PARLIAMENT of CANADA

Section Home
 
Publications
 
House of Commons / Chambre des communes
41st Parliament, 1st Session 41e Législature, 1re Session
The Standing Committee on Procedure and House Affairs has the honour to present its Le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a l’honneur de présenter son
TWENTY-FIRST REPORT VINGT ET UNIÈME RAPPORT
On March 6, 2012, the House of Commons referred to the Committee “the matter of threats to, interference with, and attempted intimidation of, the honourable Member for Provencher.” This order of reference was made following a ruling from the Speaker concluding that threats, attempted interference with, and intimidation of the Member for Provencher and Minister for Public Safety, the Hon. Vic Toews, made in various videos posted on the Website YouTube by the so-called Anonymous, a self-described internet “community” with unspecified goals, that has frequently engaged in computer “hacking”, constituted a prima facie question of privilege. The Committee, for the reasons explained below, concludes unequivocally that the content of these videos constitutes a breach of the parliamentary privileges of the Member for Provencher and all Members of the House of Commons. This Committee condemns in the strongest possible terms the actions of those involved in the production and/or uploading of these videos. In the event that the identity of those involved becomes known, this Committee shall resume its consideration of this matter and those involved may face contempt of Parliament charges. In addition, if any Member of the House of Commons, or any Canadian has any information which would assist this Committee in determining the identity of those who committed these acts, he or she is asked to provide the clerk of this Committee with that information at the earliest possible opportunity. Le 6 mars 2012, la Chambre des communes a renvoyé au Comité « la question des menaces, des entraves et de la tentative d'intimidation à l'endroit de l'honorable député de Provencher ». Cet ordre de renvoi faisait suite à la décision du Président statuant que les menaces, les entraves et la tentative d’intimidation à l’endroit du député de Provencher et ministre de la Sécurité publique, l’honorable Vic Toews, dans des vidéos mises sur le site Web YouTube par le soi-disant Anonymous, une « communauté » Internet sans but explicite à qui l’on attribue plusieurs activités de « piratage » informatique, constituaient, de prime abord, une question de privilège. Le Comité, pour les raisons exposées ci-après, conclut sans équivoque que le contenu des vidéos constitue une atteinte au privilège parlementaire du député de Provencher et de tous les députés de la Chambre des communes. Ce Comité condamne sévèrement les actions de ceux qui sont impliqués dans la production et / ou le téléchargement de ces vidéos. Dans le cas où l’identité des personnes impliquées devenait connue, ce Comité continuera l’étude de cette question et ceux qui sont impliqués pourront faire face à des accusations d’outrage au Parlement. En outre, si un député ou tout autre Canadien possède de l’information qui aiderait le Comité à déterminer l’identité de ceux qui ont commis ces actes, il est invité à partager cette information avec le greffier du Comité le plus tôt possible.
On February 14, 2012, the Member for Provencher introduced Bill C-30, An Act to enact the Investigating and Preventing Criminal Electronic Communications Act and to amend the Criminal Code and other Acts (short title : Protecting Children from Internet Predators Act). The introduction of Bill C-30 elicited reactions from the Canadian public in general and in particular from the internet community. The Member noted, both in the House and before this Committee, that following the introduction of the legislative initiative, he received many communications from the public, both for and against Bill C-30. Among the latter, some went further than expressing their displeasure with the policy-content of Bill C-30; they directly threatened the Member for Provencher. Regarding these communications, the Member for Provencher rose on February 27, 2012 in the House of Commons alleging that his parliamentary privileges had been breached by videos posted on the Web site YouTube between February 18 and 25, 2012. On March 6, 2012, the Speaker ruled that the threats contained in these videos constituted a prima facie question of privilege, and invited the Member to move the appropriate motion, which was adopted, and referred the matter to this Committee. Le 14 février 2012, le député de Provencher a déposé le projet de loi C-30, Loi édictant la Loi sur les enquêtes visant les communications électroniques criminelles et leur prévention et modifiant le Code criminel et d’autres lois (titre abrégé : Loi sur la protection des enfants contre les cyberprédateurs). Ce projet de loi a suscité des réactions dans la population canadienne, particulièrement dans la communauté Internet. Le député a expliqué, à la Chambre et au Comité, qu’après le dépôt du projet de loi, il a reçu de nombreuses communications du public, exprimant des opinions aussi bien favorables que défavorables. Certains ne se sont toutefois pas contentés d’exprimer leur désaccord avec le contenu du projet de loi; ils ont menacé directement le député de Provencher. À ce propos, le député de Provencher est intervenu à la Chambre des communes le 27 février 2012 pour indiquer qu’il estimait que des vidéos affichés sur le site Web YouTube du 18 au 25 février 2012 portaient atteinte à ses privilèges parlementaires. Le 6 mars 2012, le Président a rendu une décision et déclaré que les menaces proférées dans ces vidéos constituaient de prime abord une question de privilège. Il a invité le député à présenter la motion appropriée dans les circonstances et, une fois celle-ci adoptée, l’affaire a été renvoyée au Comité.
During its consideration of the matter, the following witnesses appeared before your Committee: the Hon. Vic Toews, Member for Provencher and Minister of Public Safety; from the House of Commons: Ms. Audrey O'Brien, Clerk of the House of Commons, Mr. Louis Bard, Chief Information Officer, and Mr. Kevin M. Vickers, Sergeant-at-Arms; from the Department of Public Safety and Emergency Preparedness: Robert Gordon, Special Advisor, Cyber Security, Canadian Cyber Incident Response Centre; from the Communications Security Establishment Canada (CSEC): Scott Jones, Director General, Cyber Defence, and Toni Moffa, Deputy Chief, IT Security; from the Royal Canadian Mounted Police (RCMP): James Malizia, Assistant Commissioner Protective Policing, Protective Policing Branch, and Tony Pickett, Officer in Charge, Technological Crime Branch; and finally Mr. Ned Franks, Professor Emeritus, Queen's University. Your Committee also acquainted itself with four videos posted by the so-called Anonymous on the website YouTube on February 18, 19, 21 and 24, 2012.Dans le cadre de son étude, ont comparu devant le Comité les témoins suivants : l’honorable Vic Toews, député de Provencher et ministre de la Sécurité publique; de la Chambre des communes : Audrey O'Brien, greffière de la Chambre des communes, Louis Bard, dirigeant principal de l’Information, et Kevin M. Vickers, sergent d’armes; du ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile : Robert Gordon, conseiller spécial, cybersécurité, Centre canadien de réponse aux incidents cybernétiques; du Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CSTC) : Scott Jones, directeur général, cyberdéfense, et Toni Moffa, chef adjoint, Sécurité des TI; de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) : James Malizia, commissaire adjoint à la Police de protection, Service divisionnaire de la police de protection, et Tony Pickett, officier responsable, Sous-direction de la criminalité technologique; et enfin Ned Franks, professeur émérite, Université Queen. Le Comité a par ailleurs examiné quatre vidéos d’Anonymous, mises sur le site Web YouTube les 18, 19, 21 et 24 février 2012.
The Committee has examined these videos. Each claimed to have been posted by Anonymous, but given the nature of this group, each may have been posted by different internet users, although some videos are clearly linked to one another. The videos, most importantly, contained both veiled and explicit threats. In sum, the videos demand that the Minister withdraw Bill C-30 (references are also sometimes made to another proposal: Bill C-11, the Copyright Modernization Act), and that the Member from Provencher resign as Minister. Short of compliance with these demands, Anonymous warns the Minister that personal information about him will be publicly revealed. Such information about the Minister and members of his family was, in fact, revealed in some videos. For example, the video posted on February 19, 2012 contains the following threats: “We demand that you scrap the bill [Bill C-30] in its entirety and step down as Safety Minister. We know all about you Mr. Toews, and during the Operation White North we will release what we have unless you scrap this bill.” The February 21 video, after revealing personal information about the Minister and his family members formulates the following threats: “Do we have your attention? How does it feel to have personal information about your family in the hands of people you know nothing about, with no control over who disseminates it or how it will be used? Let it be known this is only a taste of the information we have access to. And this is only the beginning.”Le Comité a étudié les vidéos. Même si elles sont revendiquées par Anonymous, la nature même de ce groupe fait en sorte qu’il se peut qu’elles aient été l’œuvre de divers internautes, malgré les liens évidents qui les unissent. Quoi qu’il en soit, ces vidéos profèrent des menaces à la fois explicites et sous-entendues. Les auteurs exigent du ministre qu’il retire le projet de loi C-30 (certaines font référence également au projet de loi C-11, Loi sur la modernisation du droit d’auteur) et qu’il démissionne de son poste de ministre, à défaut de quoi des renseignements personnels à son sujet seront rendus publics. Des renseignements personnels sur le ministre et des membres de sa famille ont effectivement été divulgués dans certaines vidéos. Par exemple, la vidéo du 19 février 2012 renferme les menaces suivantes : « Nous exigeons que vous abandonniez ce projet de loi [C-30] et que vous démissionniez comme ministre de la Sécurité. Nous savons tout de vous, M. Toews, et lorsque nous mettrons à exécution l’opération White North, nous dévoilerons tout ce que nous savons de vous, à moins que vous ne retiriez votre projet de loi ». La vidéo du 21 février, après avoir révélé des renseignements personnels sur le ministre et des membres de sa famille, renferme les menaces suivantes : « Nous avons votre attention maintenant? Que ressentez-vous à l’idée que des renseignements personnels sur les membres de votre famille sont entre les mains de personnes dont vous ignorez tout et que vous n’avez aucun contrôle sur qui diffuse cette information et dans quel but? Ce n’est qu’un avant-goût de ce qui est à notre portée. Et ce n’est qu’un début ».
These threats, as indicated above, are not limited to the Member for Provencher, but are aimed at all Members of the House of Commons. Indeed, the February 21 video warns “the rest of the Parliament of Canada: you would do well to mind your words about Anonymous. Any attempt to score political points by claiming we are associated with a particular political party will not be met kindly,” and the subsequent February 24 video adds “the rest of those who support Bill C-30: do not believe for a moment that you are untouchable. Anonymous has received information implicating many of you in both political and personal scandals.” Comme nous l’avons mentionné, ces menaces ne visent pas uniquement le député de Provencher, mais aussi tous les députés de la Chambre des communes. En effet, la vidéo du 21 février renferme la mise en garde suivante : « Aux autres députés du Parlement : attention à ce que vous dites sur Anonymous. Toute tentative de se faire du capital politique en prétendant que nous sommes associés à un quelconque parti sera très mal accueillie. » La vidéo du 24 février ajoute : « À ceux qui sont favorables au projet de loi C-30 : n’allez pas croire que vous êtes intouchables. Anonymous détient des renseignements sur nombre d’entre vous qui avez trempé dans des scandales politiques et personnels ».
The tone, anonymous character and signature of these videos add, rather than mitigate, to their threatening and intimidating nature. They were clearly aimed at intimidating the Minister and all Members of this House.Le ton, le caractère anonyme et la signature de ces vidéos renforcent, au lieu d’atténuer, la menace et l’intimidation. De toute évidence, les vidéos cherchent à intimider le ministre et les députés de la Chambre.
Erskine May’s Treatise on the Law, Privileges, Proceedings and Usage of Parliament defines parliamentary privilege as “the sum of the peculiar rights enjoyed by each House collectively … and by Members of each House individually, without which they could not discharge their functions, and which exceed those possessed by other bodies or individuals” (24th ed. (2011), p. 203).L’ouvrage d’Erskine May, Traité des lois, privilèges, procédures et usages du Parlement, définit le privilège parlementaire comme étant « […] la somme des droits particuliers à chaque chambre, collectivement […] et aux membres de chaque chambre individuellement, faute desquels il leur serait impossible de s’acquitter de leurs fonctions. Ces droits dépassent ceux dont sont investis d’autres organismes ou particuliers » (24e édition, 2011, p. 203).
Parliamentary privilege protects the right of Members to go about their parliamentary duties undisturbed, free from threats, intimidation, interference and any other form of obstruction. This privilege has been clearly and repeatedly confirmed by parliamentary authorities. For example, on September 19, 1973, Speaker Lamoureux affirmed in the House of Commons the “principle that parliamentary privilege includes the right of a member to discharge his responsibilities as a member of the House free from threats or attempts at intimidation” Debates, p. 6709. Maingot’s Parliamentary Privilege in Canada explains that: “Members are entitled to go about their parliamentary business undisturbed. The assaulting, menacing, or insulting of any Member on the floor of the House or while he is coming or going to or from the House, or on account of his behaviour during a proceeding in Parliament, is a violation of the rights of Parliament. Any form of intimidation […] of a person for or on account of his behaviour during a proceeding in Parliament could amount to contempt” (2nd ed., (1997). pp. 230-231). House of Commons Procedure and Practice provides that: “Speakers have consistently upheld the right of the House to the services of its Members free from intimidation, obstruction and interference” (2nd ed. (2009), p. 108).Le privilège parlementaire protège le droit des députés de s’acquitter librement de leurs fonctions parlementaires, sans faire l’objet de menaces, d’intimidation, d’entrave ou d’obstruction. Ce privilège a été clairement exprimé et réitéré par les autorités parlementaires. Par exemple, le 19 septembre 1973, le Président Lamoureux a signalé à la Chambre des communes que « le privilège parlementaire comprend le droit pour un député de s’acquitter de ses fonctions de représentant élu sans avoir à subir aucune menace ou tentative d’intimidation », Débats, p. 6709. Dans Le privilège parlementaire au Canada, Maingot explique : « Les députés ont le droit de se livrer à leurs activités parlementaires sans être dérangés. Les voies de fait, les menaces et les insultes à l’égard d’un député sur le parquet de la Chambre ou lorsqu’il se rend à la Chambre ou en revient, ou encore à cause de son attitude au cours des délibérations du Parlement, constituent une atteinte aux droits du Parlement. Toute forme d’intimidation […] envers quiconque en raison de son attitude au cours des délibérations du Parlement peut être considérée comme un outrage » (2e édition, 1997, p. 241). Dans La procédure et les usages de la Chambre des communes, on explique que « la présidence a régulièrement réaffirmé que la Chambre se devait de protéger contre toute intimidation, obstruction ou ingérence son droit de bénéficier des services de ses députés » (2e édition, 2009, p. 108).
This privilege has old roots in our parliamentary system, and can be traced at least as far as back as April 12, 1733, when the British House of Commons resolved: “That the assaulting, insulting or menacing any member of this House, in his coming to or going from the House, or upon the account of his behaviour in Parliament, is a high infringement of the privilege of this House, a most outrageous and dangerous violation of the rights of Parliament and an high crime and misdemeanour” (UK House of Commons, Journals, (1732-37), p. 115). The House of Lords resolved the same on May 17, 1765 (UK House of Lords, Journals (1765-67) p. 209).Ce privilège est enraciné dans notre système parlementaire depuis longtemps, et ses origines remontent aussi loin qu’au 12 avril 1733, lorsque la Chambre des communes britannique a résolu qu’ : « Agresser, insulter ou menacer un député à son arrivée à la Chambre ou lorsqu’il en sort ou au sujet de ce qu’il a dit ou fait au Parlement est une atteinte grave au privilège de la Chambre, une violation des plus outrageantes et dangereuses des droits du Parlement et un comportement intolérable. » (Journaux de la Chambre des communes du Royaume-Uni (1732-7), p. 115). La Chambre des lords a pris la même résolution le 17 mai 1765 (Journaux de la Chambre des lords (1765-67), p. 209).
This privilege is based on the pre-eminent right of the House to the services of its members free from intimidation, obstruction and interference. In carrying out their parliamentary duties and functions, Members are not to be threatened, challenged, intimidated, or otherwise obstructed. Such behaviours can impede Members in carrying out their parliamentary duties and functions, and therefore, constitute contempts of Parliament.Ce privilège émane du droit prééminent qu’a la Chambre à la présence et au service de ses membres sans qu’ils ne fassent l’objet d’aucune obstruction, intimidation ou ingérence. Dans l’exécution de leurs obligations et de leurs fonctions parlementaires, les députés ne doivent pas être menacés, défiés, intimidés ou soumis à quelque autre forme d’obstruction que ce soit. Ces comportements peuvent empêcher les députés de faire leur travail parlementaire et constituent de ce fait des outrages au Parlement.
After its examination of the videos, and the law of parliamentary privilege, the Committee cannot but conclude that they constituted a direct threat to the Member for Provencher and all Members of this House. These threats are clearly related to the proceedings of this House. They violate the parliamentary privileges of the Member for Provencher and all Members. Après avoir examiné les vidéos et passé en revue le droit portant sur le privilège parlementaire, le Comité ne peut que conclure qu’il s’agit de menaces directes à l’endroit du député de Provencher et de tous les députés de la Chambre, et que ces menaces sont liées aux travaux de la Chambre. Elles portent atteinte aux privilèges parlementaires du député de Provencher et de tous les députés.
Given the special nature of this question of privilege, beyond its findings in this particular case, your Committee wishes to raise the following additional issues for consideration.Compte tenu de la nature particulière de cette question de privilège, outre les conclusions qui s’imposent dans ce cas particulier, le Comité tient à souligner ce qui suit.
The threats made against the Member for Provencher were unprecedented in the medium that was used. There is reason to believe, however, that modern communication technology could be employed again in the future to anonymously direct threats at Members, or may be used in other insidious, as-of-yet unforeseen, ways. It is why the Committee took great interest in the testimony of the House of Commons officers responsible for security on Parliament Hill as well as IT security. The Committee is satisfied with existing parliamentary security measures. The provision of modern communication services to Members is a complicated matter; one that seeks to balance the competing interests of protecting Members from cyber-attacks, versus ensuring high levels of access and flexibility to Members and their staff. The Committee wishes to praise the monitoring work accomplished by the House security services, as well as its security partners: the RCMP, the Ottawa Police, Canadian Security Intelligence Service (CSIS), and CSEC.Les menaces à l’endroit du député de Provencher sont sans précédent par le moyen par lequel elles ont été communiquées. Toutefois, rien ne porte à croire que les technologies de communication modernes ne pourraient pas être utilisées de nouveau à l’avenir pour menacer des députés de façon anonyme ou pour d’autres fins insidieuses, encore jamais envisagées. C’est pour cette raison que le Comité a prêté un grand intérêt aux témoignages des responsables de la sécurité sur la colline parlementaire et de la sécurité des technologies d’information. Le Comité est satisfait des mesures de sécurité parlementaire existantes. Il n’est pas facile de fournir des services de communication modernes aux députés; il faut trouver l’équilibre entre les intérêts concurrents qui consistent à protéger les députés contre les cyberattaques et à favoriser l’accès et la flexibilité des députés et de leur personnel. Le Comité tient à souligner le travail de surveillance remarquable des services de sécurité de la Chambre et de leurs partenaires : GRC, Service de police d’Ottawa, Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et CSTC.
The Committee also felt it was imperative to learn about the investigative tools and techniques employed by the Canadian agencies charged with identifying the individual(s) responsible for cybercrimes, if not to actually identify the culprit or culprits responsible for the threats against the Member from Provencher, then to ascertain the extent to which it is possible to identify individuals seeking refuge from the law in the shadows of anonymity. At this time, the Committee feels it is preferable to let the RCMP continue its investigation into the matter, while also remaining open to reconsideration of the issue should further developments arise, including the completion of the investigation. It must be noted, as well, that the Committee has, among its powers, the absolute and unqualified power to send for persons, papers and records (Standing Order 108(1)(a); Debates, 27 April 2010, pp. 2039-2045, 9 March 2011, pp. 8840-8842). When the identity of the person or persons hidden behind the mask becomes known to this Committee, they will be called before the Committee to answer for their behaviour and, if appropriate, the Committee will recommend sanctions.Le Comité a jugé qu’il était impératif de se familiariser avec les outils et techniques d’enquête employés par les organismes canadiens chargés de dépister les cybercriminels, voire d’identifier les responsables des menaces proférées à l’endroit du député de Provencher, puis de voir dans quelle mesure il est possible de retrouver des personnes qui cherchent à se soustraire à la loi sous le couvert de l’anonymat. À l’heure actuelle, le Comité croit qu’il est préférable de laisser la GRC poursuivre son enquête, tout en gardant ouverte la possibilité de rouvrir le dossier s’il devait y avoir de nouveaux développements, y compris le parachèvement de l’enquête. Il faut également souligner que le Comité détient, entre autres, le pouvoir absolu et inconditionnel de convoquer des personnes et d’exiger la production de documents et dossiers (alinéa 108(1)a) du Règlement); Débats, 27 avril 2010, pp. 2039-2045, 9 mars 2011, pp. 8840-8842). Lorsque l’identité de la ou des personnes derrière le masque sera connue par le Comité, il pourra les convoquer pour obtenir des explications sur leur comportement et, s’il y a lieu, recommandera des sanctions.
Without question, the internet is an essential communication medium. Open and democratic, it allows the public to participate in the policy debate in real-time. The freedom of the internet, as a tool for public engagement and advocacy, is protected and fostered by the Canadian Charter of Rights and Freedoms, notably the freedom of expression. The Charter, however, affords no protection for threats or cyber-bullying. The people behind those videos claim to act to protect basic democratic rights and freedoms, but they themselves have jeopardized and breached these same rights and freedoms they claim to protect. Il ne fait aucun doute qu’Internet est un outil de communication essentiel. Libre et démocratique, il permet à la population de prendre part au débat public en temps réel. La liberté d’Internet comme outil d’engagement de la population et de défense des intérêts publics est protégée et encouragée par la Charte canadienne des droits et libertés, notamment en ce qui a trait à la liberté d’expression. Toutefois, la Charte ne protège d’aucune façon les menaces et la cyberintimidation. Les gens derrière ces vidéos prônent la défense de droits et libertés démocratiques fondamentaux, mais ils enfreignent eux-mêmes ces droits et libertés qu’ils prétendent protéger.
A copy of the relevant Minutes of Proceedings (Meetings Nos. 28, 29, 31, 33 and 34) is tabled. Un exemplaire des Procès-verbaux pertinents (séances nos 28, 29, 31, 33 et 34) est déposé.
Respectfully submitted, Respectueusement soumis,
Le président,



JOE PRESTON
Chair
ParlVU