dans sa version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007,

(iv) aurait été réputée résider au Canada immédiatement avant ce moment par l’effet du paragraphe (1), dans sa version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 (ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007), si cette version du paragraphe (1) s’appliquait compte non tenu de sa subdivision b)(i)(A)(III);

c) il est raisonnable de conclure que l’une des raisons du transfert ou du prêt consiste à permettre que soit évitée ou minimisée une obligation prévue par la présente partie qui découle, ou aurait découlé par ailleurs, de l’application du paragraphe (3) (ou de l’application du présent article, dans sa version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007 ou, si le présent paragraphe s’applique à une année d’imposition de la fiducie commençant avant 2007, dans sa version applicable à ses années d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007).

Deemed resident contributor

(12) The original trust described in subsection (11) (including a trust that has ceased to exist) is deemed to be, at and after the time of the transfer or loan referred to in that subsection, a resident contributor to the transferee trust for the purpose of applying this section in respect of the transferee trust.
(12) La fiducie initiale visée au paragraphe (11) — y compris la fiducie qui a cessé d’exister — est réputée être, à compter du moment du transfert ou du prêt visé à ce même paragraphe, un contribuant résidant de la fiducie cessionnaire pour l’application du présent article à cette dernière.
Contribuant résidant — présomption

Deemed contributor

(13) An entity (including any entity that has ceased to exist) that is, at the time of the transfer or loan referred to in subsection (11), a contributor to the original trust, is deemed to be at and after that time

(a) a contributor to the transferee trust; and

(b) a connected contributor to the transferee trust, if at that time the entity is a connected contributor to the original trust.
(13) L’entité — y compris celle qui a cessé d’exister — qui est un contribuant de la fiducie initiale au moment du transfert ou du prêt visé au paragraphe (11) est réputée être, à compter de ce moment, à la fois :
Contribuant — présomption

a) un contribuant de la fiducie cessionnaire;

b) un contribuant rattaché de la fiducie cessionnaire si, à ce moment, l’entité est un contribuant rattaché de la fiducie initiale.

Restricted property — exception

(14) A particular property that is, or will be, at any time held, loaned or transferred, as the case may be, by an entity is not restricted property held, loaned or transferred, as the case may be, at that time by the entity if

(a) the particular property is a share of a specified class (as defined by subsection 256(1.1)) of the shares of the capital stock of a corporation and

(i) the particular property was acquired, as part of a transaction or series of transactions or events, from the corporation in exchange for, or as consideration for, property that is money only, and

(ii) no other property (other than property that is identical to the particular property) was acquired by any entity as part of that transaction or series of transactions or events;

(b) the particular property is identified in prescribed form, containing prescribed information, filed, by or on behalf of the entity, with the Minister on or before the entity’s filing-due date (or another date that is acceptable to the Minister) for the entity’s taxation year that includes that time, and

(i) the particular property (and property, if any, for which the particular property is, or is to be, substituted property) was not, and will not be, at any time acquired, held, loaned or transferred by the entity (or any entity with whom the entity does not at any time deal at arm’s length) in whole or in part for the purpose of permitting any change in the value of the property of a corporation (that is, at any time, a closely-held corporation) to accrue directly or indirectly in any manner whatever to the value of property held by a non-resident trust, and

(ii) the Minister is satisfied that the particular property (and property, if any, for which it is, or is to be, substituted) is described by subparagraph (i); or

(c) the property is at that time excluded property.
(14) Le bien donné qui est ou sera détenu, prêté ou transféré par une entité à un moment donné n’est pas un bien d’exception qu’elle détient, prête ou transfère, selon le cas, à ce moment si, selon le cas :
Biens d’exception — exception

a) il s’agit d’une action appartenant à une catégorie exclue, au sens du paragraphe 256(1.1), d’actions du capital-actions d’une société et :

(i) d’une part, il a été acquis de la société, dans le cadre d’une opération ou d’une série d’opérations ou d’événements, en échange ou en contrepartie de biens constitués d’argent seulement,

(ii) d’autre part, aucun autre bien (sauf un bien qui est identique au bien donné) n’a été acquis par une entité quelconque dans le cadre de cette opération ou série;

b) il est désigné dans un formulaire prescrit, contenant les renseignements prescrits, qui est présenté au ministre par l’entité, ou pour son compte, au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend ce moment ou à une autre date que le ministre estime acceptable, et :

(i) d’une part, le bien donné (et éventuellement un bien auquel il est ou doit être substitué) n’a jamais été — et ne sera jamais — acquis, détenu, prêté ou transféré, en tout ou en partie, par l’entité, ou par toute entité avec laquelle elle a un lien de dépendance, dans le but de permettre que tout changement de la valeur des biens d’une société — qui est une société à peu d’actionnaires à un moment quelconque — soit attribué directement ou indirectement, de quelque manière que ce soit, à la valeur d’un bien détenu par une fiducie non-résidente,

(ii) d’autre part, le ministre est convaincu que le bien donné (et éventuellement un bien auquel il est ou doit être substitué) est visé au sous-alinéa (i);

c) il constitue un bien exclu à ce moment.

Determining arm’s length dealing and related entities

(15) In determining whether an entity and another entity are related to each other or deal at arm’s length with each other, a person referred to in section 251 includes an entity.
(15) Lorsqu’il s’agit d’établir si deux entités sont liées l’une à l’autre ou si elles traitent entre elles sans lien de dépendance, la personne visée à l’article 251 comprend une entité.
Détermination du lien

Anti-avoidance — 150 entities

(16) In applying this section,

(a) if it can reasonably be considered that one of the main reasons that an entity is at any time a shareholder of a corporation is to cause the condition in paragraph (b) of the definition “closely-held corporation” in subsection (1) to be satisfied in respect of the corporation, the condition is deemed not to have been satisfied at that time in respect of the corporation;

(b) if it can reasonably be considered that one of the main reasons that an entity holds at any time an interest in a trust is to cause the condition in subclause (h)(ii)(A)(I) of the definition “exempt foreign trust” in subsection (1) to be satisfied in respect of the trust, the condition is deemed not to have been satisfied at that time in respect of the trust; and

(c) if it can reasonably be considered that one of the main reasons that a person holds at any time a property is to cause the condition in paragraph (b) of the definition “excluded property” in subsection (1) to be satisfied in respect of the property or an identical property held by any person, the condition is deemed not to have been satisfied at that time in respect of the property or the identical property.
(16) Les règles ci-après s’appliquent dans le cadre du présent article :
Anti-évitement — 150 entités

a) s’il est raisonnable de considérer que l’une des principales raisons pour lesquelles une entité est un actionnaire d’une société à un moment quelconque est de faire en sorte que la condition énoncée à l’alinéa b) de la définition de « société à peu d’actionnaires » au paragraphe (1) soit remplie relativement à la société, cette condition est réputée ne pas avoir été remplie à ce moment relativement à la société;

b) s’il est raisonnable de considérer que l’une des principales raisons pour lesquelles une entité détient une participation dans une fiducie à un moment quelconque est de faire en sorte que la condition énoncée à la subdivision h)(ii)(A)(I) de la définition de « fiducie étrangère exempte » au paragraphe (1) soit remplie relativement à la fiducie, cette condition est réputée ne pas avoir été remplie à ce moment relativement à la fiducie;

c) s’il est raisonnable de considérer que l’une des principales raisons pour lesquelles une personne détient un bien à un moment quelconque est de faire en sorte que la condition énoncée à l’alinéa b) de la définition de « bien exclu » au paragraphe (1) soit remplie relativement au bien ou à un bien identique détenu par une personne quelconque, la condition est réputée ne pas avoir été remplie à ce moment relativement au bien ou au bien identique.

(2) Subsection (1) applies to trust taxation years that begin after 2006, except that
(a) it also applies to taxation years that begin in each of 2001, 2002, 2003, 2004, 2005 and 2006 of a trust if the trust was created in 2001 and elects, in writing, to have section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), apply to those taxation years by filing the election with the Minister of National Revenue on or before the trust’s filing-due date for the trust’s taxation year in which this Act is assented to;
(b) it also applies to taxation years that begin in each of 2002, 2003, 2004, 2005 and 2006 of a trust if the trust was created in 2002 and elects, in writing, to have section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), apply to those taxation years by filing the election with the Minister of National Revenue on or before the trust’s filing-due date for the trust’s taxation year in which this Act is assented to;
(c) it also applies to taxation years that begin in each of 2003, 2004, 2005 and 2006 of a trust if the trust elects, in writing, to have section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), apply to those taxation years by filing the election with the Minister of National Revenue on or before the trust’s filing-due date for the trust’s taxation year in which this Act is assented to;
(d) it also applies to taxation years that begin in each of 2004, 2005 and 2006 of a trust if the trust elects, in writing, to have section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), apply to those taxation years by filing the election with the Minister of National Revenue on or before the trust’s filing-due date for the trust’s taxation year in which this Act is assented to;
(e) it also applies to taxation years that begin in 2005 and 2006 of a trust if the trust elects, in writing, to have section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), apply to those taxation years by filing the election with the Minister of National Revenue on or before the trust’s filing-due date for the trust’s taxation year in which this Act is assented to;
(f) it also applies to taxation years that begin in 2006 of a trust if the trust elects, in writing, to have section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), apply to those taxation years by filing the election with the Minister of National Revenue on or before the trust’s filing-due date for the trust’s taxation year in which this Act is assented to;
(g) any election or form referred to in section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), that would otherwise be required to be filed before 120 days after the day on which this Act is assented to is deemed to have been filed with the Minister of National Revenue on a timely basis if it is filed with the Minister of National Revenue within 365 days after the day on which this Act is assented to;
(h) if a trust elects, by notifying the Minister of National Revenue in writing on or before its filing-due date for its taxation year that includes the day on which this Act is assented to, that this paragraph apply, in applying section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), in respect of the trust the definition “arm’s length transfer” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), does not include a loan or other transfer of property that is identified in the election and that is made in a taxation year that begins before 2003;
(i) unless a trust elects, by notifying the Minister of National Revenue in writing on or before its filing-due date for its taxation year that includes the day on which this Act is assented to, that this paragraph not apply, paragraphs (a) and (b) of the definition “closely-held corporation” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), are, in respect of the trust for its taxation years that begin on or before July 18, 2005, to be read as follows:
(a) there are one or more classes of shares of its capital stock that are not a specified class within the meaning assigned by subsection 256(1.1); and
(b) it is reasonable to conclude that at that time
(i) the shares of those classes (other than such a specified class) are held by at least 150 entities each of whom holds shares that have a total fair market value of at least $500, and
(ii) the total number of issued and outstanding shares of a class (other than such a specified class) held by a particular entity or by any other entity with whom the particular entity does not deal at arm’s length is not more than 10% of the total number of the issued and outstanding shares of that class.
(j) if a trust elects, by notifying the Minister of National Revenue in writing on or before its filing-due date for its taxation year that includes the day on which this Act is assented to, that this paragraph apply, paragraph (f) of the definition “eligible trust” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is, in respect of the trust for its taxation years that begin on or before July 18, 2005, to be read as follows:
(f) that at or before that time was a personal trust; or
(k) subparagraph (b)(i) of the definition “exempt foreign trust” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is, for taxation years that begin on or before July 18, 2005, to be read as follows:
(i) the trust was created after the breakdown of a marriage or common-law partnership of two particular individuals to provide for the maintenance of a beneficiary under the trust who is a child of one of those particular individuals (which beneficiary is referred to in this paragraph as a “child beneficiary”),
(l) unless a trust elects, by notifying the Minister of National Revenue in writing on or before its filing-due date for its taxation year that includes the day on which this Act is assented to, that this paragraph not apply, paragraphs (f) and (g) of the definition “exempt foreign trust” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), are, in respect of the trust for its taxation years that begin on or before July 18, 2005, to be read as follows:
(f) a non-resident trust, if throughout the trust’s taxation year that includes the par- ticular time
(i) the trust is a trust governed by an employee benefit plan or is a trust described in paragraph (a.1) of the definition “trust” in subsection 108(1),
(ii) the trust is maintained primarily for the benefit of non-resident individuals,
(iii) the trust holds no restricted property, and
(iv) no benefits are provided under the trust, other than benefits in respect of
(A) services rendered to an employer by an employee of the employer, which employee was non-resident throughout the period during which the services were rendered,
(B) services rendered to an employer by an employee of the employer, other than services that were
(I) rendered primarily in Canada,
(II) rendered primarily in connection with a business carried on by the employer in Canada, or
(III) a combination of services described in subclauses (I) and (II),
(C) services rendered to an employer by an employee, of the employer, in a particular calendar month, which employee
(I) was resident in Canada throughout no more than 60 months during the 72-month period that ends at the end of the particular month, and
(II) became a member of, or a beneficiary under, the plan or trust under which benefits in respect of the services may be provided (or a similar plan or trust for which the plan or the trust was substituted) before the end of the calendar month following the month in which the employee became resident in Canada, or
(D) any combination of services described by clauses (A) to (C);
(g) a non-resident trust that, throughout the particular period that began at the time it was created and ends at the particular time,
(i) has been operated exclusively for the purpose of administering or providing superannuation, pension, retirement or employee benefits,
(ii) has
(A) been maintained for the benefit of persons all or substantially all of whom are non-resident individuals, or
(B) been maintained for the benefit of persons
(I) the majority of whom are non-resident individuals, and
(II) all or substantially all of whom are employed by one corporation or by two or more corporations each of which is related to each other, and
(iii) has
(A) been resident in a country (other than Canada) the laws of which impose an income or profits tax, and been exempt, under the laws of that country, from the payment of income tax and profits tax to the government of that country in recognition of the purposes for which the trust is operated, or
(B) held cash or shares of the capital stock of one or more corporations referred to in subclause (ii)(B)(II) the value of which at any time in the particular period represents all or substantially all of the value of its property at that time, held no restricted property, and been governed by terms that provide, in respect of each individual who is a beneficiary under the trust and was resident in Canada at any time while employed by one of those corporations, for a transfer of property to be made by the trust to the individual in satisfaction of a right (other than a right under an arrangement to which subsection 7(2) or (6) applies) of the individual as a beneficiary under the trust only on or after the satisfaction of the conditions, if any, attached to that right;
(m) subparagraph (f)(iv) of the definition “exempt foreign trust” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is, in respect of a trust for its taxation years that end before 2009, to be read as follows:
(iv) throughout the trust’s taxation year that includes the particular time, no benefits are provided under the trust, other than benefits in respect of
(A) qualifying services,
(B) particular services rendered before November 9, 2006, to an employer by an employee of the employer if the employee had on November 8, 2006, a right (whether immediate or future or whether absolute or contingent) to receive the benefits in respect of the particular services pursuant to an agreement in writing
(I) that was entered into before November 9, 2006, and
(II) where the employee was resident in Canada on November 9, 2006, a copy of which was filed with a prescribed form with the Minister by or on behalf of the employer no later than April 30 of the first calendar year that begins after November 9, 2006, or
(C) any combination of services that are described in clause (A) or (B);
(n) if a trust elects, by notifying the Minister of National Revenue in writing on or before its filing-due date for its taxation year that includes the day on which this Act is assented to, that this paragraph apply, paragraph (h) of the definition “exempt foreign trust” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is, in respect of the trust for its taxation years that begin on or before July 18, 2005, to be read as follows:
(h) a non-resident trust that is, at the particular time, an eligible trust
(i) under which the interest of each beneficiary (in this subparagraph, determined without reference to subsection 248(25)) is, at all times that the interest exists during the trust’s taxation year that includes the particular time, a specified fixed interest of the beneficiary in the trust, if at the particular time
(A) there are at least 150 beneficiaries each of whom holds a specified fixed interest in the trust with a fair market value of at least $500, and
(B) where in respect of a class of interests as a beneficiary under the trust, the total fair market value of interests of that class held by a resident contributor or by any other entity with whom the resident contributor does not deal at arm’s length is more than 10% of the total fair market value of interests of that class, it is reasonable to conclude (determined by reference to all the circumstances including the terms of the trust, an intention, the laws of a country or the existence of an agreement, a memorandum, a letter of wishes or any other arrangement) that that resident contributor is a specified contributor to the trust, or
(ii) under which the interest of each beneficiary under the trust is, at all times that the interest exists during the trust’s taxation year that includes the particular time, a specified fixed interest of the beneficiary in the trust, if in respect of the trust
(A) a prescribed form and a copy of the terms of the trust that apply at the particular time have been filed with the Minister by or on behalf of the trust on or before its filing due date for its taxation year that includes the particular time (or a later date that is acceptable to the Minister), and
(B) it is reasonable to conclude (determined by reference to all the circumstances including the terms of the trust, an intention, the laws of a country or the existence of an agreement, a memorandum, a letter of wishes or any other arrangement) that each resident con- tributor (other than an indirect contributor) to the trust at the particular time is a specified contributor to the trust at the particular time; or
(o) the expression “if the entity is an individual and the trust arose on and as a consequence of the death of the individ- ual, 18 months before the contribution time” in the definition “non-resident time” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is, in respect of contributions made before June 23, 2000, to be read as the expression “if the contribution time is before June 23, 2000, 18 months before the end of the trust’s taxation year that includes the contribution time”;
(p) the portion of subparagraph (b)(iii) of the definition “restricted property” in subsection 94(1) of the Act before clause (A), as enacted by subsection (1), is, for taxation years that begin on or before July 18, 2005, to be read as follows:
(iii) the amount of any payment (under a right to receive, in any manner whatever and from any entity, amounts in respect of the indebtedness), or the value of such a right, is, directly or indirectly, determined primarily by one or more of the following criteria in respect of one or more properties of the other entity (or an entity with which the other entity does not deal at arm’s length):
(q) the definition “restricted property” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is, in respect of taxation years that begin on or before November 9, 2006, to be read without reference to its subparagraph (a)(ii) and its clause (b)(ii)(B);
(r) if a trust elects, by notifying the Minister of National Revenue in writing on or before its filing-due date for its taxation year that includes the day on which this Act is assented to, that this paragraph apply, in applying section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), in respect of the trust the definition “specified fixed interest” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is, for its taxation years that begin on or before July 18, 2005, to be read as follows:
“specified fixed interest”, at any time of an entity in a trust, means a capital interest of the entity in the trust if
(a) the interest includes, at that time, a right of the entity as a beneficiary under the trust to receive, at or after that time and directly from the trust, income or capital of the trust;
(b) the interest was acquired, at or before that time, from the trust by any entity, in circumstances that are described by subparagraph (2)(g)(ii);
(c) no right of the entity as a beneficiary under the trust to income or capital of the trust may cease to be a right of the entity (or the entity’s legal representatives) otherwise than because of
(i) a gift of that interest made by the entity, or
(ii) a transaction or event under which the entity (or the entity’s legal representatives) is entitled to receive an amount equal to the fair market value, immediately before that cessation, of the right; and
(d) the trust was not at any time at or before that time a personal trust.
(s) paragraph (e) of the definition “specified property” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is, in respect of taxation years that begin on or before November 9, 2006, to be read as follows:
(e) a right to acquire property described in any of paragraphs (a) to (d); and
(t) if a trust ceased to exist before October 31, 2003, the definition “specified time” in subsection 94(1) of the Act, as enacted by subsection (1), is to be read in respect of the trust without reference to paragraph (b) of that definition;
(u) if subsection (1) applies to a trust for any taxation year that begins after 2000 and before 2007,
(i) paragraph 94(3)(e) and subparagraphs 94(8)(a)(iv) and (11)(b)(iii) and (iv) of the Act, as enacted by subsection (1), do not apply to the trust, and
(ii) paragraphs 94(8)(c) and (d) and (11)(c) of the Act, as enacted by subsection (1), in their application to the trust are to be read without reference to the expression “(or the application of this section as it read in its application to taxation years that began before 2007)”;
(v) subparagraph 94(3)(a)(x) of the Act, as enacted by subsection (1), does not apply in determining, on or before July 18, 2005, whether a foreign affiliate is a controlled foreign affiliate of a taxpayer;
(w) paragraph 94(4)(b) of the Act, as enacted by subsection (1), is
(i) subject to subparagraph (ii), for taxation years that begin on or before July 18, 2005, to be read without reference to “the definition “Canadian partnership” in subsection 102(1),”, and
(ii) to be read as follows in its application to a transfer, by a trust, that occurred before February 28, 2004:
(b) subsections 70(6) and 73(1), paragraph 107.4(1)(c) other than subparagraph (i) of that paragraph and paragraph (a) of the definition “mutual fund trust” in subsection 132(6);
(x) if a trust was, for its last taxation year that began before 2007 (or, where section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, for its last taxation year that began before the first such taxation year), deemed by paragraph 94(1)(c) of the Act (as it read in its application to that taxation year) to be resident in Canada, paragraphs 94(4)(d) and (e) of the Act, as enacted by subsection (1), do not apply to the trust for the period that starts immediately before the end of that last taxation year and that ends immediately after the beginning of its first taxation year that begins after 2006 (or, where section 94 of the Act, as enacted by subsection (1), applies to a taxation year of the trust that begins before 2007, for the period that starts immediately before the end of the last taxation year beginning before the first such taxation year and that ends immediately after the beginning of that first such taxation year), unless during that period a change in the trustees of the trust occurred;
(y) paragraph 94(4)(f) of the Act, as enacted by subsection (1), is, in its application to a transfer by a trust that occurred before February 28, 2004, to be read as follows:
(f) determining the residency of the transferee in applying subparagraph (f)(ii) of the definition “disposition” in subsection 248(1);
(2) Le paragraphe (1) s’applique aux années d’imposition de fiducies commençant après 2006. Toutefois :
a) il s’applique également aux années d’imposition d’une fiducie commençant en 2001, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006 si la fiducie a été établie en 2001 et fait un choix afin que l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), s’applique à ces années d’imposition; le document concernant ce choix doit être adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui est applicable à la fiducie pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi;
b) il s’applique également aux années d’imposition d’une fiducie commençant en 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006 si la fiducie a été établie en 2002 et fait un choix afin que l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), s’applique à ces années d’imposition; le document concernant ce choix doit être adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui est applicable à la fiducie pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi;
c) il s’applique également aux années d’imposition d’une fiducie commençant en 2003, 2004, 2005 et 2006 si la fiducie fait un choix afin que l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), s’applique à ces années d’imposition; le document concernant ce choix doit être adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui est applicable à la fiducie pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi;
d) il s’applique également aux années d’imposition d’une fiducie commençant en 2004, 2005 et 2006 si la fiducie fait un choix afin que l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), s’applique à ces années d’imposition; le document concernant ce choix doit être adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui est applicable à la fiducie pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi;
e) il s’applique également aux années d’imposition d’une fiducie commençant en 2005 et 2006 si la fiducie fait un choix afin que l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), s’applique à ces années d’imposition; le document concernant ce choix doit être adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui est applicable à la fiducie pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi;
f) il s’applique également aux années d’imposition d’une fiducie commençant en 2006 si la fiducie fait un choix afin que l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), s’applique à ces années d’imposition; le document concernant ce choix doit être adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui est applicable à la fiducie pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi;
g) tout choix ou formulaire visé à l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), qui serait à produire par ailleurs avant le 120e jour suivant la date de sanction de la présente loi est réputé avoir été présenté au ministre du Revenu national dans le délai imparti s’il lui est présenté dans les 365 jours suivant cette date;
h) si une fiducie choisit de se prévaloir du présent alinéa par avis écrit adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi, pour l’application de l’article 94 de la Loi de l’impôt sur le revenu, édicté par le paragraphe (1), relativement à la fiducie, la définition de « transfert sans lien de dépendance » au paragraphe 94(1) de la même loi, édictée par le paragraphe (1), ne comprend pas un prêt ou autre transfert de bien qui est indiqué dans le document concernant le choix et qui est effectué au cours d’une année d’imposition commençant avant 2003;
i) sauf si une fiducie choisit de ne pas tenir compte du présent alinéa par avis écrit adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi, les alinéas a) et b) de la définition de « société à peu d’actionnaires » au paragraphe 94(1) de la Loi de l’impôt sur le revenu, édictés par le paragraphe (1), sont réputés avoir le libellé ci-après pour ce qui est de la fiducie pour ses années d’imposition commençant au plus tard le 18 juillet 2005 :
a) une ou plusieurs des catégories d’actions de son capital-actions ne sont pas des catégories exclues au sens du paragraphe 256(1.1);
b) il est raisonnable de conclure que, à ce moment :
(i) les actions de ces catégories, à l’exception des catégories exclues au sens de ce paragraphe, sont détenues par au moins 150 entités dont chacune détient des actions d’une juste valeur marchande totale d’au moins 500 $,
(ii) le nombre total d’actions émises et en circulation d’une catégorie, à l’exception d’une catégorie exclue au sens de ce paragraphe, détenues par une entité donnée ou par une autre entité avec laquelle celle-ci a un lien de dépendance compte pour 10 % ou moins du nombre total d’actions émises et en circulation de cette catégorie.
j) si une fiducie choisit de se prévaloir du présent alinéa par avis écrit adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi, l’alinéa f) de la définition de « fiducie admissible » au paragraphe 94(1) de la Loi de l’impôt sur le revenu, édicté par le paragraphe (1), est réputé avoir le libellé ci-après pour ce qui est de la fiducie pour ses années d’imposition commençant au plus tard le 18 juillet 2005 :
f) la fiducie qui était une fiducie personnelle à ce moment ou antérieurement;
k) le sous-alinéa b)(i) de la définition de « fiducie étrangère exempte » au paragraphe 94(1) de la même loi, édicté par le paragraphe (1), est réputé avoir le libellé ci-après pour ce qui est des années d’imposition commençant au plus tard le 18 juillet 2005 :
(i) elle a été établie après l’échec du mariage ou de l’union de fait de deux particuliers pour subvenir aux besoins d’un bénéficiaire de la fiducie qui est l’enfant de l’un de ces particuliers (ce bénéficiaire étant appelé « enfant bénéficiaire » au présent alinéa),
l) sauf si une fiducie fait un choix, par avis écrit adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi, afin que le présent alinéa ne s’applique pas, les alinéas f) et g) de la définition de « fiducie étrangère exempte » au paragraphe 94(1) de la Loi de l’impôt sur le revenu, édictés par le paragraphe (1), sont réputés avoir le libellé ci-après pour ce qui est de la fiducie pour ses années d’imposition commençant au plus tard le 18 juillet 2005 :
f) la fiducie non-résidente à l’égard de laquelle les conditions ci-après sont réunies tout au long de son année d’imposition qui comprend le moment donné :
(i) elle est une fiducie régie par un régime de prestations aux employés ou une fiducie visée à l’alinéa a.1) de la définition de « fiducie » au paragraphe 108(1),
(ii) elle est administrée principalement au profit de particuliers non-résidents,
(iii) elle ne détient aucun bien d’exception,
(iv) les seules prestations prévues par la fiducie sont celles relatives aux services suivants :
(A) les services rendus à un employeur par son employé qui était un non-résident tout au long de la période où il a rendu les services,
(B) les services rendus à un employeur par son employé, à l’exception :
(I) des services rendus principalement au Canada,
(II) des services rendus principalement dans le cadre d’une entreprise exploitée par l’employeur au Canada,
(III) d’un cumul des services visés aux subdivisions (I) et (II),
(C) les services rendus à un employeur par son employé au cours d’un mois civil donné, lequel employé, à la fois :
(I) a résidé au Canada pendant au plus 60 mois de la période de 72 mois se terminant à la fin du mois donné,
(II) est devenu participant ou bénéficiaire du régime ou de la fiducie dans le cadre duquel les prestations relatives aux services peuvent être versées (ou d’un régime ou d’une fiducie semblable auquel le régime ou la fiducie en cause a été substitué) avant la fin du mois civil suivant le mois au cours duquel il a commencé à résider au Canada,
(D) tout cumul de services visés aux divisions (A) à (C);
g) la fiducie non-résidente qui, tout au long de la période donnée ayant commencé au moment de son établissement et se terminant au moment donné, à la fois :
(i) a été administrée exclusivement pour assurer ou verser des prestations de retraite ou de pension ou des prestations à des employés,
(ii) a été administrée :
(A) soit au profit de personnes qui sont, en totalité ou en presque totalité, des particuliers non-résidents,
(B) soit au profit de personnes qui, à la fois :
(I) sont en majorité des particuliers non-résidents,
(II) sont, en totalité ou en presque totalité, au service d’une seule société ou de plusieurs sociétés liées les unes aux autres,
(iii) selon le cas :
(A) a résidé dans un pays étranger dont les lois prévoient un impôt sur le revenu ou sur les bénéfices et était exemptée, en vertu des lois de ce pays, du paiement de cet impôt au gouvernement de ce pays en reconnaissance des fins auxquelles elle est administrée,
(B) a détenu des espèces ou des actions du capital-actions d’une ou de plusieurs sociétés visées à la subdivision (ii)(B)(II) dont la valeur, à un moment de la période donnée, représente la totalité ou la presque totalité de la valeur de ses biens à ce moment, n’a détenu aucun bien d’exception et a été régie par des modalités prévoyant, relativement à chaque particulier bénéficiaire de la fiducie qui résidait au Canada tout en étant au service d’une de ces sociétés, un transfert de biens par la fiducie au particulier en règlement d’un droit, sauf un droit prévu par un arrangement auquel le paragraphe 7(2) ou (6) s’applique, du particulier en tant que bénéficiaire de la fiducie, ce transfert ne pouvant être effectué qu’une fois remplies les conditions éventuellement rattachées à ce droit;
m) le sous-alinéa f)(iv) de la définition de « fiducie étrangère exempte » au paragraphe 94(1) de la même loi, édicté par le paragraphe (1), est réputé avoir le libellé ci-après pour ce qui est d’une fiducie pour ses années d’imposition se terminant avant 2009 :
(iv) tout au long de son année d’imposition qui comprend le moment donné, les seules prestations prévues par la fiducie sont celles relatives aux services suivants :
(A) des services admissibles,
(B) des services rendus avant le 9 novembre 2006 à un employeur par son employé qui, le 8 novembre 2006, avait le droit — immédiat ou futur ou absolu ou conditionnel — de recevoir les prestations relatives à ces services conformément à un accord écrit qui a fait l’objet du traitement suivant :
(I) il a été conclu avant le 9 novembre 2006,
(II) si l’employé résidait au Canada le 9 novembre 2006, une copie de l’accord, accompagnée du formulaire prescrit, a été présentée au ministre par l’employeur, ou pour son compte, au plus tard le 30 avril de la première année civile commençant après cette date,
(C) tout cumul de services visés aux divisions (A) ou (B);
n) si une fiducie choisit de se prévaloir du présent alinéa, par avis écrit adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi, l’alinéa h) de la définition de « fiducie étrangère exempte » au paragraphe 94(1) de la Loi de l’impôt sur le revenu, édicté par le paragraphe (1), est réputé avoir le libellé ci-après pour ce qui est de la fiducie pour ses années d’imposition commençant au plus tard le 18 juillet 2005 :
h) la fiducie non-résidente qui, au moment donné, est une fiducie admissible dans le cadre de laquelle, selon le cas :
(i) la participation de chaque bénéficiaire (déterminé, au présent sous-alinéa, compte non tenu du paragraphe 248(25)) est, à tout moment où cette participation existe pendant l’année d’imposition de la fiducie qui comprend le moment donné, une participation fixe désignée du bénéficiaire dans la fiducie si, au moment donné :
(A) d’une part, il existe au moins 150 bénéficiaires dont chacun détient, dans la fiducie, une participation fixe désignée ayant une juste valeur marchande d’au moins 500 $,
(B) d’autre part, il est raisonnable de conclure (d’après les circonstances, y compris les modalités de la fiducie, une intention quelconque, les lois d’un pays ou l’existence d’un accord, d’un mémoire, d’une lettre de souhaits ou d’un autre arrangement), dans le cas où, en ce qui concerne une catégorie de participations à titre de bénéficiaire de la fiducie, la juste valeur marchande totale des participations de cette catégorie, détenues par un contribuant résidant ou par une autre entité avec laquelle celui-ci a un lien de dépendance, représente plus de 10 % de la juste valeur marchande totale des participations de cette catégorie, que ce contribuant résidant est un contribuant déterminé de la fiducie,
(ii) la participation de chaque bénéficiaire est, à tout moment où cette participation existe pendant l’année d’imposition de la fiducie qui comprend le moment donné, une participation fixe désignée du bénéficiaire dans la fiducie si, en ce qui concerne la fiducie :
(A) d’une part, un formulaire prescrit et une copie des modalités de la fiducie qui s’appliquent au moment donné ont été présentés au ministre par la fiducie, ou pour son compte, au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend le moment donné ou à toute date postérieure que le ministre estime acceptable,
(B) d’autre part, il est raisonnable de conclure (d’après les circonstances, y compris les modalités de la fiducie, une intention quelconque, les lois d’un pays ou l’existence d’un accord, d’un mémoire, d’une lettre de souhaits ou d’un autre arrangement) que chaque contribuant résidant de la fiducie au moment donné (sauf un contribuant indirect) est un contribuant déterminé de celle-ci à ce moment;
o) pour ce qui est des apports faits avant le 23 juin 2000, la mention « si l’entité est un particulier et que la fiducie a commencé à exister au décès du particulier et par suite de ce décès, 18 mois avant ce moment » à la définition de « moment de non-résidence » au paragraphe 94(1) de la même loi, édictée par le paragraphe (1), vaut mention de « si ce moment est antérieur au 23 juin 2000, 18 mois avant la fin de l’année d’imposition de la fiducie qui comprend ce même moment »;
p) le passage du sous-alinéa b)(iii) de la définition de « bien d’exception » précédant la division (A), au paragraphe 94(1) de la même loi, édicté par le paragraphe (1), est réputé avoir le libellé ci-après pour ce qui est des années d’imposition commençant au plus tard le 18 juillet 2005 :
(iii) le montant de tout paiement découlant du droit de recevoir, de quelque manière que ce soit et d’une entité quelconque, des sommes au titre de la dette, ou la valeur d’un tel droit, est déterminé principalement, directement ou indirectement, d’après l’un ou plusieurs des critères ci-après relativement à un ou plusieurs biens de l’autre entité ou d’une entité avec laquelle celle-ci a un lien de dépendance :
q) il n’est pas tenu compte du sous-alinéa a)(ii) et de la division b)(ii)(B) de la définition de « bien d’exception » au paragraphe 94(1) de la même loi, édictée par le paragraphe (1), pour ce qui est des années d’imposition commençant au plus tard le 9 novembre 2006;
r) si une fiducie choisit de se prévaloir du présent alinéa par avis écrit adressé au ministre du Revenu national au plus tard à la date d’échéance de production qui lui est applicable pour son année d’imposition qui comprend la date de sanction de la présente loi, pour l’application de l’article 94 de la Loi de l’impôt sur le revenu, édicté par le paragraphe (1), relativement à la fiducie, la définition de « participation fixe désignée » au paragraphe 94(1) de la même loi, édictée par le paragraphe (1), est réputée avoir le libellé ci-après pour ce qui est de ses années d’imposition commençant au plus tard le 18 juillet 2005 :
« participation fixe désignée » Est une participation fixe désignée d’une entité dans une fiducie à un moment donné la participation au capital de l’entité dans la fiducie si, à la fois :
a) la participation comprend, à ce moment, le droit de l’entité, à titre de bénéficiaire de la fiducie, de recevoir, à ce moment ou par la suite et directement de la fiducie, tout ou partie du revenu ou du capital de celle-ci;
b) une entité quelconque a acquis la participation de la fiducie, à ce moment ou antérieurement, dans les circonstances visées au sous-alinéa (2)g)(ii);
c) aucun droit de l’entité, à titre de bénéficiaire de la fiducie, au revenu ou au capital de celle-ci ne peut cesser d’être un droit de l’entité, ou de ses représentants légaux, autrement que par suite de l’un des événements suivants :
(i) le don de la participation par l’entité,
(ii) une opération ou un événement dans le cadre duquel l’entité, ou ses représentants légaux, peuvent recevoir une somme égale à la juste valeur marchande du droit immédiatement avant la cessation;
d) la fiducie n’est pas une fiducie personnelle à ce moment et ne l’a jamais été auparavant.
s) l’alinéa e) de la définition de « bien déterminé » au paragraphe 94(1) de la même loi, édicté par le paragraphe (1), est réputé avoir le libellé ci-après pour ce qui est des années d’imposition commençant au plus tard le 9 novembre 2006 :
e) droit d’acquérir un bien visé à l’un des alinéas a) à d);
t) si une fiducie a cessé d’exister avant le 31 octobre 2003, il n’est pas tenu compte, en ce qui concerne la fiducie, de l’alinéa b) de la définition de « moment déterminé » au paragraphe 94(1) de la même loi, édicté par le paragraphe (1);
u) si le paragraphe (1) s’applique à une fiducie pour une année d’imposition commençant après 2000 et avant 2007 :
(i) l’alinéa 94(3)e) et les sous-alinéas 94(8)a)(iv) et (11)b)(iii) et (iv) de la même loi, édictés par le paragraphe (1), ne s’appliquent pas à la fiducie,
(ii) les alinéas 94(8)c) et d) et (11)c) de la même loi, édictés par le paragraphe (1), s’appliquent à la fiducie compte non tenu du passage « (ou de l’application du présent article, dans sa version applicable aux années d’imposition ayant commencé avant 2007) »;
v) le sous-alinéa 94(3)a)(x) de la même loi, édicté par le paragraphe (1), ne permet pas d’établir, avant le 19 juillet 2005, si une société étrangère affiliée est une société étrangère affiliée contrôlée d’un contribuable;
w) l’alinéa 94(4)b) de la même loi, édicté par le paragraphe (1) :
(i) s’applique, sous réserve du sous-alinéa (ii), pour ce qui est des années d’imposition commençant au plus tard le 18 juillet 2005, compte non tenu du passage « de la définition de « société de personnes canadienne » au paragraphe 102(1), »,
(ii) est réputé avoir le libellé ci-après pour ce qui est de son application à un transfert effectué par une fiducie avant le 28 février 2004 :
b) pour l’application des paragraphes 70(6) et 73(1), de l’alinéa 107.4(1)c) (à l’exception de son sous-alinéa (i)) et de l’alinéa a) de la définition de « fiducie de fonds commun de placement » au paragraphe 132(6);
x) si, pour sa dernière année d’imposition ayant commencé avant 2007 (ou, dans le cas où l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), s’applique à une de ses années d’imposition commençant avant 2007, pour sa dernière année d’imposition ayant commencé avant sa première année d’imposition commençant avant 2007), une fiducie était réputée résider au Canada par l’alinéa 94(1)c) de la même loi, dans sa version applicable à cette année d’imposition, les alinéas 94(4)d) et e) de la même loi, édictés par le paragraphe (1), ne s’appliquent pas à elle pour la période commençant immédiatement avant la fin de cette dernière année d’imposition et se terminant immédiatement après le début de sa première année d’imposition qui commence après 2006 (ou, dans le cas où l’article 94 de la même loi, édicté par le paragraphe (1), s’applique à une de ses années d’imposition commençant avant 2007, pour la période commençant immédiatement avant la fin de la dernière année d’imposition qui commence avant la première année d’imposition commençant avant 2007 et se terminant immédiatement après le début de cette première année d’imposition), à moins qu’il y ait eu un changement parmi ses fiduciaires au cours de cette période;
y) l’alinéa 94(4)f) de la même loi, édicté par le paragraphe (1), est réputé avoir le libellé ci-après pour ce qui est de son application à un transfert effectué par une fiducie avant le 28 février 2004 :
f) lorsqu’il s’agit de déterminer le lieu de résidence du cessionnaire pour l’application du sous-alinéa f)(ii) de la définition de « disposition » au paragraphe 248(1);
18. (1) Section 94.1 of the Act is replaced by the following:
18. (1) L’article 94.1 de la même loi est remplacé par ce qui suit :
Foreign Investment Entities — Imputed Income
Entités de placement étrangères — revenu imputé
Definitions

94.1 (1) The definitions in this subsection apply in this section and sections 94.2 to 94.4.
“arm’s length interest”
« participation sans lien de dépendance »

“arm’s length interest”, at any time in respect of a taxpayer, means a particular participating interest, of the taxpayer, in a non-resident entity, if the following conditions are met:

(a) it is reasonable to conclude that

(i) there are at least 150 persons each of which holds at that time participating interests in the non-resident entity that, at that time,

(A) are identical to the particular participating interest, and

(B) have a total fair market value of at least $500, or

(ii) participating interests, in the non-resident entity, that are identical to the participating interest are listed on a prescribed stock exchange, and those identical participating interests were traded on at least 10 consecutive trading days on that stock exchange in the period that begins 30 days before that time;

(b) the total of all amounts each of which is the fair market value, at that time, of the particular participating interest (or of a participating interest in the non-resident entity that is identical to the particular participating interest and that is held, at that time, by the taxpayer or an entity or individual with whom the taxpayer does not deal at arm’s length) does not exceed 10% of the total of all amounts each of which is the fair market value, at that time, of a participating interest in the non-resident entity that is held, at that time, by any entity or individual and that is identical to the particular participating interest; and

(c) it is reasonable to conclude that participating interests in the non-resident entity that are identical to the particular participating interest

(i) can normally be acquired by and sold by members of the public in the open market, or

(ii) can be acquired from and sold to the non-resident entity by members of the public.
“beneficiary”
« bénéficiaire »

“beneficiary” has, except for the purpose of paragraph 94.2(11)(e), the meaning assigned by subsection 94(1).
“carrying value”
« valeur comptable »

“carrying value”, at any time of property of a particular entity in respect of a taxpayer, means

(a) the fair market value at that time of the property, if

(i) the particular entity is an entity (referred to in this subparagraph as the “first entity”) in which the taxpayer holds at that time a participating interest or is another entity in which the first entity holds at that time a direct or indirect interest,

(ii) the taxpayer elects, by notifying the Minister in writing in the taxpayer’s return of income for the taxpayer’s taxation year that includes that time to have this paragraph apply to all of the particular entity’s property, and

(iii) the property is valued for the purpose of the particular entity’s financial statements as of that time; and

(b) in any other case, the amount at which the property is valued for the purpose of the particular entity’s financial statements as of that time.
“designated cost”
« coût désigné »

“designated cost”, to a taxpayer at any time of a participating interest held, at that time, by the taxpayer in a non-resident entity, is the amount determined by the formula

A + B + C + D + E + F - G

where

A      is the cost amount to the taxpayer of the participating interest at that time (determined without reference to subsection 47(1), paragraphs 53(1)(m) and (q) and 53(2)(g) and (g.1) and section 143.2);

B      is an amount included in respect of the participating interest because of this section in computing the taxpayer’s income for a taxation year that ends after 2006 (or, where this definition applies to the taxpayer in respect of a taxation year of the taxpayer that ends before 2007, for a taxation year of the taxpayer that ends on or after the first day of the first such taxation year in respect of which this definition applies) and before that time;

C      is, if the participating interest was an offshore investment fund property (within the meaning assigned by this subsection as it read in its application to taxation years that began before 2007 or, where this definition applies in respect of a taxation year of the taxpayer that begins before 2007, as it read in its application to taxation years of the taxpayer that began before the first such taxation year) of the taxpayer at the end of the taxpayer’s last taxation year that began before 2007 (or, where this definition applies in respect of a taxation year of the taxpayer that began before 2007, at the end of the taxpayer’s last taxation year that began before the first such taxation year in respect of which this definition applies), the total of all amounts each of which is the amount determined, in respect of the offshore investment fund property for that last taxation year, for B, C or D in the definition “designated cost” in subsection (2) as it read in its application to that last taxation year;

D      is the amount, if any, by which the fair market value of the participating interest exceeds the cost amount to the taxpayer of the participating interest at the beginning of the first taxation year of the taxpayer in respect of which subsection (4) applied to the taxpayer in respect of the participating interest;

E      is, if one or more particular amounts has been made available by a person to another person after the last 2006 taxation year of the non-resident entity (or, where this definition applies in respect of a taxation year of the taxpayer that begins before 2007, after the last taxation year of the non-resident entity that begins before the first taxation year of the taxpayer in respect of which this definition applies) and before that time (whether by way of gift, loan, payment for a share, transfer of property at less than its fair market value or otherwise) in circumstances in which it can reasonably be concluded that one of the main reasons for making the particular amount available to the other person was to increase the value of the participating interest, the total of all amounts each of which is the amount, if any, by which each particular amount exceeds any increase in the cost amount to the taxpayer of the participating interest because of that particular amount;

F      is, if the participating interest is acquired by the taxpayer after 2006 (or, where this definition applies in respect of a taxation year of the taxpayer that begins before 2007, acquired on or after the first day of the first taxation year of the taxpayer in respect of which this definition applies), the amount, if any, by which the fair market value of the participating interest at the time it was so acquired exceeds the cost amount to the taxpayer of the participating interest at the time it was so acquired; and

G      is the amount, if any, by which the cost amount to the taxpayer of the participating interest exceeds the fair market value of the participating interest at the beginning of the first taxation year of the taxpayer in respect of which subsection (4) applied to the taxpayer in respect of the participating interest.
“entity”
« entité »

“entity” includes an association, a corporation, a fund, a joint venture, an organization, a partnership, a syndicate and a trust, but does not include a natural person.
“exempt business”
« entreprise exempte »

“exempt business”, of an entity at any time, means a business — other than a business carried on by the entity principally with entities or individuals with whom the entity does not deal at arm’s length, a business carried on by a trust that is an exempt foreign trust because of paragraph (h) of the definition “exempt foreign trust” in subsection 94(1) and a business carried on by the entity as a member of a partnership, which entity is not a qualifying member of the partnership or would not be such a qualifying member if the entity were a person — that is carried on by the entity at that time and that, throughout the period (in its taxation year that includes that time) during which the business was carried on by the entity, is

(a) carried on by the entity as a foreign bank, a trust company, a credit union or an insurance corporation, the activities of which business are regulated under

(i) the laws of

(A) in the case of each country in which the business is carried on through a permanent establishment, as defined by regulation, that country, or a political subdivision of that country, and

(B) the country, or the political subdivision of a country, under whose laws the entity is governed, and any of exists, was (unless the entity was continued in any jurisdiction) formed or organized, or was last continued,

(ii) the laws of the country, or of a political subdivision of the country, in which country the business is principally carried on, or

(iii) the laws (referred to in clause (B) as the “regulating laws”) of a country that is a member of the European Union, or a political subdivision of that country, under whose laws another corporation is governed, and any of exists, was (unless the other corporation was continued in any jurisdiction) formed or organized, or was last continued, if

(A) the entity is a corporation that is related to the other corporation, and

(B) the business is principally carried on in a country, that is a member of the European Union, the laws of which, or the laws of a political subdivision of which, recognize the regulating laws; or

(b) a business the principal purpose of which is to derive income from

(i) the development and exploitation of Canadian resource property, of foreign resource property, of timber resource property or of any combination of them,

(ii) the leasing or licensing of property that the entity or another entity related to the entity manufactured, produced, developed or purchased and developed,

(iii) the leasing of machinery or equipment that is owned by the entity and that is used by the lessee principally for the purpose of manufacturing or processing goods,

(iv) the sale of real or immovable property developed by the entity, an entity related to the entity or a partnership of which the entity or the related entity is a qualifying member (or would be a qualifying member if the entity were a person),

(v) the rental of real or immovable property held by the entity or a partnership of which the entity is a qualifying member (or would be a qualifying member if the entity were a person), if the management, maintenance and other services in respect of the property are provided primarily by the employees of

(A) the entity,

(B) a corporation related to the entity,

(C) the partnership,

(D) a qualifying member (or an entity that would be a qualifying member if the entity were a person) of the partnership, or

(E) any combination of employers described in clauses (A) to (D), or

(vi) a combination of businesses described in subparagraphs (iv) and (v).
“exempt interest”
« participation exempte »

“exempt interest”, of a taxpayer in a non-resident entity at any time, means a participating interest of the taxpayer, in the non-resident entity, if

(a) the non-resident entity is throughout the period, in the non-resident entity’s taxation year that includes that time, during which the taxpayer held the participating interest,

(i) a controlled foreign affiliate of the taxpayer,

(ii) a qualifying entity that is a foreign affiliate (other than a controlled foreign affiliate) of the taxpayer in respect of which the taxpayer has a qualifying interest (within the meaning assigned by paragraph 95(2)(m)), or

(iii) a partnership;

(b) the taxpayer is, throughout its taxation year that includes that time, a financial institution (within the meaning assigned by subsection 142.2(1)) and the participating interest is, at that time,

(i) a mark-to-market property (within the meaning assigned by subsection 142.2(1)), or

(ii) a property described in an inventory of a business of the taxpayer, which inventory is valued, in computing the taxpayer’s income for that taxation year from the business, in accordance with section 1801 of the Income Tax Regulations;

(c) the participating interest is throughout the period, in the non-resident entity’s taxation year that includes that time, during which the taxpayer held the participating interest, a right

(i) under an agreement referred to in subsection 7(1), to acquire a share of the capital stock of the non-resident entity,

(ii) granted by the non-resident entity, or another entity with which the non-resident entity does not deal at arm’s length, and

(iii) acquired by the taxpayer, at a time when the taxpayer dealt at arm’s length with the entity that granted the right, solely because the taxpayer was an employee of an entity referred to in subparagraph (ii);

(d) both

(i) the non-resident entity is throughout the period, in the non-resident entity’s taxation year that includes that time, during which the taxpayer held the participating interest, an entity (other than a trust that is an exempt foreign trust because of paragraph (h) of the definition “exempt foreign trust” in subsection 94(1)) all or substantially all of the carrying value of the property of which is attributable to the carrying value of properties that are shares of the capital stock of a corporation (that is not a foreign investment entity) that employs the taxpayer or that is related to another corporation that employs the taxpayer, and

(ii) an amount that is all or substantially all of the non-resident entity’s payable net accounting income for its taxation year that includes that time becomes payable by it to its interest holders in that taxation year, or within 120 days after the end of that taxation year, and the taxpayer’s share of that amount is included in computing the taxpayer’s income for the taxpayer’s taxation year that includes the time at which it became payable;

(e) it is reasonable to conclude that the taxpayer has, at that time, no tax avoidance motive in respect of the participating interest, and

(i) throughout the period, in the non-resident entity’s taxation year that includes that time, during which the taxpayer held the participating interest,

(A) the participating interest is an arm’s length interest of the taxpayer,

(B) the non-resident entity is resident in a country in which there is a prescribed stock exchange, and

(C) participating interests, in the non-resident entity, that are identical to the participating interest are listed on a prescribed stock exchange, or

(ii) both

(A) throughout that period the non-resident entity

(I) is governed by the laws of

1. a country (other than a prescribed country) with which Canada has entered into a tax treaty, or

2. a political subdivision of a country described by sub-subclause 1,

(II) exists, was (unless the entity was continued in any jurisdiction) formed or organized, or was last continued, under those laws, and

(III) while it is governed by the laws of a country, or of a political subdivision of a country, is under the tax treaty with that country resident in that country, and

(B) either

(I) throughout that period the participating interest is an arm’s length interest of the taxpayer, or

(II) throughout that period the non-resident entity is, under the tax treaty with the United States of America, resident in the United States of America, and throughout the period, in the taxpayer’s taxation year that includes that time, during which the taxpayer is resident in Canada, the taxpayer is a citizen of the United States of America and is liable for and subject to income tax in the United States of America for that taxation year because of that citizenship;

(f) throughout the period, in the non-resident entity’s taxation year that includes that time, during which the taxpayer held the participating interest,

(i) the participating interest is a share of the capital stock of a corporation resident in Canada,

(ii) the participating interest would not be a participating interest, in the non-resident entity, if the definition “participating interest” were read without reference to paragraph (d) of that definition, and

(iii) the participating interest is convertible into, exchangeable for, or a right to acquire only property that, if the conversion, exchange or right were exercised by the taxpayer at that time, would be a share, of the capital stock of a non-resident corporation, that is at that time an exempt interest (determined without reference to this paragraph) of the taxpayer; or

(g) both

(i) the non-resident entity is throughout the period, in the non-resident entity’s taxation year that includes that time, during which the taxpayer held the participating interest, a testamentary trust that is an estate that arose on and as a consequence of the death of an individual, and

(ii) that time is no more than 12 months after the death (or, where written application has been made to the Minister by the taxpayer within 12 months after that death, within any longer period that the Minister considers reasonable in the circumstances).
“exempt property”
« bien exempt »

“exempt property”, of a particular entity at any time, means, in determining whether a particular taxpayer’s interest in the particular entity is a participating interest in a foreign investment entity,

(a) a property, of the particular entity, that is at that time used or held principally in a business (other than a business that is at that time an investment business carried on by the particular entity or by another entity related, otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b), to the particular entity) carried on by the particular entity or another entity related (otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the particular entity;

(b) indebtedness owing by another entity (referred to in this paragraph as the “indebted entity”), if

(i) each of the particular entity and the indebted entity is, at that time,

(A) a foreign affiliate

(I) of the particular taxpayer, and

(II) in respect of which the particular taxpayer has a qualifying interest (within the meaning assigned by paragraph 95(2)(m)), or

(B) a foreign affiliate

(I) of another entity that is resident in Canada and of which the particular taxpayer is a controlled foreign affiliate, and

(II) in respect of which the other entity referred to in subclause (I) has a qualifying interest (within the meaning assigned by paragraph 95(2)(m)), and

(ii) the indebtedness would be excluded property (within the meaning of the definition “excluded property” in subsection 95(1)) of the particular entity, if

(A) the taxpayer referred to in that definition were the particular taxpayer and the foreign affiliate of the taxpayer referred to in that definition were the particular entity, or

(B) the taxpayer referred to in that definition were the other entity described in subclause (i)(B)(I) and the foreign affiliate of the taxpayer referred to in that definition were the particular entity; and

(c) a particular property, if

(i) the particular property (or other property for which the particular property is substituted) was acquired by the particular entity at any time within the 36-month period that ends at the particular time (or within any longer period that ends at the particular time that the Minister considers reasonable if the particular entity applies, in writing, to the Minister within 36 months after the property was acquired by the particular entity) because the particular entity

(A) issued a debt or a participating interest in the particular entity,

(B) disposed of property used principally in a business, other than an investment business, carried on by the particular entity or an entity related (otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the particular entity,

(C) disposed of a participating interest in another entity all or substantially all of the fair market value of the property of which is attributable to property used principally in a business, other than an investment business, carried on by the other entity or an entity related (otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the other entity, or

(D) accumulated income of the particular entity derived from a business, other than an investment business, carried on by the particular entity or an entity related (otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the particular entity, and

(ii) the issuance, disposition or accumulation referred to in subparagraph (i) was made or amassed for the purpose of

(A) acquiring property to be used principally in, or making expenditures for the purpose of earning income from, a business, other than an investment business, carried on by the particular entity or an entity related (otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the particular entity, or

(B) acquiring a participating interest that is a significant interest in another entity all or substantially all of the fair market value of the property of which is attributable to property used principally in a business, other than an investment business, carried on by the other entity.
“exempt taxpayer”
« contribuable exempté »

“exempt taxpayer”, for a taxation year of the taxpayer, means

(a) a person whose taxable income for a period that ends at the end of the taxation year is exempt from tax under this Part because of subsection 149(1) (otherwise than because of paragraph 149(1)(q.1), (t) or (z));

(b) an eligible trust (in this paragraph, as defined in subsection 94(1)) that is resident in Canada at the end of the taxation year and under which

(i) the only beneficiaries that may for any reason receive, at any time and directly from the trust, any of the income or capital of the trust are persons that are qualifying investors (as defined in subsection 94(1)) in respect of the trust, and

(ii) each such beneficiary at each time in the taxation year is a person whose taxable income, for the period that includes all of those times in the taxation year, is exempt from tax under this Part because of subsection 149(1) (otherwise than because of paragraph 149(1)(q.1), (t) or (z)); and

(c) an individual (other than a trust) who, before the end of the taxation year, was resident in Canada for a period of, or periods the total of which is, not more than 60 months, but not including an individual who, before the end of the taxation year, was never non-resident.
“financial statements”
« états financiers »

“financial statements”, of a particular entity for a particular taxation year of the entity and in respect of a taxpayer, means

(a) the balance sheet and the statement of income of the particular entity, if

(i) the particular entity is an entity (referred to in this subparagraph as the “first entity”) in which the taxpayer holds, in the particular taxation year, a participating interest or is another entity in which the first entity has, in the particular taxation year, a direct or indirect interest,

(ii) the taxpayer elects (in the taxpayer’s return of income for the taxpayer’s taxation year in which the particular taxation year ends) to have this paragraph apply in respect of the particular entity and the participating interest, and

(iii) that balance sheet and statement of income would, but for any principles that require consolidation, be prepared in accordance with generally accepted accounting principles developed and established, or adopted, by the Accounting Standards Board of Canada for use in Canada for the particular year or in accordance with generally accepted accounting principles substantially similar to those principles; and

(b) in any other case, the balance sheet and statement of income of the particular entity, if that balance sheet and statement of income are prepared for the particular taxation year in accordance with generally accepted accounting principles developed and established, or adopted, by the Accounting Standards Board of Canada for use in Canada for the particular year or in accordance with generally accepted accounting principles substantially similar to those principles.
“foreign bank”
« banque étrangère »

“foreign bank” has the meaning assigned by subsection 95(1).
“foreign investment entity”
« entité de placement étrangère »

“foreign investment entity”, at any time, means an entity that is, at that time, a non-resident entity unless,

(a) at the end of its taxation year that includes that time, it is an exempt foreign trust (as defined in subsection 94(1)) because of any of paragraphs (a) to (g) of that definition;

(b) at the end of that taxation year, the carrying value of all of its investment property is not greater than one-half of the carrying value of all of its property; or

(c) throughout that taxation year, its principal undertaking was the carrying on of a business that is not an investment business.
“investment business”
« entreprise de placement »

“investment business”, of an entity at any time, means a business (other than a business that is at that time an exempt business) carried on by the entity (including, for greater certainty, a business carried on by the entity as a member of a partnership) at that time, the principal purpose of which is to derive income or profits described in any of the following paragraphs:

(a) income (including interest, dividends, rents, royalties or any similar return on investment or any substitute for such a return) from property;

(b) income from the insurance or reinsurance of risks;

(c) income from the factoring of trade accounts receivable; or

(d) profits from the disposition of investment property.
“investment property”
« bien de placement »

“investment property”, of a particular entity at any time, includes property of the particular entity that is at that time

(a) a share of the capital stock of a corporation,

(b) an interest as a member of a partnership,

(c) an interest as a beneficiary under a trust,

(d) an interest in any other entity,

(e) indebtedness,

(f) an annuity,

(g) a commodity (or commodity future) purchased or sold, directly or indirectly in any manner whatever, on a commodities or commodities futures exchange,

(h) real or immovable property,

(i) a Canadian resource property or a foreign resource property,

(j) currency,

(k) intellectual property within the meaning of article 2 of the Convention Establishing the World Intellectual Property Organization done at Stockholm on July 14, 1967, as amended from time to time,

(l) a derivative financial product, or

(m) an interest, an option or a right in respect of property that is investment property because of any of paragraphs (a) to (l),

but does not include

(n) except for the purpose of applying the definition “investment business” in this subsection or the definition “tracking entity” in subsection 94.2(1), property that is at that time exempt property of the particular entity,

(o) except for the purpose of applying the definition “qualifying entity”, property that is at that time

(i) a share of the capital stock of the particular entity,

(ii) a share of the capital stock of a corporation that is, throughout the period, in the particular entity’s taxation year that includes that time, during which the particular entity holds the share, a qualifying entity if the particular entity has at that time a significant interest in that qualifying entity or that qualifying entity has at that time a significant interest in the particular entity,

(iii) an interest in a partnership that is, throughout the period, in the particular entity’s taxation year that includes that time, during which the particular entity is a member of the partnership, a qualifying entity if the particular entity has at that time a significant interest in that qualifying entity or that qualifying entity has at that time a significant interest in the particular entity, or

(iv) indebtedness owing by an entity that is, throughout the period, in the particular entity’s taxation year that includes that time, during which the particular entity holds the indebtedness, a qualifying entity if the particular entity has at that time a significant interest in that qualifying entity or that qualifying entity has at that time a significant interest in the particular entity,

(p) a commodity (referred to in this paragraph and paragraph (q) as an “exempt commodity”) that is manufactured, produced, grown, extracted or processed by the par- ticular entity or a person related (otherwise than because of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the particular entity,

(q) a commodity future in respect of an exempt commodity, and

(r) property that is, at that time, owned by a corporation resident in Canada.
“net accounting income”
« résultat comptable net »

“net accounting income”, of an entity for a taxation year of the entity, means its net income, before income taxes and extraordinary items, for the year reported in its financial statements for the year.
“non-resident entity”
« entité non-résidente »

“non-resident entity”, at any time, means

(a) a corporation or trust that is non-resident at that time; and

(b) any entity (other than a corporation or trust) that at that time

(i) exists, was (unless the entity was continued in any jurisdiction) formed or organized, or was last continued under the laws of a country or a political subdivision of a country other than Canada, or

(ii) is governed under the laws of a country or a political subdivision of a country other than Canada.
“participating interest”
« participation déterminée »

“participating interest”, of a particular entity or individual in a non-resident entity, means a property that is

(a) if the non-resident entity is a corporation with share capital, a share of the capital stock of the corporation;

(b) if the non-resident entity is a trust, a specified interest in the trust;

(c) if the non-resident entity is not a corporation with share capital or a trust, an interest in the non-resident entity; and

(d) under a contract, in equity or otherwise, either immediately or in the future and either absolutely or contingently, convertible into, exchangeable for, or a right to acquire, directly or indirectly,

(i) a property described in any of paragraphs (a) to (c), or

(ii) a property (other than money) the fair market value of which is determined primarily by reference to the fair market value of a property described in any of paragraphs (a) to (c).
“payable net accounting income”
« résultat comptable net à payer »

“payable net accounting income”, of an entity for a taxation year of the entity, means its net income, after income taxes and extraordinary items, for the year reported in its financial statements for the year.
“qualifying entity”
« entité admissible »

“qualifying entity”, in a period, means a particular entity that is a corporation or partnership all or substantially all of the carrying value of the property of which is, throughout the period, attributable to the carrying value of particular property that is, throughout the portion of the period that the particular property is property of the particular entity,

(a) property other than investment property;

(b) investment property that is a participating interest in or debt issued by another entity if, throughout the portion of the period that the participating interest or debt is property of the particular entity,

(i) the principal undertaking of the other entity is the carrying on of a business that is not an investment business, and

(ii) either

(A) the particular entity has a significant interest in the other entity, or

(B) the particular entity

(I) actively participates in or exercises significant influence over the governance or the management of that other entity, directly or indirectly, by reason of its status as a holder of a significant number of participating interests in that other entity (when compared to the number of participating interests held by each other holder of interests in the corporation) or by reason of an agreement in writing between the particular entity and one or more other holders of a significant number of participating interests in that other entity, or

(II) carries out a plan of action that it has established for the purpose of obtaining its objective of actively participating in or exercising significant influence over the governance or the management of that other entity, directly or indirectly, by reason of its status as a holder of a significant number of participating interests in that other entity (when compared to the number of participating interests held by each other holder of interests in the particular entity) or by reason of an agreement in writing between the particular entity and one or more other holders of a significant number of participating interests in that other entity;

(c) investment property in respect of which the particular entity establishes that the property or proceeds from the disposition of the property is to be used by the particular entity for the purpose of acquiring property described in paragraph (a) or (b); or

(d) investment property that is a particular property held by the particular entity if

(i) the particular property (or other property for which the particular property is substituted property) was last acquired by the particular entity within 36 months before the end of the period (or within any greater number of months that the Minister considers reasonable if the par- ticular entity applies, in writing, to the Minister within 36 months after the property was acquired by the particular entity),

(ii) the particular property was so acquired by the particular entity because it

(A) issued a debt, or a participating interest in it,

(B) disposed of property described in any of paragraphs (a) to (c), or

(C) accumulated its income, and

(iii) the issuance, disposition or accumulation referred to in subparagraph (ii) was made or amassed for the purpose of acquiring property that, if owned by the particular entity, would be property described in any of paragraphs (a) to (c).
“significant interest”
« participation notable »

“significant interest”, of a particular entity in another entity at any particular time, means

(a) if the other entity is a corporation, a share of the capital stock of the corporation, if at the particular time the particular entity or the particular entity together with entities related (otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the particular entity holds shares of the capital stock of the corporation

(i) that would give the particular entity, or the particular entity together with those related entities, 25% or more of the votes that could be cast under all circumstances at an annual meeting of shareholders of the corporation if the meeting were held at the particular time, and

(ii) that have a fair market value of 25% or more of the fair market value of all of the issued and outstanding shares of the corporation;

(b) if the other entity is a partnership, an interest of the particular entity as a member of the partnership, if at the particular time the particular entity, or the particular entity together with entities related (otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the particular entity, holds interests as a member of the partnership that have a fair market value of 25% or more of the fair market value of all membership interests in the partnership; and

(c) if the other entity is a trust, an interest as a beneficiary under the trust, where at the particular time

(i) the only beneficiaries that may for any reason receive, at any time and directly from the trust, any of the income or capital of the trust are persons that are qualifying investors (as defined in subsection 94(1)) in respect of the trust, and

(ii) the particular entity, or the particular entity together with entities related (otherwise than by reason of a right referred to in paragraph 251(5)(b)) to the particular entity, holds such interests under the trust that have a fair market value of 25% or more of the fair market value of all the interests as beneficiaries under the trust.
“specified interest”
« participation désignée »

“specified interest”, at any time of an entity or individual in a trust, means an interest of the entity or individual as a beneficiary under the trust if

(a) the trust is at that time an exempt foreign trust because of paragraph (h) of the definition “exempt foreign trust” in subsection 94(1); or

(b) the entity or individual may for any reason receive as a beneficiary under the trust, at or after that time, any of the income or capital of the trust directly from the trust, unless

(i) the entity or individual would at that time be a successor beneficiary (as defined in subsection 94(1)) under the trust if the reference in the definition “successor beneficiary” in that subsection to a contributor did not include each contributor whose total amount of contributions to the trust is 10% or less of the total of all amounts each of which was the amount, at the time it was received by the trust, of a contribution made to the trust, or

(ii) every amount of income and capital of the trust that the entity or individual may receive at or after that time depends at and after that time on the exercise — after that time, in favour of the entity or individual, and by any other entity or individual — of a discretionary power.
“specified party”
« tiers déterminé »

“specified party” in respect of a particular individual or particular entity, as the case may be, means another individual or other entity that does not deal at arm’s length with the particular individual or the particular entity, as the case may be.
“taxation year”
« année d’imposition »

“taxation year”, of a non-resident entity that is not a corporation or an individual, means

(a) in respect of a business or property of the non-resident entity for which the accounts of the non-resident entity are ordinarily made up, the period that would be determined under section 249.1 in respect of the non-resident entity if the non-resident entity were a corporation; and

(b) in any other case, a calendar year.
“trust”
« fiducie »

“trust” includes, for greater certainty, an estate.
94.1 (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent article et aux articles 94.2 à 94.4.
Définitions

« année d’imposition » En ce qui concerne une entité non-résidente qui n’est ni une société ni un particulier :
« année d’imposition »
taxation year

a) pour ce qui est d’une entreprise ou d’un bien de l’entité, pour lequel les comptes de celle-ci sont habituellement arrêtés, la période qui serait déterminée selon l’article 249.1 relativement à l’entité si elle était une société;

b) dans les autres cas, l’année civile.

« banque étrangère » S’entend au sens du paragraphe 95(1).
« banque étrangère »
foreign bank

« bénéficiaire » Sauf à l’alinéa 94.2(11)e), s’entend au sens du paragraphe 94(1).
« bénéficiaire »
beneficiary

« bien de placement » Sont compris parmi les biens de placement d’une entité donnée à un moment quelconque ses biens qui sont, à ce moment :
« bien de placement »
investment property

a) des actions du capital-actions d’une société;

b) des participations à titre d’associé d’une société de personnes;

c) des participations à titre de bénéficiaire d’une fiducie;

d) des participations dans toute autre entité;

e) des dettes;

f) des rentes;

g) des marchandises ou des contrats à terme de marchandises achetés ou vendus, directement ou indirectement, de quelque manière que ce soit, à une bourse de marchandises ou sur un marché à terme de marchandises;

h) des biens immeubles ou réels;

i) des avoirs miniers canadiens ou des avoirs miniers étrangers;

j) de la monnaie;

k) de la propriété intellectuelle au sens de l’article 2 de la Convention instituant l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, conclue à Stockholm le 14 juillet 1967, et ses modifications successives;

l) des produits financiers dérivés;

m) des intérêts, des options ou des droits relatifs à des biens qui sont des biens de placement par l’effet de l’un des alinéas a) à l).

Ne sont pas des biens de placement d’une entité donnée à un moment quelconque :

n) sauf pour l’application de la définition de « entreprise de placement » au présent paragraphe et de la définition de « entité de référence » au paragraphe 94.2(1), les biens qui sont, à ce moment, des biens exempts de l’entité donnée;

o) sauf pour l’application de la définition de « entité admissible », les biens qui sont, à ce moment :

(i) des actions du capital-actions de l’entité donnée,

(ii) des actions du capital-actions d’une société qui est, tout au long de la période, comprise dans l’année d’imposition de l’entité donnée incluant ce moment, pendant laquelle celle-ci détient les actions, une entité admissible ayant, à ce moment, une participation notable dans l’entité donnée ou dans laquelle celle-ci a une telle participation à ce moment,

(iii) des participations dans une société de personnes qui est, tout au long de la période, comprise dans l’année d’imposition de l’entité donnée incluant ce moment, pendant laquelle celle-ci est un associé de la société de personnes, une entité admissible ayant, à ce moment, une participation notable dans l’entité donnée ou dans laquelle celle-ci a une telle participation à ce moment,

(iv) des dettes d’une entité qui est, tout au long de la période, comprise dans l’année d’imposition de l’entité donnée incluant ce moment, pendant laquelle celle-ci détient les dettes, une entité admissible ayant, à ce moment, une participation notable dans l’entité donnée ou dans laquelle celle-ci a une telle participation à ce moment;

p) les marchandises (appelées « marchandises exemptes » au présent alinéa et à l’alinéa q)) qui sont manufacturées, produites, cultivées, extraites ou transformées par l’entité donnée ou par une personne liée à celle-ci autrement qu’à cause d’un droit visé à l’alinéa 251(5)b);

q) les contrats à terme de marchandises relatifs à des marchandises exemptes;

r) les biens qui, à ce moment, appartiennent à une société résidant au Canada.

« bien exempt » Est un bien exempt d’une entité donnée à un moment quelconque, pour ce qui est d’établir si la participation d’un contribuable donné dans l’entité est une participation déterminée dans une entité de placement étrangère :
« bien exempt »
exempt property

a) le bien de l’entité donnée qui, à ce moment, est utilisé ou détenu principalement dans le cadre d’une entreprise exploitée par elle ou par une autre entité qui lui est liée autrement qu’à cause d’un droit visé à l’alinéa 251(5)b), à l’exception de l’entreprise qui est, à ce moment, une entreprise de placement exploitée par l’entité donnée ou par une autre entité liée à celle-ci autrement qu’à cause d’un tel droit;

b) la dette d’une autre entité (appelée « entité débitrice » au présent alinéa) dans le cas où, à la fois :

(i) l’entité donnée et l’entité débitrice sont chacune, à ce moment :

(A) soit une société étrangère affiliée du contribuable donné dans laquelle celui-ci a une participation admissible, au sens de l’alinéa 95(2)m),

(B) soit une société étrangère affiliée :

(I) d’une part, qui est celle d’une autre entité qui réside au Canada et dont le contribuable donné est une société étrangère affiliée contrôlée,

(II) d’autre part, dans laquelle l’autre entité visée à la subdivision (I) a une participation admissible au sens de l’alinéa 95(2)m),

(ii) la dette serait un bien exclu, au sens du paragraphe 95(1), de l’entité donnée si, selon le cas :

(A) le contribuable visé à la définition de « bien exclu » au paragraphe 95(1) était le contribuable donné et la soc